Des clichés de Sobibor dépeignent le camp de la mort nazi, et la révolte de 1943
Rechercher

Des clichés de Sobibor dépeignent le camp de la mort nazi, et la révolte de 1943

"On ne saurait minimiser l'importance de cette collection", dit un historien, alors que l'album personnel d'un officier SS vient éclairer les découvertes de fouilles archéologiques

Cette photo, prise d'une tour de garde extérieure en 1943, montre une partie du camp de la mort nazi de Sobibor, y compris les bâtiments du camp des officiers et du "Camp I" pour les prisonniers juifs. (USHMM Sobibor Perpetrator Collection)
Cette photo, prise d'une tour de garde extérieure en 1943, montre une partie du camp de la mort nazi de Sobibor, y compris les bâtiments du camp des officiers et du "Camp I" pour les prisonniers juifs. (USHMM Sobibor Perpetrator Collection)

Lorsque les organisations allemandes ont publié de nouvelles photographies prises à l’intérieur du camp de la mort nazi de Sobibor la semaine dernière, la couverture médiatique s’est concentrée sur la présence apparente de feu John Demjanjuk sur deux clichés.

En plus de servir de preuve potentielle liée au soi-disant « diable d’à côté », les photos de Sobibor donnent aux historiens de nouveaux détails sur la Shoah et ses auteurs. Des aperçus des installations de mise à mort sont visibles sur plusieurs images, et la vie personnelle des responsables allemands – hommes et femmes – a été saisie avec de nouveaux détails, selon les experts.

« On ne saurait sous-estimer l’importance de cette collection« , a déclaré l’historienne Edna Friedberg du United States Holocaust Memorial Museum (USHMM). « Les photos enrichissent et renforcent nos connaissances sur la mise en œuvre de la solution finale », a-t-elle déclaré au Times of Israel.

Cette semaine, un livre contenant environ 80 nouvelles images de Sobibor a été publié en Allemagne. Seules quelques-unes des photos ont été diffusées par les médias jusqu’à présent, notamment une vue d’ensemble du camp prise depuis une tour de garde.

Les photos font partie d’une collection léguée à l’USHMM par le petit-fils de Johann Niemann, le commandant adjoint de Sobibor. Niemann a été le premier officier tué par des prisonniers juifs lors du soulèvement de 1943 qui a permis à des dizaines de prisonniers de survivre à la guerre. Contrairement à Auschwitz-Birkenau, peu de Juifs amenés à Sobibor ont été sélectionnés pour survivre temporairement grâce aux travaux forcés.

Les photos enrichissent et renforcent nos connaissances sur la mise en œuvre de la solution finale

Dans l’album, Niemann décrit sa carrière, depuis sa participation au programme d’euthanasie « T4 » contre les Allemands handicapés jusqu’à son poste de commandant en second à Sobibor. En moins de deux ans d’activité, plus de 200 000 Juifs – principalement de Pologne et des Pays-Bas – ont été assassinés dans plusieurs ensembles de chambres à gaz.

Johann Niemann à Sobibor. (USHMM Sobibor Perpetrator Collection)

Sur certaines des photos, on peut voir des excursions des officiers SS de Sobibor en Allemane. Les épouses et les petites amies des hommes SS apparaissent – par exemple – lors d’une excursion en bus à Potsdam. De retour à Sobibor, les femmes locales sont photographiées sur le patio du mess des officiers avec de la bière et du vin.

« Avec ces photos, nous découvrons beaucoup de criminels notoires comme jamais auparavant », a déclaré Friedberg. « Nous pouvons observer leur langage corporel et nous faire une idée de leur familiarité et de leur aisance. Ces personnes ont gravi les échelons du système, et le système a fait appel à ces personnes ».

La provenance de l’album de Niemann est également fascinante, a déclaré l’historienne. Après que Niemann a été tué lors du soulèvement organisé par les prisonniers juifs de Sobibor, ses affaires ont été rendues à sa femme en Allemagne. Parmi les objets, il y avait un inventaire faisant état des deux albums de l’officier nazi tué.

Bien qu’il ait été interdit de prendre des photos à l’intérieur des camps de la mort, Friedberg pense que des albums similaires ont été réalisés mais détruits après la guerre. Après tout, les auteurs de ces crimes devaient encore craindre que des photos d’eux soient découvertes et utilisées lors des procès. Pour la famille de Niemann, cependant, il n’était pas nécessaire de détruire l’album.

Les courageux juifs qui ont combattu lors du soulèvement nous ont en quelque sorte transmis l’album

« A ce titre », dit Friedberg, « les courageux juifs qui ont combattu lors du soulèvement nous ont en quelque sorte transmis l’album ».

L’album présente des similitudes avec le « Lili Jacob Album » d’Auschwitz-Birkenau et un album intitulé « The Beautiful Years » attribué au chef de Treblinka, Kurt Franz.

« La photo la plus importante »

Plusieurs photos de la nouvelle « Sobibor Perpetrator Collection » se distinguent en montrant des aspects des trois camps de la mort de l’“Opération Reinhardt”, dont Sobibor était le plus éloigné.

Sur une des photos, environ une vingtaine de gardes auxiliaires – dont Demjanjuk, né en Ukraine, semble-t-il – sont étendus sur le sol, leurs fusils pointés vers le haut. Des détails du génocide sont également visibles à l’arrière-plan.

Des gardes de Sobibor posent devant la « route du ciel » le long de laquelle les victimes ont été rassemblées dans les chambres à gaz. (USHMM Sobibor Perpetrator Collection)

Il y a dix ans, l’archéologue israélien Yoram Haimi a creusé le cyniquement surnommé « la route du ciel », un chemin en forme de boyau par lequel les Juifs étaient conduits des baraquements de déshabillage aux chambres à gaz.

L’historien Martin Cueppers montre du doigt un homme, probablement l’ancien garde de sécurité John Demjanjuk, au camp de la mort nazi de Sobibor lors d’une conférence de presse portant sur des photos récemment découvertes du camp de Sobibor à Berlin, en Allemagne, le 28 janvier 2020. (AP Photo/Markus Schreiber)

En découvrant les endroits où se trouvaient autrefois des piquets de clôture, la cartographie de Haimi a permis de mettre en évidence un chemin qui s’est incurvé avant d’atteindre les chambres à gaz. Cette courbe, combinée à une clôture camouflée recouvrant « le boyau », a contribué à tromper les victimes et à dissimuler le processus aux spectateurs.

L’historienne Friedberg de l’USHMM est d’accord avec les conclusions de Haimi sur la photo. Les partenaires universitaires du musée en Allemagne, a-t-elle déclaré, ont confirmé la présence de certaines parties du toit du bâtiment de la chambre à gaz, ainsi que d’une partie du bâtiment où les femmes se sont fait raser la tête.

Entrée du camp de Sobibor pour les victimes à pied ou en wagon. (USHMM Sobibor Perpetrator Collection)

Selon Haimi, dont deux oncles ont été assassinés à Sobibor, « la photo la plus importante » de la publication est celle qui montre un panneau « SS Sonderkommando » au-dessus d’une porte. Deux gardes sont visibles sur l’image inclinée. Bien que certaines descriptions parlent d’une entrée dans la partie de l’installation de mise à mort de Sobibor, ou Camp III, Haimi a déclaré que c’était incorrect.

« Nous avons creusé juste là et nous avons trouvé où ces deux poteaux étaient placés », a déclaré Haimi. « C’était dans la partie du camp réservée aux officiers allemands et pour les personnes qui venaient à Sobibor à pied ou en wagon, selon les témoignages », a précisé Haimi.

Avec la diffusion des nouvelles photos de Sobibor dans le monde entier, des erreurs sont commises dans leur interprétation, selon Haimi.

Par exemple, l’une des images les plus étonnantes est un plan large du camp pris depuis une tour de garde. La fameuse « rampe » où les Juifs descendaient des trains, selon Haimi, a été située à l’extrémité droite du complexe des officiers allemands, qui ressemble à un village, ou « avant-camp ».

En réalité, explique Haimi, la rampe était située plus à gauche de ces bâtiments, après le toit caractéristique du « Nid de moineau ». Aujourd’hui, le bâtiment vert et brun est tout ce qui reste du charmant « avant-camp » dont disposait l’état-major SS allemand de Sobibor.

Ancienne résidence du commandant de Sobibor en 2017 (Matt Lebovic/The Times of Israel) et « avant-camp » photographié en 1943 montrant le même bâtiment sous un autre angle. (USHMM Sobibor Perpetrator Collection)

Haimi pense également que la photo de Niemann sur un cheval n’aurait pas été prise sur la rampe, comme l’indiquent les sous-titres.

« Il aurait été trop risqué pour Niemann de se faire photographier là-bas », a déclaré Haimi. En substance, a déclaré l’archéologue, Niemann n’aurait pas créé de preuves le plaçant comme commandant adjoint dans la zone où les convois arrivaient.

Selon Haimi, il est probable que l’image ait été prise dans une ferme située à l’ouest du camp, où l’on élevait des cochons, des canards et des oies. Outre le caractère risqué du commandant adjoint du camp qui pose sur la rampe, a déclaré Haimi, le bâtiment derrière lui semble hors de propos avec les bâtiments qui bordent la rampe.

« On peut voir qu’ils s’amusent »

Une partie importante des fouilles de Haimi à Sobibor a consisté à créer une carte définitive du plan du camp, puisqu’il ne reste aujourd’hui qu’une seule structure – le « Nid de moineau ».

Bien que les Allemands aient démantelé les véritables installations de mise à mort quelques semaines après la révolte d’octobre 1943, ils n’ont pas démantelé leur « avant-camp » d’apparence sereine. Ils n’ont pas non plus supprimé d’autres aspects essentiels du camp en général, a déclaré Haimi.

Près de la « rampe » de l’ancien camp de la mort nazi de Sobibor, en Pologne, septembre 2017. (Matt Lebovic/The Times of Israel)

En août 1944, l’Armée rouge a photographié le terrain de Sobibor et a interrogé des témoins oculaires. L’“avant-camp” avait encore quelques bâtiments intacts, bien que d’autres aient été détruits jusqu’à leurs cheminées de briques. Des clôtures autour de la rampe étaient en place, ainsi que les petites guérites ressemblant à des cabines téléphoniques.

Les photos du dossier russe montraient également des tas d’os, de cheveux de femmes et de poussettes de bébés. Comme l’illustrent ces images et les interviews sur place, les Allemands n’ont pas procédé au démantèlement et au labourage complet de Sobibor en 1943.

Comme la série de photos russes prises en 1944, la « Sobibor Perpetrator Collection » permet d’affiner notre compréhension de la carte du camp, a déclaré Haimi. Par exemple, le plan large de la tour de garde montre que presque toutes les cartes d’après-guerre établies pour le camp I – où vivaient les prisonniers juifs ayant travaillé pour les SS – plaçaient par erreur une rangée de bâtiments trop près de la clôture.

Dans l’ancien camp de la mort nazi de Sobibor, des archéologues ont découvert les fondations de chambres à gaz dans lesquelles plus de 200 000 Juifs ont été assassinés pendant la Shoah, novembre 2014. (Matt Lebovic / The Times of Israel)

Pour Haimi, cette photo confirmait ce que ses propres fouilles avaient démontré, à savoir l’absence de baraquements là où ils étaient censés être. Les nouvelles photos, a déclaré Haimi, mettent en évidence plusieurs autres points.

« On peut constater que les Allemands ne voulaient pas que les bâtiments des prisonniers soient trop près de la clôture », a déclaré Haimi. « Ils ne pouvaient pas creuser des tunnels et s’échapper. Et il était également plus sûr pour les Allemands d’avoir cette distance ».

La vue depuis la tour de garde correspond également à ce que la survivante Selma Engel a dit dans des interviews sur l’“avant-camp” des SS, selon Haimi. « On y voit de belles maisons et de beaux jardins, comme si on était dans un hôtel », a déclaré l’archéologue.

Dans l’ancien camp d’extermination nazi de Sobibor, en Pologne, un immense revêtement de granit concassé a été installé sur les charniers. Octobre 2017. (Matt Lebovic/The Times of Israel)

Pour Haimi, la collection de photos démontre la logique des officiers SS de Sobibor, contredisant par la même occasion certains mythes.

« Nous avons toujours entendu les auteurs de ces crimes dire qu’ils ne faisaient que suivre les ordres », a déclaré Haimi. « Mais vous pouvez voir sur ces photos qu’ils s’amusaient et se sentaient à l’aise à seulement 100 mètres des chambres à gaz ».

Depuis 2017, un musée et un centre d’accueil des visiteurs sont en construction à Sobibor. Avant le début de la construction, le champ de fosses communes a été recouvert de marbre blanc concassé. Des mesures ont été prises pour préserver les fondations des chambres à gaz exhumées par Haimi et son partenaire polonais depuis plus d’une décennie, Wojtek Mazurek.

Un pendentif « Palestine » appartenant à une victime juive assassinée dans le camp de la mort de Sobibor, découvert lors de fouilles réalisées en 2014. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

Selon un porte-parole du Musée national de Majdanek, certaines photos de l’album de Niemann feront partie de l’exposition permanente du musée Sobibor naissant. Pendant des années, le musée de Majdanek a piloté les développements à Sobibor, y compris les fouilles et la construction en cours d’installations touristiques.

Le musée Sobibor, dont l’ouverture est prévue en 2021, abritera des centaines d’objets exhumés par Haimi et Mazurek, notamment des badges d’enfants assassinés, des bijoux élaborés et des souvenirs achetés par les victimes lors de leurs voyages à l’étranger.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...