GB : Une expo met en lumière la résistance – bien réelle – des Juifs aux nazis
Rechercher
Le groupe de partisans juifs-lituaniens "The Avengers" à leur retour à Vilna au moment de la libération de la ville par l'Armée rouge, en juillet 1944. (Wiener Holocaust Library Collections)
Le groupe de partisans juifs-lituaniens "The Avengers" à leur retour à Vilna au moment de la libération de la ville par l'Armée rouge, en juillet 1944. (Wiener Holocaust Library Collections)

GB : Une expo met en lumière la résistance – bien réelle – des Juifs aux nazis

L’exposition à la Wiener Holocaust Library de Londres révèle que les sauvetages et les soulèvements armés sont souvent sous-estimés, alors que les Juifs luttaient contre les nazis

LONDRES – Le 19 avril 1943, une force dirigée par les SS entra dans le ghetto de Varsovie pour reprendre la déportation des Juifs vers les camps de la mort nazis, qui avait été temporairement interrompue en raison de la résistance armée quatre mois auparavant.

Mais les troupes ont rapidement subi de violentes attaques et ont d’abord été forcées de battre en retraite une fois de plus. Il faudra plus d’un mois aux nazis pour réprimer le soulèvement du ghetto et un mois supplémentaire pour éliminer les dernières poches de résistance.

Le soulèvement du ghetto de Varsovie est peut-être l’acte de résistance juif le plus célèbre de la Shoah. Il est cependant loin d’être le seul, comme le montre de façon éloquente une exposition actuellement en cours à la Wiener Holocaust Library de Londres.

« Jewish Resistance to the Holocaust » (Résistance juive à la Shoah), s’appuie sur la collection unique de photographies, de manuscrits et de plus de 1 000 témoignages de la bibliothèque pour brosser un tableau d’une histoire largement méconnue.

Dr. Barbara Warnock, conservatrice principale à la Wiener Holocaust Library de Londres. (Autorisation)

« L’une des raisons pour lesquelles nous avons décidé de la faire est précisément parce que le sujet n’est pas très connu », explique le Dr Barbara Warnock, conservatrice principale de la bibliothèque, à propos de la décision d’organiser l’exposition. « Quand les gens en Grande-Bretagne imaginent la résistance face aux nazis, ce qui leur vient à l’esprit, c’est la Résistance française. Les gens ne savent probablement pas qu’une partie de la résistance française était juive et, de même, ils ne savent pas qu’il y a eu une résistance juive à la Shoah à travers l’Europe ».

Les recherches menées par le Center for Holocaust Education de l’University College London montrent également que de nombreuses écoles et de nombreux étudiants britanniques ignorent largement la résistance juive, ajoute-t-elle.

Mais, comme l’exposition le montre clairement, dans tous les pays européens qui sont tombés sous le joug nazi, les Juifs ont résisté aux Allemands, à leurs alliés et à leurs collaborateurs. Parfois, cette résistance s’inscrivait dans le cadre d’organisations clandestines plus larges, tandis que parfois les Juifs créaient leurs propres groupes.

La nature de la résistance était variée et comprenait des soulèvements armés, des missions de sauvetage et une « résistance spirituelle » – un refus de perdre la foi ou de renoncer aux rituels même dans les circonstances les plus éprouvantes. Les Juifs ont également risqué leur vie pour préserver des documents et des témoignages historiques, et pour rassembler et faire sortir clandestinement les preuves des crimes génocidaires des nazis.

L’exposition, qui court jusqu’au 13 janvier 2021, tente non seulement de décrire la résistance juive sous ses nombreuses formes, mais aussi de raconter les histoires de Juifs qui ont lutté contre leurs oppresseurs.

La résistante Tosia Altman a organisé la résistance armée dans les ghettos de la Pologne occupée. (Autorisation Moreshet Archive)

Tosia Altman, par exemple, a joué un rôle déterminant dans le soulèvement du ghetto de Varsovie. Membre du mouvement socialiste sioniste Hashomer Hatzair, elle avait déjà travaillé comme messagère, voyageant beaucoup entre les différents ghettos de la Pologne occupée avec de faux papiers. Elle a également contribué à la mise en place d’une force de combat à l’intérieur du ghetto de Cracovie.

Dans la période précédant le soulèvement d’avril 1943, Altman fit entrer clandestinement des armes dans le ghetto de Varsovie et, une fois le soulèvement déclenché, fit passer des messages entre le bunker de commandement des résistants et d’autres bunkers. Bien qu’elle se soit échappée du ghetto lorsque les SS en ont repris le contrôle, elle a été capturée et est morte le 26 mai 1943 des suites de ses blessures subies lors de sa fuite.

Varsovie et Białystok – où plusieurs centaines de combattants juifs ont lancé un soulèvement de courte durée en août 1943 – n’étaient que deux des sept grands ghettos et des 45 plus petits de la Pologne occupée et de l’Union soviétique où opéraient des groupes clandestins juifs. Et ces deux villes n’étaient pas les seules à avoir connu des révoltes armées juives. Dans des dizaines de ghettos, dont Cracovie, Vilna, Kovno, Będzin et Częstochowa, les Juifs ont pris les armes contre leurs persécuteurs.

Une multitude d’obstacles

Dans toute l’Europe, la capacité des Juifs à entreprendre une résistance armée a dépendu d’un certain nombre de facteurs, explique Warnock. Le plus évident était l’accès aux armes. Les difficultés rencontrées par la résistance hongroise pour mettre la main sur des armes, par exemple, contribuent à expliquer l’absence d’une résistance juive armée significative dans le pays.

En revanche, le soulèvement du ghetto de Varsovie a été facilité par un mouvement de résistance juif unifié qui comprenait des personnes aux convictions politiques diverses, des communistes aux sionistes de gauche et de droite, en passant par des personnes ayant des liens avec des groupes nationalistes polonais.

« Ce groupe de personnes très diverses avait des contacts dans la résistance hors du ghetto et dans la résistance non-juive, et cela a permis d’accumuler des armes à l’intérieur du ghetto », dit Warnock.

Carte montrant les batailles pendant le soulèvement du ghetto de Varsovie, avril 1943. (Wiener Holocaust Library Collections)

Le terrain a également joué un rôle important, les forêts marécageuses et boueuses de Biélorussie et de Lituanie fournissant des cachettes aux groupes de partisans qui se sont révélées particulièrement impénétrables pour l’armée allemande. Enfin, il y a la question de la rapidité avec laquelle la Shoah s’est déroulée.

« Dans certaines régions d’Ukraine, par exemple, les choses ont évolué très rapidement et il était très difficile pour les gens de s’organiser et de réagir », note Mme Warnock.

Le ghetto de Minsk – théâtre d’une nouvelle révolte – a également connu un mouvement audacieux pour faire sortir clandestinement des Juifs et saboter les usines allemandes. L’exposition met en lumière l’histoire de Michail Gebelev, qui a assuré la liaison entre les groupes de résistance à l’intérieur et à l’extérieur du ghetto et a organisé des évasions massives en 1942. Mais Gebelev refusa de s’échapper. A 36 ans, il est trahi et assassiné par les nazis en août 1942. Cependant, grâce en partie à ses efforts, jusqu’à 10 000 des 100 000 Juifs emprisonnés dans le ghetto de Minsk ont réussi à s’échapper, dont beaucoup ont ensuite rejoint les partisans soviétiques.

Un groupe de femmes et d’enfants juifs marchant dans les rues de Minsk, 1941. (Bundesarchiv Bild)

Le succès des missions de sauvetage de Minsk reflète également la manière dont les chefs du Judenrat, ou conseil juif, ont travaillé en étroite collaboration avec le mouvement de résistance.

Résistance non armée

Toutefois, cette coopération entre les deux parties n’a pas toujours eu lieu. À Łódź, le deuxième plus grand ghetto de Pologne, le Judenrat et la police du ghetto exerçaient un contrôle étroit et – espérant que la coopération avec les nazis sauverait ses habitants – décourageaient activement la résistance armée ou organisée. Bien que cet espoir se soit finalement avéré vain, il y avait néanmoins une résistance politique, spirituelle et culturelle importante dans le ghetto, illustrée dans l’exposition par la photo d’un public nombreux et élégamment vêtu assistant à une soirée musicale.

Une soirée musicale dans le ghetto de Łódź, vers 1940-1943. (Wiener Holocaust Library Collections)

En effet, dans les ghettos d’Europe de l’Est et d’Union soviétique, les Juifs ont organisé des écoles, des théâtres et des orchestres illégaux, créé des soupes populaires et des services sociaux, et organisé des services religieux clandestins.

Certains des programmes culturels et éducatifs les plus importants se sont déroulés dans le ghetto de Theresienstadt où les conditions, bien que désastreuses, étaient meilleures que dans de nombreux autres ghettos. Philipp Manes, juif et écrivain allemand, a dirigé le service d’orientation de Theresienstadt, qui a organisé plus de 500 conférences. Manes et son épouse ont péri à Auschwitz à la fin de 1944. L’exposition présente certains de ses journaux intimes qui ont été sauvés et envoyés à un ami puis à sa famille après la guerre. Ils se trouvent aujourd’hui à la Wiener Library.

Ailleurs, d’importants efforts ont été déployés pour assurer la préservation de la culture et de l’histoire juives. Dans le ghetto de Varsovie, l’organisation Oneg Shabbat a enterré des documents et des témoignages historiques dans des boîtes de lait et des boîtes en fer-blanc. L’exposition contient une image de Rachel Auerbach et de Hersz Wasser, deux des rares juifs qui ont survécu à la destruction du ghetto, aidant à récupérer les objets enterrés après la guerre. De même, une autre image montre trois membres de la Paper Brigade – les poètes Shmerke Kaczerginski et Avraham Sutzkever et le professeur Rakhele Pupko-Krinsky – sur un balcon du ghetto de Vilna en juillet 1943. Le groupe a aidé à sauver des documents sur la culture yiddish.

Groupe de combattants partisans juifs dans les territoires soviétiques, vers 1942-1944. (Wiener Holocaust Library Collections)

La résistance au cœur des ténèbres

Comme l’explique l’exposition, la possibilité et la capacité de résister dans les camps étaient, bien sûr, beaucoup plus limitées. Néanmoins, les Juifs ont mené six révoltes de prisonniers dans des camps de concentration et d’extermination, dont au moins 18 dans des camps de travail d’esclaves.

En effet, malgré les risques et les dangers énormes encourus – surtout pour les évadés qui ne connaissaient pas la géographie ou la langue locale – certains détenus ont été entraînés dans la résistance afin de garder le moral. Comme le dit Esther Raab, une survivante du soulèvement du camp de Sobibor, dont les mots figurent dans l’exposition : « Nous avons commencé à nous organiser et à parler… ça nous a maintenus en vie… peut-être que nous pourrons nous venger au nom de tous ceux qui ne le peuvent pas. »

Les journaux intimes de Philipp Manes contiennent des contributions d’autres prisonniers incarcérés telles que des poèmes, des lettres et des dessins, dont ce portrait de Manes en 1944 dessiné par son codétenu Arthur Goldschmidt. (Wiener Holocaust Library Collections)

Le soulèvement de Sobibor, le 14 octobre 1943, fut coordonné par les résistants juifs polonais et les prisonniers de guerre juifs soviétiques. Lors d’une tentative d’évasion de 300 des 650 prisonniers du camp, 11 fonctionnaires et gardes SS – dont le commandant adjoint, Johann Niemann – furent tués. Une centaine de prisonniers évadés ont été rapidement repris, mais 47 de ceux qui ont pris part au soulèvement de Sobibor ont survécu à la guerre. L’exposition présente une photo de douze de ces survivants, prise à Lublin en août 1944.

L’exposition présente également un témoignage sur le soulèvement de Treblinka, extrait de la collection de la bibliothèque, offert par l’un des survivants, Stanislav Kohn. La révolte soigneusement planifiée par plus de 700 prisonniers juifs a commencé le 2 août 1943, après qu’un groupe de gardes allemands et ukrainiens a quitté le camp lors d’une excursion.

Des membres de la résistance ont déverrouillé un magasin d’armes en utilisant une clé préalablement dupliquée et ont saisi des armes et des grenades. Les bâtiments ont été incendiés, les gardes attaqués et, dans le chaos qui a suivi, plusieurs centaines de prisonniers se sont échappés. Bien que beaucoup aient été repris, les 70 prisonniers qui ont participé au soulèvement de Treblinka étaient les seuls survivants juifs du camp de la mort, qui a été démantelé à la fin de 1943.

Un an plus tard, le 7 octobre 1944, des sonderkommando juifs, ou unités de travail de prisonniers du camp de la mort souvent chargés d’aider dans les chambres à gaz, firent sauter le Crématoire IV à Auschwitz, déclenchant une rébellion au cours de laquelle près de 500 prisonniers perdirent la vie. L’exposition souligne le rôle crucial dans le soulèvement joué par Roza Robota, une juive polonaise, qui a coordonné la contrebande de poudre à canon d’un groupe de femmes travaillant dans une usine de munitions vers la résistance juive et le sonderkommando des crématoires. Malgré les conséquences sanglantes et la mort de Robota deux semaines avant l’évacuation du camp, le crématorium IV a été endommagé au point d’être irréparable et n’a plus jamais été utilisé.

Rudolf Vrba. (Wiener Holocaust Library Collections)

L’exposition raconte également l’histoire de celui qui est peut-être le plus important des 144 prisonniers qui se sont échappés d’Auschwitz. Rudolf Vrba et Alfred Wetzler se sont enfuis en avril 1944 dans le cadre d’un plan conçu par la résistance pour faire connaître au monde entier les horreurs perpétrées dans le camp.

Après s’être cachés pendant trois jours dans un tas de bois pendant que les gardes les recherchaient, Vbra et Wetzler se sont rendus en Slovaquie, où ils ont été hébergés par le conseil juif. Un rapport qu’ils ont compilé sur le camp – qui comprenait des détails sur les transports recueillis par un esclavagiste slovaque qui travaillait dans les chambres à gaz – est parvenu à la presse internationale trois mois plus tard. L’article a accru la pression sur le leader hongrois, l’amiral Miklós Horthy, pour qu’il mette un terme aux déportations vers Auschwitz. Bien que celles-ci aient repris en novembre 1944 après l’éviction de Horthy par les nazis, la survie éventuelle de 250 000 Juifs hongrois peut, en partie, être attribuée à la bravoure de Wetzler et de Vrba.

Le premier Avengers

Au-delà des ghettos et des camps, les Juifs ont également joué un rôle important dans les groupes de partisans et de guérilla qui ont résisté au régime nazi, des forêts de Biélorussie aux côtes du sud de la France.

Jusqu’à 30 000 Juifs ont servi comme combattants partisans armés en Russie, en Ukraine et dans les pays baltes occupés. Beaucoup ont servi dans des groupes de partisans soviétiques, mais, après avoir fait face à l’antisémitisme et à l’hostilité, d’autres ont choisi de former leurs propres organisations de résistance.

Parmi les groupes présentés dans l’exposition, on trouve le groupe Bielski, qui a commencé comme une bande de 30 partisans s’abritant dans les forêts du Belarus à l’été 1942. Il a lancé des attaques contre ses collaborateurs – en particulier ceux qui avaient tué ou trahi des Juifs – mais le combat n’était pas son but premier. Au contraire, comme l’a dit Tuvia Bielski : « Nous sommes si peu nombreux qu’il nous faut sauver des vies. Sauver un Juif est plus important que de tuer des Allemands ». À la fin de la guerre, quelque 1 200 Juifs vivaient dans les forêts sous la protection de Bielski et de ses frères.

Le groupe de partisans juifs-lituaniens « The Avengers » à leur retour à Vilna au moment de la libération de la ville par l’Armée rouge, en juillet 1944. (Wiener Holocaust Library Collections)

Les Avengers, [Nakam en hébreu], un autre groupe de partisans juifs dont le travail est décrit dans l’exposition, opéraient à partir des forêts lituaniennes. Ses dirigeants – Abba Kovner, Rozka Korczak et Vikta Kempner – ont réussi à échapper aux massacres perpétrés par les nazis et leurs alliés à Vilna et ont utilisé les forêts comme couverture pour lancer des missions de sabotage et des attaques de guérilla sur des cibles allemandes et des collaborateurs.

On attribue au groupe le meurtre de plus de 200 soldats ennemis, le sauvetage d’au moins 70 Juifs et la destruction de 180 miles de voies ferrées. Après la guerre, Kovner est devenu célèbre en tant que fondateur d’un mouvement clandestin pour aider les Juifs à fuir l’Europe pour la Palestine sous mandat, et de Nakam, une organisation secrète qui prévoyait de se venger de la Shoah.

De l’autre côté du continent, comme le note l’exposition, les Juifs étaient surreprésentés dans les mouvements de résistance en Allemagne, en Autriche et en Europe occidentale.

Un détachement principalement juif du groupe de partisans communistes français FTP-MOI, par exemple, a commencé à travailler en septembre 1942 pour perturber l’effort de guerre allemand : parmi les 50 attaques qu’il a menées, il y a eu des assassinats et des déraillements de trains avec des bombes et des grenades.

Les ruines du ghetto de Varsovie au 42 rue Lezsno, photographiées par Stefan Bałuk. (Wiener Holocaust Library Collections)

Lorsque la section parisienne du FTP-MOI – connue sous le nom de groupe Manouchian – fut finalement appréhendée fin 1943, plus de la moitié de ses 23 membres étaient juifs. Les tentatives des Allemands de faire de la propagande à partir des procès et des exécutions qui ont suivi – des milliers d’exemplaires de la tristement célèbre affiche « Affiche Rouge » présentant le groupe comme des terroristes juifs étrangers ont été distribués – se sont retournées contre eux. Au lieu de cela, de nombreux membres du public ont considéré les membres du groupe comme des héros et l’affiche a souvent été graffitée avec ces mots : « Ils sont morts pour la France ».

La résistance juive dans la Belgique voisine, dit Warnock, était « une situation assez spécifique ». 94 % de la population juive du pays était composée d’immigrants et, bon nombre d’entre eux ayant fui en Belgique précisément pour échapper à l’oppression antisémite, ils ont ensuite contribué à la création de l’un des plus grands mouvements de résistance en Europe.

De nombreux Juifs étaient membres de l’Armée des partisans communistes, un groupe de résistance armé. D’autres gravitaient autour du MOI – la section des immigrés du Front de l’Indépendance (FI) de gauche – qui prenait pour cible des collaborateurs et menait des attaques de sabotage dans les usines et sur les lignes de chemin de fer. D’autres Juifs ont été impliqués dans le principal mouvement de résistance de centre-droit, le Mouvement national belge.

Une illustration contemporaine du ghetto de Theresienstadt tirée des journaux de Philipp Manes 1942-1944. (Wiener Holocaust Library Collections)

Sauver les enfants

Le Comité de défense des Juifs (CDJ), qui travaillait sous l’égide du FI et qui a fini par représenter la plupart des groupes juifs en Belgique, a été fondé par Hava Groisman et son mari Ghert Jospa en septembre 1942. Elle a falsifié des cartes de rationnement et des papiers et a établi un réseau de lieux d’accueil pour les enfants juifs.

Un catalogue publié pour accompagner l’exposition comprend un compte-rendu des travaux du CDJ offert à la Wiener Library en 1957 par l’une de ses membres, Ida Sterno. Elle y décrit la découverte d’une cachette pour 13 jeunes filles juives dans un couvent d’Anderlecht.

Lorsque les filles qui s’y cachaient ont été trahies par un informateur, la responsable du couvent, Sœur Marie-Aurélie, a persuadé la Gestapo de revenir le lendemain pour permettre à ses protégées de faire leurs bagages. Le FI a profité de ce délai pour organiser un faux raid sur le couvent – en ligotant les religieuses pour le faire paraître plus authentique – et a ensuite emmené les filles dans d’autres maisons de refuge. Les efforts du CDJ, qui a sauvé environ 2 400 enfants, ont parfois été encore plus audacieux. Le 19 avril 1943, par exemple, il a attaqué un convoi de transport se dirigeant vers Auschwitz et a libéré 17 prisonniers.

Bernard Musmand et Simone, tous deux membres de la résistance française, photographiés à Montpellier pendant la guerre. (Autorisation : Jewish Partisan Educational Foundation)

Certains de ceux qui ont aidé à sauver des enfants juifs étaient à peine adultes eux-mêmes – comme Bernard Musmand.

Envoyé par sa famille dans un pensionnat où il se faisait passer pour un catholique, Musmand, né en 1926 à Metz, s’est impliqué dans des activités de résistance et a aidé à envoyer par courrier des faux papiers pour ceux qui fuyaient les nazis. A 14 ans, il est membre du Maquis, un groupe de partisans armés basé dans les montagnes du sud de la France. Il a lancé des attaques de guérilla et a aidé les Juifs et les aviateurs alliés à s’échapper en traversant la frontière vers la sécurité relative de l’Espagne neutre. Ces efforts de résistance et de sauvetage, ainsi que d’autres, ont permis d’assurer que, malgré le terrible bilan global, 250 000 des 330 000 Juifs vivant en France au moment de l’invasion allemande ont survécu à la guerre. Il est devenu lieutenant à 17 ans. Après la guerre, il a emménagé aux États-Unis avec sa famille.

Mettre les choses au clair

Comme le décrit l’exposition, la résistance juive a également atteint le cœur du Reich lui-même. Elle retrace l’histoire tragique du groupe Baum. Fondé par Herbert Baum avec sa femme et ses amis dans les années 1930, il a fini par compter plus de 100 membres en 1940 ; beaucoup, comme Baum lui-même, étaient de jeunes travailleurs forcés juifs.

Herbert Baum. (Bundesarchiv Bild)

Les activités du groupe – qui consistaient notamment à distribuer des tracts soulignant les atrocités commises par leurs compatriotes allemands à l’Est – étaient périlleuses. Mais un incendie criminel le 18 mai 1942, qui visait le « Le paradis soviétique », [Das Sowjet-Paradies], une exposition antisémite et anticommuniste organisée par les nazis à Berlin, a conduit à l’arrestation de nombreux membres du groupe. Baum a été assassiné en prison en juin 1942 et d’autres membres de l’organisation ont été exécutés cet été-là.

Mais, pour les organisateurs de la « Jewish Resistance to the Holocaust », se souvenir de l’héroïsme et du sacrifice de Baum et de ses camarades – ainsi que des innombrables autres Juifs qui ont résisté aux nazis – ne consiste pas simplement à raconter enfin une histoire restée trop longtemps cachée. Il s’agit aussi de rétablir les faits historiques.

« Il est important de remettre en question le mythe selon lequel les Juifs n’ont pas résisté, ce qui était peut-être une attitude assez répandue [à une époque] et peut-être que certaines personnes ont encore cette opinion aujourd’hui », dit Warnock.

« Il y a eu tellement d’exemples de résistance dans les circonstances les plus extrêmes et les plus difficiles, et cette recherche et cette exposition montrent que chaque fois qu’ils en ont eu l’occasion, les gens ont résisté d’une manière ou d’une autre », conclut-elle.

read more:
comments