Hitler avait une liste de 3 000 Britanniques à abattre en cas de victoire nazie
Rechercher
Adolf Hitler, (gauche) (Bundesarchiv Bild) ; Winston Churchill, (à droite) (CC-SA 2.0/ Yousuf Karsh) ; "The Black Book : The Britons on the Nazi List", par Sybil Oldfield. (Autorisation)
Adolf Hitler, (gauche) (Bundesarchiv Bild) ; Winston Churchill, (à droite) (CC-SA 2.0/ Yousuf Karsh) ; "The Black Book : The Britons on the Nazi List", par Sybil Oldfield. (Autorisation)

Hitler avait une liste de 3 000 Britanniques à abattre en cas de victoire nazie

L’auteur Sybil Oldfield révèle le « Livre noir » de la Gestapo et le plan visant à nazifier la Grande-Bretagne en arrêtant les Juifs et non-Juifs s’opposant au Troisième Reich

LONDRES – Des acteurs aux astrophysiciens, des futurs présidents aux poètes, des espions aux scientifiques, la liste secrète de près de 3 000 Britanniques que les nazis avaient l’intention de rafler s’ils envahissaient le Royaume-Uni était très complète.

La découverte du « Livre noir » à la fin de la guerre a suscité un certain nombre de commentaires ironiques de la part de ceux dont les noms y figuraient. « Ma chère, les gens avec qui nous aurions dû mourir », a écrit l’auteur Rebecca West au dramaturge Noel Coward, tandis que le dessinateur David Low a plaisanté : « Ce n’est pas grave. Je les avais aussi sur ma liste ».

Mais comme le détaille l’universitaire Sybil Oldfield dans un livre récemment publié The Black Book : The Britons on the Nazi List, les plans soigneusement élaborés par les Allemands pour semer la terreur après avoir traversé la Manche n’avaient rien de comique. Armés de copies de la liste des « plus recherchés », 20 000 soldats SS devaient balayer le pays en se lançant dans une chasse à l’homme idéologique et raciale mortelle.

Certaines des personnes détenues auraient été assignées à résidence ou jetées dans des camps nouvellement construits. Beaucoup d’autres auraient subi un sort encore bien pire. Le colonel SS Franz Six, un professeur que le meurtrier Reinhard Heydrich nomma pour mener la tâche d’éliminer toute opposition aux nazis en Grande-Bretagne, fut également autorisé à « créer des Einsatzgruppen [escadrons de la mort SS paramilitaires]… selon la situation et la nécessité ». Bien qu’il ne soit jamais arrivé en Grande-Bretagne, Six a laissé une trace sanglante à travers l’Union soviétique occupée et a été condamné à 20 ans d’emprisonnement à Nuremberg.

Le Livre noir a été compilé sous l’œil attentif du colonel SS Walter Schellenberg, un des favoris de Heydrich. L’unité de renseignement étranger de la Gestapo a commencé à compiler la Sonderfahnungliste GB – la liste de « recherche spéciale » pour la Grande-Bretagne – vers 1937. Elle se compose de deux parties : une liste alphabétique de 2 619 suspects et de leurs adresses, ainsi que près de 400 organisations qui doivent être perquisitionnées et interdites.

« The Black Book : The Britons on the Nazi List », de Sybil Oldfield. (Autorisation)

Cette liste originale a été complétée par le Informationsheft GB de la Gestapo – qui se traduit approximativement par « brochure d’information pour la Grande-Bretagne » – rédigé alors que les plans d’Hitler d’envahir la Grande-Bretagne étaient préparés entre mai et juillet 1940. Cette brochure devait servir de guide aux troupes d’occupation au Royaume-Uni, mais elle contenait également d’autres noms de personnes à arrêter.

Mme Oldfield raconte qu’en parcourant la liste à la recherche d’indices, la fascination s’est vite mêlée à l’admiration.

« Quand j’ai découvert rapidement que ces Britanniques antifascistes … étaient des êtres humains merveilleux – courageux, humains, intelligents – je voulais en apprendre davantage et ensuite le partager », dit-elle dans une interview au Times of Israel.

Si Oldfield affirme que la Gestapo n’avait pas de « tentacules de pieuvre » au Royaume-Uni, elle ne manquait pas d’informateurs – des Allemands pro-nazis et des étudiants de troisième cycle résidant en Angleterre, ainsi que des sympathisants fascistes britanniques.

Combien les preneurs de notes nazis ont dû être assidus en épluchant les journaux, en écoutant les rumeurs, en examinant les visas des passeports allemands et en gardant la trace des pauvres exilés qui avaient fui les persécutions dans leur pays.

« Combien les preneurs de notes nazis ont dû être assidus en épluchant les journaux, en écoutant les ragots, en scrutant les visas des passeports allemands et en gardant la trace des pauvres exilés qui avaient fui les persécutions dans leur pays », commente avec amertume le journal The Guardian en septembre 1945, après qu’une copie de la liste a été trouvée dans le QG de la Gestapo à Berlin.

Sybil Oldfield, auteur de « The Black Book : The Britons on the Nazi List ». (Autorisation)

Selon Oldfield, les 400 organisations que les nazis avaient l’intention de fermer – qui allaient du Rotary club typiquement « Middle England » au tout-puissant Transport and General Workers Union, en passant par le YMCA, la Workers’ Educational Association et les Quakers – soulignaient l’ambition du « plan de nazification de toute la Grande-Bretagne ».

Nombre des cibles – Winston Churchill (décrit, aux côtés de son secrétaire d’État à la guerre, Anthony Eden, comme « des représentants des intérêts juifs »), son cabinet, des politiciens et des syndicalistes travaillistes de premier plan, ainsi que des antifascistes et des anti-appeasers, anti politique d’apaisement connus d’avant-guerre – étaient prévisibles.

Il en va de même pour les juifs britanniques éminents, notamment les hommes politiques, les hommes d’affaires, les magnats de la presse et les gourous du divertissement, ainsi que les organisations communautaires et sionistes.

Parmi eux, le premier président d’Israël, Chaim Weizmann (citoyen britannique jusqu’à ce qu’il renonce à sa nationalité britannique en 1948), Oscar Deutsch, propriétaire de la chaîne de cinémas Odeon, les producteurs de films Ivor Montagu et Isidore Ostrer, ainsi que les lords Melchett et Bearsted, issus du monde des affaires et de la finance. Sir Samuel Joseph, du géant de la construction Bovis, et Louis Halle Gluckstein et Sir Samuel Gluckstein, les fondateurs de l’empire de la restauration et de l’hôtellerie J. Lyons, figurent également sur la liste, ainsi que de nombreux autres Juifs qui occupent des postes de direction dans des entreprises ou des banques.

En effet, les Informationsheft citent fréquemment le capital d’une banque d’une manière qui suggère qu’il s’agit du patrimoine personnel des directeurs. Ainsi, son récit central, écrit Oldfield, était que « presque toute la Grande-Bretagne était réellement contrôlée par des Juifs britanniques très riches et assimilés », tandis que dans les médias, les Juifs exerçaient une obscure « influence anti-allemande ». En outre, plus de la moitié des personnes figurant sur la liste étaient des réfugiés – dont au moins deux tiers de Juifs – qui avaient fui vers le Royaume-Uni avant la guerre.

Albert Einstein, (au centre, à gauche) et Chaim Weizmann, (au centre, à droite), étaient tous deux des cibles de la liste noire nazie. Sur cette photo prise en 1921 à bord du SS Rotterdam, on voit également Benzion Mossinson, (à gauche) et Menachem Ussishkin (à droite). (Domaine public)

D’autres entrées du Livre noir étaient peut-être un peu plus surprenantes : le mouvement scout, soupçonné d’être un bras des « services secrets anglais », devait être interdit et son fondateur, Lord Baden-Powell, arrêté. Et certains de ceux que les nazis espéraient arrêter leur auraient sûrement échappé : Albert Einstein, le physicien nucléaire Leo Szilard et le chanteur noir Paul Robeson se sont déjà enfuis aux États-Unis, tandis que Sigmund Freud est mort moins de trois semaines après la déclaration de la guerre.

Mme Oldfield, fille d’un réfugié allemand, explique que son principal objectif en écrivant ce livre était de découvrir pourquoi les Britanniques figurant sur la liste – parmi lesquels elle compte des réfugiés juifs devenus britanniques – étaient « soupçonnés par-dessus tout d’avoir le potentiel d’entraver la nazification réussie de la Grande-Bretagne ».

Elle tient également à combler ce qu’elle estime être une lacune dans les archives historiques, les efforts déployés par les antifascistes avant la guerre pour faire prendre conscience à la Grande-Bretagne du danger que représentait Hitler étant trop souvent négligés et ignorés.

« Il est assez troublant que les nazis, qui semblent exercer une sorte de fascination taboue dans la conscience populaire, une obscurité interdite, fassent toujours, d’une manière ou d’une autre, les gros titres », dit-elle.

Il est assez troublant que les nazis, qui semblent exercer une sorte de fascination taboue dans la conscience populaire, une obscurité interdite, fassent toujours, d’une manière ou d’une autre, les gros titres…

Si, comme l’écrit Oldfield, les personnes figurant sur la liste n’étaient pas des « petits saints », elles représentent néanmoins un véritable « who’s who » des personnes qui ont tenté de tirer la sonnette d’alarme sur la menace nazie, de combattre le fascisme et d’aider les Juifs en danger en Allemagne et en Autriche.

Frank Foley, responsable des passeports à l’ambassade britannique de Berlin, travaillait 15 heures par jour pour tenter désespérément d’aider à sauver les Juifs allemands, en leur délivrant des documents (souvent faux) qui leur permettaient de se rendre au Royaume-Uni ou en Palestine. Foley, dont la position n’était pas protégée par l’immunité diplomatique, était dans une situation doublement périlleuse car il opérait également en tant qu’agent secret en Allemagne pour le compte des services de renseignement britanniques. Ses collègues sauveteurs Robert Smallbones et Arthur Dowden, qui travaillaient au consulat britannique de Francfort et délivraient des milliers de visas temporaires pour permettre aux Juifs d’entrer en Palestine, figuraient également sur la liste.

L’agent des renseignements britanniques Frank Foley, qui aurait sauvé 100 000 Juifs allemands de la Shoah dans les années 1930 (Crédit : Domaine public/Wikimedia)

Les groupes au Royaume-Uni qui avaient œuvré pour aider les réfugiés juifs avant la guerre auraient également été visés. Il s’agit notamment d’un réseau d’organisations Quaker et d’organisations juives britanniques qui, en travaillant ensemble, ont joué un rôle central dans le Kindertransport, qui a permis d’arracher des enfants juifs aux griffes du génocide nazi et de les amener au Royaume-Uni pour qu’ils soient accueillis par des familles britanniques.

Comme le note Oldfield, de tels raids auraient été doublement productifs aux yeux de la Gestapo, permettant aux nazis de rassembler certains des « anti-nazis les plus déterminés » et d’apprendre où se trouvaient les « Emigranten » (comme les Allemands préféraient les appeler) vivant en Grande-Bretagne. Le Livre noir identifiait aussi correctement certains Juifs britanniques clés qui dirigeaient les efforts de sauvetage, notamment Norman Bentwich, un ancien procureur général de Palestine pro-sioniste, et Otto Schiff, un banquier né à Francfort qui avait créé le Comité des réfugiés juifs. En 1939, 80 % des réfugiés au Royaume-Uni étaient enregistrés auprès du comité de Schiff.

En dehors de l’ensemble du cabinet de guerre de Churchill et d’éminents politiciens juifs – tels que l’ancien chef du Parti libéral, le ministre de l’Intérieur et le haut-commissaire pour la Palestine Herbert Samuel et le futur ministre travailliste Manny Shinwell – relativement peu de parlementaires figurent dans le Livre noir. Parmi les personnes pointées du doigt par la Gestapo figurent certains des plus ardents défenseurs du sort des Juifs allemands : Le travailliste Josiah Wedgwood, la députée indépendante Eleanor Rathbone et le conservateur Victor Cazalet.

Victor Cazalet. (Domaine public)

Sans surprise, les nazis prévoyaient également d’arrêter ceux qui avaient mené la bataille contre l’apaisement nazi dans les années 30. En termes de politique et d’origine, il s’agissait d’un groupe assez varié. Au Parlement, ils comptaient dans leurs rangs le Premier ministre conservateur de l’après-guerre, Harold MacMillan, qui avait démissionné du poste de whip du gouvernement en 1936 lorsque les sanctions contre Mussolini avaient été abandonnées, et sa compatriote conservatrice, la duchesse d’Atholl, qui avait été destituée de son siège sûr en 1938 en raison de sa farouche opposition aux politiques d’apaisement de Neville Chamberlain.

À gauche de l’échiquier politique, les principaux antifascistes du Livre noir comprenaient le futur ministre travailliste (et sioniste passionné) Richard Crossman, qui était une voix solitaire en faveur du réarmement au sein de son parti dans les années 1930, l’actrice Dame Sybil Thorndike et l’ancienne leader des suffragettes Sylvia Pankhurst.

Le Livre noir contenait également une liste très complète des maisons d’édition britanniques qui devaient être fermées. Certaines d’entre elles, telles que Penguin Books et le très populaire Left Book Club, fondé en 1936 par l’éditeur juif Victor Gollancz, publiaient depuis longtemps des livres qui dénonçaient l’évolution de l’Allemagne nazie. Mais d’autres, comme le constate Oldfield, sont qualifiés de « marxistes » et condamnés à la fermeture sur la simple base d’un « seul livre antinazi ». La Gestapo, dit-elle, n’a peut-être pas « réussi à lire tous les livres critiquant Hitler et le nazisme publiés en Grande-Bretagne », mais elle a néanmoins fait preuve d’une « minutie impressionnante ».

Les écrivains et les universitaires sont également bien représentés sur la liste noire de la Gestapo. Les slogans antinazis du romancier E.M. Forster, diffusés à des millions d’auditeurs sur la BBC et motivés par sa haine de la « juifomanie » du régime, lui avaient valu sa place. Son collègue romancier J.B. Priestley, dont les œuvres sont interdites en Allemagne depuis 1936, et le pionnier de la science-fiction H.G. Wells avaient également fait une large publicité à leur opposition au fascisme.

Noel Coward. (CC-BY-SA 3.0/ Allan Warren)

Le dramaturge et acteur Noel Coward ne partageait son hostilité au fascisme et à l’apaisement qu’avec ses amis, mais la Gestapo était parfaitement au courant de son travail de collecte d’informations sur les nazis pour les services secrets britanniques. Comme Coward l’a admis plus tard, sa « réputation d’idiot … et d’âne stupide » signifiait que, lorsqu’il voyageait dans le monde, « les gens disaient toutes sortes de choses que je transmettais ».

Coward a été recruté par un autre nom sur la liste, le cinéaste juif hongrois Alexander Korda. La société cinématographique londonienne de Korda était financée clandestinement par les services secrets britanniques et, à l’instar de Coward, son travail fournissait la couverture parfaite pour voyager et travailler sous couverture. Le donateur et critique littéraire de Cambridge F.L. Lucas, qu’Oldfield qualifie de « l’un des plus infatigables et des plus francs de tous les opposants britanniques au nazisme et à l’apaisement », avait depuis longtemps attiré l’attention des nazis – Goebbels avait même répondu à l’une de ses nombreuses lettres dans la presse britannique. Brillant linguiste, Lucas est recruté en septembre 1939 pour travailler sur le projet de décryptage du code « Enigma » à Bletchley.

Alexander Korda, (à gauche), avec son frère Vincent Korda. (Autorisation BFI National Archive)

Nombre de ceux dont le nom figurait sur la liste étaient des écrivains et des journalistes allemands et autrichiens réfugiés qui avaient tenté, comme l’écrit Oldfield, de « jouer un rôle vigoureux dans les activités intellectuelles antinazies à Londres » avant la guerre. Parmi eux se trouvaient le célèbre écrivain juif autrichien Stefan Zweig, le critique de théâtre juif allemand Alfred Kerr (père de l’auteur de livres pour enfants très apprécié Judith Kerr) et une autre journaliste juive allemande en exil, Gabriele Tergit, qui avait échappé de justesse à l’intrusion des SA dans sa maison de Berlin en mars 1933.

Les nazis n’avaient pas non plus oublié les noms des nombreux correspondants britanniques en poste en Allemagne avant la guerre qui avaient – parfois en dépit des lignes éditoriales de leurs journaux – cherché à alerter leurs lecteurs sur les dangers du nazisme. Parmi eux, Sefton Delmer du Daily Express et Norman Ebbutt du Times. Comme les Allemands le soupçonnaient, un certain nombre de ces hommes, comme Victor Gordon-Lennox du Daily Telegraph, un journal conservateur, recueillaient des renseignements pour les services secrets britanniques et le Foreign Office.

Étonnamment, le journaliste juif hongrois Stefan Lorant, qui avait été emprisonné en Allemagne pendant plusieurs mois en 1933, ne figure pas sur la liste. Toutefois, la création la plus célèbre de Lorant, le magazine d’information pionnier « Picture Post », qui attaquait fréquemment les nazis et était lu par des millions de Britanniques, figurait, avec des dizaines de magazines et de journaux, sur la liste des publications à proscrire.

Néanmoins, comme le reconnaît Mme Oldfield, bon nombre des mises en garde contre les nazis émises par les membres du Livre noir dans la seconde moitié des années 1930 n’ont pas été prises en compte par un gouvernement et un public britanniques déterminés à éviter d’entraîner le pays dans une autre guerre. « Ils avaient vraiment l’impression d’être des cassandres, de dire la vérité et d’être toujours rejetés », dit-elle.

Nancy Astor. (Domaine public)

Mme Oldfield dit qu’elle était aussi, au départ, quelque peu déconcertée par certaines des personnes figurant sur la liste. L’hôtesse de la société Nancy Astor, première femme à siéger au Parlement, était l’une des figures de proue du « Cliveden set », un groupe de la haute société favorable à l’apaisement, considéré par beaucoup comme des sympathisants fascistes. (Cliveden était le nom de la résidence de campagne d’Astor.) De même, George Ward Price, correspondant spécial du Daily Mail pro-nazi, était, selon Mme Oldfield, le journaliste britannique préféré d’Hitler. Elle pense que tant Astor que Ward Price sont susceptibles d’avoir été inscrits sur la liste pour avoir, selon la Gestapo, trahi le Führer en se retournant contre l’Allemagne et pour avoir fait preuve d’apaisement après l’invasion de la Tchécoslovaquie en mars 1939.

Plusieurs centaines de noms figurant dans le Livre noir – dont on pense qu’il s’agit d’agents secrets ou d’espions – sont difficiles à identifier, notamment en raison de la manière vague dont ils sont répertoriés. Nombre de ces entrées ont probablement été recueillies à la suite du tristement célèbre « incident de Venlo », en novembre 1939, lorsqu’une opération d’infiltration nazie a permis à la Gestapo d’obtenir une foule d’informations sur les renseignements et les opérations britanniques sur le continent.

Néanmoins, certains noms de militaires et de services secrets se distinguent. Le colonel Frank Noel Mason-Macfarlane, par exemple, était l’attaché militaire britannique à Berlin en 1938 et 1939, qui a proposé d’assassiner Hitler depuis sa maison de la Charlottenburger Chausse. (« Un coup de fusil facile. Je pourrais cueillir ce salaud d’ici aussi facilement qu’un clin d’œil. »)

Jona « Klop » Ustinov, né à Jaffa et d’ascendance juive, travaille comme journaliste à Londres tout en espionnant pour le Foreign Office du gouvernement de Weimar. Renvoyé par les nazis, il devient un agent du MI5. La source la plus importante d’Ustinov était un aristocrate anti-nazi haut placé à l’ambassade d’Allemagne à Londres, Wolfgang Gans zu Putlitz. Bien que malheureusement trop souvent ignorés, les avertissements de von Putlitz, transmis par Ustinov, sur les intentions d’Hitler se sont avérés être, selon les mots de Peter Wright, officier supérieur du MI5, « des renseignements inestimables, probablement les renseignements de source humaine les plus importants que la Grande-Bretagne ait reçus dans la période d’avant-guerre ».

Des soldats allemands se préparent à tirer une fusée V1 en 1944. Illustration. (Crédit : PK-Lysiak/Transocean-Europapress German Federal Archive via WikiCommons)

Le travail d’Ustinov, dit Oldfield, illustre l’énorme contribution apportée par les personnes figurant dans le Livre noir à la défaite finale du nazisme. D’innombrables autres personnes que les Allemands avaient l’intention d’arrêter – dont beaucoup étaient des réfugiés – pourraient prétendre à des revendications similaires. Paul Eisler, un juif autrichien qui s’est installé en Grande-Bretagne à la fin des années 1930, a par exemple joué un rôle de pionnier en inventant la technologie électronique qui a permis de défendre Londres contre les missiles V1 lancées par Hitler au cours de la dernière année de la guerre.

Mais Mme Oldfield tient également à démontrer la contribution plus large que les réfugiés du nazisme répertoriés dans le Livre noir ont apportée à leur pays d’adoption. Des historiens de l’art aux musicologues, des penseurs politiques aux scientifiques et aux classistes, « la défaite de l’Allemagne », dit-elle, « a été la victoire de l’Angleterre ». « La vie culturelle britannique », cite-t-elle le sculpteur contemporain Anthony Gormley, « n’a jamais été tout à fait la même depuis leur arrivée ».

« J’espère que les gens penseront que nous devons beaucoup à ces réfugiés, et que les réfugiés ne sont peut-être pas les misérables indigents et nus que l’on croit trop souvent qu’ils sont », déclare Mme Oldfield. « Ils n’apportent jamais rien avec eux – ils apportent toujours eux-mêmes. Il y a toute leur expérience, leur éducation, [et] leur culture. Nous devons penser beaucoup plus à ce qu’ils nous apportent qu’à un éventuel préjudice, qui, à mon avis, n’existe pas. »

read more:
comments