Israël pourrait connaître un 3e et 4e bouclage – épidémiologiste britannique
Rechercher

Israël pourrait connaître un 3e et 4e bouclage – épidémiologiste britannique

Michael Edelstein évoque le risque des offices de Kippour en plein air et l'immunité collective, félicite la Suède et prévient: Le succès ou l'échec sera connu après le confinement

Des membres de l'équipe hospitalière travaillent dans le service de traitement du coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 23 septembre 2020. (Nati Shohat/Flash90)
Des membres de l'équipe hospitalière travaillent dans le service de traitement du coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 23 septembre 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Après avoir quitté un poste de haut niveau dans le combat contre le COVID-19 en Angleterre pour s’installer en Israël, l’épidémiologiste Michael Edelstein surveille avec inquiétude son nouveau pays alors qu’il se prépare à vivre un Yom Kippour sans pareil : en quarantaine, dans une lutte désespérée contre le coronavirus.

Le directeur général du ministère de la Santé, Chezy Levy, a averti dimanche matin qu’Israël est « presque au point de non-retour ». Son ministère vient d’annoncer que 5 855 nouvelles infections au coronavirus ont été confirmées samedi, après avoir rapporté un record de 8 373 nouveaux cas diagnostiqués vendredi.

Alors que de nombreux juifs israéliens prient pour que la nation soit « inscrite dans le livre de la vie », Edelstein dit que son sort est en effet toujours dans la balance, et sera déterminé par les actions des dirigeants et des citoyens.

Ce qui se passe pendant le confinement actuel est important, a-t-il dit, mais « la réussite ou l’échec réel se produira après le confinement ».

L’épidémiologiste Michael Edelstein. (Avec l’aimable autorisation de Michael Edelstein)

Si le pays ne fait pas les choses correctement, « il pourrait y avoir un troisième et un quatrième bouclage », a-t-il déclaré dans une vaste interview sur la COVID-19 couvrant la situation difficile d’Israël et son soutien au bouclage, son admiration pour l’approche suédoise, et ce que nous avons appris sur le virus jusqu’à présent.

Depuis 2015, Edelstein a travaillé à Public Health England, l’agence exécutive du ministère de la Santé basé à Londres, où il était responsable des programmes de santé publique. Il a quitté son poste le mois dernier pour devenir professeur à la faculté de médecine de l’université Bar Ilan, à Safed, en Galilée, où il s’intéresse tout particulièrement aux « inégalités en matière de santé » qui touchent les communautés arabes et haredi.

Edelstein est également président de l’unité des maladies infectieuses de l’Association européenne de santé publique et membre de la UK Faculty of Public Health. Il a fait partie de groupes d’experts pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, et est rédacteur en chef adjoint de la revue Epidemiology and Infection.

L’épidémiologiste Michael Edelstein (à droite) informant les politiciens libériens lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2015. (Avec l’aimable autorisation de Michael Edelstein)

Est-ce que ce deuxième confinement va réussir ?

Cela dépend de l’effet recherché. Est-il possible de ramener le nombre de cas à un niveau proche de zéro grâce au bouclage ? Probablement pas. Mais ce qu’il peut faire, en quelques semaines, c’est commencer à avoir un impact sur le nombre de nouveaux cas et ramener celui-ci à un niveau plus gérable, et mettre les hôpitaux hors de danger pour éviter qu’ils ne soient débordés.

Le véritable résultat sera connu après le bouclage. Il s’agit de savoir si le gouvernement va se ressaisir et mettre en place des restrictions claires, des tests de masse et la capacité de retracer les contacts des personnes infectées. Tout cela doit être préparé en cas de confinement. Et il s’agit aussi de savoir si les gens vont se rendre compte que c’est sérieux et respecter les règles. Sinon, il pourrait y avoir un troisième et un quatrième confinement. Cela pourrait se dérouler par cycles jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible.

Une employée range le mobilier d’un restaurant de la ville côtière de Tel Aviv le 18 septembre 2020, avant que le pays ne soit bouclé pour faire face à la recrudescence des cas de coronavirus. (JACK GUEZ/AFP)

Vous venez d’arriver en Israël en provenance du Royaume-Uni et vous comprenez parfaitement la situation en Europe et dans le monde. Comment évaluez-vous la situation actuelle d’Israël ?

La situation en Israël est grave. Il ne fait aucun doute qu’Israël a l’un des taux les plus élevés de nouvelles infections dans le monde et c’est une réelle préoccupation. Les infections et les épidémies ne se comportent pas de manière linéaire ; elles peuvent être exponentielles. Les cas sont passés d’environ 2 000 par jour à environ 8 000 en l’espace de deux à trois semaines. Cette augmentation est très inquiétante, et de grands rassemblements sans précautions adéquates pendant les fêtes pourraient conduire à une épidémie beaucoup plus importante.

De nombreuses personnes renoncent aux prières en intérieur pour Yom Kippour, mais ne savent pas si elles doivent ou non participer aux prières en extérieur. Qu’en pensez-vous ?

Des Juifs ultra-orthodoxes pendant la prière du matin dans une synagogue lors d’un confinement national de trois semaines pour freiner la propagation du coronavirus, à Bnei Brak, le 21 septembre 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Il est prouvé que le fait d’être à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur réduit la transmission, et que la distanciation sociale plus les masques nous protège et protège les autres. Prier en petits groupes à l’extérieur et respecter la règle des deux mètres peut réduire les risques, bien qu’il y ait des éléments à prendre en compte, comme le fait de savoir si le fait de chanter très fort peut être un problème qui augmente le risque. Il en va de même lorsqu’un petit office devient beaucoup plus important si les gens commencent à amener des familles et des enfants, et que la taille du rassemblement augmente. Si elle est menée de manière responsable, je pense que le risque de prière en plein air est faible.

Comment en sommes-nous arrivés à la situation actuelle, de l’histoire à succès de la première vague au retour du premier pays en quarantaine ?

Le personnel médical acclame une équipe de voltige de l’armée de l’air israélienne survolant l’hôpital Ichilov à Tel Aviv, lors du 72e anniversaire de l’indépendance d’Israël, Yom HaAtsmaout, le 29 avril 2020. (Miriam Alster/Flash90)

L’erreur qu’Israël a commise la première fois a été, après le premier bouclage, de donner aux gens le sentiment que c’était fini et que nous pouvions revenir à la normale et ne plus avoir à nous inquiéter. Le coronavirus ne va pas disparaître de sitôt, mais nous savons, grâce à certains exemples comme la Suède, que si des mesures efficaces sont mises en place, il est possible de le maintenir à un rythme raisonnable.

Le but du bouclage n’est pas de revenir à la normale, mais d’obtenir une situation dans laquelle nous pouvons rouvrir. Mais ce sera de manière contrôlée avec des restrictions. Il est possible de vivre de cette façon de manière constante pendant longtemps. Si les gens font à nouveau la même erreur et pensent que nous pouvons revenir à la normale, nous nous retrouverons dans un troisième confinement. Mais il est difficile de convaincre les Israéliens.

Nous reviendrons sur la situation d’Israël dans un instant, et nous en saurons plus sur vos réflexions concernant l’approche suédoise. Mais tout d’abord, parlons brièvement du virus lui-même, qui continue de déconcerter les médecins. Nous avons eu plus de six mois pour nous y familiariser. Quelles sont les choses les plus importantes que nous savons maintenant et que nous ne savions pas en mars ?

Animation médicale en 3D montrant la structure d’un coronavirus (Crédit : https://www.scientificanimations.com/coronavirus-symptoms-and-prevention-explained-through-medical-animation/)

Certains facteurs qui influent sur les niveaux de risque sont très bien compris aujourd’hui. L’âge est un facteur important. Le fait d’avoir des maladies chroniques, notamment respiratoires, est un facteur important, mais rien de tout cela n’explique pourquoi certaines personnes jeunes deviennent très malades et d’autres plus âgées ne le deviennent pas. Ce que nous comprenons de plus en plus, c’est comment le virus attaque le corps et se lie aux récepteurs ACE2 – qui sont comme des stations d’accueil qui se trouvent à l’extérieur de la cellule, et le virus s’y attache – et la recherche suggère que les gens ont différentes formes de récepteurs qui rendent le corps plus sensible à la maladie, alors que d’autres sont moins sensibles.

Les jeunes enfants ne s’infectent pas aussi facilement et ne sont pas un vecteur important du virus, contrairement à la grippe. Et une hypothèse est qu’ils n’ont pas une forme développée de ce récepteur. Les facteurs ethniques sont pertinents et il semble qu’il y ait une combinaison de composition génétique et de facteurs sociaux et économiques.

Des femmes âgées israéliennes portent des masques faciaux en pleine crise COVID-19, dans le quartier de Beit Hakerem à Jérusalem. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Y a-t-il quelque chose que les gens peuvent faire, au-delà des mesures d’hygiène et de la distanciation sociale, pour se protéger ?

L’un des facteurs qui détermine si vous tombez très malade en cas d’infection est l’état de votre corps, et dans ce contexte, l’obésité est un facteur important. Si vous avez une alimentation équilibrée et que vous faites régulièrement de l’exercice, vous avez de meilleures chances. L’idée que la vitamine D offre un bénéfice est une théorie intéressante, mais elle n’est pas encore très évidente.

La pandémie est très déroutante pour les gens, car beaucoup ne comprennent pas encore parfaitement quels sont les symptômes auxquels ils doivent faire attention. Quelle est votre dernière évaluation ?

L’un des défis du COVID-19 est que la plupart de ses symptômes sont partagés avec d’autres maladies comme la grippe ou même le rhume. Les symptômes les plus répandus sont la toux et la fièvre. Si vous avez de la toux ou de la fièvre, il n’y a aucun moyen de savoir d’après les symptômes s’il s’agit de la COVID-19 ou d’autre chose. Le seuil pour être testé doit être très bas. Le moindre symptôme devrait déclencher le test. Il y a une crainte d’être mis en quarantaine après le test. Mais le fait de ne pas se faire tester met en danger les proches et les étrangers. Il existe d’autres symptômes comme la perte de l’odorat et du goût. Les personnes souffrant de fièvre, de toux, de difficultés respiratoires et de perte du goût ou de l’odorat doivent donc se faire tester.

Illustration : Médecin utilisant un thermomètre frontal pour vérifier la température corporelle afin de détecter les symptômes de la COVID-19. (RyanKing999/iStock by Getty Images)

Quelle est votre explication instantanée des causes de la montée en flèche du nombre de cas en Israël ?

Il s’agit d’une combinaison de facteurs. Il y avait, jusqu’à récemment, une certaine incertitude quant à savoir qui dirige la réponse au coronavirus. L’autre chose est qu’il y a clairement une composante comportementale et qu’il y a beaucoup de complaisance dans la société israélienne, avec des gens qui organisent de grands rassemblements et qui parfois ne portent pas de masque. Il y a des personnes qui présentent des symptômes qui ne se font pas tester, ce qui a un impact, et il y a des cas de personnes qui ne se font pas tester parce qu’elles ne veulent pas être mises en quarantaine. Il y a aussi beaucoup de gens qui vivent dans des quartiers surpeuplés et des ménages multi-générationnels. Il ne s’agit pas de blâmer les gens, mais de comprendre les différents facteurs.

Les taux d’infection élevés parmi les Arabes et les Haredim sont-ils dus aux circonstances auxquelles les communautés sont confrontées, ou à leur comportement ?

Il ne s’agit pas d’une situation où tout est blanc ou noir, mais d’une combinaison des deux.

Faites-nous part de vos réflexions sur l’approche de la Suède, qui a assidûment évité le confinement.

Le fait d’avoir un blocage complet pendant de très longues périodes est très difficile à défendre. C’est difficile, et les gens perdent leurs revenus et leur capacité à vivre. La Suède n’a pas imposé de mesures de confinement. Elle a été fortement critiquée, mais il y a un équilibre. La Suède a délibérément choisi d’avoir plus de cas, mais de permettre à la vie et à l’économie de continuer à fonctionner. En Israël, nous accordons une très grande valeur aux vies individuelles. Cela reflète les idéaux juifs à bien des égards, et cela a inspiré les premières réactions. Personnellement, je crois aux approches équilibrées et je pense que la Suède a pris une décision audacieuse à un moment où il y avait très peu de preuves, mais rétrospectivement, c’était une chose sensée à faire, en particulier si vous pouvez protéger les personnes très vulnérables.

Je pense que la façon dont la Suède a fait les choses est, dans un sens, ce qu’Israël faisait maintenant en pratique jusqu’au deuxième bouclage. Ce n’était pas une politique explicite, mais cette approche a permis un certain degré d’infection et a maintenu presque tout ouvert. Nous savons qu’il y a un prix à payer pour garder la société ouverte. Cependant, si les gens ne sont pas raisonnables, ignorent les recommandations et ne se font pas tester, nous assisterons à une augmentation rapide du nombre de cas qui pourrait se traduire par une hausse des décès et une surcharge des hôpitaux. Nous apprenons que nous pouvons nous débrouiller sans confinement total, mais cela ne fonctionne que si les gens respectent les règles.

Morbylanga, en Suède, le 10 mai 2020. En l’absence de bouclage, les clients d’un café en plein air pratiquent la distanciation sociale. (Alexander Farnsworth via iStock par Getty Images)

Certaines personnes peuvent penser que vous vous contredisez, en disant qu’il est juste que nous soyons enfermés, mais d’un autre côté, vous pouvez apprendre des Suédois. Pouvez-vous clarifier ?

Ce n’est pas une contradiction. Cela dépend vraiment du point où vous en êtes dans l’épidémie. Chaque pays, au niveau de transmission actuel d’Israël, a besoin d’un bouclage. Si la Suède avait ce niveau de transmission, elle serait également en quarantaine. Mais si des mesures avaient été prises après le premier bouclage, [le modèle suédois] aurait fonctionné. En Suède, il y avait des restrictions de bas niveau et les gens s’y tenaient. Cela dépend vraiment du calendrier, de la volonté du public de tenir par des restrictions et de la confiance du public. En Israël, la confiance dans le gouvernement est faible, alors qu’en Suède, elle est élevée.

Nous entendons certaines suggestions selon lesquelles Israël est proche de l’immunité collective. L’hypothèse est que le nombre de personnes infectées est bien plus élevé que ne le montrent les tests et que le seuil d’immunité collective est plus bas que ce que l’on imagine. Qu’en dites-vous ?

Israël est loin d’avoir une immunité collective, même après avoir pris en compte les insuffisances de diagnostic. Il n’est pas clair quel pourcentage doit être infecté pour y parvenir, mais il est impossible d’y parvenir avec un pourcentage modeste.

Vous avez été fortement impliqué dans la réponse en Angleterre avant de venir en Israël. Quelles sont les différences entre les deux pays en ce qui concerne le coronavirus ?

Dans un sens, l’expérience anglaise et l’expérience israélienne sont presque opposées. Au tout début, l’Angleterre a été l’un des derniers pays à imposer des restrictions et un bouclage, ce qui a entraîné des niveaux élevés de transmission et un nombre élevé de cas au début. Bien que les chiffres aient semblé mauvais à l’époque, cela a conduit à une infection précoce d’une partie importante de la population anglaise, y compris les plus vulnérables comme les résidents des maisons de retraite. Il y a donc eu moins de personnes à infecter deux à trois mois plus tard, surtout parmi les groupes vulnérables. Cela signifie qu’il y a moins de personnes à infecter lors de la deuxième vague.

Israël a eu très tôt une réglementation très stricte, ce qui a permis de réduire le nombre d’infections et de décès. Mais dans un sens, il y a un prix à payer pour cela – car les personnes vulnérables n’ont pas été infectées tôt, et l’ont été lorsque les restrictions ont été assouplies.

Un panneau indique aux usagers de « se couvrir le visage » à la gare de Waterloo, au centre de Londres, le 8 juin 2020, alors que commence la quarantaine de 14 jours prévue par le gouvernement britannique pour les arrivées internationales afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus COVID-19. (Photo de JUSTIN TALLIS / AFP)

Y a-t-il des caractéristiques communes aux deux pays ?

Une chose qu’aucun des deux pays n’a particulièrement bien réussie est de trouver le bon équilibre entre le fait de permettre aux gens de poursuivre leur vie tout en minimisant le risque d’infection. Cela nécessite, entre autres, de retracer tous les contacts de chaque cas. La recherche des contacts n’a été réalisée de manière optimale dans aucun des deux pays, mais si vous êtes en mesure de le faire, vous pouvez bénéficier d’une plus grande liberté de mouvement.

La communauté juive d’Angleterre a été particulièrement touchée par les décès dus aux coronavirus. Y a-t-il une explication ?

La communauté juive d’Angleterre a un caractère unique. Le premier aspect est que la communauté juive est beaucoup plus âgée que la population générale. De plus, Pourim a coïncidé avec le début de l’épidémie, alors que la prise de conscience n’était pas très élevée, et les fêtes de Pourim ont été un véritable catalyseur à cet égard.

Des agents de nettoyage désinfectent un distributeur automatique de billets dans une banque à Ramat Gan, le 3 juin 2020. (Flash90)

Pouvez-vous nous expliquer les dernières réflexions, telles que vous les comprenez, sur la manière dont le virus se propage ? Au début, on insistait beaucoup sur le danger de contracter le virus sur les surfaces et sur l’hygiène des mains, alors qu’aujourd’hui, on parle plutôt de gouttelettes et du fait que le virus est en aérosol, c’est-à-dire qu’il se transforme en petites gouttelettes qui peuvent rester dans l’air.

Le virus vit dans le système respiratoire et lorsque quelqu’un tousse, ses gouttelettes infectées voyagent. Il peut survivre un certain temps sur les surfaces. Au début, on mettait beaucoup plus l’accent sur les surfaces, maintenant c’est plutôt les gouttelettes de personne à personne. C’est un virus assez gros en termes de taille, donc il ne voyage pas très loin. Des études suggèrent qu’il peut être transmis par aérosol, mais on ne sait pas très bien quel rôle il joue et quelle est la principale méthode de transmission, à savoir les gouttelettes qui vont d’une personne à l’autre. Il est peu probable que l’idée qu’elles puissent flotter dans l’air soit un mode de transmission majeur. Dans les virus que vous voyez et qui sont généralement en aérosol, il y a des taux de transmission plus élevés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...