Le confinement « continuera », Israël proche du « point de non-retour » – Chezy Levy
Rechercher

Le confinement « continuera », Israël proche du « point de non-retour » – Chezy Levy

Le directeur du ministère de la Santé dit penser que les mesures ne seront pas levées tout de suite après les fêtes en raison du taux de positivité de 15 % - loin des 10 % visés

Le directeur général du ministère de la Santé, Chezy Levy, lors d'une conférence de presse à Jérusalem sur le coronavirus, le 13 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le directeur général du ministère de la Santé, Chezy Levy, lors d'une conférence de presse à Jérusalem sur le coronavirus, le 13 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le directeur-général du ministère de la Santé a déclaré, dimanche, qu’il pensait que le confinement ne serait pas levé immédiatement au lendemain des grandes fêtes juives. Il a estimé que le pays se trouvait actuellement « presque au point de non-retour ».

S’exprimant au micro de la radio militaire, Chezy Levy a critiqué avec force les participants aux rassemblements organisés à Tel Aviv et à Jérusalem, samedi soir, contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dénonçant le non-respect des restrictions émises par son ministère sur les rassemblements.

« J’en appelle à tous : malgré le droit à manifester qui vous ait accordé, vous devez vous serrer les coudes », s’est-il exclamé. « Nous avons mis en place un cadre qui autorise les mouvements de protestation extérieurs par petits groupes. Est-ce que ce à quoi nous avons assisté, la nuit dernière, entrait dans ce cadre ? »

Netanyahu a admis samedi que le gouvernement avait fait des erreurs lors de la levée du premier confinement national imposé à l’Etat juif en début d’année.

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 26 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a indiqué, dimanche, que 5 723 nouveaux cas de coronavirus avaient été confirmés samedi sur le territoire – après un record de 8 315 nouveaux cas diagnostiqués dans la journée de vendredi.

Le nombre de tests de dépistage est plus faible le week-end.

Le bilan des décès a pour sa part été revu à la baisse pour une raison encore inconnue, passant de 1 441 à 1 439.

Levy a expliqué être « inquiet en tant que citoyen israélien ».

« J’ai le sentiment qu’on ne voit pas ce qui est en train de se passer et ce vers quoi nous sommes en train de nous diriger. On voit qu’il y a des rassemblements massifs, avec des craintes concernant les offices de prière de Yom Kippour, là où nous avons demandé de limiter le nombre de personnes », a-t-il ajouté.

« Je suppose que nous ne sortirons pas du confinement immédiatement après Simhat Torah [le 10 octobre]. Je présume que nous n’allons pas retrouver notre quotidien habituel », a-t-il continué. « Les cours, dans les écoles, ne reprendront pas non plus en totalité après Souccot. »

Levy a expliqué qu’il fallait que le taux d’infection diminue avant la levée des restrictions.

Ces derniers jours, le taux de résultats de tests positifs a flirté avec les 15 %. Levy a insisté sur le fait que ce chiffre devait d’abord descendre à moins de 10 %.

Dans une vidéo en hébreu diffusée samedi par son bureau, Netanyahu a dit : « Avons-nous fait des erreurs dans le passé ? Bien sûr. L’ouverture des salles accueillant des événements a été trop rapide, peut-être même aussi l’ouverture de tout le système scolaire. »

Il a aussi pointé du doigt la responsabilité des experts qui, a-t-il affirmé, l’ont conseillé pour la réouverture de l’économie, de la Knesset qui a rejeté certaines décisions prises par le gouvernement et des médias qui, a-t-il poursuivi, ont contribué à l’apathie du public en dépeignant la réponse à la pandémie comme exagérée.

Netanyahu a déclaré qu’Israël n’avait pas eu « d’autre choix » que d’opter pour un nouveau confinement et il a vivement recommandé à la population de ne pas se rendre à la synagogue lors de Yom Kippour.

Les chiffres rendus publics dimanche matin indiquent qu’il y a eu 229 148 cas confirmés de COVID-19 au sein de l’Etat juif depuis le début de la pandémie, dont 68 586 cas actifs.

Un employé de l’hôpital Shaare Zedek, en vêtement de protection, prélève un échantillon sur une femme pour un test de dépistage au coronavirus (COVID-19) à Jérusalem, le 14 septembre 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le nombre de malades du COVID-19 actuellement dans un état grave est de 719 et 199 se trouvent aujourd’hui sous respirateur. 264 personnes sont dans un état modéré et les autres ne présentent que des symptômes légers, voire une forme asymptomatique du coronavirus.

Le ministère a indiqué que 61 158 tests avaient été réalisés vendredi et 42 205 samedi. Le taux de positivité continue à augmenter dans l’ensemble : il était à 12,5 % jeudi, à 13,7 % vendredi et à 13,6 % samedi.

Un nouveau confinement, plus strict que le précédent, a été mis en vigueur vendredi à 14 heures, même si les députés ont été dans l’incapacité de trouver un accord sur les restrictions prévues sur les manifestations et sur la prière publique.

Les nouvelles mesures prévoient la fermeture de presque toutes les entreprises, à l’exception d’entreprises spécifiques et d’usines considérées comme « essentielles » aux yeux de l’Autorité d’urgence nationale mise en place au sein du ministère de la Défense, ainsi que les épiceries et autres boutiques alimentaires. Les activités des restaurants se limitent dorénavant aux livraisons à domicile.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...