Rechercher
  • Illustration de la façade du nouveau Musée de la Tolérance, Jérusalem. (Centre Simon Wiesenthal)
    Illustration de la façade du nouveau Musée de la Tolérance, Jérusalem. (Centre Simon Wiesenthal)
  • Vue du chantier de construction du Musée de la Tolérance à Jérusalem, le 7 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
    Vue du chantier de construction du Musée de la Tolérance à Jérusalem, le 7 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
  • Des policiers à cheval passent devant le Musée de la Tolérance à Jérusalem, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)
    Des policiers à cheval passent devant le Musée de la Tolérance à Jérusalem, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)
  • Une vue du Musée de la Tolérance de Jérusalem, vue depuis le quartier de Nahalat Shiva, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)
    Une vue du Musée de la Tolérance de Jérusalem, vue depuis le quartier de Nahalat Shiva, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)

Le « Musée de la Tolérance » de Jérusalem est presque – enfin – terminé

Le bâtiment du Centre Simon Wiesenthal, qui devrait être quatre fois plus grand que Yad Vashem, a déjà une présence imposante. Ouverture l’an prochain

En 2000, le rabbin Marvin Hier avait organisé un dîner à Los Angeles pour le Centre Simon Wiesenthal, [CSW] l’organisme de surveillance de l’antisémitisme et de défense des juifs qu’il dirige. Alors que la soirée touchait à sa fin, Hier avait distribué des casquettes de baseball sur lesquelles était inscrit « Winnick Institute », le nom du musée de la tolérance que le CSW prévoyait de construire dans le quartier de French Hill à Jérusalem.

Contrairement au Musée de la Tolérance de Los Angeles, avait déclaré le rabbin Hier, celui de Jérusalem n’abordera pas la Shoah, mais se tournerait vers l’avenir.

« Au 20e siècle, le plus grand problème était la menace extérieure », avait encore déclaré Hier au Los Angeles Times à l’époque. « Il y a eu des guerres, il y a eu la Shoah. Mais la plupart des historiens et des philosophes pensent qu’au 21e siècle, la question la plus importante sera : ‘Pouvons-nous vivre les uns avec les autres ?’ Le Winnick Institute Jerusalem se concentrera sur la grande question interne. »

Le musée, avait-il dit alors, devrait être ouvert dans les cinq ans.

Vingt-et-un ans plus tard, après d’interminables séries de batailles juridiques, de combats de relations publiques, de querelles architecturales, de remaniements et autres retards, le Musée de la Tolérance de Jérusalem s’apprête enfin à ouvrir ses portes… en 2022.

Des policiers à cheval passent devant le Musée de la Tolérance à Jérusalem, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)

Le nom Winnick (du magnat de la fibre optique Gary Winnick, dont la société a fait faillite en 2002) n’est pas la seule chose qui a changé. Le prix a grimpé de 120 millions de dollars en 2000 à 270 millions de dollars. Et le musée se trouve désormais dans le centre de Jérusalem, sur un cimetière musulman vieux d’un millénaire, – ce qui a suscité de nombreuses controverses pour un projet censé être une force unificatrice et a aussi  suscité des questions quant à savoir si le Musée de la Tolérance, ou MOTJ, était lui-même tolérant ou non.

Le grand bâtiment blanc du musée a déjà une présence imposante, adjacent au parc de l’Indépendance et au quartier chic de Mamilla. Selon le CSW, le musée, qui comprend plusieurs niveaux souterrains, couvrira quelque 14 000 mètres carrés. Cela en ferait le deuxième plus grand musée du pays, près de quatre fois plus grand que le mémorial de Yad Vashem et plus petit que le Musée d’Israël, selon les données disponibles sur l’espace d’exposition.

Selon Hier et Richard Trank, responsable du contenu du Musée de la tolérance du CSW à Los Angeles et du nouveau musée en Israël, le bâtiment situé dans le centre-ville de Jérusalem comprendra un musée des enfants et un musée général. Ce dernier comprendra deux expositions : A People’s Journey, qui se penche sur le passé, et un Social Lab, qui se penche sur le présent et l’avenir.

Illustration de la façade du nouveau Musée de la Tolérance, Jérusalem. (Centre Simon Wiesenthal)

En outre, il y aura deux théâtres, un centre de conférence international, un grand hall, un café intérieur/extérieur, une boutique de souvenirs, une bibliothèque (comprenant une exposition de lettres d’archives spéciales), des salles de classe, une place publique, un amphithéâtre extérieur de 1 200 places construit autour des vestiges d’un aqueduc romain et un parking souterrain.

À l’intérieur des espaces d’exposition, les bailleurs de fonds du musée promettent une expérience muséale nouvelle et avant-gardiste, ainsi qu’une touche somptueuse de style hollywoodien.

Le rabbin Marvin Hier, fondateur du Centre Simon Wiesenthal, prononce une bénédiction lors de l’investiture du président américain Donald Trump, le 20 janvier 2017. (Capture d’écran YouTube)

Bien qu’il porte le nom de Simon Wiesenthal, le légendaire chasseur de nazis qui n’a pas été directement impliqué dans le centre, le CSW est indissociable de Hier, son fondateur et leader hors du commun.

Le Centre est fier de sa place dans l’écosystème de Tinseltown, où il accueille des stars du cinéma et d’autres célébrités. Les photos fournies par le centre pour cet article montrent des acteurs connus et d’autres VIP, et Hier, comme beaucoup de collecteurs de fonds, n’est pas étranger à la présence de célébrités.

Le CSW gère sa propre équipe de cinéma, Moriah, qui est dirigée par Trank et se concentre sur les documentaires. À un moment donné, dans une interview que Hier et Trank ont accordée au Times of Israel, Trank a utilisé le prestige hollywoodien de Hier pour le défendre contre des accusations de partisanerie pour avoir prononcé une invocation lors de l’investiture du président américain Donald Trump en 2017 : « Expliquez-moi pourquoi [l’ancien président israélien] Shimon Peres a passé la dernière année de sa vie avec moi et [Hier], à faire des interviews sur sa vie, et pourquoi George Clooney a fait la narration du film et a été notre invité d’honneur pour notre événement annuel ? »

Le rêve californien

Certains éléments du musée de Jérusalem seront empruntés ou inspirés du Musée de la Tolérance du CSW à Los Angeles, qui a ouvert ses portes en 1993 avec pour mission de combattre la haine en éduquant ses visiteurs sur les différentes formes de préjugés et de discrimination, en mettant l’accent sur l’antisémitisme et la Shoah.

Le musée de LA, actuellement fermé en raison de la pandémie, a accueilli plus de 7,5 millions de visiteurs, dont plus de 3 millions de jeunes et d’écoliers. Quelque 235 000 adultes ont suivi les programmes de formation à la diversité qu’il a organisés dans les domaines de la justice pénale et de l’éducation. Il s’est également positionné comme un élément de la scène hollywoodienne, accueillant des stars du cinéma et d’autres célébrités pour des événements.

Un concert pour United Hatzalah au Musée de la Tolérance à Jérusalem, en août 2019.

La plupart des expositions sont centrées sur l’expérience des idées plutôt que des objets, et certaines des approches mises en place à Los Angeles sont transposées à Jérusalem, notamment le laboratoire social, où les visiteurs seront invités à réfléchir à diverses idées et préjugés.

À Los Angeles, une partie du laboratoire a pris la forme d’un restaurant sur le thème des années 1950, le Point of View Cafe, mais il est prévu qu’il soit amélioré dans cette ville et à Jérusalem par le Yazdani Studio, basé à Los Angeles, a déclaré Trank.

« Nous sommes entrés dans le 21e siècle avec un énorme cube de verre à quatre faces, avec un point de vue différent sur des questions particulières sur chaque face », a-t-il déclaré. « À Los Angeles, il traitera de questions telles que le harcèlement, les sans-abri, la pandémie, le maintien de l’ordre et les LGBTQ, avec des personnages donnant différents points de vue. Ce concept se retrouvera également dans le Social Lab à Jérusalem, [où] il examinera les expériences d’Israël, des Israéliens et des Palestiniens, des musulmans, des juifs et des chrétiens, des sépharades et des ashkénazes, des religieux et des laïcs. »

Représentation artistique de l’exposition Point of View prévue au Musée de la Tolérance de Los Angeles, qui sera également présentée au Musée de la Tolérance de Jérusalem, avec un contenu différent. (Centre Simon Wiesenthal)

Le laboratoire comprendra également ce que le musée appelle un Forum, où les visiteurs explorent une question par le biais d’un dialogue et votent ensuite pour une solution, ainsi qu’un Centre de crise mondiale, qui permettra aux visiteurs de naviguer dans une situation de pression et de voir quelles pourraient être les différentes conséquences de leurs actions.

« C’est basé sur des choses réelles, comme la pandémie », a déclaré Trank.

Comme le musée de Los Angeles, le Musée de la Tolérance de Jérusalem présentera une exposition sur la jeune victime néerlandaise de la Shoah et journaliste Anne Frank. Mais le centre de Jérusalem se concentrera également sur l’histoire d’Israël dans une section consacrée à l’aspiration des Juifs à retourner à Sion.

Représentation artistique de l’exposition Forum prévue au Musée de la Tolérance de Los Angeles, qui sera également présentée au Musée de la Tolérance de Jérusalem, avec un contenu différent. (Centre Simon Wiesenthal)

Cela constituera le point culminant d’une exposition plus large sur les valeurs juives essentielles, telles que la foi, l’éducation, la charité et la communauté, qui ont permis au peuple juif de rester uni et de survivre.

Le musée présentera également des sujets plus légers, tels qu’une exposition sur la comédie et l’humour et un regard sur les relations d’Israël avec des artistes et interprètes célèbres tels que Leonard Bernstein et Frank Sinatra, a-t-on indiqué au Times of Israel.

Impérialisme philanthropique

Une chose que le musée n’est pas censé avoir est un contenu lié à la Shoah, ce qui le distingue du musée de Los Angeles. En effet, lorsque les plans du musée ont été élaborés il y a plus de vingt ans, le musée et mémorial de la Shoah Yad Vashem s’est assuré que le gouvernement conditionne l’octroi du terrain pour le Musée de la Tolérance à un accord de ne pas couvrir les questions liées à la Shoah.

« Il nous semble que l’établissement d’un Musée de la Tolérance en Israël n’est pas nécessaire et il est très certainement inacceptable et anormal que l’État d’Israël mette un terrain à la disposition de ressortissants étrangers qui ne représentent aucun autre groupe qu’eux-mêmes au sein du peuple juif », a déclaré un porte-parole de Yad Vashem à Haaretz en 1999.

Barbra Streisand visitant « Anne », une exposition au Musée de la Tolérance, Los Angeles, en 2013. (Centre Simon Wiesenthal)

Un porte-parole de Yad Vashem a déclaré au Times of Israel qu’il ne s’opposait pas au Musée de la Tolérance mais qu’il avait eu des discussions avec le CSW pour s’assurer qu’il n’aborderait pas le thème de la Shoah. « Yad Vashem estime que rien ne justifie la création d’un autre centre de la Shoah à Jérusalem, puisque Yad Vashem, l’autorité nationale chargée de la mémoire de la Shoah, s’y trouve déjà. Depuis [les discussions], Yad Vashem n’a reçu aucune information supplémentaire sur le contenu du Musée de la Tolérance à Jérusalem. »

Quant au reste du contenu, Hier et Trank ont tous deux déclaré que le CSW consultait les Israéliens et travaillerait avec des groupes de discussion dans les deux pays, mais Hier a indiqué que les Israéliens n’auraient qu’une contribution limitée.

« Si vous voulez savoir si les Israéliens auront le dernier mot sur tout le contenu, absolument pas. Il s’agit d’un musée mondial et nous consultons des personnes du monde entier. C’est le Musée de la Tolérance à Jérusalem, ce qui signifie que nous consultons les juifs et les non-juifs du monde entier », a-t-il déclaré.

Représentation artistique du Musée des Enfants prévu pour le Musée de la Tolérance à Jérusalem. (Centre Simon Wiesenthal)

Les expositions de Los Angeles et de Jérusalem sont toutes deux conçues par le Yazdani Studio, un cabinet d’architecture et de design basé en Californie, qui réalise des projets dans le monde entier.

Un porte-parole du CSW a refusé de nommer qui, en Israël, avait été consulté sur le projet. « Nous travaillons et avons été en contact avec toute une série de consultants et d’institutions israéliens, tout comme nous l’avons été lorsque nous avons construit le Musée de la Tolérance à Los Angeles en 1993. Il s’agit de relations de travail, et au moment opportun, avec leur permission, nous rendrons les choses publiques, mais nous ne le ferons pas maintenant », a déclaré le porte-parole.

Vue aérienne du Musée de la Tolérance de Jérusalem en construction. La zone pavée derrière est la piscine de Mamilla, un ancien réservoir d’eau. (Dchaseb, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

Une source impliquée dans le secteur des musées israéliens, qui a demandé à ne pas être nommée, a critiqué ce qui a été dit comme un manque d’adhésion locale au projet, accusant les bailleurs de fonds du musée de pratiquer un « impérialisme philanthropique ».

« Notre pays est plein de gens talentueux. Pourquoi pensent-ils à Los Angeles qu’ils sont meilleurs que nous, qu’ils peuvent nous dire ce qu’il faut faire ici ? », a demandé cette source. « Ont-ils un conservateur local ? Des fabricants d’expositions locaux ? S’ils pensent qu’ils peuvent prêcher la tolérance aux autochtones dans la ville la plus folle de la planète, ils ne savent pas où ils vivent. »

Si vous voulez savoir si les Israéliens auront le dernier mot sur tout le contenu, absolument pas

Le CSW refuse de parler des donateurs pour le projet de 270 millions de dollars, bien que M. Hier ait laissé échapper quelques indices en parlant de l’amphithéâtre Diamond à l’extérieur, du théâtre Snider, qui peut accueillir près de 400 personnes, et du théâtre Samson, qui peut en accueillir 150. (Gordan et Leslie Diamond, Jay et Ed Snider, et Lee Samson font tous partie du conseil d’administration du CSW, selon de récents documents fiscaux américains).

La date d’ouverture du musée dépendra de l’achèvement du contenu des expositions relatives à Israël, ce qui, selon M. Hier, devrait prendre entre 12 à 15 mois.

De droite à gauche : George Clooney, lauréat du Humanitarian Award 2020 du Centre Simon Wiesenthal et narrateur du tout nouveau documentaire de Moriah Films, Never Stop Dreaming : the Life and Legacy of Shimon Peres, avec le rabbin Marvin Hier, fondateur et doyen du Centre Simon Wiesenthal, et Richard Trank, scénariste/réalisateur, producteur exécutif de Moriah Films, qui supervise également le contenu du Musée de la Tolérance de Jérusalem. (Centre Simon Wiesenthal, 2018)

Trouver l’intrigue

Selon le rabbin Hier, la genèse du musée remonte à 1993, lorsque le défunt maire de Jérusalem, Teddy Kollek, a visité le musée de Los Angeles et a été si impressionné qu’il a demandé à M. Hier de construire quelque chose de similaire à Jérusalem.

« Faith », sculpture d’Alexander Liberman, French Hill, Jérusalem. (Djampa, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

Le premier site envisagé était celui de French Hill, près du campus du mont Scopus de l’Université hébraïque, dans le nord de la ville, où se trouve aujourd’hui la sculpture de la « Foi » (Faith) d’Alexander Liberman.

Selon un article du Haaretz de l’époque, Hier a cherché à obtenir un terrain coûteux près de la German Colony de la ville pour construire le musée, mais Ehud Olmert, qui a succédé à Kollek en tant que maire de Jérusalem, a exigé que le CSW l’achète.

Au lieu de cela, Olmert a donné au CSW un grand terrain situé à la jonction entre le centre-ville de Jérusalem et le quartier de Mamilla, un ancien no man’s land qui en était aux premiers stades de réaménagement à l’époque. Déjà à l’époque, la parcelle était un terrain de choix, à côté du parc de l’Indépendance et en face des magasins touristiques et des restaurants populaires du quartier historique de Nahalat Shiva. Aujourd’hui, elle l’est encore plus, avec le centre-ville qui continue à bourdonner et les boutiques et hôtels chics du quartier de Mamilla à quelques pas.

Un homme traverse un cimetière musulman à l’ombre du Musée de la Tolérance en construction, à Jérusalem, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)

En 1999, le CSW a fait appel à l’architecte juif Frank Gehry, basé à Los Angeles, qui a conçu un bâtiment gigantesque rappelant les structures de verre et d’acier élégantes et sinueuses pour lesquelles il a acquis une renommée mondiale, notamment l’emblématique musée Guggenheim de Bilbao et le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles.

Le site a été rezoné et les plans de Gehry ont été approuvés en 2002, au grand dam de ceux qui voyaient une folie mégalo-maniaque dans la structure de verre, de pierre et de titane, habillée d’argent et de bleu, qui semblait si éloignée de son environnement prévu.

Le projet de l’architecte Frank Gehry pour le Musée de la Tolérance, Jérusalem. (Centre Simon Wiesenthal)

Deux ans plus tard, Arnold Schwarzenegger, alors gouverneur de la Californie, s’est rendu sur place pour poser symboliquement la première pierre du site, mais il s’est avéré qu’il ouvrait une boîte de Pandore.

Lorsque l’Autorité israélienne des Antiquités a commencé ses habituelles fouilles de sauvetage avant la construction pour explorer ce qui se trouvait sur et sous le site, des rapports ont commencé à faire état de tombes déterrées et d’ossements humains découverts.

Les pommes de discorde

En 2005, la dénommée Association Al Aqsa, affiliée à la branche nord du Mouvement islamique, désormais illégale, dirigée par le sulfureux cheikh Raed Salah, a présenté une requête à la Cour suprême demandant l’arrêt des travaux au motif que la construction du musée violerait le caractère sacré du cimetière.

Le tribunal a suspendu les fouilles en 2005, date à laquelle environ 400 des 1 000 squelettes estimés avaient été retirés et transportés dans des boîtes en carton à l’Institut médico-légal Abu Kabir de Tel Aviv, dans l’espoir de trouver une personnalité religieuse musulmane pour les enterrer à nouveau.

La piscine et le cimetière de Mamilla vus du ciel sur une photo prise entre 1928 et 1946. (Library of Congress/Matson Collection)

Il existe plusieurs précédents dans lesquels des personnalités religieuses musulmanes ont donné le feu vert à la construction sur le cimetière de Mamilla, qui couvrait autrefois 138 dunam (13,8 hectares).

Avant l’existence de l’État d’Israël, par exemple, les avocats du grand mufti de Jérusalem, Hadj Amin al-Husseini, ont plaidé avec succès en faveur de la construction du Palace Hotel (aujourd’hui le Waldorf Astoria) à l’extrémité sud-ouest du cimetière en 1930.

En 1964, le Qadi musulman de Jaffa, Taher Hammad, a rendu une décision supprimant le caractère sacré de la plupart des parties du cimetière pour permettre la création du Parc de l’Indépendance. Bien qu’il n’ait pas autorisé la construction de bâtiments à cet endroit, une école, un parking et d’autres bâtiments ont été construits par la suite le long de l’extrémité nord du cimetière.

Une tombe musulmane à côté du Musée de la Tolérance à Jérusalem, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)

Le professeur Yitzhak Reiter, qui a écrit plusieurs livres et articles sur la controverse, a été contacté par le CSW au cours de l’affaire judiciaire et a suggéré qu’il offre au Mouvement islamique une salle au sein du nouveau musée qui présenterait l’histoire du cimetière musulman et serait dirigée par un conservateur arabe musulman qui pourrait faire visiter les lieux.

« Ils n’ont pas aimé, mais étaient prêts à me laisser essayer », se souvient Reiter, « mais les personnes proches du Mouvement islamique m’ont dit que Raed Salah n’accepterait aucun compromis. Si les musulmans avaient été représentés par des personnalités plus modérées, je pense que la Cour suprême se serait prononcée contre la construction du musée sur ce site. »

Le chef de la branche nord du Mouvement islamique en Israël, le cheikh Raed Saleh, arrive au tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 15 août 2017. (Avi Dishi/Flash90)

Au lieu de cela, fin 2008, le tribunal a décidé que la construction pouvait reprendre, notant que personne ne s’était plaint pendant les presque 50 ans où le site a servi de parking public.

À ce moment-là, le CSW, qui avait déjà dépensé 15 millions de dollars, a continué à construire sur le même site, plutôt que d’en trouver un nouveau.

« Il y avait toutes sortes d’opportunités », a déclaré Reiter, qui enseigne au Collège académique d’Ashkelon. « Ils auraient pu s’installer ailleurs, par exemple dans l’enceinte du musée de Givat Ram. Cela leur aurait évité bien des soucis. Mais ils avaient déjà dépensé beaucoup d’argent avant que l’affaire ne soit portée devant les tribunaux. Rétrospectivement, ils n’auraient pas pu faire grand-chose car le Mouvement islamique ne voulait pas faire de compromis. »

Le professeur Yitzhak Reiter, titulaire de la chaire d’études israéliennes au Collège académique d’Ashkelon. (Autorisation)

Gehry aurait également refusé de faire des compromis sur son projet et aurait démissionné début 2010. Il a été remplacé par les architectes israéliens Bracha et Michael Chyutin, qui ont conçu la structure plus petite et moins flamboyante qui s’achève aujourd’hui.

Les Chyutins ont depuis quitté le projet et se sont battus contre le CSW pendant sept ans jusqu’à ce qu’ils parviennent à un accord sur le paiement de l’utilisation de leurs plans. Ils ont été remplacés par Aedas, une firme internationale, en collaboration avec l’architecte de Jérusalem Yigal Levy.

La conception en forme de pont des Chyutins a réduit de près de moitié la hauteur du projet de Gehry et de deux tiers sa superficie. Le bâtiment comprend trois niveaux en surface et deux niveaux souterrains, sans compter les niveaux de parking plus bas.

Vue du chantier de construction du Musée de la Tolérance à Jérusalem, le 7 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

La façade donnant sur le centre-ville est revêtue d’une pierre calcaire presque blanche, tandis qu’une ligne de grandes fenêtres vitrées donne sur le paysage vert du parc et du cimetière restant de l’autre côté. Une passerelle située sous la partie pontée du bâtiment reliera les deux côtés. Du côté de la ville, la vue vers le sud-est, y compris le clocher emblématique du YMCA, est complètement bouchée.

Une vue du Musée de la Tolérance de Jérusalem, vue depuis le quartier de Nahalat Shiva, le 5 avril 2021. (Joshua Davidovich/Times of Israel)

M. Hier a fait remarquer que, depuis le début des fouilles, le projet était supervisé par l’Autorité israélienne des Antiquités et que le Musée de la Tolérance suivait méticuleusement toutes les consignes.

Le rabbin Marvin Hier discute de l’exactitude historique du film « La Passion du Christ » de Mel Gibson, lors d’une conférence de presse au Musée de la Tolérance, à Los Angeles, le mardi 24 février 2004. (AP Photo/Stefano Paltera)

Les responsables du musée espèrent que les Arabes visiteront le musée. Les appareils audio fournis aux visiteurs lors de leur visite des expositions proposeront de l’arabe, ainsi que de l’hébreu et de l’anglais.

Hier a tenu à souligner les relations positives du CSW avec le monde arabe. « Feu le roi Hussein de Jordanie a visité notre musée de LA avant que la Jordanie ne reconnaisse Israël et ne devienne membre, et il portait sa carte de membre du musée dans sa poche », a-t-il déclaré. « Nous utiliserons ces liens avec le monde arabe dans le Musée de la Tolérance ».

Le défunt roi Hussein et la reine Noor de Jordanie avec le rabbin Marvin Hier, fondateur et doyen du Centre Simon Wiesenthal, et une délégation, à la section consacrée à la Shoa du Musée de la Tolérance de Los Angeles, 1995. (Centre Simon Wiesenthal)

Mais pour Reiter, et pour d’autres qui ont exprimé des réserves en privé, l’idée qu’un musée dédié à la tolérance place un édifice colossal sur un cimetière musulman, malgré les protestations de musulmans locaux, est la pire des ironies. Dans cette partie du monde, les sensibilités sont à vif, et le symbolisme du passé peut exercer une force puissante sur le présent.

« Il aurait peut-être été justifié [de construire sur le cimetière] si, par exemple, un service d’urgence devait être construit », a déclaré Reiter. « Mais le gros problème est que c’est un musée de la tolérance. De quelle tolérance faites-vous preuve envers l’autre, si vous créez un musée de la tolérance sur un cimetière ? ».

read more:
comments