Rechercher
Le rabbin Chaïm Druckman assistant à un événement au Centre international de convention de Jérusalem, le 30 décembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le rabbin Chaïm Druckman assistant à un événement au Centre international de convention de Jérusalem, le 30 décembre 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Nécrologie1932-2022

Le rabbin Chaïm Druckman, chef spirituel de HaTzionout HaDatit, meurt à 90 ans

Fondateur du mouvement des résidents des implantations, qui a inventé Gush Emunim, il a inspiré les principaux leaders du pays tant comme éducateur que comme acteur politique

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Le rabbin Chaim Druckman, une personnalité importante et controversée de l’extrémité conservatrice du mouvement sioniste religieux HaTzionout HaDatit, est décédé dimanche après avoir contracté le coronavirus au début du mois, à l’âge de 90 ans.

Ses funérailles devaient avoir lieu lundi à 12 heures dans la communauté de Masuot Itzhak, dans le sud du pays.

Druckman était un protégé de l’influent rabbin nationaliste Zvi Yehuda Kook. On lui doit le nom de Gush Emunim – littéralement, le bloc des croyants – qui désigne depuis sa création, dans son salon de Merkaz Shapira en 1974, le mouvement des résidents des implantations. Élément prédominant du sionisme religieux, le mouvement est passé de sa position de centre-gauche lors de la création de l’État à la droite, puis à l’extrême-droite, où il se trouve aujourd’hui.

Lauréat du Prix Israël, pendant de nombreuses années, Druckman a joué un rôle important dans la politique israélienne, que ce soit comme député à la Knesset, comme vice-ministre ou, plus récemment, comme chef spirituel du parti HaTzionout HaDatit. Il a également occupé des fonctions religieuses influentes, en tant que doyen de la Yeshiva Or Etzion, chef du réseau de tous les séminaires affiliés au mouvement sioniste religieux Bnei Akiva, et président de l’union des yeshivot Hesder, des séminaires pour hommes qui combinent le service militaire et l’étude religieuse.

Au fil des ans, Druckman s’est trouvé en désaccord avec certains rabbins ultra-orthodoxes en raison de ses opinions plus libérales en matière de conversion au judaïsme, ainsi qu’avec les autorités de l’État pour ses prises de position parfois subversives, comme ses appels aux soldats religieux à refuser les ordres d’expulsion des implantations en Cisjordanie. Il a également été critiqué pour avoir défendu des délinquants sexuels notoires.

Druckman a contracté le virus COVID au début du mois, pour la deuxième fois. Il a d’abord été soigné par une équipe de médecins à son domicile dans la communauté de Mercaz Shapira, ville du centre d’Israël, avant d’être transféré à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem la semaine dernière suite à une détérioration de son état.

Les médecins ont réanimé Druckman dans l’après-midi de mercredi dernier, mais son état est resté critique tout au long du week-end.

« Le rabbin a été hospitalisé à l’hôpital Hadassah Ein Kerem dans un état critique où il a été soigné avec diligence par le personnel du service de soins intensifs ces dix derniers jours, mais les médecins ont finalement dû prononcer son décès ce soir », a déclaré l’hôpital dimanche.

Les personnalités politiques et publiques du pays ont aussitôt envoyé leurs éloges funèbres à la mémoire de Druckman.

« La Torah d’Israël, le peuple d’Israël et la terre d’Israël étaient au centre de ses préoccupations heure après heure, jour après jour, et il a consacré sa vie à l’État d’Israël et au peuple juif », a déclaré le président Isaac Herzog dimanche soir.

Le chef du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, a évoqué la mort de Druckman en termes bibliques. « Nous sommes devenus orphelins, sans père », a-t-il écrit, citant le livre des Lamentations.

« Le peuple d’Israël et le monde entier ont perdu l’un des géants spirituels de nos générations, un homme pieux, un éducateur, un homme dont la vie entière était dédiée à la Torah de la terre d’Israël, au peuple d’Israël et à la terre d’Israël », a déclaré Smotrich.

L’ancien Premier ministre Naftali Bennett, qui a été l’un des plus fidèles disciples de Druckman, s’est souvenu de son ancien chef spirituel comme d’un homme modéré « qui utilisait son énergie pour agir comme médiateur afin d’unifier les différentes sections du peuple israélien. »

Le Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu a évoqué les efforts de Druckman en matière de conversion, déclarant que le rabbin « a trouvé un moyen de rapprocher les cœurs, ce qui a permis à de nombreux nouveaux immigrants de rejoindre les rangs de notre peuple. »

De Kuty à la Palestine

Né en 1932 dans la ville de Kuty, alors située en Pologne et aujourd’hui en Ukraine, Druckman a survécu à la Shoah, d’abord en se cachant avec ses parents, puis en fuyant l’Europe en 1944, en se faisant passer pour le fils d’un couple qui n’avait pas d’enfant, afin d’immigrer en Palestine. Peu après la guerre, ses parents l’ont rejoint en Terre Sainte.

En Palestine, Druckman a étudié dans une yeshiva affiliée au Bnei Akiva dans la communauté de Kfar Haroeh. En 1949, il s’est enrôlé dans l’armée israélienne naissante au sein du programme Nahal. Pendant cette période, il a également contribué à la création des communautés religieuses du kibboutz Tirat Zvi dans le nord d’Israël et du kibboutz Saad près de la frontière de Gaza.

Après son service militaire, Druckman a étudié à la Yeshiva Mercaz Harav – l’institution phare du mouvement sioniste religieux – à Jérusalem sous la direction du rabbin Zvi Yehuda Kook, le fils du rabbin Abraham Isaac Kook, le premier grand rabbin ashkénaze d’Israël et le père de la théologie sioniste religieuse. Étudiant brillant et dévoué, Druckman est devenu l’un des principaux disciples de Kook.

Après un bref séjour aux États-Unis au milieu des années 1950 comme représentant du Bnei Akiva, Druckman a été envoyé par Kook pour diriger la Yeshiva Or Etzion à Mercaz Shapira, alors une minuscule communauté récemment établie sur les terres d’un village palestinien abandonné au nord-est d’Ashkelon. En tant que doyen de la Yeshiva Or Etzion, Druckman a formé certains des dirigeants les plus influents d’Israël, dont le ministre de la Défense Benny Gantz, l’ancien chef du Mossad Yossi Cohen et le membre de la Knesset du Likud Israel Katz.

Dimanche soir, Gantz a fait l’éloge de son ancien maître, évoquant son passage à la Yeshiva Or Etzion.

« Mon cœur pleure la mort du rabbin Druckman. J’ai eu l’honneur d’être l’un de ses étudiants à la Yeshiva Or Etzion dans ma jeunesse », a déclaré Gantz. « Le rabbin était un croyant, dévoué à l’État d’Israël et au projet sioniste… et il a toujours fait preuve d’une grande ouverture d’esprit. »

Fervent défenseur du caractère sacré de la terre biblique d’Israël, Druckman était membre du groupe qui a organisé un seder de Pessah dans la ville de Hébron en 1968, lequel a abouti à l’établissement subséquent d’une nouvelle implantation juive dans la ville. Après la guerre dévastatrice de Kippour en 1973, Druckman et un groupe d’étudiants de Kook ont formé Gush Emunim, le mouvement qui prône une politique radicale en matière de territoire, et plus particulièrement en ce qui concerne la terre biblique d’Israël.

« Cette terre est la Terre d’Israël, et en Terre d’Israël, les Juifs [devraient être autorisés] à s’installer où ils le souhaitent », a déclaré Druckman lors d’une interview récente au cours de laquelle il a également soutenu la création d’un « État halakhique », c’est-à-dire un État fonctionnant selon la loi juive.

Le rabbin Chaim Druckman, centre-droit, assiste à une manifestation contre la démolition de neuf maisons dans l’implantation d’Ofra, dans le nord de la Cisjordanie, le 5 février 2017. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Avant les élections fatidiques de 1977, qui allaient donner naissance au premier gouvernement israélien dirigé par le Likud, Kook a choisi Druckman pour se présenter en tant que numéro deux sur le ticket du Parti nationaliste religieux, plus connu sous son abréviation Mafdal.

Lorsque le Likud de Menachem Begin a à nouveau gagné en 1981, Druckman a été nommé vice-ministre des Affaires religieuses. Il n’est resté à ce poste que sept mois avant de démissionner pour protester contre la décision du gouvernement d’expulser les habitants de l’implantation de Yamit, dans la péninsule du Sinaï, suite à l’accord de paix avec l’Égypte. Pendant cette période, Druckman et sa famille avaient déménagé à Yamit de manière temporaire afin de poursuivre la lutte contre l’expulsion.

« Je m’y oppose. J’ai voté contre. La région de Yamit est Eretz Yisrael selon la Bible », a déclaré Druckman à un journaliste en 1982, en utilisant le terme hébreu pour la Terre d’Israël. « Eretz Yisrael, on construit, on ne détruit pas. Je suis contre l’évacuation de toute implantation, quoi que nous obtenions en retour. »

Le rabbin Haim Druckman, à gauche, Naftali Bennett, au centre, et Bezalel Smotrich lors du lancement de campagne du parti Yamina de droite avant les élections législatives israéliennes, le 12 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

En 1983, Druckman a quitté le parti centriste Mafdal pour participer à la création d’un parti sioniste religieux de droite, Morasha, qui a obtenu de mauvais résultats aux élections suivantes. En 1986, Druckman a quitté Morasha et est revenu à Mafdal. Deux ans plus tard, il quitte la politique mais continue à participer activement au discours national, notamment lors de la signature des accords d’Oslo. Druckman apparaît sur scène lors d’un rassemblement désormais célèbre contre le Premier ministre de l’époque, Yitzhak Rabin, un mois avant l’assassinat de ce dernier.

Druckman est retourné à la Knesset en 1999, pour un mandat complet de quatre ans, en pleine seconde Intifada, avant de se retirer de la vie politique officielle en 2003.

Pendant des années, il a été le chef spirituel du parti HaBayit HaYehudi sous la direction de Bennett, avant de soutenir publiquement le parti d’extrême droite de Smotrich, HaTzionout HaDatit, avant les élections de mars 2021.

Controverse sur la conversion

À partir du milieu des années 1990, après la vague d’immigration en provenance de l’Union soviétique, Druckman s’est fortement impliqué dans la question de la conversion au judaïsme, en tant que juge rabbinique en chef, ou Av Beit Din, d’un tribunal de conversion et en dirigeant une commission gouvernementale qui préconisait d’être plus souple dans les conversions de mineurs. En 2004, il a été nommé à la tête de l’Autorité de conversion de l’État, un organe du bureau du Premier ministre qui supervise les conversions en Israël.

En raison de ses positions plus modérées en matière de conversion, Druckman s’est trouvé en profond désaccord avec les positions beaucoup plus rigides des rabbins ultra-orthodoxes. Ce désaccord, qui couvait depuis longtemps, a atteint son paroxysme en 2007 lorsqu’un juge rabbinique, saisi d’une affaire de divorce impliquant une femme qui s’était convertie au tribunal de Druckman, a déclaré que sa conversion était invalide et que Druckman et les autres juges du tribunal de conversion étaient « des pécheurs et des hérétiques ». Lorsque la femme a fait appel de cette décision auprès de la Haute Cour rabbinique, les juges ont non seulement confirmé le jugement du tribunal inférieur, mais l’ont élargi, annulant toutes les conversions effectuées par Druckman au cours des neuf années précédentes et déclarant qu’il était inapte à juger.

Cette décision dramatique a affecté des milliers de personnes qui avaient été converties par Druckman. Elle est restée officiellement en vigueur pendant quatre ans, jusqu’à ce que la Haute Cour de justice annule la décision du tribunal rabbinique.

Bien que cela n’ait finalement servi à rien, Druckman a fini par soutenir, à contrecœur, les réformes du gouvernement sortant en matière de conversion, qui n’ont toutefois pas été adoptées avant l’effondrement de la coalition au début de cette année.

Un passé trouble de défenseur de l’indéfendable

En tant que fervent partisan et leader du mouvement d’implantation, Druckman s’est souvent prononcé contre la destruction des avant-postes de Cisjordanie par l’armée, déclarant que les soldats religieux devraient éviter de participer à de telles opérations et même refuser si nécessaire.

Druckman avait fait part de son point de vue avant le désengagement d’Israël en 2005, lors du démantèlement par le gouvernement de toutes les implantations dans la bande de Gaza et d’un certain nombre d’entre elles dans le nord de la Cisjordanie. Il avait signé une lettre avec d’autres rabbins sionistes religieux affirmant que la loi juive interdisait « à un Juif de prendre part ou d’aider de quelque manière que ce soit au démantèlement d’une implantation ou d’un avant-poste en terre d’Israël ». Druckman a tenu des propos similaires en 2010, bien qu’il ait quelque peu adouci son langage, ne précisant pas s’il pensait que les soldats devaient explicitement refuser un ordre d’expulsion d’une implantation.

Contrairement à certains de ses homologues plus zélés, Druckman a toujours essayé de trouver un équilibre entre ses sensibilités plus religieuses et les réalités de la vie dans un pays démocratique. Il s’est opposé à une décision religieuse qui interdisait aux Juifs de louer des appartements et des maisons à des Arabes israéliens, mais a déclaré qu’il était justifié de refuser de louer à des Arabes dans certains cas.

Le rabbin Chaim Druckman assistant au lancement de la campagne du parti de droite Yamina, avant les élections législatives israéliennes, le 12 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Druckman a souvent défendu les extrémistes juifs, y compris ceux condamnés pour des crimes violents contre les Palestiniens. En 1988, alors qu’il était membre de la Knesset, Druckman a envoyé une lettre de soutien à un membre du groupe terroriste Jewish Underground à sa sortie de prison, après avoir purgé une peine de quatre ans pour son rôle dans une attaque terroriste meurtrière contre le Collège islamique d’Hébron en 1983, qui a fait trois morts et des dizaines de blessés parmi les étudiants palestiniens. En 2012, Druckman a organisé une fête d’adieu à Zvi Strouk, le fils d’Orit Strouk, aujourd’hui députée très controversée, qui avait été condamné pour avoir torturé un adolescent palestinien cinq ans auparavant. Plus récemment, en 2019, il a mené une campagne de collecte de fonds pour payer les frais de justice d’un jeune habitant des implantations qui a été inculpé pour avoir tué une mère de huit enfants palestinienne.

En 1993, Druckman avait été blessé par des tirs d’un Palestinien sur sa voiture, une attaque dans laquelle son chauffeur avait trouvé la mort.

Druckman a également soutenu des rabbins accusés d’agression sexuelle. Il a été réprimandé par le procureur de l’État en 1999 pour ne pas avoir signalé de multiples cas d’abus sexuels commis par le doyen de la Yeshiva Netiv Meir, Zeev Kopolevitch, qui a ensuite été condamné pour avoir commis des actes indécents sur ses étudiants.

Bien que Druckman ait reconnu en 2012 qu’il aurait dû signaler l’affaire à la police, il a de nouveau pris la défense d’un autre rabbin condamné pour abus sexuels, Moti Elon, en 2013. Même après le verdict de culpabilité d’Elon, Druckman a invité le rabbin disgracié à faire des exposés dans sa Yeshiva d’Or Etzion pendant plusieurs années, jusqu’à ce que finalement, en 2019, et après avoir essuyé de nombreuses critiques, il a décidé de ne plus l’inviter, affirmant dans une lettre publique qu’Elon ne devait plus apparaître en public. Ces derniers mois, Druckman s’est montré indifférent aux allégations de viol portées contre le rabbin Zvi Tau, les qualifiant de « ragots. »

Druckman laisse derrière lui sa femme de 65 ans, Sarah, un médecin, l’une des premières femmes religieuses à être diplômée du programme médical de l’Université hébraïque.

Ils ont neuf enfants, dont une fille adoptée et une fille atteinte du syndrome de Down. Ils ont de nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants.

read more:
comments
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.