Rechercher

Le rabbin Chaïm Druckman salué par les politiciens comme un ami cher et un conseiller

Les dirigeants ont fait l'éloge du chef spirituel du mouvement sioniste religieux, décédé à 90 ans ; Netanyahu a déploré la "grande lumière" qui s'est éteinte

Le rabbin Chaim Druckman assistant au lancement de la campagne du parti de droite Yamina, avant les élections législatives israéliennes, le 12 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le rabbin Chaim Druckman assistant au lancement de la campagne du parti de droite Yamina, avant les élections législatives israéliennes, le 12 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les politiciens ont rendu hommage dimanche au rabbin sioniste religieux, Chaïm Druckman, après sa mort à l’âge de 90 ans, beaucoup citant son amour abondant des autres Juifs comme son héritage durable.

Druckman, lui-même ancien membre de la Knesset et l’un des principaux dirigeants des résidents d’implantations, est décédé après avoir contracté la COVID, selon la yeshiva Or Etzion, que Druckman a présidée pendant 50 ans.

Le rabbin a été un acteur majeur de la politique israélienne pendant des dizaines d’années, en tant que député, vice-ministre et, plus récemment, en tant que chef spirituel des partis sionistes religieux.

Dans une déclaration, le Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahu, a déploré la « grande lumière » qui s’est « éteinte » à la mort de Druckman, qu’il considère comme un « ami cher ».

En tant que responsable des conversions au bureau de Netanyahu, alors Premier ministre entre 2009 et 2012, Druckman avait apporté une « approche sincère » pour aider plusieurs milliers de personnes à « rejoindre les rangs de notre nation », peut-on lire dans la déclaration de Netanyahu.

« Mon cœur souffre profondément à l’unisson de sa chère famille en ce moment. »

Druckman, l’une des figures les plus vénérées du monde sioniste religieux, a fait l’objet d’un éloge funèbre de la part du leader du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich, qui l’a décrit comme un homme caractérisé par « la sagesse, l’humilité, la droiture et le leadership ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrant le rabbin Chaim Druckman, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 8 février 2012. (Crédit : Avi Ohayon/GPO/Flash90/Dossier)

Smotrich a déclaré que même dans les dernières semaines de la vie de Druckman, il avait rencontré le rabbin pour « discuter et recevoir ses conseils ». « Jusqu’à ses derniers jours, il n’y avait pas un moment où le rabbin ne se rendait pas libre et disponible pour les besoins de la nation juive. »

Druckman a effectué plusieurs mandats à la Knesset à partir de 1977, avant de se retirer de la vie politique en 2003. Il a joué un rôle de premier plan dans la création de Gush Emounim, un mouvement de droite qui se consacre à l’expansion de la présence juive en Cisjordanie.

Pendant des années, il a été le chef spirituel du parti HaBayit HaYehudi, lorsque celui-ci était dirigé par Naftali Bennett, avant de soutenir publiquement le parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit de Bezalel Smotrich en vue des élections législatives de mars 2021.

Il a également occupé des postes religieux influents, en tant que doyen de la yeshiva Or Etzion, chef d’un réseau de séminaires affiliés au mouvement sioniste religieux Bnei Akiva, et président de l’union des yeshivot Hesder – des séminaires pour hommes qui combinent service militaire et étude religieuse.

Bennett a tweeté dimanche que le rabbin « incarnait dans sa vie le sionisme, le don au peuple d’Israël, une vie de Torah. Il va beaucoup me manquer. Je l’aimais. »

Le Premier ministre sortant, Yair Lapid, a tweeté ses condoléances à la famille et aux étudiants de Druckman, notant que le rabbin était un survivant de la Shoah ainsi qu’un lauréat du Prix Israël, décerné pour ses contributions à l’État.

Le député Yitzchak Goldknopf, leader du parti Yahadout HaTorah, a déclaré qu’il pleurait Druckman « aux côtés du monde juif et de ses nombreux étudiants ».

Le numéro 2 de Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, a partagé des sentiments similaires, ajoutant qu’il a été « peiné d’apprendre le décès de l’un des aînés du parti HaTzionout HaDatit ». « J’adresse mes sincères condoléances à sa famille, à ses étudiants et à ses proches. »

La ministre sortante de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a qualifié le rabbin « d’érudit, de grand leader et d’éducateur exceptionnel », qui « a incarné dans sa vie l’intégration de la Terre d’Israël, du peuple d’Israël et de la Torah d’Israël ».

Le rabbin Chaim Druckman dans l’implantation de Beit El, le 8 mai 2012. (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90/Dossier)

Comme Smotrich, Shaked a révélé qu’elle avait fait appel à l’avis du rabbin, développant une relation proche et découvrant que Druckman avait une immense « sagesse de vie » et une capacité « à accepter les autres ».

« Avec sa disparition, nous avons perdu un homme qui s’est consacré à l’État d’Israël, au peuple d’Israël, à la Terre d’Israël, à la Torah d’Israël et au parti HaTzionout HaDatit, qui étaient si importants pour lui », a déclaré Shaked.

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, a déclaré que la disparition de Druckman lui faisait « mal au cœur », rappelant qu’il avait étudié avec le rabbin dans sa jeunesse et qu’il était « un homme de foi, dévoué à Israël et à l’idée sioniste ».

Judah Ari Gross a contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.