Les dessous des obsèques du rabbin de NYC mort du Covid-19 qui ont mal tourné
Rechercher
Un officier de police de la ville de New York monte la garde alors que des centaines de personnes se rassemblent à Brooklyn à New York, le 28 avril 2020, pour assister aux funérailles du rabbin Chaim Mertz, décédé du coronavirus. (Crédit : Peter Gerber, via AP)
Un officier de police de la ville de New York monte la garde alors que des centaines de personnes se rassemblent à Brooklyn à New York, le 28 avril 2020, pour assister aux funérailles du rabbin Chaim Mertz, décédé du coronavirus. (Crédit : Peter Gerber, via AP)

Les dessous des obsèques du rabbin de NYC mort du Covid-19 qui ont mal tourné

La police avait « barricadé les rues » ; la synagogue souhaitait respecter la distanciation sociale, mais les choses ne se sont pas passées ainsi ; puis sont venus les mots du maire

JTA — Les images étaient frappantes, le maire a utilisé des mots forts et le retour de bâton ne s’est pas fait attendre.

Mardi soir, des centaines de Juifs orthodoxes se sont réunis pour rendre un dernier hommage à un rabbin de Brooklyn, semblant témoigner d’un rejet évident des règles de distanciation sociale. Le maire de New York, Bill de Blasio, a publié un tweet s’adressant à la « communauté juive », affirmant que « l’heure des avertissements est révolue » et annonçant que la police arrêterait ou interpellerait ceux qui participent à des rassemblements.

Les dirigeants juifs, entre autres, ont déploré le fait que le maire emploie des termes ciblant une communauté entière, qui s’est, dans sa grande majorité, conformée aux règles de distanciation sociale.

Mercredi, Bill de Blasio a maintenu ses avertissements concernant l’action de la police contre les contrevenants à l’éloignement social, mais s’est excusé pour le ton de ses tweets.

Les funérailles du rabbin Chaim Mertz à Brooklyn, le 28 aveil 2020. (Crédit : Reuven Blau/Twitter, via JTA)

« Je regrette si j’ai donné l’impression aux gens que je les dénigrais », a-t-il dit.

Certains se demandent si la police aurait pu en faire davantage pour arrêter le cortège public avant que la foule ne se compte par centaines ou par milliers.

Le maire de New York Bill de Blasio répond à des questions sur la gestion d’un enterrement à Brooklyn, le 29 avril 2020. (Capture d’écran YouTube)

Le commissaire de police Dermot Shea a reconnu durant une conférence de presse que les membres de son département étaient en contact avec les chefs de la communauté hassidique pour savoir « à quoi s’attendre sur place » avant l’enterrement. Ce contact a été initié « dans les minutes » qui ont suivi le décès du rabbin.

« Des plans ont été élaborés, les détails ont été réfléchis…. des plans d’urgence ont été mis en place, plusieurs agents ont été déployés dans le cas improbable où de nombreuses personnes venaient, et nous pensions que cela pouvait être le cas », a expliqué Dermot Shea. « Mais je pense que nous avons été assez cohérents, M. le Maire… qu’il ne doit pas y avoir de rassemblements à New York comme celui que nous avons vu hier soir. »

Demandant plus de détails sur les plans établis par la police avec les dirigeants des communautés locales, une porte-parole a refusé de faire d’autres commentaires que ceux que le commissaire a tenus lors de la conférence de presse.

Dans un communiqué transmis à la presse, Jacob Mertz, porte-parole de la congrégation responsable des obsèques, a indiqué que les organisateurs ont fait fermer les rues pour les funérailles afin de permettre aux personnes en deuil de participer tout en respectant les directives de distanciation sociale.

« Malheureusement, ça ne s’est pas passé comme ça, et la police de New York a dû disperser les foules », ajoute le communiqué. « Notons que tout le monde s’est plié aux ordres de la police et que l’écrasante majorité [des participants] portait des masques. Et pourtant, la confusion et le chaos ont donné lieu à d’importants mouvements de foule ».

Il estime que les propos du maire étaient compréhensibles. « Comme nous l’avons dit, nous pensions que le cortège funéraire pouvait se faire conformément aux règles, et nous nous excusons de la tournure que les choses ont prise. C’est douloureux de voir la communauté juive ciblée de la sorte, et nous nous en excusons auprès de tout le peuple juif. »

« Nous savons que le maire a réagi de la sorte parce qu’il se souciait de la santé et de la sécurité de notre communauté et de toute la ville, et que ce n’était pas mal intentionné. Nous partageons cette préoccupation. La santé et la vie priment sur toute autre chose, et nous devons tous suivre ces règles », a-t-il poursuivi.

Un officier de police de la ville de New York monte la garde alors que des centaines de personnes se rassemblent à Brooklyn à New York, le 28 avril 2020, pour assister aux funérailles du rabbin Chaim Mertz, décédé du coronavirus. (Crédit : Peter Gerber, via AP)

Jacob Mertz n’a pas précisé si la police de New York était impliquée dans le bouclage des rues, mais une porte-parole de la municipalité a indiqué au New York Post mercredi qu’aucune autorisation n’avait été délivrée pour cet enterrement.

David Greenfield, ancien membre du conseil municipal et directeur du Metropolitan Council on Jewish Poverty, a déclaré dans un tweet que la police voulait « collaborer avec la synagogue hassidique par respect pour leur vénéré (et célèbre) rabbin donc ils ont littéralement barricadé les rues pour cet ‘enterrement respectant la distanciation sociale' ».

Le rabbin Chaim Mertz (Crédit : Facebook)

« La synagogue hassidique voulait honorer leur vénéré rabbin alors ils ont préparé de façon malavisée un enterrement public ‘respectant la distanciation sociale’. Ils étaient tellement convaincus de réussir qu’ils se sont ASSOCIÉS avec la police de New York et ont même distribué des masques ».

Un compte Twitter appelé Satmar Headquarters, mais non affilié à un organe officiel de la communauté hassidique Satmar de Williamsburg, a affirmé que la police avait approuvé les funérailles et aidé à coordonner le cortège.

« Cet enterrement avait été initialement approuvé et même organisé par @NYPDnews 2 heures avant le début, la police a amené des camions avec des barrières et des éclairages près de Bedford Avenue et dans le quartier. Ce sont les services du @NYCMayor [maire de NYC] qui l’a initialement approuvé avant de revenir » sur sa décision, indique le tweet.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent des policiers enjoignant les participants à quitter la chaussée et à marcher sur les trottoirs.

« Rentrez chez vous, c’est fini, il va y avoir de la circulation dans les rues », demande  un policier dans une vidéo publiée par Reuven Blau, reporter pour The City.

Dans une autre vidéo publiée par Reuven Blau, on peut voir des barrages de police en arrière-plan, ce qui laisse penser que les forces de l’ordre ont bien bloqué les rues pour l’enterrement.

Les funérailles nocturnes, organisées à la hâte selon la coutume juive après la mort du rabbin Chaim Mertz mardi après-midi, ont été annoncées sur une affiche réalisée par la synagogue du rabbin, Tolath Yaakov.

Les funérailles du rabbin Chaim Mertz à Brooklyn, le 28 aveil 2020. (Crédit : Peter Gerber, via AP)

L’affiche comprenait une carte du parcours du cortège funéraire dans l’avenue Bedford à Williamsburg et informait le public que toute personne assistant aux funérailles devait porter un masque et rester à deux mètres les uns des autres. La consigne du port du masque a été répétée par le groupe Shomrim de Williamsburg, un groupe de patrouille local dirigé par des juifs hassidiques, bien que les vidéos de la scène montrent clairement certaines personnes sans masque et à moins de deux mètres les unes des autres.

« Tout le monde dans la rue devra avoir un masque », estime un membre du Shomrim dans une vidéo datant d’avant les funérailles.

read more:
comments