NYC : le maire critiqué après ses propos sur la « communauté juive »
Rechercher

NYC : le maire critiqué après ses propos sur la « communauté juive »

Dans une série de tweets tard mardi, le démocrate Bill de Blasio a critiqué un rassemblement de juifs dans le quartier de Williamsburg, à Brooklyn après la mort d'un rabbin

Le maire de la ville de New York, Bill de Blasio, participe au défilé pour Israël à New York, le 4 juin 2017. (Crédit : James Keivom/NY Daily News via Getty Images/via JTA)
Le maire de la ville de New York, Bill de Blasio, participe au défilé pour Israël à New York, le 4 juin 2017. (Crédit : James Keivom/NY Daily News via Getty Images/via JTA)

Le maire de New York Bill de Blasio a fait l’objet de vives critiques après avoir semblé mettre en garde les résidents juifs de la ville de sanctions, après qu’un enterrement organisé à Williamsburg a rassemblé une grande foule, laquelle n’a pas respecté les mesures de distanciation sociale.

Le maire démocrate de la ville américaine la plus frappée par la pandémie de coronavirus a été accusé de faire des généralisations contre la communauté juive dans son ensemble, sur la base du comportement des habitants d’un quartier ultra-orthodoxe de Brooklyn.

Par ailleurs, les incidents antisémites ont augmenté ces derniers mois.

La pandémie de coronavirus a durement frappé les communautés juives ultra-orthodoxes de la région de New York, dont certains membres n’ont pas pratiqué la distanciation sociale. Parallèlement, une montée du sentiment antisémite en pleine pandémie s’est fait ressentir, et certains ont accusé les Juifs d’être à l’origine du virus ou d’en profiter.

Dans une série de tweets tard mardi, le démocrate Bill de Blasio a critiqué un rassemblement de juifs dans le quartier de Williamsburg, à Brooklyn après la mort d’un rabbin, et s’est rendu sur place avec des policiers pour veiller à la dispersion des participants, sa première intervention connue de ce type depuis le début de l’épidémie.

« Mon message à la communauté juive, et à toutes les communautés, est simple : l’heure des avertissements est révolue. J’ai donné ordre à la police de New York d’interpeller et même d’arrêter ceux qui se réunissent en larges groupes. Il s’agit de stopper la maladie et de sauver des vies. Point. » a-t-il tweeté.

Sa série de tweets a suscité des réactions furieuses sur Internet, de part et d’autre de l’échiquier politique américain. Le chef de l’Anti-Defamation League (ADL), Jonathan Greenblatt, a qualifié cette généralisation de
« scandaleuse ».

Le Conseil juif orthodoxe pour les affaires publiques (OJPAC) a ainsi souligné dans un tweet que d’autres violations des règles de distanciation ne faisaient pas l’objet des mêmes reproches, citant l’exemple des groupes de New-Yorkais qui ont suivi mardi les escadrons de la marine et de l’armée de l’air venus survoler la ville en hommage aux soignants.

« Tous les New-Yorkais doivent pratiquer la distanciation sociale, ce qui rend l’action du maire si bizarre un jour où elle n’était respectée nulle part », a dit l’organisation.

« De Blasio aurait-il envoyé un tweet identique et remplacé le mot « Juif » par une autre minorité religieuse ? Et si non, pourquoi ? Les lois doivent être appliquées sans cibler de confession particulière », a tweeté le sénateur Ted Cruz.

Lis Smith, qui a été conseillère de la campagne de Pete Buttigieg pour les primaires démocrates, a fustigé « l’incompétence criminelle » du maire.

D’autres responsables ont vivement condamné les propos du maire.

Sur les 8,6 millions d’habitants de la ville, environ 1,1 million sont de confession juive.

La communauté juive Tola’as Yaakov, dont le rabbin Chaim Mertz, est décédé du coronavirus, a émis un communiqué indiquant que l’intention de départ était de donner au maximum de gens la possibilité d’assister à l’enterrement, dans le respect des règles de distanciation sociale.

« Malheureusement, cela ne s’est pas déroulé ainsi, et la police de New York a dû disperser les foules », a écrit le secrétaire de la communauté Jacob Mertz dans un communiqué. « Notons que tout le monde s’est plié aux ordres de la police et que la majorité des personnes présentes portaient un masque. Il est vrai que la confusion et le chaos ont donné lieu à des mouvements de foule. »

Il a déclaré que les propos de de Blasio étaient compréhensibles. « Comme nous l’avons dit, nous pensions que le cortège funéraire pouvait se faire conformément aux règles, et nous nous excusons de la tournure que les choses ont prise. C’est douloureux de voir la communauté juive ciblée de la sorte, et nous nous en excusons auprès de tout le peuple juif. »

Le maire de New York, Bill de Blasio, porte un masque lors d’une cérémonie en l’honneur des travailleurs de la santé au Kings County Hospital Center de Brooklyn, pendant la pandémie de coronavirus, le 24 avril 2020, à New York. (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)

« Nous savons que le maire a réagi de la sorte parce qu’il se souciait de la santé et de la sécurité de notre communauté et de toute la ville, et que ce n’était pas mal intentionné. Nous partageons cette préoccupation. La santé et la vie priment sur toute autre chose, et nous devons tous suivre ces règles », a-t-il ajouté.

De nombreux États américains ont commencé à lever les ordres de confinement liés au coronavirus, mais New York, moteur économique de l’Amérique et épicentre du coronavirus, en est encore loin, les taux d’hospitalisation restant élevés.

New York est l’État américain le plus touché, avec plus de 17 300 décès dus au Covid-19 sur près de 292 000 infections confirmées. Près de 56 000 personnes sont décédées dans tout le pays.

La ville de New York sera probablement l’une des dernières régions du pays à rouvrir. Un sondage publié lundi a montré que ses habitants soutenaient massivement le confinement.

De Blasio a annoncé lundi qu’au moins 60 kilomètres de rues seraient fermées à la circulation pour donner aux habitants de la ville plus d’espace pour faire de l’exercice en plein air, un signe supplémentaire que la fin du confinement est loin d’être imminente.

L »AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...