Les juifs conservateurs ont-ils leur place au Parti républicain post-Trump ?
Rechercher
Des gens se rassemblent près de la scène d'un rassemblement pro-Trump au Marine Park de Brooklyn, dans l'État de New York, le 25 octobre 2020. (Jacob Magid/Times of Israel)
Des gens se rassemblent près de la scène d'un rassemblement pro-Trump au Marine Park de Brooklyn, dans l'État de New York, le 25 octobre 2020. (Jacob Magid/Times of Israel)

Les juifs conservateurs ont-ils leur place au Parti républicain post-Trump ?

Beaucoup sont tiraillés, soutenant les politiques de Trump, surtout sur Israël, mais ne pouvant les concilier avec ses dires sur l’élection volée et son rôle concernant le Capitole

WASHINGTON (JTA) – Il y a cinq mois, le rabbin Alan Sherman est apparu dans une publicité drapé dans un châle de prière et soufflant un shofar « comme un appel à tous les juifs, à se réveiller et à voter pour Donald Trump ».

Trump a perdu. Et sa tentative de renverser l’élection, qui a culminé avec une insurrection meurtrière au Capitole américain et une poursuite de l’impasse au sein du Parti républicain, a conduit Sherman à se réveiller lui-même.

Il ne soutient plus Trump. Si l’ancien président se présente à nouveau, Sherman a déclaré qu’il changera son étiquette en « Independent ».

« Pendant mes 28 ans de service dans l’armée, j’ai juré allégeance à ce pays par le biais de la Constitution, mais je n’ai juré aucune loyauté à Donald Trump », a déclaré Sherman, un aumônier à la retraite, à la Jewish Telegraphic Agency. « Il va essayer d’être très influent au sein du parti républicain [GPO], qui est complètement chamboulé, et le parti républicain va devoir décider qui ils sont ».

La crise d’identité du parti républicain a pris une place centrale alors que les dirigeants du parti se sont demandés ce qu’il fallait faire de Marjorie Taylor Greene, la nouvelle députée de Géorgie qui a contribué à l’insurrection et a avancé diverses théories du complot, notamment antisémites. La révélation, selon laquelle elle aurait colporté il y a deux ans la théorie selon laquelle la famille Rothschild aurait déclenché les incendies de forêt dévastateurs de Californie en utilisant des lasers venus de l’espace, a suscité une colère particulière chez des organisations juives.

La représentante américaine Marjorie Taylor Greene, R-Ga, porte un masque facial « Trump Won » [Trump a gagné] alors qu’elle arrive à la Chambre pour prêter serment le jour de l’ouverture du 117e Congrès au Capitole américain à Washington, le 3 janvier 2021. (Erin Scott/Pool Photo via AP)
La Coalition juive républicaine, qui a produit la publicité télévisée de l’année dernière mettant en vedette Sherman, a condamné Mme Greene et a déclaré travailler avec les chefs de parti sur les « prochaines étapes » autour de ses fonctions à la Chambre.

Quelle que soit la décision des dirigeants républicains, les membres juifs du parti devront tenir compte du tumulte post-électoral lorsqu’ils feront leurs propres choix sur ce qu’ils feront ensuite. Une série d’entretiens avec des Juifs politiquement conservateurs ont laissé entendre qu’ils étaient encore en train de réfléchir à cette décision.

S’adressant à la JTA au lendemain de la défaite électorale de Trump, ses partisans ont proposé un certain nombre de pistes pour l’avenir : Partir vivre en Israël. Devenir orthodoxe. Changer le parti Républicain de l’intérieur. Créer un troisième parti. Attendre la réhabilitation de Trump. Préserver la politique étrangère de Trump mais abandonner Trump lui-même, à l’instar de Nikki Haley.

Les Républicains juifs se sont retrouvés tiraillés tout au long de la présidence de Trump. Trump a adopté le programme du gouvernement israélien dans une plus large mesure que tous ses prédécesseurs. Mais il a également inspiré des manifestations explicites d’antisémitisme, évidentes dans la symbolique portée par certains insurgés du Capitole. Son mensonge sur l’origine de l’insurrection – sur une élection volée – a été repris par des groupes extrémistes tels que les Proud Boys et ceux qui souscrivent à la théorie de conspiration des QAnon, qui est teintée de connotations antisémites.

Des sympathisants insurrectionnels du président Donald Trump sont confrontés à des officiers de la police du Capitole américain devant la salle du Sénat à l’intérieur du Capitole à Washington, le 6 janvier 2021. (AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

Les conservateurs juifs décrivent un arc vertigineux de quatre mois allant de haut en bas de Trump, des accords de normalisation que Trump a négociés entre Israël et plusieurs pays arabes à l’insurrection meurtrière que Trump a déclenchée en janvier, et à l’inclusion de symboles antisémites, dont un émeutier portant un sweat-shirt « Camp Auschwitz ».

Fred Zeidman, un des principaux donateurs des Républicains qui a soutenu Trump l’année dernière après avoir été sceptique à son égard en 2016, a déclaré que les candidats qui adhèrent aux affirmations de Trump concernant une fraude électorale ne bénéficieront pas de son argent.

« Ce que Trump a fait pour Israël est sans précédent, et cela a toujours été notre priorité », a-t-il déclaré, ajoutant toutefois qu’il est maintenant temps pour les Républicains de travailler avec Joe Biden. « Si vous ne contribuez pas à trouver la solution, vous faites partie du problème. »

La politique d’Israël de Trump a conduit Bethany Mandel, rédactrice pour un certain nombre de publications conservatrices, à dire dans un éditorial du journal de gauche Haaretz à la veille des élections qu’elle avait changé d’avis sur ses scrupules en 2016, lorsqu’elle s’est opposée vocalement à Trump.

« Rien que sur Israël, on ne peut pas prétendre que le président a fait moins que déplacer des montagnes », a-t-elle écrit le 2 novembre. De plus, selon Mandel, ses craintes d’une résurgence de la suprématie blanche sous Trump, il y a quatre ans, « n’étaient pas seulement déplacées, elles étaient des absurdités hyperboliques ».

Bethany Mandel chez elle dans la banlieue de Washington, DC, le 25 mai 2020. (Ron Kampeas/ JTA)

A présent, Mandel est désemparée et dit qu’elle se rend compte que le compromis a été trop coûteux.

« Il y a un sentiment chez beaucoup de Républicains selon lequel ils ont finalement obtenu un très bon résultat avec Trump, et qu’ils étaient prêts à faire contrepoids avec des tweets terribles, et je pense que c’était une position raisonnable à tenir jusqu’à ce qu’un flic soit tué au Capitole », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas un marché raisonnable. »

Mandel a déclaré que sur les médias sociaux, elle voit les conservateurs juifs minimiser l’émeute, et sent que certains estiment que la couverture de l’insurrection est exagérée.

« J’ai vu beaucoup de déni quant à ce qui s’est passé », a-t-elle déclaré.

Mais Mandel a déclaré que d’autres collègues conservateurs juifs se sentent gênés par les événements de ces dernières semaines. Elle a décrit une conversation récente avec un ami qui devait se présenter en tant que Républicain à une élection locale, mais qui avait des doutes à cause de la crise. Elle lui a conseillé d’abandonner la course pour l’instant, mais de rester impliqué afin de pouvoir faire venir des modérés pour contrer les « Trumpistes ».

« Je ne sais pas si cela va réussir », a-t-elle déclaré. « Il est beaucoup plus facile de se réjouir d’une élection volée, d’une conspiration et de toutes ces choses que de soutenir une politique fiscale modérée ».

« Je ne sais pas si cela va réussir », a-t-elle déclaré. « Il est beaucoup plus facile de se réjouir d’une élection volée, d’une conspiration et de toutes ces choses que de soutenir une politique fiscale plutôt austère ».

De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Président américain Donald Trump, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn Khalid bin Ahmed Al Khalifa et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis Abdullah bin Zayed al-Nahyan posent pour une photo sur le balcon de la Blue Room après avoir signé les Accords d’Abraham lors d’une cérémonie sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, le 15 septembre 2020. (AP Photo/Alex Brandon)

Eric Cantor, le Républicain juif qui a failli devenir président de la Chambre des représentants avant d’être évincé en 2014 lors d’une primaire par un adversaire de droite, a déclaré dans un article du Washington Post que l’échec des Républicains à affronter l’extrême droite était antérieur à Trump. Les dirigeants républicains devaient dire à la base quand ils cèdent à des politiciens victimes d’un trafic de mensonges.

« Vous pourriez simplement trouver qu’il est plus gratifiant d’être au niveau de vos électeurs et de faire de grandes choses que de cracher une réplique assurée d’être applaudie lors d’un rassemblement », a-t-il écrit.

Même si certains grands donateurs comme Zeidman se tiennent à l’écart de Trump et des Républicains qui ont repris son mensonge électoral, les Républicains qui se présentent aux élections craignent que son influence à la base reste puissante. Il est généralement admis qu’un homme politique ne peut pas gagner une primaire sans Trump et qu’il ne gagnera pas une élection générale avec lui.

Pour les conservateurs en politique étrangère, le défi consiste à concilier la politique israélienne de Trump, qu’ils ont saluée, avec ses déprédations.

La Fondation pour la Défense des Démocraties, un groupe de réflexion pro-israélien, a été brutale dans une monographie réalisée juste après l’insurrection du 6 janvier sur la transition de la politique étrangère de Trump à Biden.

Le raid meurtrier sur le Capitole a été une « honte nationale », commence la monographie. « Et il n’aurait pas eu lieu sans les encouragements du président des États-Unis, Donald Trump. »

Mais il n’y a pas que ça.

« Il y a d’importantes victoires [de politique étrangère] à traiter », dit la monographie.

Jonathan Schanzer, un vice-président de la Fondation pour la défense des démocraties qui a traqué le financement du terrorisme sous l’administration de George W. Bush, est toujours en train de traiter l’insurrection.

« Je ne comprends pas, il n’y a pas de barrières idéologiques ou de limites claires pour ce qui se passe ici », a-t-il déclaré dans une interview.

« Pour l’instant, je ne sais pas où en est le trumpisme. En ce qui concerne la direction du parti, y aura-t-il une tentative de ressusciter le Trumpisme, soit par le biais de Trump ou d’une autre figure, ou bien sera-t-il déterminé qu’il est temps d’aller dans une autre direction ? »

Schanzer a dit qu’une figure comme Nikki Haley pourrait émerger comme un leader unificateur. Haley, première ambassadrice de l’ONU de Trump qui a fait campagne pour sa réélection, a critiqué son rôle après l’élection, déclarant au Comité national républicain au lendemain de l’émeute que son comportement depuis novembre « sera sévèrement jugé par l’histoire ». (Plus récemment, elle a déclaré à l’animatrice de Fox News, Laura Ingraham, que Trump méritait « une pause » et a conseillé aux Démocrates « de passer à autre chose »).

Nikki Haley, alors ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, rencontre le président Reuven Rivlin, (hors cadre), à sa résidence officielle à Jérusalem, le 7 juin 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Bien sûr, elle a servi sous Trump », a déclaré Schanzer. « Mais je pense qu’elle semble aussi représenter une approche plus traditionnelle de la politique étrangère américaine et peut-être même du républicanisme ici chez nous ».

Pour Matthew Brodsky, senior fellow au Gold Institute for International Strategy, un groupe de réflexion de type faucon, la politique étrangère de Trump a suffi à le maintenir à bord – même après les émeutes.

« J’ai tendance à compartimenter », a déclaré M. Brodsky. « J’ai tendance à voter en fonction de la politique étrangère. Pour moi, c’était donc une évidence – la politique étrangère de Trump était en fait bien meilleure dans presque tous les domaines » que celle de ses prédécesseurs.

Cela tient toujours, a-t-il dit.

« Les accords d’Abraham vont être l’héritage positif le plus important et le plus durable de l’administration Trump », a déclaré M. Brodsky à propos des accords de normalisation que Trump a négociés. « En ce qui concerne la question du raid sur le Capitole, je ne vois pas cela comme un problème ‘d’ego' ».

Pourtant, a déclaré Brodsky, la présidence de Trump, qui a semé la discorde, a accéléré un processus de polarisation en place bien avant son élection et a aggravé une crise existante pour les conservateurs juifs américains. Brodsky a décrit un fossé entre la majorité juive libérale qui, selon lui, « ne se soucie pas d’Israël » et les juifs conservateurs pour qui la sécurité d’Israël est centrale.

Dans les sondages, les démocrates juifs se disent favorables à Israël, et un certain nombre de démocrates juifs au Congrès prennent souvent l’initiative de faire avancer la législation pro-israélienne. Mais il reste de fortes divergences sur des questions qui, selon les conservateurs juifs, sont la condition sine qua non pour être pro-israélien, notamment le rejet de l’accord nucléaire iranien de 2015 et le fait de ne pas contredire les gouvernements israéliens en matière de politique d’implantation.

Illustration : le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononce un discours lors d’une conférence de l’AIPAC à Washington, DC. (Autorisation de GPO / Amos Ben Gershom)

C’est un fossé énorme, a dit Brodsky, qui incite certains conservateurs juifs, à la suite de la défaite de Trump, à envisager sérieusement de s’installer en Israël.

Il n’est pas de ceux-là, mais Brodsky a décrit leur argument : « Si je dois m’enraciner dans le succès ou l’échec d’un pays, ou si je veux jouer un rôle dans ce tissu, autant que ce soit dans le seul pays qui se trouve être le foyer des Juifs ».

Si Brodsky ne déménage pas, il s’interroge néanmoins sur sa place dans la communauté juive américaine, du moins en ce qui concerne le choix d’une synagogue. Le mouvement réformé est tombé il y a longtemps avec une vague « tikkun olam », ou justice sociale, interprétation de la pratique juive, dit-il, et maintenant le mouvement Conservative – celui auquel il appartient – aussi.

Pourtant, Brodsky ne se voit pas devenir orthodoxe, même si la plupart des juifs orthodoxes ont déclaré avoir soutenu Trump l’année dernière.

« J’ai l’impression que mes choix se sont rétrécis », a-t-il déclaré.

Des gens réunis lors d’un rassemblement pro-Trump au Marine Park, à Brooklyn, le 25 octobre 2020. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

M. Sherman a déclaré que les Républicains juifs influents, comme la Coalition juive républicaine, sont une lueur d’espoir.

« Je ne pense pas qu’ils suivront Trump sur la voie dangereuse », a-t-il déclaré à propos du RJC et de l’establishment républicain juif. « Je pense qu’ils vont suivre les Républicains traditionnels comme moi. »

Le RJC n’a pas défendu les revendications électorales de Trump, mais n’a pas non plus reconnu Biden comme président avant le 7 janvier, un jour après que les insurgés ont tenté d’empêcher le Congrès de certifier la victoire de l’ancien vice-président. Son directeur habituellement volubile, Matt Brooks, n’a pas répondu aux multiples demandes d’interview.

Bryan Leib, candidat au Congrès à Philadelphie en 2018 qui a perdu une course de fond, était un fervent partisan des allégations infondées de fraudes de Trump sur les médias sociaux.

« Il y a eu une fraude électorale massive et il y a encore beaucoup de questions sans réponse auxquelles je n’aurai jamais les réponses », a-t-il déclaré dans une interview.

Des dizaines de tribunaux, y compris ceux où siègent des juges républicains et des juges nommés par Trump, ont rejeté les réclamations.

Maintenant, comme des dizaines de Républicains au Congrès qui ont soutenu les affirmations de fraude, Leib a dit qu’il était temps d’avancer vers la réconciliation. Il ne reproche pas à Trump d’avoir incité à l’émeute et a déclaré que Trump en viendrait à être reconnu comme un grand homme d’État.

« Avec le retour au calme, les gens vont commencer à saluer ce que le président a fait », a déclaré M. Leib. « Je pense vraiment que Trump va recevoir un prix Nobel de la paix pour les accords d’Abraham et, si cela devait arriver, je pense vraiment que les gens vont le regarder sous un autre angle ».

Jonathan Greenberg, rabbin et ancien directeur politique de l’Aipac dans le Midwest, a quitté le GOP en 2016 après s’être présenté au bureau local en tant que Républicain quelques années plus tôt. Greenberg a déclaré qu’il avait vu dans l’ascension de Trump une déviation des principes de responsabilité personnelle qui l’avait attiré vers le conservatisme.

« J’ai toujours été très fier d’être un ‘Never Trumper’, principalement en raison de son comportement », a-t-il déclaré, faisant référence au cadre des conservateurs qui se sont opposés à l’ascension politique de l’homme d’affaires et de la star de la télé-réalité. « Et j’ai toujours été très fier que ce soient les conservateurs juifs qui aient mené ce mouvement ».

Pour Greenberg, la voie à suivre implique une période de responsabilité et la création d’un troisième parti.

« Gagner notre chemin de retour commence par notre comportement personnel et s’étend ensuite vers l’extérieur, jusqu’à croire en cet ensemble de principes discernables et à élaborer des politiques autour de ces principes », a-t-il déclaré.

Greenberg reconnaît le blocage du système par les deux parties mais souligne également les turbulences de l’époque. Le parti Républicain, notamment, a été forgé à partir des tensions d’avant la guerre civile.

« Je ne crois pas qu’un troisième parti serait nécessairement un problème ou une catastrophe, ce ne serait probablement pas génial pour les deux premiers », a-t-il déclaré. « Mais nous sommes en plein milieu d’un réalignement majeur en Amérique de toute façon. Et je pense qu’il incombe à ceux d’entre nous qui croient au libre marché, à un petit gouvernement et à une politique étrangère robuste et à tous les autres éléments de la politique des conservateurs, il incombe à ceux d’entre nous qui croient en ces éléments de faire de leur mieux ».

Le président américain Donald Trump prend la parole lors de la réunion annuelle des dirigeants de la Coalition juive républicaine, le samedi 6 avril 2019, à Las Vegas. (AP Photo/Jacquelyn Martin)

Le parti Républicain, a dit Greenberg, est peut-être allé trop loin pour lui.

« Vous savez, on ne va pas me forcer à m’asseoir en coalition avec des gens qui me font peur », a-t-il déclaré.

Sherman, lui aussi, est en train de revoir ses alliances. L’année dernière, le rabbin a rejoint un club de Palm Beach, en Floride, qui réunissait des Républicains juifs et chrétiens. Il a démissionné après l’élection lorsque le club a exhorté les membres à donner à un fonds qui, apparemment, paierait les contestations judiciaires basées sur les fausses déclarations de Trump selon lesquelles il avait gagné l’élection.

Une partie de ce « fonds de défense juridique » ira à Trump personnellement puisqu’il est très endetté », a écrit M. Sherman dans une lettre du 15 novembre, en démissionnant du Club judéo-chrétien républicain. « Cette rébellion est dangereuse et je ne veux pas en faire partie. »

Sherman ne se voit pas revenir chez les Démocrates, qu’il a quittés il y a des années en partie parce qu’il considère que le parti tolère une branche radicale anti-Israël. Il dit qu’il ne sait pas quelle sera sa place.

« Ce n’est qu’un exemple de ce qui se passe dans tout le pays », a déclaré M. Sherman à propos de la tournure qu’a prise son club. « Ce n’est pas un cas isolé. »

read more:
comments