Les Malaisiens commencent-ils à rejeter le virulent antisémitisme traditionnel ?
Rechercher
Des musulmans malaisiens protestent contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par Donald Trump devant l'ambassade américaine, à Kuala Lumpur, le 8 décembre 2017. (Crédit : AFP)
Des musulmans malaisiens protestent contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par Donald Trump devant l'ambassade américaine, à Kuala Lumpur, le 8 décembre 2017. (Crédit : AFP)
Interview

Les Malaisiens commencent-ils à rejeter le virulent antisémitisme traditionnel ?

Pour beaucoup, les Juifs et Israël représentent encore tout ce que leur régime autoritaire méprise, mais les choses changent, dit une universitaire dans son nouveau livre

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

La Malaisie est souvent considérée comme l’un des pays les plus antisémites du monde.

Jusqu’à récemment, elle avait un Premier ministre qui se décrivait comme un fier antisémite. Une enquête de l’Anti-Defamation League (ADL) américaine a révélé que la Malaisie abritait l’un des taux les plus élevés de sentiment anti-juif dans la région, voire dans le monde.

Mais un chercheur, qui a analysé les sentiments du peuple malaisien envers le peuple juif et l’État d’Israël et qui vient d’écrire un livre sur la question, voit des signes encourageants de changement.

« Il ne faut pas confondre les bruits forts avec les grands bruits. L’antisémitisme fait partie d’une ‘réaction’ contre l’effondrement du contrôle social – il est laid et bruyant, mais c’est une réaction contre des changements sociaux plus larges qui sont une force pour le bien », a déclaré Mary Ainslie, de l’Université de Nottingham à Ningbo, en Chine, dans une interview fin juillet.

« Ces opinions se renforcent peut-être chez ceux qui les défendent, mais je ne pense pas qu’elles se développent dans la population en général. Au contraire, c’est le contraire qui est vrai ».

Ce pays d’Asie du Sud-Est, dont la religion officielle est l’islam bien qu’environ 40 % de la population appartienne à d’autres religions, abrite certainement les formes les plus virulentes de haine des Juifs en dehors du Moyen-Orient. Selon l’ADL, 61 % de ses habitants nourrissent des sentiments antisémites, ce qui est nettement plus élevé que dans les pays voisins de Singapour (16 %) et de la Thaïlande (13 %) et même que dans l’Indonésie à majorité musulmane (48 %).

Mahathir Mohamad, qui a été le Premier ministre du pays jusqu’en mars – il siège toujours au Parlement et prévoit de revenir au pouvoir prochainement – s’est même dit heureux d’être qualifié d’antisémite.

« Comment pourrais-je être autrement, alors que les Juifs qui parlent si souvent des horreurs qu’ils ont subies pendant la Shoah font preuve de la même cruauté et de la même dureté nazie non seulement envers leurs ennemis, mais aussi envers leurs alliés, quand l’on tente de mettre fin au massacre insensé de leurs ennemis palestiniens », avait-il déclaré en 2012.

Capture d’écran d’une vidéo du Premier ministre malais Mahathir Mohamad durant un débat organisé par la Cambridge Union durant lequel il a tenu des propos considérés comme antisémites. (Crédit : YouTube)

L’année dernière, il a défendu ses déclarations antisémites – y compris les affirmations selon lesquelles les Juifs sont « au nez crochu », ont une compréhension « intrinsèque » de l’argent et « dirigent le monde par procuration » – en invoquant le principe de la liberté d’expression. « Pourquoi est-ce que je ne peux pas dire quelque chose contre les Juifs, alors que beaucoup de gens disent des choses méchantes sur moi, sur la Malaisie », a-t-il demandé à un groupe d’étudiants de l’Université de Columbia.

L’hostilité officielle envers les Juifs se traduit également par une inimitié amère envers l’État juif : Kuala Lumpur n’a jamais eu de relations diplomatiques avec Israël et a perdu l’année dernière le droit d’organiser un tournoi international de natation après avoir interdit aux Israéliens d’y participer. Malgré une mauvaise presse, les autorités défiantes ont justifié cette décision par « compassion pour la situation critique des Palestiniens ».

Pourquoi un pays situé à près de 8 000 kilomètres de là est-il si obsédé par le peuple juif et son État-nation ?

Mary Ainslie (Autorisation)

« Les Juifs et Israël en sont venus à représenter le paroxysme d’un discours ancré dans le modernisme, la laïcité, la liberté personnelle et l’internationalisme, tout ce qui s’oppose à un système politique qui dépend d’un nationalisme religieux autoritaire pour rester au pouvoir », a déclaré Mary Ainslie, qui est spécialisée dans les médias et la culture d’Asie du Sud-Est.

Pour son nouveau livre, intitulé Anti-Semitism in Contemporary Malaysia : Malay Nationalism, Philosemitism and Pro-Israel Expressions, elle a interviewé 30 Malaisiens qui s’opposent aux opinions sectaires qui dominent dans leur pays. Ce qu’elle a trouvé est à la fois décourageant et prometteur.

Un participant, par exemple, se souvient d’avoir rencontré un étudiant palestinien qui était choqué par « la désinformation sur Israël et la voracité des discours antisémites en Malaisie, qui, pour lui, étaient bien plus importants qu’en Cisjordanie ».

Des musulmans brandissent des drapeaux malaisiens et palestiniens lors des prières du vendredi à la mosquée d’al-Aqsa, à Jérusalem, le 22 décembre 2017. (Crédit ;AFP/ Ahmad GHARABLI)

D’autre part, elle a détecté d’importants mouvements sociaux progressistes et des médias refusant de colporter de la propagande antisémite et anti-Israël.

« Ces personnes font partie d’une nouvelle population croissante de citoyens de classe moyenne éduqués, généralement jeunes, conscients du monde, qui croient en une société laïque et veulent une représentation démocratique », a-t-elle expliqué.

« Beaucoup de ces personnes sont issues de minorités ethniques et se sentent donc exclues par le nationalisme religieux qui construit la Malaisie comme un pays islamique et pour les Malais uniquement. Ils rejettent les opinions anti-Israël et antisémites, ce qui fait partie du rejet du nationalisme religieux qui les exclut », a-t-elle ajouté.

De nombreux membres de ce groupe sont de jeunes musulmans malaisiens mécontents de la restriction de leurs libertés personnelles par leur gouvernement, a poursuivi le chercheur. « Ils trouvent que le contrôle autoritaire de leur religion est profondément insultant et n’apprécient pas qu’on leur dise quoi penser ou faire par des politiciens corrompus et hypocrites ».

Tendre la main

Le gouvernement israélien est largement d’accord avec les conclusions de Mary Ainslie.

« D’après nos contacts avec les citoyens malaisiens, il est clair pour nous que beaucoup d’entre eux soutiennent Israël et rejettent en fait l’antisémitisme venant de leur gouvernement et en sont gênés », a indiqué Michael Ronen, le chef du bureau du ministère des Affaires étrangères pour l’Asie du Sud-Est.

Jérusalem tend activement la main aux Malaisiens, a-t-il ajouté.

« Certains d’entre eux ont visité et ont été témoins de la réalité politique ici de leurs propres yeux. Ils ont vu que ce qu’on leur dit sur nous dans leur pays d’origine n’est tout simplement pas vrai ».

L’ADL s’est félicitée des signes d’affaiblissement de la haine des Juifs en Malaisie, mais a averti qu’il était prématuré de célébrer un changement radical.

« Bien qu’il soit encourageant de constater qu’il y a une cohorte croissante de citoyens de la classe moyenne en Malaisie qui rejettent l’antisémitisme et la propagande anti-Israël, la Malaisie est toujours l’un des pays les plus anti-Israël du monde en termes de politiques », a commenté Sharon Nazarian, la vice-présidente senior de l’ADL pour les affaires internationales, auprès du Times of Israel mardi.

Les personnes ayant des tampons israéliens dans leur passeport ne seraient pas autorisées à entrer dans le pays et Mahathir Mohamad continue d’utiliser les Juifs comme boucs émissaires de ses malheurs économiques et politiques, a-t-elle souligné. « Tout changement est encourageant, mais nous attendons des données supplémentaires et des changements dans les messages et les politiques du gouvernement ».

Une « force électorale significative » ?

Pour Mary Ainslie, la jeune génération de Malaisiens éduqués qui rejette la haine traditionnelle des Juifs de leur pays représente une « force électorale significative ».

« Pour eux, Israël et les Juifs représentent le contraire du nationalisme religieux qu’ils souhaitent rejeter, et cela se manifeste par un intérêt théologique important pour le judaïsme et une forte curiosité pour Israël en tant que nation », a-t-elle affirmé.

Un participant à son étude, laquelle a été financée par le Centre Vidal Sassoon pour l’étude de l’antisémitisme à l’Université hébraïque, s’est efforcé de visiter une synagogue lors d’un voyage à l’étranger. D’autres se sont renseignés sur la Shoah et ont contacté des Israéliens par le biais d’Internet.

Tombstones at the Jewish cemetery in Penang, Malaysia (photo credit: CC-BY-SA Gryffindor/Wikimedia commons)
Des tombes juives au cimetières juif de Penang, en Malaisie (Crédit : CC-BY-SA Gryffindor/Wikimedia commons)

« Ils ont également pu séparer toute sympathie qu’ils ressentaient pour la position palestinienne de celle des opinions anti-Israël ou antisémites, estimant qu’il s’agissait d’une question politique compliquée qui n’avait aucun rapport avec leurs propres croyances religieuses », a-t-elle déclaré.

« Beaucoup ont également exprimé leur intérêt pour la manière dont Israël a négocié la relation entre race, religion et nationalité, reconnaissant qu’Israël et la Malaisie avaient beaucoup en commun en tant que nations assez jeunes avec une histoire et une composition compliquées ».

Voici une transcription complète de notre interview, légèrement modifiée pour plus de clarté.

Times of Israel : La Malaisie est perçue par certains comme le pays le plus antisémite du monde. Êtes-vous d’accord ?

Mary Ainslie : En fin de compte, il est très difficile de mesurer de telles opinions, bien que l’Anti-Defamation League s’efforce d’être aussi précise que possible. Nous pouvons dire avec certitude que l’antisémitisme est un discours majeur dans la société malaisienne et qu’il a été normalisé dans une large mesure.

C’est également un élément clé du discours politique, et le langage antisémite est régulièrement utilisé par les dirigeants politiques dans le cadre de leurs interventions locales lorsqu’ils font référence à des questions mondiales. La littérature antisémite est disponible dans les grandes librairies de Kuala Lumpur, et ces croyances sont un élément clé des groupes malaisiens de défense des droits des Palestiniens.

Les Juifs et Israël en sont venus à représenter l’apogée d’un discours ancré dans le modernisme, la laïcité, la liberté personnelle et l’internationalisme

Les participants que j’ai interrogés dans mon livre ont également relaté des témoignages très choquants sur l’antisémitisme qui étaient parfois difficiles à entendre. Un étudiant a même raconté comment un étudiant palestinien qu’ils avaient rencontré s’était en fait déclaré choqué par la désinformation sur Israël et la férocité des discours antisémites en Malaisie, qui, pour lui, étaient bien plus importants qu’en Cisjordanie.

La Malaisie n’est pas un pays arabe, elle est loin du Moyen-Orient, la plupart des Malaisiens n’ont jamais rencontré un Juif, puisqu’il n’y en a plus dans le pays – que pensez-vous qu’il y ait derrière la virulente haine des Juifs là-bas ?

Pour commencer, ce discours n’est en rien lié à la réalité de la situation israélo-palestinienne, même si on en parle souvent comme d’une motivation. Il est au contraire profondément ancré dans la nature très compliquée et polarisée de la culture et de la société malaisienne.

Nous devons comprendre que le pays est profondément divisé – religieusement, ethniquement, culturellement, géographiquement, économiquement, etc. et qu’il évolue rapidement. Il se transforme rapidement. Il est de plus en plus polarisé. Les autorités politiques islamiques malaisiennes, qui ont longtemps dépendu de la division raciale et religieuse du pays, perdent du pouvoir, de sorte que leur rhétorique se renforce.

Nous assistons à un retour de bâton contre les minorités ethniques, les autres religions, y compris les autres versions de l’islam, l’Occident, les LGBT, la laïcité et le judaïsme, qui se transforment tous en un « autre » monolithique contre lequel, selon les autorités, une forme nationaliste de l’islam malais doit être défendue.

Les Juifs et Israël en sont venus à représenter l’apogée d’un discours ancré dans le modernisme, la laïcité, la liberté personnelle et l’internationalisme, tout ce qui s’oppose à un système politique qui dépend d’un nationalisme religieux autoritaire pour rester au pouvoir.

Mary Ainslie donne un cours à l’université Thammasat College of Innovation à Bangkok, en Thaïlande (Université)

Vous écrivez que « les postures anti-Israël et l’antisémitisme font partie du contrôle social promu par l’État en Malaisie », arguant que les Juifs servent de bouc émissaire. Comment expliquez-vous que blâmer les Juifs pour tous les maux soit toujours aussi efficace dans la Malaisie contemporaine ?

L’antisémitisme n’est qu’une petite partie de ce discours réactionnaire, mais comme la Malaisie est si éloignée d’Israël et qu’il n’y a pas de juifs présents pour contrer les stéréotypes négatifs, l’antisémitisme peut se développer sans contrôle d’une manière que les autres formes de racisme ne connaissent pas. Cet « autre » peut alors devenir de plus en plus démoniaque et tordu, alimenté par de faux rapports sur la brutalité israélienne, des déclarations sorties de leur contexte et une version simpliste et défectueuse de la situation israélo-palestinienne.

Un élément troublant de ma recherche a été de découvrir comment cette nouvelle forme d’antisémitisme s’attache ensuite à des discours plus anciens, plus traditionnels, d’origine européenne, pour s’enhardir. Un tel phénomène est dangereux et inquiétant car il ne peut être simplement contré par des améliorations de la situation en Israël/Palestine.

Que peut-on et doit-on faire pour le combattre ?

Je crois que la meilleure façon est simplement d’aider les voix alternatives au sein de la société malaisienne et de leur permettre de se faire entendre. Un tel changement viendra en partie de l’intérieur, et très probablement du nombre croissant de Malaisiens de classe moyenne.

Ces personnes n’aiment pas le gouvernement et son contrôle paternaliste sur leur expression personnelle. Ils ont leur propre rapport à leur religion, ne veulent pas que les minorités ethniques, les non-musulmans et les LGBT soient victimisés, et s’éduquent pour découvrir les questions politiques et les événements historiques mondiaux.

Beaucoup de ces personnes sont issues de minorités ethniques et se sentent donc exclues par le nationalisme religieux qui construit la Malaisie comme un pays islamique et pour les Malais uniquement. Ils rejettent les opinions anti-Israël et antisémites, ce qui fait partie du rejet du nationalisme religieux qui les exclut

À l’aide d’internet et des réseaux sociaux, beaucoup de ces jeunes gens s’informent également sur Israël et la Palestine, sur la Shoah, sur l’islam théologique, sur la sexualité, sur la démocratie. Ils interrogent leurs parents, leurs enseignants, des personnalités religieuses et des hommes politiques.

Pour ceux d’entre nous qui vivent en dehors de la Malaisie, le message doit être que nous ne sommes pas l’ennemi, que nous les respectons, eux et leur pays, que nous soutenons leur lutte pour l’expression personnelle et que nous sommes prêts à répondre lorsqu’ils tendent la main.

L’ancien (et peut-être le futur) Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad, n’a jamais caché son mépris pour les Juifs. Il a même déclaré une fois qu’il était « heureux d’être étiqueté comme antisémite ». Quel est son problème avec les Juifs ? Son antisémitisme n’est-il qu’une version particulièrement méchante de ce que pense le courant dominant en Malaisie, ou y a-t-il plus que cela ?

Il y a beaucoup plus que cela ! Tout d’abord, nous devons nous rappeler que Mahathir est un politicien brillant, il est très vif et avisé même malgré sa vieillesse avancée. Sa pensée politique a également beaucoup évolué au fil des décennies, ce qui lui a permis de rester longtemps au pouvoir.

Il est également un peu simpliste de le qualifier d’antisémite. Bien qu’il exprime des opinions antisémites, il stéréotype également d’autres personnes et races dans une large mesure (Chinois, Indiens, Occidentaux, et même les Malais eux-mêmes), et les chercheurs spéculent donc qu’il est probablement plus juste de le qualifier de darwiniste social.

Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, à Putrajaya, en Malaisie, le 22 février 2020. (Crédit : AP Photo/Vincent Thian)

Pour en revenir à son premier mandat dans les années 1980, l’un des principaux objectifs de Mahathir était d’aider la communauté malaise. Bien qu’ils constituent le groupe ethnique majoritaire, les Malais étaient encore extrêmement pauvres et manquaient cruellement d’opportunités, ce qui peut être attribué en grande partie au colonialisme occidental dans la région.

Il a introduit des politiques favorables aux Malais conçues pour aider cette communauté et a mis l’accent sur l’islam en tant que forme d’identité permettant de créer une cohésion et une stabilité sociales. Pour ce faire, il a souvent exprimé sa sympathie envers les musulmans du monde entier qui étaient perçus comme des victimes des non-musulmans – comme une lecture erronée et simpliste de la situation en Israël/Palestine – et il a établi un parallèle avec la dépossession des Malais dans leur propre nation par des minorités ethniques urbaines importantes et plus riches telles que la minorité chinoise.

Ses politiques ont fonctionné dans une certaine mesure ; la vie et les opportunités se sont améliorées pour la communauté malaise, mais pas aussi rapidement qu’on l’espérait. De même, elle a également conduit à une forte racialisation du système politique malaisien et à la transformation de l’islam malais en une forme de nationalisme religieux.

Le Premier ministre malaisien de l’époque, Mahathir Mohamad, triomphant alors que son adjoint, Musa Hitam, lui place une écharpe autour du coup, le 23 avril 1982 à Kuala Lumpur, Malaisie. (AP Photo)

À mesure que l’antisémitisme et le discours anti-Israël devenaient une partie importante de l’identité musulmane internationale, cela est également devenu un élément clé de la rhétorique religieuse nationaliste de Mahathir et, en Malaisie, cela s’inscrit bien aux côtés d’un discours anti-chinois similaire.

Mahathir s’est construit une carrière politique très réussie et a transformé une nation et un peuple – à bien des égards, pour le mieux. Il n’est pas près de laisser passer cela et le défendra toujours lorsqu’il sera mis en cause.

L’année dernière, la Malaisie a refusé d’autoriser les Israéliens à participer aux championnats du monde paralympiques de natation. Même après que le pays a perdu les droits d’organiser le tournoi, le ministre des Sports a déclaré sans aucune excuse que Kuala Lumpur ne fera aucun compromis « sur le terrain de l’humanité et de la compassion pour la situation critique des Palestiniens ». Comment cet épisode a-t-il été accueilli par les Malaisiens ?

Mes participants, mes amis et collègues sont très critiques et embarrassés par cette position. Ils comprennent qu’une telle rhétorique n’est pas fondée sur « l’humanité » ou la « compassion », qu’elle est profondément injuste et qu’elle porte en fait préjudice à la Malaisie.

Des nageurs lors des championnats de natation paralympiques d’hiver de 2018 en Israël à la piscine d’Alyn à Haïfa (Crédit : Karen Isaacson, Israel Paralympic Committee Facebook page)

Mais les conséquences de la diffusion de tels points de vue peuvent être graves et, en fait, le devenir encore plus à mesure que le gouvernement perd le soutien populaire en raison des personnes qui remettent en question une telle rhétorique. C’est pourquoi les individus, les organisations politiques et les médias doivent être très prudents lorsqu’ils critiquent une position anti-Israël. La critique est là, mais elle est cachée.

La seconde moitié de votre livre est consacrée au philo-sémitisme et aux Malaisiens qui ont une opinion positive d’Israël. Vous écrivez que pour certains Malaisiens, le judaïsme et l’État juif « représentent un modèle alternatif, presque mythique, de liberté sociale ». Dites-m’en plus sur ces personnes : combien sont-elles, comment s’exprime leur sympathie pour les Juifs et Israël, et y a-t-il une chance qu’elles deviennent une masse critique qui pourrait aider la Malaisie à devenir moins antisémite ?

Il aurait été dangereux de mesurer quantitativement ce groupe dans une société dont on sait qu’elle persécute les citoyens ayant des sympathies pour Israël, aussi me suis-je appuyée sur des témoignages qualitatifs et des preuves en ligne de leur taille.

Beaucoup de ces personnes sont issues de minorités ethniques et se sentent donc exclues par le nationalisme religieux qui construit la Malaisie comme étant islamique et uniquement pour les Malais. Ils rejettent les opinions anti-Israël et antisémites, ce qui relève du rejet du nationalisme religieux qui les exclut.

La croissance des mouvements sociaux progressistes, les manifestations et la réticence de nombreux médias à se livrer à des discours antisémites et anti-Israël suggèrent que ces personnes sont importantes.

Ces personnes font partie d’une nouvelle population croissante de citoyens de classe moyenne éduqués, généralement jeunes, conscients du monde, qui croient en une société laïque et veulent une représentation démocratique.

Des élèves malaisiennes musulmanes se prennent en photo devant l’effigie du candidat à la présidentielle américaine Donald Trump lors d’un événement consacré aux résultats des élections, à Kuala Lumpur, le 9 novembre 2016. (Crédit : AFP photo/Manan Vatsyayana)

Beaucoup de ces personnes sont issues de minorités ethniques et se sentent donc exclues par le nationalisme religieux qui construit la Malaisie comme étant islamique et uniquement pour les Malais. Ils rejettent les opinions anti-Israël et antisémites, ce qui relève du rejet du nationalisme religieux qui les exclut.

Une partie importante de ce groupe est également constituée de jeunes musulmans malais qui sont en colère contre le contrôle du gouvernement sur leur propre liberté personnelle. Ils trouvent que le contrôle autoritaire de leur religion est profondément insultant et n’apprécient pas que des politiciens corrompus et hypocrites leur disent quoi penser ou faire.

Cette nouvelle génération de Malaisiens éduqués et mobiles dans le monde entier constitue une force électorale importante, et c’est la raison pour laquelle les autorités au pouvoir perdent leur majorité politique. Pour eux, Israël et les Juifs représentent le contraire du nationalisme religieux qu’ils souhaitent rejeter, et cela se manifeste par un intérêt théologique important pour le judaïsme et une forte curiosité pour Israël en tant que nation.

Une cérémonie de grande envergure en Malaisie. (crédit photo : CC BY phalinn, Flickr)

Un des participants avait passé beaucoup de temps à chercher une synagogue lors de ses visites à l’étranger, d’autres avaient pris le temps de s’informer sur la Shoah, et beaucoup avaient contacté des Israéliens en ligne.

Ils ont également pu séparer toute sympathie qu’ils ressentaient pour la position palestinienne de celle des opinions anti-Israël ou antisémites, estimant qu’il s’agissait d’une question politique compliquée qui n’avait aucun rapport avec leurs propres croyances religieuses, tout en déclarant qu’ils ne s’impliqueraient jamais dans les campagnes palestiniennes en Malaisie (qu’ils considéraient comme une source de division, raciste et nuisible pour la Malaisie).

Beaucoup ont également exprimé leur intérêt pour la manière dont Israël négocie la relation entre race, religion et nationalité, reconnaissant qu’Israël et la Malaisie ont beaucoup en commun en tant que nations assez jeunes avec une histoire et une composition compliquées.

Enfin, tous les participants ont reconnu l’hypocrisie d’un tel discours, exprimant leur dégoût pour les politiciens qui défendent la cause palestinienne tout en encourageant le racisme à l’égard des réfugiés vulnérables tels que les Rohingyas.

Que faudrait-il pour réduire l’antisémitisme en Malaisie ?

Il diminue déjà – il ne faut pas confondre les bruits forts avec les grands bruits. L’antisémitisme fait partie d’une « réaction » contre l’effondrement du contrôle social, il est laid et bruyant, mais il s’agit d’une réaction contre des changements sociaux plus larges qui sont une force pour le bien. Ces opinions se renforcent peut-être chez ceux qui les défendent, mais je ne pense pas qu’elles se développent dans la population en général. Au contraire, c’est l’inverse.

Selon l’Autorité israélienne de la population et de l’immigration, près de 14 000 Malaisiens ont visité Israël en 2018 – 4 000 de plus que l’année précédente. Pensez-vous que le nombre de Malaisiens intéressés par Israël continuera à augmenter ?

Oui, je le pense. Cela fait partie d’une tendance générale à l’augmentation des voyages en provenance de pays dont l’économie et les classes moyennes sont en croissance. Les touristes d’Asie du Sud-Est sont désormais très présents dans le monde entier. De plus en plus de Malaisiens profitent de la possibilité de visiter Israël, soit dans le cadre des pèlerinages chrétiens, soit simplement parce qu’Israël les accueille en tant que touristes.

Ils ne voient aucune raison de ne pas visiter un pays qui occupe une place si importante dans l’histoire et la religion dans le monde et cherchent à s’informer sur un pays et un peuple dont ils ont tant entendu parler, mais avec lequel ils ont eu si peu de contacts directs.

Un bateau de croisière transportant des touristes malaisiens arrive au port du Kibboutz Ein Gev sur le lac de Tibériade dans le nord d’Israël, le 8 octobre 2018. (Crédit : JACK GUEZ/AFP)

Un des Malaisiens que vous avez interrogés a déclaré que son pays ne boycottait pas vraiment l’État juif. « La Malaisie a bien des liens avec Israël. C’est juste que ce n’est pas vraiment ouvert. Parce que je vois des produits en provenance d’Israël ici », a-t-il dit. Comment décririez-vous l’état de la coopération commerciale et économique entre Israël et la Malaisie ?

Mon participant avait raison, il y a beaucoup de commerce et de coopération entre ces deux pays, mais c’est caché et non direct. Ces échanges commerciaux se développeront à mesure que la Malaisie s’intégrera davantage dans l’économie mondiale et que la nouvelle classe moyenne cessera de répondre à l’antisémitisme en tant que discours.

Le reste de l’Asie compte sur Israël et investit de plus en plus dans la technologie israélienne, et la Malaisie ne peut pas se permettre de rester à la traîne. Alors que des pays comme la Chine, la Thaïlande et la Corée du Sud renforcent leurs liens avec Israël et en réalisent les avantages, les politiciens malaisiens devront changer leur discours afin de rester pertinents au niveau mondial.

Que prévoyez-vous pour l’avenir des relations diplomatiques entre les deux pays ? Pourriez-vous imaginer que Kuala Lumpur s’engage dans des relations clandestines avec Jérusalem, comme le font les États du Golfe depuis des décennies ? Que devrait-il se passer pour que de tels liens soient établis ?

A terme, il y aura une normalisation des relations diplomatiques et économiques entre ces deux pays, mais cela prendra probablement un certain temps. Alors que la stabilisation croissante de la situation israélo-palestinienne a conduit à de meilleures relations ailleurs, le discours politique de la Malaisie s’est construit sur l’antisémitisme et les discours anti-Israël dans une mesure beaucoup plus importante.

Des changements sont susceptibles de se produire en raison des avantages observés dans les relations accrues avec Israël dans d’autres pays asiatiques, ainsi que de la remise en question interne des discours nationalistes religieux (dans lesquels les croyances antisémites et anti-Israël sont ancrées) en Malaisie même. Le développement mondial laisse présager un tel changement, mais, comme l’histoire nous le montre, nous devons être conscients que le contraire peut également se produire.

read more:
comments