Israël en guerre - Jour 290

Rechercher
Le leader du parti travailliste Keir Starmer s'exprime lors d'un débat télévisé en direct, organisé par la BBC, à Nottingham, le 26 juin 2024, à l'approche des élections législatives britanniques du 4 juillet (Crédit : Phil Noble / AFP)
Le leader du parti travailliste Keir Starmer s'exprime lors d'un débat télévisé en direct, organisé par la BBC, à Nottingham, le 26 juin 2024, à l'approche des élections législatives britanniques du 4 juillet (Crédit : Phil Noble / AFP)
Analyse

Starmer a purgé la gauche du legs de son prédécesseur extrémiste Corbyn

Sur le point de remporter une victoire écrasante, le Labour semble très différent du parti qui a été battu aux urnes en 2019, ce qui réjouit les Juifs britanniques

LONDRES – Il a fallu moins de dix ans à Keir Starmer pour gravir ce que Benjamin Disraeli, le seul Premier ministre juif du pays, a décrit comme le « sentier glissant » de la politique britannique.

Starmer, dont le parti travailliste de l’opposition semble bien parti pour remporter une victoire écrasante lors des élections générales de cette semaine, n’est entré à la Chambre des communes qu’en mai 2015.

Il est fortement pressenti pour gagner les élections de ce 4 juillet et ainsi mettre fin à 14 années de gouvernement conservateur. Un exploit d’autant plus remarquable que la dernière fois que les Britanniques se sont rendus aux urnes, en décembre 2019, le parti travailliste a subi sa pire défaite en près d’un siècle.

Au cours de ses cinq premières années au Parlement, Starmer a assisté à l’évolution de Jeremy Corbyn, alors chef du parti travailliste, qui a entraîné le parti vers l’extrême-gauche radicale.

Le programme clairement anti-sioniste de Corbyn, ainsi que le scandale lié à l’antisémitisme qui l’a accompagné, ont non seulement poussé près de la moitié des Juifs britanniques à envisager de quitter le pays en cas de victoire du Labour, mais ont également aliéné une partie suffisante de l’électorat au sens large pour assurer le rejet massif de Corbyn.

Élu pour remplacer Corbyn début 2020, Starmer a consacré la seconde moitié de sa carrière parlementaire à débarrasser le Labour de l’héritage extrémiste et raciste de l’extrême-gauche et à planter fermement le drapeau de son parti au centre de l’échiquier électoral.

Il est donc fort probable qu’un gouvernement travailliste dirigé par Starmer sera beaucoup moins antagoniste à l’égard d’Israël – et beaucoup plus sensible aux préoccupations des Juifs britanniques – qu’un gouvernement dirigé par Corbyn, s’il avait accédé à Downing Street en 2019.

L’ancien chef du Labour, Jérémy Corbyn, au centre, lors d’une manifestation pro-palestinienne et anti-israélienne devant le palais de Westminster, dans le centre de Londres, le 27 avril 2024. (Crédit : Benjamin Cremel/AFP)

Le parti travailliste « remanié » de Starmer, tant vanté, ne compte même plus Corbyn parmi ses membres.

« Starmer s’est donné beaucoup de mal pour remédier au problème de l’antisémitisme au sein du Parti travailliste et cela a pris une dimension plus aiguë depuis le 7 octobre », a déclaré Claudia Mendoza, directrice générale du Conseil des dirigeants juifs du Royaume-Uni, au Times of Israel. « Quand je pense à la conférence du parti travailliste sous Jeremy Corbyn, il y a un monde de différence », a-t-elle ajouté, faisant référence aux drapeaux palestiniens brandis et aux dénonciations virulentes contre Israël lors de la réunion annuelle du parti sous le prédécesseur de Starmer en 2019.

Les sondages pré-électoraux et les enquêtes menées auprès des électeurs juifs montrent que le soutien au parti travailliste a fortement rebondi après avoir fortement chuté sous Corbyn. Selon une enquête publiée par l’Institute for Jewish Policy Research, le parti a obtenu le soutien de 46 % des Juifs, soit 16 points d’avance sur les Tories, et un sondage réalisé par Survation suggère que l’avance de 59 points des Tories sur le Labour parmi les Juifs en 2019 a été réduite à 9 points grâce à Starmer.

Une rupture avec le Corbynisme

Le chemin de Starmer vers Downing Street, bien que rapide, n’a pas été des plus faciles. Face à une base qui penchait fortement à gauche, la campagne de Starmer, il y a quatre ans, n’a donné que peu d’indices sur son orientation future. Il a présenté un programme conçu pour ne pas s’aliéner ceux qui adhéraient à la politique intérieure populiste de Corbyn, mais pas à sa vision du monde d’extrême gauche.

Mais dès son arrivée à la tête du parti, Starmer a décidé de rompre de manière décisive avec le corbynisme sous toutes ses formes.

Cette rupture a été symbolisée par son premier acte, le lendemain de l’annonce du résultat des élections : il a présenté des excuses sans réserve aux Juifs de Grande-Bretagne et s’est engagé à purger le parti de toute trace d’antisémitisme. Trois jours plus tard, il a entrepris de tenir des réunions avec les organisations de la communauté juive.

Le président du groupe britannique Labour Friends of Israel, le député vétéran Steve McCabe, à gauche, donne un livre signé par le chef de sa formation, Keir Starmer, au président Isaac Herzog, le 6 février 2023. (Crédit : Labour Friends of Israel)

Starmer avait bien conscience que les mots ne remplacent pas les actes, et deux mois plus tard, il a prouvé sa détermination à agir avec audace en licenciant Rebecca Long-Bailey, porte-étendard des pro-Corbyn dans la course à la direction du parti en 2020, du cabinet fantôme après sa publication sur les réseaux sociaux d’un article contenant une théorie du complot antisémite.

Ce limogeage n’est rien comparé à ce qui a suivi. Lorsque la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme a rendu son verdict brutal sur l’antisémitisme au sein du parti travailliste en novembre 2020 – l’organisme de surveillance de l’égalité avait lancé une enquête sans précédent lorsque Corbyn était encore au pouvoir -, Starmer s’est montré implacablement sévère. Peu après la publication par son prédécesseur d’une déclaration sur les conclusions de l’EHRC – dans laquelle il affirmait que l’ampleur du problème avait été « dramatiquement exagérée pour des raisons politiques » – Starmer a expulsé Corbyn du parti parlementaire travailliste, l’obligeant à siéger en tant qu’indépendant.

Malgré les appels des partisans de gauche du parti, en perte de vitesse, Starmer a refusé de réintégrer Corbyn dans la tente travailliste, contraignant ce dernier à défendre sa circonscription d’Islington North en tant qu’indépendant lors des élections de cette semaine.

Les sondages indiquent une course serrée pour le siège. Mais pour Starmer, le prix à payer pour la perte potentielle d’un siège assuré aux travaillistes en vaut la peine. L’élimination de Corbyn des rangs du parti travailliste a été un élément clé pour rassurer les Juifs – et le pays dans son ensemble – sur le fait que le parti travailliste a véritablement changé.

En coulisses, l’équipe de Starmer a également accompli un travail d’organisation difficile. Comme l’exigeait la Commission européenne des droits de l’homme, les procédures disciplinaires du parti travailliste ont été révisées et l’énorme arriéré d’enquêtes sur l’antisémitisme légué par Corbyn a été résorbé. Le parti a banni de ses rangs sept groupes de gauche dure, dont cinq affirmaient que le problème de l’antisémitisme avait été exagéré ou suggéraient qu’il avait été fabriqué dans le cadre d’une campagne de diffamation organisée par Israël.

Au fur et à mesure que tombaient les têtes les plus en vue, le message de la direction du parti est devenu très clair : La culture politique du parti travailliste a changé et l’appartenance ou la sympathie pour la gauche radicale ne sera plus ni tolérée, ni apaisée, ni récompensée.

Des partisans applaudissent alors que Keir Starmer, le leader du parti travailliste britannique, fait son discours lors de la conférence annuelle du parti à Liverpool, en Angleterre, le 27 septembre 2022. (Crédit : Jon Super/AP)

Cette « purge » de la gauche a été illustrée par la manière dont Starmer a utilisé la décision du Premier ministre Rishi Sunak de convoquer des élections anticipées pour retirer certains de ses détracteurs de la gauche dure de la liste des candidats aux élections générales et promouvoir à la place ses alliés modérés. Ces derniers comprennent notamment plusieurs personnalités juives et pro-israéliennes comme Luke Akehurst, figure de proue de la droite travailliste et ancien directeur du groupe de campagne populaire We Believe In Israel, et Josh Simons, ancien directeur du groupe de réflexion pro-Starmer Labour Together.

« Sous la direction de Keir Starmer, le parti travailliste a tenu sa promesse de s’attaquer sérieusement et efficacement à l’antisémitisme au sein du parti », a affirmé une personnalité de la communauté juive à qui l’on a accordé l’anonymat pour qu’elle puisse parler de politique. « À bien des égards, il est allé plus loin que ce qui était nécessaire ou attendu – la récente tendance à accorder des sièges sûrs à des candidats juifs et pro-Israël en est un exemple ».

Que cache cette façade modérée ?

Pour ses détracteurs de l’extrême-gauche et du parti conservateur, Starmer n’est guère plus qu’un opportuniste. Les premiers estiment qu’il a remporté la direction du parti travailliste avec une rhétorique faussement gauchiste avant de la faire basculer à droite. Les seconds estiment que sous cette façade modérée se cache une personne indigne de confiance, spécialiste des volte-face.

La carrière de Starmer peut en effet sembler paradoxale. Il s’est d’abord fait un nom au barreau, s’occupant principalement d’affaires de défense pénale et se spécialisant dans les droits de l’homme. Il est ensuite devenu Directeur du service des poursuites et a dirigé une série d’affaires liées à la lutte contre le terrorisme.

En tant que chef de parti, cet ancien avocat libéral du nord de Londres a fait de la conquête des électeurs conservateurs de la classe ouvrière dans les circonscriptions autrefois solidement travaillistes du « mur rouge » sa principale priorité. Starmer a ainsi affiché son soutien à la dissuasion nucléaire britannique, il s’est engagé à réprimer la criminalité et il apparaît rarement sans l’Union Jack britannique derrière lui.

Et, bien qu’il ait fait partie du cabinet fantôme de Corbyn pendant trois ans, Starmer est devenu un adversaire redoutable de l’antisémitisme et un ennemi juré de l’extrême gauche.

En réalité, les antécédents, les convictions et les racines de Starmer sont bien plus complexes. « Les droits de l’homme et une protection efficace contre le terrorisme ne sont pas incompatibles », a-t-il soutenu après les attentats de Londres en 2017. « Au contraire, ils vont de pair ». Starmer a noté, par exemple, que lorsqu’il était le principal procureur britannique chargé des affaires de terrorisme, « le fait que les droits des suspects avant le procès aient été respectés (…) a écarté toute contestation des poursuites comme étant ‘injustes' ».

En ce qui concerne ses origines, les études supérieures de Starmer à l’université d’Oxford et sa carrière juridique réussie éclipsent le fait que son père était fabricant d’outils et sa mère infirmière. Sa famille, issue de la classe moyenne inférieure, soutenait fermement le parti travailliste et Keir était actif dans la section des jeunes du parti dans sa jeunesse.

La relation de Starmer avec Corbyn n’a jamais été basée sur une convergence de vues. En 2016, il a rejoint la révolte des députés travaillistes contre leur chef et a démissionné de son poste de frontbench. Lorsque Corbyn a ensuite été réélu par les membres du parti, Starmer, farouchement pro-européen, a accepté son offre de devenir le porte-parole du Labour pour le Brexit. Il explique aujourd’hui qu’il a fait campagne pour le Labour en 2019 parce qu’il voulait voir ses collègues modérés réélus et qu’il l’a fait en sachant que l’impopularité de Corbyn signifiait qu’il n’y avait aucune chance qu’il devienne Premier ministre.

La haine de Starmer à l’égard de l’antisémitisme a également un aspect personnel. Sa femme, Victoria, est juive, la famille est membre de la synagogue libérale de Londres et la famille observe strictement les dîners de Shabbat, selon le leader travailliste.

Le chef du parti travailliste britannique, Keir Starmer, arrive avec son épouse Victoria Starmer pour assister à la cérémonie du jubilé de platine devant le palais de Buckingham à Londres, le 5 juin 2022. (Crédit : Ben Stansall/AP)

Comme toute personne en passe de devenir Premier ministre, il est indéniable que Starmer est très ambitieux. Avant d’entrer au Parlement, il aurait, par exemple, refusé un siège à la Chambre des Lords parce que cela l’aurait empêché de se hisser au sommet du pouvoir ; depuis 1902, aucun Premier ministre n’a siégé dans la deuxième chambre non élue.

Contrairement à Corbyn, Starmer n’est pas un idéologue dont la vision du monde a été façonnée par la politique de la Nouvelle Gauche de la fin des années 1960. Avant d’être chef du parti travailliste, il aurait plutôt adhéré à la pensée de l’aile « gauche molle » du parti, mais il n’a jamais été étroitement associé à une quelconque faction. Comme plusieurs de ses prédécesseurs, Starmer a viré à droite après avoir accédé à la tête du parti, son objectif étant de gagner le soutien de ceux qui ont déserté le Labour lors des quatre dernières élections générales.

Échos d’Harold Wilson

Bien qu’il porte le même prénom que le premier dirigeant du parti travailliste, Keir Hardie, le prédécesseur le plus proche de Starmer est probablement Harold Wilson. Wilson, qui a dirigé le parti travailliste de 1963 à 1976, a également mis fin à une longue période de domination des conservateurs en remportant de justesse les élections générales de 1964. Il a ensuite battu les conservateurs à trois autres reprises. Il n’est pas surprenant que Starmer ait rapidement établi des comparaisons avec le pragmatique, non menaçant et rassurant Wilson.

Cette comparaison devrait rassurer les Juifs britanniques.

Wilson avait une approche idéologique modérée, mais il a toujours été un ami loyal de la communauté juive et un allié d’Israël.

Par exemple, au cours d’une brève période d’inactivité au début des années 1970, il a mené la charge contre la décision du gouvernement conservateur de l’époque, pendant la guerre du Kippour, d’interdire les ventes d’armes à Israël et aux agresseurs arabes qui l’avaient attaqué.

Une banderole sur laquelle est écrit « Keir Starmer : Les travaillistes vont-ils cesser d’armer Israël ? » est accrochée sur le pont de Westminster, devant le palais de Westminster, à Londres, le 3 juin 2024. (Henry Nicholls/AFP)

Comme les deux derniers Premiers ministres travaillistes, Tony Blair et Gordon Brown, Wilson était « un ami fidèle de l’État juif », a affirmé Michael Rubin, directeur de l’association Labour Friends of Israel -LFI (« Les amis travaillistes d’Israël »).

Confiant dans le fait que Starmer suivra leurs traces, Rubin a cité un discours prononcé par Starmer devant le LFI, dans lequel il « condamnait à juste titre l’antisémitisme anti-sioniste comme étant l’antithèse de la tradition travailliste ».

Rubin a toutefois ajouté que c’est la « position de principe » de Starmer depuis le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes dirigés par le groupe terroriste palestinien du Hamas ont assassiné 1 200 personnes dans le sud d’Israël et kidnappé 251 personnes pour les emmener dans la bande de Gaza, qui a montré « à quel point le parti s’est transformé par rapport aux jours sombres de Corbyn ».

Selon une personne influente de la communauté juive, la position bienveillante des travaillistes à l’égard d’Israël a duré « plus longtemps que prévu » au cours du conflit en cours à Gaza, au cours duquel 38 000 Palestiniens auraient été tués d’après les chiffres invérifiables publiés par le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, qui ne fait pas de distinction entre les civils et les terroristes, « compte tenu de la pression que [le parti] aura ressentie de la part de sa base [et] du défi que lui ont lancé les électeurs musulmans. »

Dans une interview donnée pendant la campagne électorale, Starmer, tellement attaché à sa vie privée qu’il ne mentionne jamais publiquement les prénoms de ses enfants, a brièvement évoqué des proches israéliens de la famille. Aucun d’entre eux n’a été directement touché par le 7 octobre. « Dieu merci », a-t-il déclaré au Guardian. Mais il a laissé entendre qu’ils avaient été affectés par la guerre comme tous les Israéliens. « Cela ne fait aucun doute. »

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak (à droite) et le chef du Parti travailliste Keir Starmer traversent le hall des pairs pour assister à l’ouverture du Parlement, au Palais de Westminster à Londres, le 7 novembre 2023. (Crédit : Alastair Grant/AP)

Passer le ballon politique

La position actuelle de Starmer conjugue le soutien à un cessez-le-feu et les appels à une aide humanitaire accrue avec l’insistance sur le fait qu’Israël a le droit de se défendre, que les otages doivent être libérés et que le Hamas « ne peut pas faire partie du gouvernement d’un État palestinien ». Il reprend ainsi en grande partie le discours de l’actuel gouvernement conservateur.

Ce positionnement reflète le désir de Starmer de ne pas transformer une crise internationale en un enjeu de politique intérieure – un contraste frappant avec les années Corbyn, où le Labour n’était pas disposé à offrir un front politique uni, même lors des attaques terroristes de 2017 à Londres ou lorsque des agents russes ont utilisé des agents neurotoxiques lors d’une tentative d’assassinat bâclée dans la ville de Salisbury, dans le sud de l’Angleterre, un an plus tard.

À l’instar du gouvernement britannique, la position des travaillistes reflète largement celle de l’administration Biden. Il est donc probable qu’il maintienne cette position une fois au pouvoir. L’hostilité de Corbyn à l’égard de l’Occident et sa sympathie pour le « Sud global » « anti-impérialiste » auraient probablement nui à la « relation spéciale » de longue date de la Grande-Bretagne avec les États-Unis.

L’équipe de Starmer, en revanche, est beaucoup plus atlantiste – David Lammy, pressenti comme secrétaire d’État aux Affaires étrangères, a étudié à Harvard et a de nombreux contacts à Washington – et se préoccupe davantage des questions liées à la Défense et à la Sécurité nationale.

Starmer s’est engagé à « imiter et améliorer » les relations du gouvernement Blair-Brown avec Israël et la communauté juive.

Le parti a clairement exprimé à plusieurs reprises son opposition au mouvement BDS et son point de vue sur la menace que représente l’Iran, tant au niveau régional qu’au niveau national. Alors que le gouvernement s’est abstenu d’interdire le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), Lammy a appelé à des mesures plus strictes, un message repris dans le récent manifeste du parti qui, en mentionnant le CGRI, a déclaré que le parti travailliste « adopterait l’approche utilisée pour traiter le terrorisme non étatique et l’adapterait pour traiter les menaces à la sécurité intérieure émanant de l’État ».

La détermination apparente du parti à interdire le CGRI, si nécessaire par le biais d’une nouvelle législation, est soutenue à la fois par ses ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères. (Les ministres de l’intérieur conservateurs étaient favorables à l’interdiction, mais le ministère des Affaires étrangères l’a bloquée, craignant qu’elle ne complique les relations diplomatiques entre la Grande-Bretagne et l’Iran.)

Des manifestants appellent à un cessez-le-feu dans le conflit entre Israël et le Hamas tout en protestant à l’extérieur d’un discours du leader travailliste Keir Starmer à Chatham House, dans le centre de Londres, le 31 octobre 2023. (Crédit : Daniel LEAL / AFP)

Position sur la proclamation d’un État palestinien

À l’instar des gouvernements Blair-Brown, Starmer est revenu à une approche plus équilibrée et impartiale quant à son soutien à une solution à deux États pour le conflit israélo-palestinien. Les manifestes du parti travailliste en 2017 et 2019 promettaient que le parti reconnaîtrait unilatéralement et « immédiatement » un État palestinien. Cependant, les travaillistes ont adopté une position plus nuancée. « Nous nous engageons à reconnaître un État palestinien pour aider à relancer un processus de paix qui conduira à une solution à deux États, avec un État d’Israël sûr et sécurisé aux côtés d’un État palestinien viable et souverain », peut-on lire dans le document.

Interrogé sur le sujet lors d’une interview à la radio pendant la campagne électorale, Starmer a souligné qu’Israël « doit pouvoir jouir de la sécurité » et que « ce n’est pas le cas actuellement ».

« Il n’y a pas vraiment de choix entre la position du parti travailliste sur la reconnaissance d’un État palestinien dans le cadre d’un processus de négociation pour une solution à deux États et celle du parti conservateur et de la politique du ministère des Affaires étrangères sous Lord Cameron », a déclaré le Dr James Vaughan de l’université d’Aberystwyth, un expert de la politique britannique au Moyen-Orient.

« Pour des approches plus radicales du conflit actuel et de la question de la création d’un État palestinien, il faut se tourner vers les libéraux-démocrates ou les Verts », a-t-il ajouté. « La politique déclarée de Starmer sur la question Israël/Palestine semble s’inscrire davantage dans la tradition des promesses du manifeste de Gordon Brown en 2010 que dans le radicalisme anti-Israël de son prédécesseur immédiat. »

Les comptes-rendus de la campagne électorale ont mis l’accent sur le fait que le parti travailliste refusait toute action unilatérale sur le statut d’État palestinien, Starmer ne souhaitant manifestement agir qu’en « coordination avec les alliés ».

Starmer a également tenté d’éviter de se laisser entraîner dans les controverses relatives à l’enquête de la Cour internationale de justice (CIJ) sur les allégations de l’Afrique du Sud selon lesquelles Israël serait en train de commettre un génocide à Gaza et à la demande de la Cour pénale internationale (CPI) de délivrer des mandats d’arrêt à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre de la Défense Yoav Gallant, ainsi qu’à l’encontre de terroristes du Hamas. Tout en soulignant son respect pour le droit international et l’indépendance de la CPI et de la CIJ, Starmer a précisé qu' »il n’y a pas d’équivalence ; nous n’accepterons jamais d’équivalence entre le Hamas et Israël, qui a le droit de se défendre ».

Des manifestants tiennent des pancartes sur lesquelles on peut lire un message destiné au leader travailliste britannique Keir Starmer, appelant à un cessez-le-feu dans le conflit entre Israël et le Hamas, devant son bureau lors de la « Journée d’action pour la Palestine », une marche de Chalk Farm à Camden Town, à Londres, le 18 novembre 2023. (Crédit : JUSTIN TALLIS / AFP)

Starmer entrera à Downing Street avec l’autorité renforcée d’un candidat ayant gagné les élections. Grâce à la mainmise de son équipe sur la sélection des candidats, il ne fait aucun doute que le centre idéologique du parti parlementaire après les élections générales sera plus modéré que celui qui a été élu en 2019 avec Corbyn à la barre.

Toutefois, l’approche du nouveau gouvernement à l’égard d’Israël ne sera probablement pas exempte de tensions.

« La politique à l’égard d’Israël représente un grand défi pour le Royaume-Uni en ce moment, quel que soit le gouvernement au pouvoir », a expliqué le Dr Toby Greene, chercheur invité au Middle East Center de la London School of Economics (LSE) et chargé de cours au département d’études politiques de l’université Bar-Ilan. « Les responsables politiques britanniques doivent naviguer entre le soutien à Israël dans sa lutte contre l’axe dirigé par l’Iran et l’opposition aux actions et à la rhétorique néfastes d’un gouvernement israélien qui comprend des partis d’extrême-droite. »

Et comme le souligne Greene, le défi auquel Starmer est confronté est encore plus important en raison de l’importance de cette question au sein de la gauche.

« Il veut éviter que ses efforts pour dissocier le Parti travailliste de l’héritage antisémite de Corbyn ne soient réduits à néant, mais il reste conscient de l’importance des droits des Palestiniens pour de nombreux membres de son parti et des cercles de gauche plus larges », a expliqué Greene.

Greene, auteur de « Blair, Labour & Palestine : Conflicting Views on Middle East Peace After 9/11 », a suggéré qu’il y avait également des parallèles avec le dernier mandat du parti travailliste.

« Comme le dernier gouvernement travailliste au lendemain de la seconde Intifada, un gouvernement Starmer s’inscrira dans le cadre d’un effort international visant à promouvoir la stabilisation et le redressement », a-t-il déclaré. « L’ampleur du défi est sans précédent, mais il y a des leçons à tirer de l’expérience passée pour renforcer la crédibilité de l’Autorité palestinienne (AP) et mobiliser les intérêts des États arabes afin de promouvoir la stabilité et la normalisation. »

À l’instar de Blair, Starmer devrait gouverner en position de force politique. Si les sondages sont corrects, sa majorité parlementaire rivalisera avec les victoires écrasantes de Blair en 1997 et 2001. Starmer a réussi à neutraliser et à chasser la gauche dure, et un parti conservateur affaibli est susceptible de n’offrir qu’une faible opposition politique puisqu’il tentera de se remettre d’un choc électoral.

Mais, tout comme Blair, Starmer sera parfaitement conscient que, même si les électeurs disent vouloir que la politique des partis s’arrête aux frontières, la politique étrangère a tendance à avoir des répercussions à l’intérieur du pays.

En fin de compte, c’est le soutien de Blair à l’invasion américaine de l’Irak et à la « guerre contre le terrorisme » qui l’a le plus affaibli politiquement, même si sa retraite anticipée a été motivée par son soutien indéfectible à Israël pendant la guerre du Liban en 2006.

Ayant beaucoup appris de lui sur la manière d’arriver au pouvoir, Starmer ne peut oublier ce qui a conduit à la perte de Blair.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.