Des graines vieilles de 1 500 ans du Néguev révèlent un monde qui va disparaître
Rechercher
  • Monticules d'ordures à la périphérie de Haluza, ville du Néguev de l'époque byzantine. (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)
    Monticules d'ordures à la périphérie de Haluza, ville du Néguev de l'époque byzantine. (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)
  • Monticules d'ordures à la périphérie de Tel Nitsana, ville du Néguev de l'époque byzantine. (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)
    Monticules d'ordures à la périphérie de Tel Nitsana, ville du Néguev de l'époque byzantine. (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)
  • La partie centrale de Shivta, ville du Néguev de l'époque byzantine, avec son église byzantine (au centre). (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)
    La partie centrale de Shivta, ville du Néguev de l'époque byzantine, avec son église byzantine (au centre). (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)
  • Près de 10 000 graines de raisin (a), d'orge (b) et de blé (c) ont été récupérées et recensées dans 11 monticules de déchets sur trois sites du Néguev de l'époque byzantine, à Haluza, Shivta et Tel Nitsana. (Daniel Fuks)
    Près de 10 000 graines de raisin (a), d'orge (b) et de blé (c) ont été récupérées et recensées dans 11 monticules de déchets sur trois sites du Néguev de l'époque byzantine, à Haluza, Shivta et Tel Nitsana. (Daniel Fuks)
  • La partie centrale de Shivta, ville du Néguev de l'époque byzantine, avec son église byzantine (au centre). (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)
    La partie centrale de Shivta, ville du Néguev de l'époque byzantine, avec son église byzantine (au centre). (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)

Des graines vieilles de 1 500 ans du Néguev révèlent un monde qui va disparaître

L’étude de 10 000 semences des villages viticoles du Néguev illustre comment la peste, le changement climatique et la crise socio-économique dans l’empire indiquent son déclin

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

La pandémie, le changement climatique et la dépression socio-économique internationale sont tous des facteurs majeurs dans l’effondrement de la viticulture du Néguev – il y a un millénaire et demi.

Une nouvelle étude archéologique des décharges de l’époque byzantine dans les hauts plateaux du Néguev offre une analyse étrangement pertinente de la façon dont le puissant empire byzantin du milieu du VIe siècle a commencé à s’effondrer alors que les marchés internationaux ont été balayés par une série de causes à effet papillon. Parmi les facteurs qui ont contribué à l’atmosphère apocalyptique, on peut citer le Petit âge glaciaire de l’antiquité tardive (Late Antique Little Ice Age – LALIA), une anomalie climatique bizarre et étendue qui a débuté par une série d’éruptions volcaniques massives dans les années 530 et 540 de notre ère, et la peste de Justinien de 541 à 549 de notre ère.

L’étude a été publiée lundi dans la prestigieuse revue Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS).

« Il est impressionnant et fou de subir ces doubles catastrophes – d’une part le Petit âge glaciaire et d’autre part la peste – alors qu’à l’époque de Justinien, l’empire byzantin a connu sa plus grande expansion. A partir de là, tout a commencé à se dégrader », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Daniel Fuks, doctorant au Martin (Szusz) Department of Land of Israel Studies and Archaeology à l’université de Bar-Ilan.

Monticules d’ordures à la périphérie de Haluza, ville du Néguev de l’époque byzantine. (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)

À l’aide de preuves organiques recueillies sur trois sites du Néguev – Haluza, Shivta et Tel Nitsana – et de 11 fosses de détritus, une équipe interdisciplinaire d’archéologues israéliens a retracé l’essor et le déclin de la viticulture commerciale dans les hauts plateaux du Néguev, et comment les catastrophes internationales ont pu jouer un rôle dans sa disparition et l’effet domino des marchés mondiaux.

Cette étude fait partie du projet « Crisis on the Margins of the Byzantine Empire » [Crise en marge de l’Empire byzantin] du programme de recherche en bio-archéologie byzantine du Néguev, dirigé par le professeur Guy Bar-Oz de l’université de Haïfa. Fuks, qui s’est adressé au Times of Israel depuis Cambridge où il va bientôt commencer un postdoc, a terminé l’étude dans le laboratoire d’archéobotanique du professeur Ehud Weiss de l’université de Bar-Ilan.

Le verdissement du désert de l’époque byzantine a été rendu possible par l’agriculture à base de ruissellement des eaux de pluie et la fertilisation des vignobles par les fientes d’oiseaux provenant des pigeonniers locaux. Fuks a apporté les preuves de cette agriculture – quelque 10 000 graines de raisin, de blé et d’orge provenant des fosses à ordures – au laboratoire d’archéobotanique du professeur Weiss de Bar-Ilan.

La partie centrale de Shivta, ville du Néguev de l’époque byzantine, avec son église byzantine (au centre). (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)

Le début de la fin

La chute de la viticulture du Néguev a eu lieu à l’apogée de l’empire byzantin.

« On aurait pu s’attendre à ce qu’au cours d’une période de glorieuse réussite pour l’empire, celui-ci soit en mesure de soutenir financièrement ses positions périphériques telles que le Néguev qui étaient la bouée de sauvetage pour les régions centrales comme Constantinople en termes de certaines de ses ressources les plus fondamentales, notamment les céréales et le vin », a déclaré Bar-Oz par courriel au Times of Israel.

Monticules d’ordures à l’intérieur de Shivta, ville du Néguev de l’époque byzantine. (Ari Levy/Université de Haïfa)

« Au lieu de cela, nous voyons un signal pour ce qui se passait réellement à cette époque et qui a longtemps été presque invisible pour la plupart des archéologues – que l’empire était en proie à un désastre climatique et à des maladies », a écrit Bar-Oz.

Parmi les autres membres de l’équipe du programme de recherche en bio-archéologie byzantine du Néguev figurent les archéologues de l’Autorité israélienne des Antiquités (AIA), le Dr Lior Weisbrod, le Dr Yotam Tepper et le Dr Tali Erickson-Gini, qui ont contribué aux fouilles sur le terrain et à l’analyse des résultats. Dafna Langut, archéobotaniste de l’université de Tel Aviv, est co-auteur de l’article.

Selon le communiqué de presse de Bar-Ilan, les textes de l’époque byzantine font l’éloge du vinum Gazetum ou « vin de Gaza ». Ce vin blanc doux était exporté depuis le port de Gaza dans toute la Méditerranée et au-delà, généralement dans des amphores appelées « jarres de Gaza ». Les jarres de Gaza ont été trouvées en grande quantité dans les fosses à ordures du Néguev.

L’utilisation accrue du raisin par les villages du Néguev par rapport à des céréales plus consommables montre une industrie viticole commerciale de 200 ans dans les zones arides du désert du Néguev, qui a connu une forte baisse au milieu du VIe siècle. La clé pour déchiffrer les dizaines de milliers de pépins et de grains trouvés dans les fosses est de discerner dans les déchets qu’il existe un rapport clair et progressivement changeant entre les pépins de raisin et les grains de céréales.

L’archéologue de l’Autorité israélienne des antiquités Tali Erickson-Gini, (à droite), examine une plaque de marbre de la zone de l’autel de l’église byzantine découverte près d’Ashkelon. (Crédit : Anat Rasiuk, Israel Antiquities Authority)

De même, Fuks et Erickson-Gini ont analysé la proportion d’amphores à vin de Gaza par rapport aux jarres en forme de sac. Alors que les amphores de Gaza, hautes et fines, étaient attachées au dos des chameaux pour le transport terrestre, les jarres en forme de sac, plus volumineuses, auraient été beaucoup moins utiles pour le transport à dos de chameau des hauts plateaux du Néguev au port de Gaza, une distance d’environ 100 kilomètres, selon le communiqué de presse.

« De manière significative, la montée et le déclin initial des amphores de Gaza ont suivi la montée et la chute des pépins de raisin, ce qui suggère que la montée et le déclin de la viticulture du Néguev byzantin étaient liés au commerce régional et méditerranéen », a déclaré M. Fuks.

La mosaïque de Kissufim, près de Gaza, représentant Orbikon le chamelier, illustre le transport terrestre des produits de la viticulture dans la région à la fin de l’Antiquité. Les vestiges des deux principales composantes du chargement de l’Orbikon – le raisin et les jarres de Gaza – éclairent encore davantage ce phénomène. (Mosaïque : The Israel Museum/Elie Posner ; Image de la jarre de Gaza : Davida Eisenberg-Degen/Israel Antiquities Authority ; Image de raisin fossilisé : Daniel Fuks/Université de Bar-Ilan)

Fuks a déclaré : « Nous trouvons les preuves d’une viticulture à l’échelle commerciale dans le Néguev. » Il a expliqué que pendant des années, les historiens ont eu connaissance de documents sur la production de vin dans le Néguev, y compris des visites pour bénir l’entreprise par le moine Hilarion, les papyri de Tel Nitsana et la présence de pressoirs à vin locaux, mais on ne sait toujours pas si le vin produit dans les hauts plateaux du Néguev était le fameux vin blanc doux de Gaza qui était transporté vers les principaux centres byzantins, y compris Alexandrie et Constantinople.

« Le problème est de relier les points et de se connecter à la viticulture du Néguev », a déclaré M. Fuks. « Nous savions que des raisins étaient cultivés dans le Néguev, et nous savions qu’il y avait du vin de Gaza, mais nous n’avions jamais eu la preuve de l’existence d’une viticulture dans le Néguev », a-t-il dit – jusqu’à présent.

Près de 10 000 graines de raisin (a), d’orge (b) et de blé (c) ont été récupérées et recensées dans 11 monticules de déchets sur trois sites du Néguev de l’époque byzantine, à Haluza, Shivta et Tel Nitsana. (Daniel Fuks)

« L’augmentation significative de la fréquence des pépins de raisin par rapport aux grains de céréales ne peut être interprétée que comme la croissance de la viticulture commerciale », a-t-il déclaré. Nous ne pouvons pas vraiment prouver que le Néguev était « la » ou « une » source de vin de Gaza en soi, mais je pense que la combinaison des preuves permet de tirer cette conclusion ».

Parier sur le futur

Selon M. Fuks, la raison d’être de l’essor de la viticulture est basée sur un pari. Un agriculteur doit décider ce qu’il va planter. Il sait que les céréales peuvent le nourrir et qu’il ne peut pas boire beaucoup de vin. Mais que se passerait-il s’il pouvait vendre le vin à un prix tel qu’il serait avantageux de cultiver moins de céréales et de combler le manque à gagner en faisant appel à une source extérieure ?

Fuks a dit que, surtout pendant les époques romaine et byzantine en Palestine, le raisin avait beaucoup plus de valeur que les céréales. Cependant, lorsque vous ne produisez pas assez de céréales pour vous nourrir et nourrir votre famille, vous « vous ouvrez aux vulnérabilités du marché », a-t-il dit. C’est un pari que les agriculteurs du Néguev, après deux siècles de succès apparent, ont fini par perdre.

Le professeur Guy Bar-Oz (à droite) fouille un monticule d’ordures à Haluza, ville du Néguev de l’époque byzantine. (Guy Bar-Oz, Université de Haïfa)

On ne sait toujours pas ce qui a fait échouer l’industrie viticole apparemment en plein essor. Contrairement aux hypothèses des chercheurs du passé, le programme de recherche en bio-archéologie byzantine du Néguev a déjà prouvé que les villages étaient en déclin un siècle avant la conquête musulmane.

Dans une correspondance précédente avec le chef de projet du Néguev, M. Bar-Oz, au sujet du site de Haluza, ce qu’il a dit était en accord avec M. Fuks. « Alors que les populations diminuaient dans les centres impériaux et que le pouvoir d’achat de ces centres diminuait, la vitalité économique des régions d’approvisionnement périphériques en marge de l’empire diminuait également.

« Nous constatons aujourd’hui qu’un village byzantin prospère dans le désert du Néguev a entamé sa trajectoire de déclin sociétal un siècle plus tôt que les événements militaires de la prise de contrôle de la région par l’islam au milieu du VIIe siècle. Ce scénario de changement climatique et d’économie peut sembler plus compliqué et moins sexy pour certains que le conflit militaire ultérieur entre chrétiens et musulmans, mais maintenant il est aussi mieux fondé sur des données archéologiques réelles sur le terrain ».

Un résumé graphique de l’essor et du déclin de la viticulture sur les hauts plateaux du Néguev lors de l’Antiquité tardive. (Daniel Fuks/Université de Bar-Ilan)

Le lien quelque peu ténu entre les forces extérieures – période glaciaire, peste, crise économique, troubles sociaux – est un peu difficile à cerner pour cette journaliste. Fuks a ri et a déclaré que son ancien professeur, le professeur Zeev Safrai de l’université Bar-Ilan, disait toujours que lorsque les chercheurs offrent trop d’explications, la réponse est qu’aucune d’entre elles n’est juste. Mais Fuks insiste sur le fait que ce n’est pas le cas ici.

« Nous sommes assez explicites à ce sujet dans l’article – nous ne savons pas quel est le mécanisme précis [qui a déclenché la chute des villages] », a-t-il dit, et nous ne savons pas comment départager la peste, les pressions sociales et le changement climatique. « Le fait même que je sois ouvert à ces trois possibilités montre que je n’essaie pas de favoriser l’une d’entre elles ou de mettre le doigt sur une seule cause ultime du déclin. Mais je suis certain que ces différents facteurs ont eu des répercussions économiques qui ont touché les agriculteurs du Néguev ».

Suivez l’argent

Fuks pense que l’une des principales causes du déclin des trois sites étudiés du Néguev est le manque croissant de demande de vin importé dans un monde en proie à la peste – selon des estimations prudentes, environ 20 % des centres de population ont été détruits – et la dépression économique qui en résulte, même si l’empereur Justinien aurait continué à les taxer lourdement.

Monticules d’ordures à l’intérieur de Shivta, ville byzantine du Néguev. (Yotam Tepper/Israel Antiquities Authority)

« Mon explication est qu’il y a un marché en déclin », a déclaré M. Fuks.

Les villages du Néguev se sont réorientés vers une industrie basée sur l’exportation et sont devenus de plus en plus dépendants des marchés, a-t-il dit. Lorsque la demande s’est tarie, même s’il s’agissait d’un recul de 20 % de la demande avec une baisse des prix en conséquence, ces lieux plus éloignés auraient été les premiers touchés. Même si le commerce se poursuivait à Gaza, les villages du Néguev sont plus éloignés du port et exigeraient un prix plus élevé pour leurs produits afin que le voyage en vaille la peine pour les commerçants.

De même, les auteurs écrivent dans l’article : « Si la peste a atteint le Néguev, elle aurait également pu nuire à la capacité de production locale et à l’approvisionnement en produits agricoles en général en induisant une pénurie de travailleurs agricoles ». (Il existe des indications, mais aucune preuve ferme et sans équivoque, que la peste a bien atteint le Néguev).

La partie centrale de Shivta, ville du Néguev de l’époque byzantine, avec son église byzantine (au centre). (Guy Bar-Oz/Université de Haïfa)

L’étude, a déclaré M. Fuks, s’adresse à l’époque actuelle et met en garde contre les vulnérabilités inhérentes aux sociétés complexes et aux économies de marché modernes. « En fin de compte, l’économie et la société du Néguev byzantin, de plus en plus orientées vers le marché, ont été durement touchées par les événements du milieu du VIe siècle. Le changement climatique, la peste et les conflits sociopolitiques sont autant d’offres et d’étranges précédents historiques qui méritent réflexion ».

La vie réelle est complexe, a-t-il dit, en soulignant la crise actuelle du COVID-19. « Même aujourd’hui, nous ne sommes pas toujours capables de démêler les causes des choses ».

read more:
comments