Les premiers hommes ont quitté l’Afrique il y a 200 000 ans pour Israël
Rechercher

Les premiers hommes ont quitté l’Afrique il y a 200 000 ans pour Israël

Des fossiles de rongeurs de climat froid près des restes de premiers humains de la région montrent qu'ils sont arrivés d'Afrique pendant la période glaciaire, mais ont su s'adapter

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

  • Lior Weisbrod, archéologue de l'IAA, avec de minuscules fossiles de rongeurs provenant des fouilles. (Yoli Schwartz, Autorité israélienne des Antiquités)
    Lior Weisbrod, archéologue de l'IAA, avec de minuscules fossiles de rongeurs provenant des fouilles. (Yoli Schwartz, Autorité israélienne des Antiquités)
  • Zone de fouilles de la grotte de Misliya, où l'on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)
    Zone de fouilles de la grotte de Misliya, où l'on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)
  • La grotte de Misliya en Israël, où l'on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)
    La grotte de Misliya en Israël, où l'on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)
  • La mâchoire humaine de la grotte de Misliya. (Israel Hershkowitz, Université de Tel Aviv)
    La mâchoire humaine de la grotte de Misliya. (Israel Hershkowitz, Université de Tel Aviv)
  • Extérieur de la grotte de Misliya, où l'on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)
    Extérieur de la grotte de Misliya, où l'on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)
  • Le professeur de l'université de Tel Aviv Israel Hershkovitz , (à gauche), et la professeure de l'université de Haïfa  Mina Weinstein-Evron. (Autorisation)
    Le professeur de l'université de Tel Aviv Israel Hershkovitz , (à gauche), et la professeure de l'université de Haïfa Mina Weinstein-Evron. (Autorisation)

Les minuscules fossiles de rongeurs trouvés dans une grotte du mont Carmel en Israël pourraient modifier notre compréhension de l’évolution humaine, indiquant que les premiers humains aventureux qui ont migré d’Afrique vers Israël il y a 200 000 ans l’ont fait pendant une période glaciaire.

Selon une nouvelle étude publiée cette semaine dans le Journal of Human Evolution, la découverte de fossiles de rongeurs uniquement adaptés aux environnements froids – qui ont été trouvés dans le même assemblage archéologique que la plus ancienne trace connue d’Homo sapiens en dehors de l’Afrique – prouve que ces premiers humains modernes sont arrivés pendant une période glaciaire et qu’ils ont pourtant pu prospérer après avoir quitté le berceau de l’humanité malgré les températures radicalement plus fraîches.

Les auteurs de l’étude affirment que l’analyse contredit la théorie populaire selon laquelle l’ère glaciaire a retardé la migration humaine entre les continents. Selon les scientifiques, ce premier signe d’adaptabilité humaine présente les caractéristiques qui ont conduit à la domination mondiale de notre espèce.

« Les gens qui évoluaient en Afrique – dans un environnement complètement différent – ont franchi une étape, qu’aucune autre espèce dans l’histoire du monde n’a eu la capacité de franchir, pour quitter leur berceau d’origine dans un environnement différent et être capables de survivre », a déclaré Lior Weisbrod, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités, co-auteur de l’étude, au Times of Israel lundi. « C’est ce qui a finalement permis aux humains de se retrouver dans tous les coins du monde ».

Selon M. Weisbrod, la nouvelle étude constitue le premier exemple de « cette adaptabilité unique », qui apparaît dans une phase bien plus précoce de l’évolution humaine que ne le pensaient les scientifiques.

L’article, « Early modern human dispersal into southwest Asia occurred in variable climates: a reply to Frumkin and Comay (2019)”, [La dispersion des premiers humains modernes en Asie du sud-ouest s’est produite sous des climats variables : une réponse à Frumkin et Comay (2019)], a été publié par Weisbrod et la professeur Mina Weinstein-Evron de l’université de Haïfa le 21 juin.

L’étude est basée sur une analyse plus approfondie des artefacts découverts lors des fouilles de Weinstein-Evron en 2002 dans la grotte préhistorique de Misliya, où a été découverte une mâchoire vieille de 170 000 à 200 000 ans qui a remis à zéro l’horloge des migrations humaines lors de sa publication en 2018 par le professeur Israel Hershkowitz et Weinstein-Evron de l’université de Tel Aviv.

Le professeur de l’université de Tel Aviv Israel Hershkovitz , (à gauche), et la professeure de l’université de Haïfa Mina Weinstein-Evron. (Autorisation)

Dans un entretien avec le Times of Israel en 2018, Weinstein-Evron a rappelé que lorsqu’elle et Hershkovitz ont d’abord élaboré des plans avant de commencer les fouilles communes en 2001, leur objectif déclaré (modeste) était de rechercher les origines de l’Homo sapiens moderne. Les fouilles ont abouti à la découverte de la mâchoire, qu’elle a surnommée « Miss Lia », d’après le nom de la grotte de la région du mont Carmel.

La région regorge d’indices de peuplement paléolithique, dit-elle, et pendant 10 ans de fouilles, l’équipe a découvert, avec la mâchoire, quelque 60 000 outils en silex, qui couvrent toute l’histoire du développement humain, depuis les grosses haches à main primitives jusqu’aux projectiles et couteaux fins, légers et technologiquement avancés, taillés intentionnellement.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs approfondissent la sagesse commune concernant la migration de l’homme et affirment que ces premiers humains audacieux sont entrés dans une inconnue climatique en migrant vers le nord depuis l’Afrique. L’Israël de l’ère glaciaire aurait présenté une biosphère bien différente, a déclaré Weisbrod lors d’une conversation avec le Times of Israel lundi, notamment des températures bien plus basses et une flore et une faune différentes de celles du berceau de l’humanité.

La grotte de Misliya en Israël, où l’on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)

Les preuves d’un établissement humain prospère et durable dans la grotte de Misliya montrent que ces premiers migrants venus d’Afrique ont surmonté les obstacles climatiques et se sont adaptés avec succès aux nouvelles conditions.

Les chercheurs fondent leur théorie sur des milliers de fossiles de rongeurs – la plupart de moins d’un millimètre – qui ont été rassemblés dans la même couche de colonisation de la grotte du mont Carmel. Weisbrod a discerné que des 13 espèces de rongeurs présentes, les campagnols (Ellobius lutescens) ne peuvent vivre que dans des conditions climatiques froides.

Ellobius lutescens (campagnol) a vécu pendant la période glaciaire, mais a disparu du Levant il y a plus de 150 000 ans. Aujourd’hui, explique Weisbrod, ils vivent toujours dans des régions plus froides comme les montagnes du Zagros au nord-ouest de l’Iran et dans les montagnes du Caucase.

L’âge de glace en Israël, a déclaré Weinstein-Evron au Times of Israel lundi, pourrait peut-être être mieux étiqueté comme une « période glaciale ». En gros, a-t-elle dit, elle estime que la température aurait été d’environ 5 degrés Celsius (41 Fahrenheit), ce qui aurait permis la cohabitation d’autres espèces de climat plus chaud qui ont été trouvées dans l’assemblage de la grotte avec les campagnols de climat froid. D’autres restes d’animaux trouvés dans la grotte ont été utilisés pour l’alimentation, notamment l’auroch – bétail éteint – et d’autres morceaux de cerf, lièvres, œufs d’autruche et sangliers.

Zone de fouilles de la grotte de Misliya, où l’on a découvert une mâchoire complète avec des dents datant de 177 000 à 194 000 ans. (Mina Weinstein-Evron, Université de Haïfa)

Weisbrod a dit que le campagnol aurait eu une certaine plasticité dans sa niche climatique lors de sa migration vers le Levant – mais que, mises à part les températures plus basses de quelque cinq degrés, la région à cette époque aurait été très différente de la terre aride à laquelle nous sommes habitués.

« Si nous étions transportés dans le passé, nous ne la reconnaîtrions pas », a déclaré M. Weisbrod, en mentionnant l’existence de lacs gigantesques qui s’étendent de la mer de Galilée à la mer Morte. La période glaciaire du Levant a rendu la région « plus différente et plus difficile » pour les premiers migrants d’Afrique, a-t-il dit.

« A l’aide des fossiles, on peut déterminer dans quelles conditions les anciens humains ont pu survivre à différentes époques préhistoriques, et à quel rythme l’adaptabilité humaine a évolué afin de s’adapter aux diverses conditions climatiques », a déclaré M. Weisbrod dans le communiqué de presse de l’AIA.

Les sites où ont été trouvés les premiers fossiles humains modernes en Afrique et au Moyen-Orient. (Crédit : Rolf Quam, Binghamton University, USA/NASA image)

La question demeure : Si les premiers hommes ont été capables de s’adapter à un nouveau climat, qu’est-ce qui les a retenus si longtemps en Afrique ?

« Si le climat n’est pas le facteur qui a initialement retardé nos anciens ancêtres, les chercheurs devront examiner d’autres explications, notamment celles liées à la démographie des populations, aux interactions avec d’autres espèces humaines ou à l’émergence tardive des innovations technologiques », a déclaré Mme Weinstein-Evron dans le communiqué de presse de l’AIA.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...