Israël en guerre - Jour 226

Rechercher
Pini Peter lors d'un événement 'Habad à Chypre. (Crédit : Facebook)
Pini Peter lors d'un événement 'Habad à Chypre. (Crédit : Facebook)

Le roi des options binaires dénonce la « stupidité » des forces de l’ordre américaines

Pini Peter a qualifié la société d’options binaires SpotOption, condamnée à rembourser plus de 200 millions de dollars par un juge, « d’entreprise formidable »

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Lors de son tout premier témoignage devant un tribunal concernant ses opérations d’options binaires, le parrain de cette industrie, Pini Peter, s’est insurgé contre les forces de l’ordre américaines, les médias et même ses concurrents israéliens qui auraient conspiré pour le dépeindre comme un criminel.

Peter, également connu sous le nom de Malhaz Pinhas Patarkazishvili, a témoigné le mois dernier devant le tribunal de district de Tel-Aviv lors d’une audience préliminaire concernant une action collective intentée en juin 2021, alléguant que sa société SpotOption, aujourd’hui dissoute, s’est livrée à une « fraude systématique, d’une ampleur sans précédent, à l’encontre d’investisseurs en Israël et dans le reste du monde ».

Shmulik Cassouto, avocat qui, avec Nir Friedman et Shahar Capusha, représente les plaignants, a déclaré au juge qu’il estimait que SpotOption avait commis une fraude de l’ordre de 500 millions de shekels. SpotOption et Peter sont cités comme défendeurs dans le procès.

Ce témoignage fait suite à une action civile intentée par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis qui, en avril 2021, a accusé Peter d’avoir escroqué plus de 100 millions de dollars à des investisseurs américains. La SEC a allégué que SpotOption avait utilisé des tactiques « trompeuses et manipulatrices », notamment en truquant les plateformes de négociation pour fixer les résultats des transactions. Peter ne s’est pas présenté au tribunal américain et n’a pas envoyé d’avocat pour le défendre contre ces allégations.

La SEC a obtenu un jugement par défaut en janvier 2023, exigeant que SpotOption verse 140 millions de dollars au gouvernement américain et que Peter paie personnellement 87 millions de dollars. Ce jugement ne constitue pas une condamnation pénale et Peter n’a jamais admis avoir commis le moindre acte répréhensible. En mars, Peter a fait appel du jugement.

Peter, 47 ans, s’est présenté à la barre pour la première fois le 26 juin pour se défendre contre d’autres allégations distinctes, dans le cadre de l’action collective israélienne. Il a fait valoir que sa société était légitime et que les personnes à l’origine des accusations portées contre lui étaient animées par d’autres motivations.

« Tout cela est politique. Il y a eu une chasse aux sorcières insensée contre les options binaires dans toutes les directions », a-t-il déclaré.

Fin 2017, la Knesset israélienne a interdit l’industrie des options binaires pour avoir été largement frauduleuse et liée au crime organisé. En tant que l’une des sociétés d’options binaires les plus dominantes, SpotOption et ses représentants Moshe Avrahami et Miri Mileikowsky ont plaidé à l’époque au nom de l’ensemble de l’industrie à la Knesset.

Le site de SpotOption offre une gamme d’outils et de services pour les entreprises d’options binaires, notamment des plateformes de paiement et de gestion de risque. (Capture d’écran : Spotoption.com)

Mais Peter a affirmé que la décision finale d’interdire les options binaires n’était pas le résultat d’un processus parlementaire équitable, mais d’une conspiration entre ses rivaux.

« C’était une activité formidable, c’est ça le problème. Nous avions tellement de succès que les grandes sociétés de change et les banques ont décidé de tuer notre produit », a-t-il déclaré au tribunal.

L’industrie frauduleuse des options binaires a prospéré en Israël pendant plus d’une décennie, de 2007, lorsque la première entreprise de ce type, eTrader, a été fondée, jusqu’à ce que l’industrie soit interdite par la Knesset en 2017, en conséquence directe des reportages d’investigation du Times of Israel, qui ont commencé par un article de mars 2016 intitulé « Les loups de Tel Aviv : la vaste et immorale arnaque des options binaires dévoilée« . De nombreuses entreprises israéliennes se sont depuis réinstallées à l’étranger et ont continué à pratiquer la fraude à l’investissement sur internet.

SpotOption, rebaptisé Spot Tech House Ltd, était la plus grande entreprise qui fournissait des plates-formes de négociation aux sociétés d’options binaires, avec des centaines de sites web affiliés utilisant son logiciel, ses systèmes de marketing et son modèle d’entreprise, selon ses propres documents de marketing. Les courtiers SpotOption, ou les sociétés qui gèrent des sites web, emploient des milliers d’Israéliens dans les domaines de la vente, du marketing et du développement technologique.

Les sociétés frauduleuses d’options binaires proposaient aux clients du monde entier un investissement à court terme potentiellement rentable, généralement en leur faisant parier sur la hausse ou la baisse d’une action ou d’un produit de base. Mais en réalité, par le biais de plates-formes de négociation truquées, de refus de paiement des gains et d’autres ruses, ces sociétés ont dépouillé la grande majorité des clients de l’essentiel, voire de la totalité de l’argent investi. Selon les services de police et les témoignages d’anciens employés, les vendeurs frauduleux dissimulaient régulièrement l’endroit où ils se trouvaient, faisaient de fausses déclarations sur ce qu’ils vendaient et utilisaient de fausses identités.

L’action collective s’appuie largement sur les allégations formulées par la Securities and Exchange Commission des États-Unis dans son action en justice d’avril 2021 contre SpotOption. Elle s’appuie également sur des allégations formulées à l’encontre de SpotOption dans le cadre de poursuites antérieures engagées par le ministère américain de la justice, la SEC et la Commodity Futures Trading Commission contre plusieurs courtiers qui utilisaient la plateforme SpotOption, notamment Yukom Communications, LBinary et des sites web appartenant à Jared Davis.

L’action collective allègue que SpotOption a orchestré la fraude et truqué la plateforme utilisée par les différents sites web. Au stade préliminaire, le juge doit décider s’il approuve ou non l’action en justice. La plupart des recours collectifs sont réglés avant le procès.

Le député David Bitan, avec Moshe Avrahami de SpotOption et la directrice de la commission des Réformes de la Knesset, Ariella Malka, lors d’une réunion du comité de la Knesset pour discuter de l’interdiction de l’industrie des options binaires en Israël, le 7 août 2017 (Crédit : Photo du Times of Israel)

Dans sa défense passionnée, Peter a cité des chiffres encore plus élevés que ceux estimés par ses accusateurs.

« Nous avions cinq millions de clients qui déposaient de l’argent dans notre système. Cinq millions et pas une seule plainte », a-t-il déclaré.

SpotOption opérait en grande partie dans les coulisses et il est donc possible qu’il ait reçu moins de plaintes que les courtiers qui étaient en contact direct avec les clients. Néanmoins, SpotOption aurait exercé une influence et un contrôle importants sur ces courtiers. Par ailleurs, une société sœur chypriote de SpotOption, Spot Capital Markets, détenue par le père de Peter, a fait l’objet d’amendes ou d’avertissements de la part de régulateurs à Chypre, en Pologne, en Australie et ailleurs.

« Nous avions plus de 500 marques, du Brésil à la Chine en passant par l’Australie, partout dans le monde sauf aux États-Unis. Nous étions les meilleurs. Savez-vous ce que cela représente, 500 marques ? », a déclaré Peter.

La Securities and Exchange Commission avait précédemment estimé le nombre de partenaires de SpotOption à environ 300.

Le « rouleau compresseur » américain

Au cours des trois heures qu’a duré son témoignage, M. Peter a oscillé entre les épithètes rageuses et les mots doux tels que « sweetheart » et « cutie », à l’adresse de l’avocat des plaignants, et il a parfois eu recours à l’autodérision.

« Ma femme, Dieu merci, a six enfants à élever et je suis le septième enfant et le plus problématique », a-t-il plaisanté lorsqu’il a été interrogé sur les actions SpotOption qui lui ont été transférées en 2017.

Peter a déclaré au tribunal que les années depuis 2017 ont été difficiles pour lui, soulignant l’interdiction de la Knesset, les médias alléguant que SpotOption a commis une fraude, le recours collectif et, pire que tout, le procès de la SEC.

« C’était un lourd traumatisme, le rouleau compresseur américain et les médias. C’était comme des marteaux de 100 kilos sur ma tête. C’était très dur. Vous me voyez ici, j’ai l’air d’un homme qui a confiance en lui, d’un Géorgien fort. Mais les Américains, eux, vous écrasent, vous broient, vous broient ».

Peter s’est également emporté contre la SEC pour le montant élevé du jugement.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le fondateur de SpotOption Pini Peter lors d’un événement caritatif au bureau du Premier ministre, au mois d’octobre 2011. (Crédit : Berele Sheiner/File)

« Cette amende ne montre-t-elle pas à quel point les Américains sont stupides ? Et à quel point ils sont mentalement instables ? Les Américains ont simplement inventé un chiffre. D’où l’ont-ils sorti ? »

« Les Américains sont des menteurs », a-t-il ajouté. « Non pas des menteurs… ils sont la plus grande mafia du monde ».

La relation de Peter avec les forces de l’ordre américaines n’a pas toujours été aussi conflictuelle, a-t-il témoigné, affirmant avoir fourni à la SEC des informations qui ont conduit à l’arrestation surprise, en septembre 2017, de Lee Elbaz, la PDG de Yukom Communications, l’un des plus gros clients de SpotOption.

Yukom Communications avait exploité les sites web BigOption.com et BinaryBook.com en utilisant le logiciel de SpotOption et d’autres outils fournis par la société. Elbaz a été jugée en juillet 2019 et a été reconnue coupable et condamnée plus tard dans l’année à 22 ans de prison pour avoir conspiré en vue de frauder des investisseurs à hauteur de 145 millions de dollars.

Lee Elbaz, accusée d’escroquerie par la vente et la commercialisation d’options binaires, arrive à une cour fédérale lors de la sélection du jury pour son procès à Greenbelt, dans le Maryland, le 16 juillet 2019 (Crédit : AP Photo/Jose Luis Magana)

« La SEC aux États-Unis était en contact avec nous par l’intermédiaire de l’Autorité israélienne des valeurs mobilières (ISA). L’ISA nous a demandé des documents. Nous avons coopéré avec eux dès le premier jour. Les propriétaires de la société dirigée par Lee Elbaz ne savaient pas que nous coopérions, car s’ils l’avaient su, Lee Elbaz ne se serait pas rendue aux États-Unis », a déclaré M. Peter.

Peter a également balayé du revers de la main les allégations de la SEC, affirmant qu’elles étaient simplement « administratives ».

« Il s’agit d’un procès administratif. Si les Américains pensaient vraiment que nous avions fait quelque chose de mal, ils auraient engagé des poursuites pénales comme ils l’ont fait contre Lee Elbaz », a-t-il déclaré.

Aisha Johnson, porte-parole de la SEC, a refusé de commenter les remarques de Peter, mais a envoyé au Times of Israel une déclaration sous serment expliquant le montant du jugement, notant que « la SEC n’a qu’une autorité d’exécution civile ; d’autres agences américaines sont compétentes en matière d’exécution pénale ».

Les accusations civiles portées contre Peter ont abouti à un montant de 13,3 millions de dollars en pénalités et à environ 74,3 millions de dollars en profits retournés plus intérêts, ainsi qu’à des « mesures injonctives », a-t-elle déclaré. SpotOption a été condamné à une amende de 66,2 millions de dollars et à restituer 74,3 millions de dollars de bénéfices et d’intérêts.

Gagner de l’argent sur les pertes des clients

SpotOption est notamment accusé d’avoir gagné de l’argent alors que des investisseurs en ont perdu, sans que les clients n’en soient conscients. Cet arrangement entraîne un conflit d’intérêts qui peut nuire aux consommateurs, selon les régulateurs. Peter a défendu cette pratique à certains moments de son témoignage et l’a rejetée à d’autres.

« Avons-nous gagné de l’argent lorsque le client a perdu ? Oui ! C’était notre métier. Ce n’est pas honteux, c’est le métier ! Lorsqu’une personne arrive et veut gagner 80 % en une heure, elle prend le risque de perdre », a-t-il déclaré.

Maitre Shmulik Cassouto (Candc.co.il)

Mais à un autre moment, Peter a déclaré que ce modèle d’entreprise l’avait mis mal à l’aise.

« L’idée que je gagne de l’argent lorsque le client perd – tout le monde du trading à effet de levier fonctionne de cette manière. Mais je n’aimais pas vraiment cela. Il y a un conflit d’intérêts. Je n’aimais pas cela », a-t-il déclaré.

Peter a déclaré que lorsque la Knesset a interdit les options binaires à la fin de l’année 2017, il aurait pu ouvrir une entreprise qui vendait des investissements forex – des paris sur les mouvements des devises mondiales, qui sont restés légaux – mais a décidé de ne pas le faire.

« J’aurais pu continuer à travailler dans le forex. C’était dégoûtant pour moi. Je ne voulais plus travailler dans ce domaine. J’ai jeté le logiciel à la poubelle, un logiciel qui vaut des millions, Votre Honneur. Je vous jure que j’ai dit que je ne le vendrais même pas. »

Pas mes diapositives

L’une des principales pièces à conviction des plaignants était un jeu de diapositives qui, selon eux, avait été saisi dans les bureaux de SpotOption à Ramat Gan par le FBI. Le jeu de diapositives avait été présenté comme preuve lors du procès de Lee Elbaz en 2019, a déclaré M. Cassouto.

Le jeu de diapositives donne des instructions détaillées aux agents de vente d’options binaires et offre des conseils sur la manière d’empêcher les investisseurs de retirer leur argent. Peter a insisté à plusieurs reprises sur le fait que le jeu de diapositives présenté ne provenait pas de SpotOption.

Une image d’une présentation présentée dans le cadre d’un recours collectif contre Pini Peter et SpotOption. Lors de son témoignage du 26 juin 2023, Peter a mis en doute le fait que ces diapositives provenaient de son entreprise (Source : Net Hamishpat).

« C’est quelque chose que Lee Elbaz a donné au FBI », a-t-il déclaré. « Lee Elbaz dirait aux Américains n’importe quoi pour sauver ses fesses et nous faire porter le chapeau. »

Peter a reconnu qu’une partie du contenu du jeu de diapositives était répréhensible, mais il a proposé la théorie selon laquelle Lee Elbaz avait fabriqué le contenu pour rejeter la responsabilité sur SpotOption.

« Je ne peux pas confirmer que ce diaporama provient de mon entreprise, je ne l’ai pas écrit, je ne l’ai jamais lu et il n’est pas lié à moi. Vous essayez de me lier à des choses qui n’ont rien à voir avec moi », s’est-il écrié.

En réponse à une question du Times of Israel sur les origines du jeu de diapositives, la SEC a répondu ne pas avoir traité « l’affaire Lee Elbaz. Nous vous renvoyons au département de la Justice pour cette affaire ».

Le Times of Israel n’avait pas reçu de réponse du département américain de la Justice avant la publication de ces lignes.

Une image d’une présentation présentée dans le cadre d’un recours collectif contre Pini Peter et SpotOption. Lors de son témoignage du 26 juin 2023, Peter a mis en doute le fait que ces diapositives provenaient de son entreprise (Source : Net Hamishpat).

Peter a insisté sur le fait que SpotOption n’avait rien à voir avec les clients finaux.

« Nous étions une entreprise technologique par excellence ».

Une vie « mouvementée »

Tout au long de son témoignage, Peter a fait part à la cour de nombreuses informations autobiographiques, souvent sans le vouloir.

Il a indiqué qu’il avait quitté la République soviétique de Géorgie pour s’installer en Israël à l’âge de deux ans et qu’en plus de l’hébreu, il parlait le géorgien et un peu le russe. Il a déclaré avoir grandi à Kfar Shalem, un quartier populaire de Tel Aviv, où il a très tôt fait preuve d’un sens aigu des affaires, bien qu’il ait passé beaucoup de temps dans la « rue ».

Malhaz Pinhas Patarkatsishvili (Pini Peter) assis à côté du président de la Knesset Yuli Edelstein lors de la dédicace d’un rouleau de la Torah pour la Grande Synagogue de Tel Aviv, août 2015. (Crédit : Israël Bardugo)

Peter a suivi les traces de son père et a ouvert une entreprise de services monétaires, échangeant les devises d’un pays contre celles d’un autre. À l’âge de 22 ans, il a déclaré avoir réalisé un chiffre d’affaires d’un milliard de shekels. Son frère Boris a été assassiné en juillet 1997 lors d’un vol commis par un groupe de travailleurs étrangers originaires de Colombie.

« J’ai grandi à Kfar Shalem. Très jeune, on m’a tiré dessus. Ils ont assassiné mon frère. Ma vie a toujours été mouvementée », a-t-il déclaré au tribunal.

« Dans les affaires, où que j’aille, quoi que je fasse, avec l’aide de Dieu, je réussis très bien. Si j’avais eu le privilège d’étudier dans une université, je serais peut-être aujourd’hui le PDG de la plus grande entreprise ».

Peter attribue certains des revers de sa famille au fait qu’elle soit originaire du pays caucasien qu’est la Géorgie.

« Mon père était professeur d’histoire en Géorgie ; en Israël, il est devenu changeur de monnaie. Ma mère était le meilleur professeur de mathématiques de Tel Aviv, mais personne ne lui donnait de travail. On la refusait partout, simplement parce qu’elle s’appelait Patarkazishvili ».

« Mais je n’ai pas à me plaindre », ajoute-t-il un peu plus tard.

Travailler dur et construire des empires

Peter attribue le succès de SpotOption à sa propre énergie prodigieuse et à son éthique de travail.

« Je suis créatif, je suis un homme d’action. L’une des raisons pour lesquelles j’aime travailler dur et construire des empires est d’aider les autres. C’est vrai. À l’époque de SpotOption, j’ai peut-être gagné 60 ou 70 millions de shekels, mais j’ai fait des dons de plus de 15 à 20 millions de shekels. J’aime vraiment travailler pour les choses ».

Peter a révélé au tribunal qu’il avait fondé une organisation caritative pour les enfants et les jeunes autistes appelée Yad Layeled Hameyuhad (Prêter main forte à un enfant spécial) dont le programme phare est connu sous le nom de Gdolim Bemadim (Des grands en uniforme). Mais son nom n’apparaît pas sur les documents de cette organisation caritative, a-t-il déclaré.

Il a indiqué qu’il avait donné à l’organisation caritative 10 millions de shekels au fil des ans. « C’est la plus grande startup que j’ai créée, Dieu merci. Et ce n’est écrit nulle part, vous ne verrez pas mon nom ou le montant de mes dons. Vous ne verrez mon nom nulle part en lien avec cette organisation à but non lucratif. C’était l’une de mes conditions », a-t-il déclaré.

En fait, SpotOption apparaît dans le registre des organisations caritatives comme l’un des donateurs de l’organisation, aux côtés du Fonds national juif, de l’Agence juive, de Rothstein Real Estate et de Friends of Lubavitch of Florida, Inc. entre autres. « Ma femme est également la présidente de l’organisation caritative. Cela fait dix ans. Nous avons créé la première unité à Eilat en 2012. Aujourd’hui, il y a 1 000 soldats, Dieu soit béni. Grâce à SpotOption, des jeunes autistes servent dans l’armée, Votre Honneur. »

L’organisation caritative donne l’occasion à Peter de rencontrer et d’être photographié avec d’éminents politiciens israéliens, y compris le Premier ministre.

La juge encourage un compromis

À la fin du témoignage de Peter, la juge Hadas Ovadia a déclaré que l’étape de la preuve était terminée. Elle a indiqué qu’elle devrait examiner les preuves afin de décider d’approuver ou non la prochaine étape de l’action collective, mais elle a encouragé les parties à trouver un compromis de leur côté afin d’alléger la charge du système judiciaire israélien.

« La route est longue jusqu’à l’approbation de l’action en justice », a déclaré Mme Ovadia aux plaignants, « et vos chances ne sont pas bonnes », a-t-elle ajouté, faisant référence au fait que la plupart des demandes initiales d’actions en justice collectives en Israël sont rejetées. »

« Quelle somme d’argent pensez-vous être proportionnelle et raisonnable ? Une somme qui aura un effet symbolique ou dissuasif ? », a-t-elle demandé.

« Elle veut me prendre tout mon argent », a marmonné Peter dans sa barbe.

Cassouto a déclaré qu’en dépit du fait qu’il estimait le préjudice total à 500 millions de shekels, il accepterait 20 millions de shekels, qui serviraient à indemniser le plus grand nombre possible de victimes présumées, l’argent restant étant utilisé pour financer une organisation à but non lucratif, qui reste à déterminer, au profit des consommateurs. Les avocats de Peter ont immédiatement rejeté cette proposition.

Dans les semaines à venir, les deux parties soumettront des résumés de leurs arguments au tribunal, puis attendront la décision du juge quant à la poursuite de l’affaire ou décideront d’un règlement à l’amiable.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.