Résurrection ? Merav Michaeli a deux mois pour sauver le parti travailliste
Rechercher
Merav Michaeli, présidente du Parti travailliste. (Autorisation)
Merav Michaeli, présidente du Parti travailliste. (Autorisation)
Interview

Résurrection ? Merav Michaeli a deux mois pour sauver le parti travailliste

Les rares membres du parti travailliste veulent être dirigés par la seule députée qui n’a pas rompu ses promesses. Il lui faut reconquérir un électorat plus large… et vite

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Dimanche, Merav Michaeli, la seule des trois députés travaillistes de la Knesset sortante qui s’est opposée à rejoindre le gouvernement Netanyahu au printemps 2020, a été élue à une écrasante majorité à la tête de son parti. Élue à une écrasante majorité, c’est-à-dire lors d’un vote auquel moins de 10 000 membres travaillistes ont pris la peine de participer ; élue à une écrasante majorité par un parti dont le nombre total de membres est inférieur à 40 000.

Le parti que Michaeli dirige maintenant a gouverné Israël sous un nom ou un autre pendant les 30 premières années de l’État moderne. Pas plus tard qu’en 1992, quand Yitzhak Rabin est arrivé au pouvoir, il a remporté 44 des 120 sièges de la Knesset. Mais au moins jusqu’à dimanche, il était universellement considéré comme fini.

Le parti travailliste s’est vu progressivement mais inexorablement réduit depuis l’assassinat de Rabin, marginalisé par l’effondrement de la confiance de la majorité des Israéliens dans la possibilité de faire la paix avec les Palestiniens, et conduit à l’oubli par la maîtrise de la campagne de Benjamin Netanyahu, chef de son rival historique, le Likud. Sa disparition apparemment inéluctable a été accélérée par un renouvellement rapide de dirigeants de plus en plus inappropriés, ineptes et même fourbes, avec le coup de grâce apparemment porté lorsqu’Amir Peretz a choisi de trahir son propre engagement électoral et celui des Travaillistes et de s’associer à Netanyahu dans la coalition sortante de courte durée.

Cependant, à partir de dimanche, son élimination dans l’élection du 23 mars 2021 est passée de « universellement supposée » à « peut-être évitable » – en partie sur la base d’un sondage instantané manifestement peu fiable (sur Internet) de la Treizième chaîne qui prévoyait que le Parti travailliste pourrait finalement entrer à la Knesset, et en grande partie sur la base de la victoire de Michaeli.

Députée depuis 2012, Michaeli, 54 ans, a été largement décrite ces derniers mois comme la « franc-tireur » qui a cherché en vain à empêcher Peretz de mener les Travaillistes dans le dernier gouvernement, et est devenue par la suite une sorte d’étrange opposition féminine à la coalition de l’intérieur. Sa victoire de dimanche, cependant, représente sa revanche, et suggère que la bande réduite de loyalistes travaillistes croit que le parti pourrait être mieux servi, après tout, par une femme qui s’en tient à ses principes et qui épouse ses politiques de paix et de sécurité de Rabin, son accent sur la justice sociale, et la pondération égalitaire des éléments fondamentaux juifs et démocratiques d’Israël. (Par opposition à un homme qui a rasé sa moustache pour que les électeurs travaillistes puissent « lire sur [s]es lèvres » alors qu’il avait juré de ne jamais s’associer avec Netanyahu).

Le président du Parti travailliste Amir Peretz (à droite) et la députée Merav Michaeli sur la place Rabin à Tel Aviv, le 29 janvier 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

En écrivant sur elle et en l’interviewant l’année dernière, Haviv Rettig Gur du Times of Israel a noté l’activisme féministe de Michaeli, sa carrière pré-politique dans le journalisme, son histoire familiale et ses réponses « claires et souvent impitoyablement abruptes » aux questions. Ce style direct et franc était bien présent lorsque le Times of Israel lui a parlé mardi matin, au début de sa deuxième journée complète de travail. En effet, l’insistance sur la franchise, reflétant des convictions profondes qu’elle entend bien maintenir, est au cœur de la tâche qui l’attend : le salut à court terme du Parti travailliste et sa reconstruction à long terme en tant que force politique puissante.

Michaeli est catégorique : le Parti travailliste peut revenir à la vie. « Quand les gens voient qu’ils peuvent mettre leur foi en quelque chose, ils viennent, et mon but est de faire revivre le Parti travailliste en tant que lieu où l’on peut espérer », dit-elle.

Elle est convaincue qu’il y a un grand nombre d’Israéliens qui soutiennent le pluralisme, l’égalité, la liberté religieuse et même la solution à deux États, qui n’avaient personne pour qui voter, mais qui auront à nouveau les Travaillistes.

Et bien qu’elle ne veuille pas, voire ne puisse pas dire avec qui les Travaillistes pourraient fusionner avant les élections ou servir après celles-ci, elle est également catégorique sur le fait que Netanyahu est « évidemment une ligne rouge ». On a plutôt tendance à la croire.

Ce qui suit est une transcription légèrement modifiée de notre interview (en hébreu).

The Times of Israel : Vous avez deux mois pour sauver le Parti travailliste. Quel est votre objectif réaliste ? Qu’est-ce qui peut être réalisé ?

Merav Michaeli : La première priorité est de mettre le parti sur pied – pour qu’il franchisse de manière fiable le seuil de la Knesset dans les sondages. Le pire, c’est que le parti était dans une situation où tout le monde pensait qu’il était fini. Nous devons donc d’abord rétablir la certitude que le Parti travailliste existe, qu’il n’est pas fini.

Un sondage instantané réalisé dimanche a montré que les Travaillistes franchissent le seuil, mais les Travaillistes ont-ils leurs propres données ?

Je viens d’entrer en fonction hier. Le parti n’est pas dans une très bonne situation, ni sur le plan organisationnel, ni sur le plan financier. Je n’ai pas été en mesure de mener des enquêtes. Nous le ferons dans les prochains jours.

J’essaie de ne rien dire d’arrogant. Je ne veux pas faire de promesses inconsidérées. Mais quand les gens voient qu’ils peuvent mettre leur foi dans quelque chose, ils viennent, et mon but est de faire revivre le Parti travailliste comme un lieu dans lequel on peut croire. Les gens ont soif de cela

Mais il y a cette tendance où les sondages sont considérés comme déterminant la réalité. Eh bien, nous allons changer la réalité, et c’est ce qui va changer la situation du Parti travailliste.

Il y a des choses que je sais vraiment. Je suis sur le terrain. Je sais ce que le public recherche. Il y a un fossé énorme et scandaleux entre ce que le public israélien veut, a besoin, se soucie et sa représentation politique. En termes d’idéologie, les idéaux du centre-gauche ont triomphé, même en Israël. Si vous regardez les recherches effectuées par des organismes comme l’Institut israélien de la démocratie, par opposition à la représentation politique, le public croit au pluralisme, soutient l’égalité et les libertés religieuses. Il y a même une majorité, une petite majorité, qui est pour une solution à deux États. Et il n’y a rien en politique qui représente tout cela.

Donc, je dis qu’il faut rétablir le Parti travailliste en tant que parti qui représente tout cela, pour construire sur les fondations du parti et les mettre à jour. C’est ce que je m’efforce de faire. J’essaie de ne rien dire d’arrogant. Je ne veux pas faire de promesses inconsidérées. Mais je pense que si j’y travaille, il y aura des dividendes. J’ai souvent été dans des situations qui semblaient sans espoir, mais la détermination et l’authenticité l’emportent. Quand les gens voient qu’ils peuvent mettre leur foi en quelque chose, ils viennent, et mon but est de faire revivre le Parti travailliste comme un lieu dans lequel on peut croire. Les gens ont soif de cela.

Ressentez-vous une revanche – que vous avez essayé d’empêcher les travaillistes d’entrer dans la coalition, qu’elle s’est avérée aussi décevante que vous l’aviez prédit, et que maintenant les Travaillistes vous ont choisi comme leader ? Ou est-ce hors de propos maintenant, et le défi consiste à aller de l’avant ?

Les gens ont quitté le parti parce qu’il est entré dans la coalition, et je veux qu’ils reviennent et que de nouvelles personnes viennent. Nous établirons une liste de candidats pour la Knesset. La constitution du parti me permet de choisir deux des dix premiers sur cette liste, mais j’espère ne pas le faire. J’espère qu’une liste puissante de la Knesset sera choisie. Il est très important de souligner que la liste de la Knesset du Parti travailliste ne sera pas choisie par son chef, comme c’est le cas dans certains autres partis. L’idée que l’on puisse dresser une liste de candidats avec tous les bons éléments, comme si l’on faisait un casting pour une émission de télé-réalité, est fondamentalement erronée.

Y a-t-il de la place sur cette liste pour Amir Peretz et Itzik Shmuli, s’ils veulent se présenter à nouveau ?

Amir Peretz a déclaré qu’il ne se représenterait pas et j’ai appris aujourd’hui qu’Itzik Shmuli démissionne de la Knesset et du Parti travailliste et reste ministre – c’est après que je leur ai dit hier que le parti quitte la coalition.

Il quitte donc le Parti travailliste plutôt que le gouvernement ?

Oui

Mais fondamentalement, vous ne leur fermez pas la porte.

Je ne travaille pas pour que cela se produise, mais si les travaillistes veulent survivre, il n’y a pas de place pour eux sur la liste.

Les députés Travaillistes Itzik Shmuli, à gauche, et Merav Michaeli lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 12 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Comme le Parti travailliste ne sera manifestement pas le plus grand parti de la prochaine Knesset, je dois vous interroger sur les fusions possibles avant les élections et sur les coalitions possibles auxquelles vous pourriez ou ne pourriez pas vous joindre.

En ce qui concerne les fusions, contrairement à toutes sortes de désinformation, je n’ai eu aucune discussion avec qui que ce soit, directement ou indirectement, avant de devenir la dirigeante du Parti travailliste. J’ai parlé à Ron Huldai (le maire de Tel-Aviv et le chef du nouveau parti HaIsraelim) hier pour la première fois. C’était poli et nous avons convenu que nos représentants se parleraient. De même, je vais parler à tous ceux qui peuvent être concernés.

Ma priorité est de remettre le Parti travailliste sur pied, et non de penser avec qui fusionner. Nous devons garder les canaux ouverts pour que les votes ne soient pas gaspillés dans le bloc et pour voir s’il y a des constellations qui maximisent notre poids politique. Mais le tableau n’est pas clair. Il y a beaucoup de pression. Il est à la mode de parler de fusions. Il faudra voir comment la liste se comporte, ce que nous sommes susceptibles de pouvoir réaliser, comment les autres se débrouillent. C’est prématuré.

Les partis n’ont que jusqu’à la semaine prochaine [4 février] pour déposer leurs listes de candidats à la Knesset.

Je suis au courant du calendrier. Nous ferons ce qui doit être fait.

Et s’il est prématuré de parler de fusions, il est certainement prématuré pour moi de parler des coalitions auxquelles le Parti travailliste participerait ou non. De toute évidence, Netanyahu est une ligne rouge. Au-delà, en politique, comme dans la vie, on fait le meilleur choix possible à un moment donné.

Il se peut qu’il y ait une possibilité d’évincer Netanyahu et du point de vue d’une grande partie de l’électorat, y compris la partie de l’électorat que je représente, c’est le plus important, donc il pourrait être nécessaire d’en faire partie. Mais cela dépend aussi du prix à payer. Je ne m’engage certainement pas à rejoindre un gouvernement qui, à mon avis, ferait des choses terriblement destructrices pour l’État d’Israël.

Je ne fais aucune sorte de promesse. Mais je suis en politique depuis longtemps. Les gens connaissent mes positions et mes valeurs. Les gens savent ce qu’ils peuvent attendre de moi. Je ne pense donc pas avoir besoin d’être précise [quand tant de choses ne sont pas claires]. La politique est sans cesse inondée de spéculations. Les gens parlent avec certitude de choses qui sont complètement imprévisibles.

Nous allons aller de l’avant avec nos valeurs. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir le moment venu. Ce qui est important, c’est que nous ayons le plus de pouvoir possible à utiliser pour la bonne cause.

Êtes-vous même prête à dire que le Parti travailliste se présentera à ces élections plutôt que d’être, disons, le deuxième parti d’une liste unifiée.

Non, loin de là. Pourquoi serait-il bon de dire cela maintenant ? Ce que je dis précisément, c’est que ma priorité est de renforcer le Parti travailliste, d’en faire une force significative en matière de fusions. C’est ce que je dois réussir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et la députée Merav Michaeli, (à droite), assistent à une conférence marquant le 25e anniversaire de l’accord de paix entre Israël et la Jordanie à la Knesset, le 11 novembre 2019. (Flash90)

Pourquoi cette ligne rouge flagrante sur Netanyahu ? N’a-t-il pas assuré la sécurité du pays ? Il n’est pas du tout certain qu’il sera condamné pour corruption. Peut-être n’est-il pas si mauvais que ça ?

Je ne suis pas d’accord.

Je ne sais pas s’il sera condamné. Ce n’est pas la question. Dès qu’il a été inculpé, il aurait dû se mettre à l’écart et ne pas hypothéquer tout l’État pour ses batailles juridiques, car c’est ce qui le rend particulièrement dangereux.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Chaque jour qui passe sans qu’il y ait de frontière entre Israël et un État palestinien est un jour qui aggrave la menace qui pèse sur l’avenir d’Israël

Mais je ne suis pas non plus d’accord lorsqu’il s’agit de menaces extérieures. L’Iran est aujourd’hui beaucoup plus fort en termes de danger pour Israël qu’il ne l’était lorsqu’il a commencé à mettre en garde contre ce danger. L’Iran est plus proche d’une arme nucléaire, il est plus proche de nos frontières. Il n’a pas écarté la menace. Dans sa quête de gloire – la confrontation avec l’Iran – il a échoué. Un échec lamentable. Cela n’attire pas l’attention parce que c’est un brillant militant et que personne ne le souligne. La menace iranienne, qui est la plus importante menace militaire pour Israël, s’est aggravée depuis qu’il est au pouvoir. C’est un échec gigantesque, précisément parce que c’est son cheval de bataille.

Le Hezbollah est également devenu plus fort.

Et le plus dramatique, c’est le conflit israélo-palestinien. Chaque jour qui passe sans frontière entre Israël et un État palestinien est un jour qui aggrave la menace qui pèse sur l’avenir d’Israël. Israël s’est déjà écarté de la vision sioniste. La question est la suivante : Israël peut-il ou non survivre en tant qu’État juif, en tant que foyer pour le peuple juif, où la majorité juive détermine son destin, avec une égalité totale pour tous les citoyens d’Israël ?

Et à cet égard également, la situation n’a fait qu’empirer à l’époque de Netanyahu. La résolution du conflit est devenue plus difficile. Netanyahu a renforcé le Hamas, ce qui a eu des conséquences considérables. En substance, il l’a reconnu, il a négocié avec lui. Cette conception de Netanyahu comme étant bon pour la sécurité est tout simplement erronée.

Sur le plan interne, Netanyahu ne dirige pas le pays. Tout ce qu’il a fait depuis qu’il a été élu, c’est de faire campagne.

Notre secteur public a été affaibli, corrompu, ses normes ont été abaissées. La plupart des personnes qui travaillent dans le secteur public sont animées par un sens louable de la mission, mais il a de plus en plus introduit la priorité de la loyauté envers lui sur l’excellence.

Il n’y a pas non plus de planification stratégique à long terme pour l’État d’Israël. Ni dans la santé, ni dans l’éducation, ni dans les transports, ni en matière d’innovation, ni dans l’environnement. Un exemple : ils viennent de s’engager dans l’énergie propre pour l’avenir, mais en même temps, ils continuent à construire de nouveaux projets d’énergie non renouvelable à hauteur de plusieurs milliards. Autre exemple : il y a eu un projet de l’Agence spatiale israélienne pour s’assurer qu’Israël maintienne son avance mondiale dans le développement des satellites. Nous étions une puissance mondiale, avec toutes sortes d’avantages pour le développement scientifique, et des avantages en matière de sécurité, bien sûr. Ce programme n’a jamais été adopté et il n’y avait pas non plus d’alternative. Et donc, Israël a reculé globalement dans ce domaine.

Le président américain Donald Trump photographié avec les principaux représentants des États-Unis, d’Israël, de Bahreïn et des Émirats arabes unis lors de la cérémonie des Accords d’Abraham à la Maison Blanche, le 15 septembre 2020. (Avi Ohayon / GPO)

Et pourtant, il a signé une série d’accords de normalisation, l’économie israélienne est forte, l’innovation est extraordinaire.

Non. Notre économie est la pire de l’OCDE en termes d’inégalités. Je suis désolée, mais ce n’est pas une bonne économie quand les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent, quand de moins en moins de gens peuvent subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, quand ils n’ont aucune sécurité financière. Ce n’est pas une bonne économie, et personne ne me convaincra du contraire. L’absence de sécurité financière est le principal moteur du populisme.

A LIRE : Netanyahu est-il un magicien de l’économie ? Les chiffres disent autre chose

Quant aux accords de normalisation, j’ai voté pour les soutenir, mais ce n’est pas grâce à Netanyahu. Ils le sont grâce à Donald Trump. Il y a beaucoup de raisons de condamner Donald Trump, mais c’est lui qui a apporté ces accords. Et d’ailleurs, dès le premier jour où Trump a promis l’accord du siècle (avec les Palestiniens), j’ai dit, absolument. Faites-le. Il n’y est pas parvenu. Il a apporté ces accords ; très bien. J’ai voté pour eux.

Mais n’oublions pas : en 2002, l’initiative de la Ligue arabe a été présentée à Israël. Il y a environ 20 ans, tous ces États sont venus en Israël et ont proposé une normalisation complète en échange d’un État palestinien aux frontières de 1967, avec une solution négociée pour les réfugiés et pour Jérusalem.

Cette initiative, sous cette forme, est-elle acceptable pour vous ?

Pas sous cette forme. Elle doit servir de base de négociation. Elle doit encore servir de base de négociation. Ces accords de normalisation sont mieux vaut tard que jamais, mais au lieu de les utiliser comme levier pour résoudre le conflit israélo-palestinien, ce qui est l’intérêt numéro un d’Israël, Netanyahu les utilise pour prouver ostensiblement qu’il n’est pas nécessaire de résoudre le conflit israélo-palestinien. Non.

De Ben Gurion à Rabin, tous ont fait preuve d’un courage remarquable dans leurs prises de décision

Si Netanyahu n’est pas digne d’être Premier ministre et qu’il est clair que vous ne le serez pas, qui le sera ?

La question est ouverte. Je n’ai pas de réponse pour le moment.

En tant que nouvelle dirigeante d’un parti ayant une immense tradition, avez-vous un modèle de leadership travailliste ? Vous êtes assise devant un tableau de Ben Gurion et un buste de Rabin.

Il n’y a pas de personnes à qui je voudrais ressembler. Mais je puise beaucoup dans le vécu de beaucoup de gens. En ce qui concerne le Parti travailliste, je pense que tous, de Ben Gurion à Rabin, ont fait preuve d’un courage remarquable dans leur prise de décision. Ben Gurion, Golda [Meir] … ils ont tous pris des décisions courageuses. C’est inspirant.

Rabin m’a toujours semblé, en tant que citoyen, très réel. Je le croyais vraiment. Il parlait sincèrement, les yeux dans les yeux. Il a pris les décisions nécessaires, courageusement, des décisions qui ont fait faire demi-tour au navire. J’espère pouvoir être héritière de ce courage, faire le bien, ne pas faire trop d’erreurs.

read more:
comments