Merav Michaeli : « Non à un État religieux, occupant et non démocratique »
Rechercher
Interview

Merav Michaeli : « Non à un État religieux, occupant et non démocratique »

Pour la députée du Parti travailliste, entraînée dans un gouvernement qu'elle déteste, la gauche recommencera à gagner lorsque ses dirigeants cesseront de craindre la droite

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et la députée Merav Michaeli, (à droite), assistent à une conférence marquant le 25e anniversaire de l'accord de paix entre Israël et la Jordanie à la Knesset, le 11 novembre 2019. (Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et la députée Merav Michaeli, (à droite), assistent à une conférence marquant le 25e anniversaire de l'accord de paix entre Israël et la Jordanie à la Knesset, le 11 novembre 2019. (Flash90)

Il y a 72 députés dans la coalition, 48 dans l’opposition, et une, la travailliste Merav Michaeli, qui n’est ni l’un ni l’autre. Et aussi les deux.

Michaeli, 53 ans, est n°3 sur la liste du Parti travailliste. Ses deux collègues, Amir Peretz et Itzik Shmuli, ont rejoint le gouvernement d’unité dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, devenant respectivement ministre de l’Economie et de l’Industrie et ministre du Bien-être, du Travail et des Services sociaux.

Michaeli, cependant, a refusé de siéger dans une coalition dirigée par Netanyahu – alors même que Peretz a fait entrer son parti au gouvernement.

Elle ne quittera pas le Parti travailliste, en disant le 5 avril : « Je ne vais pas partir. Le Parti travailliste est ma maison. Ce n’est pas moi qui ai rompu mes engagements envers nos électeurs. Je rejoins la coalition contre ma volonté ».

Mais cette décision s’est imposée. Trois semaines plus tard, le 26 avril, après le vote du comité central du parti approuvant de rejoindre une coalition dirigée par Netanyahu, elle a déploré de façon cinglante que ses collègues travaillistes aient commis un « grand vol politique des votes des Israéliens qui les soutiennent »…. Contrairement à Peretz et Shmuli, je crois au Parti travailliste et j’espère que nous aurons bientôt l’occasion de le réhabiliter et de le reconstruire ».

Le président du Parti travailliste Amir Peretz (à droite) et la députée Merav Michaeli sur la place Rabin à Tel Aviv, le 29 janvier 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Elle se situe aujourd’hui dans une étrange zone crépusculaire de la politique israélienne, en opposition à tous les camps – elle s’oppose ouvertement au gouvernement que son parti a rejoint, s’oppose à la coalition dont elle est officiellement membre, et s’oppose à sa propre faction.

« C’est une première pour moi », a-t-elle déclaré au Times of Israel dans une interview franche cette semaine.

« Je suis habituée à être dans l’opposition, pas dans une coalition. Maintenant, je suis dans l’opposition de la coalition. Et je suis seule. Le plus dramatique, c’est que je suis seule. Parce que malheureusement, horriblement, les travaillistes n’ont que trois sièges, et deux d’entre eux, contre tout ce que nous avions promis et ce à quoi nous nous étions engagés, et contre le bon sens, à mon avis – et contre tout ce en quoi nous croyions, ou ce que nous pensions – ont rejoint le gouvernement ».

Michaeli est célèbre pour son éloquence et pour bien d’autres choses encore. Elle a été une journaliste éminente avant d’entrer en politique en 2013. Elle est la petite-fille d’Israel Kastner, le sauveur de plus de 1 000 juifs hongrois pendant la Shoah, qui a été assassiné en Israël en 1957 à la suite d’allégations – critiquées plus tard par la Cour suprême – selon lesquelles il aurait collaboré avec les nazis. Son compagnon de vie – elle dénonce le mariage traditionnel – est le célèbre comédien et animateur de télévision Lior Schleien, de douze ans son cadet.

Mais elle est peut-être mieux connue pour son activisme féministe, notamment pour son insistance à parler avec la déclinaison féminine du genre au pluriel – un changement par rapport à la ligne de base masculine du langage.

(Qu’est-ce que cela signifie ? Les anglophones pourraient raisonnablement se poser la question. Les noms hébreux ont des formes sexuées. Ezrahim signifie « citoyens » sous la forme masculine. Ezrahiyot est la forme féminine. Qu’utilisez-vous pour un groupe comprenant à la fois des hommes et des femmes ? Le standard a toujours été le masculin).

La députée travailliste Merav Michaeli, (à droite), et son compagnon, le comédien et animateur de télévision Lior Schleien, (à gauche), le 22 juin 2013. (Moshe Shai/Flash90)

« Il y avait un philosophe du langage, Wittgenstein, qui a dit que ‘les frontières de ma langue sont les frontières de mon monde' », a déclaré Michaeli à un interviewer en janvier. « Tant que nous n’avions pas l’expression ‘harcèlement sexuel’ dans la langue, nous n’avions pas de moyen de nous en plaindre…. Lorsque nous [les femmes] sommes effacées, lorsque nous disparaissons en parlant d’ezrahim ou horim [« parents »], hayalim [« soldats »], yeladim [« enfants »], alors il n’y a pas de traitement des problèmes propres aux femmes, ezrahiyot, hayalot, yeladot et ainsi de suite.

« Notre capacité à nous faire entendre dans la langue est un élément clé de notre capacité à exiger nos ressources et nos droits et à façonner la réalité de manière à ce qu’elle soit également pertinente pour les femmes ».

Les Israéliens se sont habitués à son insistance dans le discours ordinaire à favoriser la déclinaison féminine, à nommer les pluriels au féminin à chaque occasion. Et les Israéliens ont même commencé à adopter cette pratique ces dernières années. Qu’il s’agisse du président Reuven Rivlin ou des généraux de Tsahal, les discours publics qui n’avaient autrefois que des pluriels masculins mettent de plus en plus en valeur les pluriels féminins. Nombreux sont ceux qui attribuent à Michaeli le mérite de ce changement.

Elle refuse de se maquiller. Sa tenue noire est devenue une marque de fabrique. « Les hommes ont des costumes », a-t-elle expliqué un jour. « Un costume est une armure. Il cache tout. Un espion, un Premier ministre, un journaliste – tout le monde peut porter la même chose. Et cela a un message. Il dit que le corps n’est pas pertinent. Le chef est pertinent. Mais qu’est-ce que les femmes ont ? Rien, aucun uniforme qui supprime la sexualité. Les costumes des femmes mettent l’accent sur la sexualité ».

Michaeli est une des vedettes des émissions télévisées. Ses réponses sont claires et souvent impitoyables, le genre d’interview qui fait de la bonne télévision.

La députée Merav Michaeli, du Parti travailliste, s’exprime lors d’un événement culturel à Kfar Saba, le 2 février 2019. (Flash90)

Mais aujourd’hui, la députée qui a passé huit ans à la Knesset se bat pour sa vie politique et pour la survie de son ancien parti au pouvoir.

Dans son interview avec le Times of Israel, Michaeli s’est montrée intransigeante. Elle est optimiste quant à l’avenir du Parti travailliste, malgré le déclin précipité du parti ; elle rejette la coalition d’unité à laquelle son parti a adhéré ; et elle insiste sur le fait qu’il existe toujours une gauche israélienne, avec des institutions solides et des millions d’électeurs, prête à revenir à la direction nationale si seulement ses dirigeants se dotaient d’une épine dorsale.

La conversation a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

Le Times of Israel : Le Parti travailliste n’a pas gagné d’élections depuis 1999. Il a siégé dans les gouvernements de Sharon, Olmert et Netanyahu depuis lors. Vous n’avez aucune sympathie pour la décision de Peretz et Shmuli de prendre ce qu’ils pouvaient obtenir ?

Merav Michaeli : Si vous renoncez à être l’opposition et que vous rejoignez les forces dangereuses de « Netanyahu et associés », vous éliminez votre alternative face à eux. Vous empêchez la croissance et l’établissement du camp politique qui devrait représenter plus de la moitié des Israéliens qui ne veulent pas d’un État religieux, d’un État occupant, d’un État non démocratique.

Il y a une majorité qui est plus grande que ce qu’elle a montré lors de l’élection, une majorité d’Israéliens qui croient aux valeurs que le Parti travailliste défend fondamentalement – un État démocratique pour le peuple juif, la liberté de religion, l’égalité, l’égalité des sexes, les droits des homosexuels, l’égalité « même » pour les Arabes, un État social-démocrate en termes de bien-être, l’égalité des chances dans l’économie. Il y a même une petite majorité pour une solution à deux Etats, même après 11 ans de Netanyahu.

La députée travailliste Merav Michaeli lors d’une conférence du Parti travailliste organisée par le député Amir Peretz à Tel Aviv, le 22 janvier 2019. (Flash90)

Alors pourquoi les dirigeants de la gauche et du centre continuent-ils à rejoindre des gouvernements de droite ?

Chacun avait son calcul à l’époque. En 2009, [Ehud] Barak a donné ses votes [anti-Netanyahu] à Netanyahu. En 2013, c’était [Tzipi] Livni et [Yair] Lapid. En 2015, ce fut [Moshe] Kahlon pour lequel beaucoup de gens du centre-gauche ont voté parce qu’ils pensaient qu’il irait avec [Isaac] « Boujie » [Herzog], et maintenant bien sûr avec Benny Gantz et Gabi Ashkenazi.

Mais je pense que la raison qui plane au-dessus de tout calcul spécifique à tout moment est probablement la campagne de délégitimation et d’incitation de Netanyahu contre la gauche, tout ce qui s’identifie à la gauche et à ses dirigeants, depuis 1993, lorsque Netanyahu est entré sur la scène politique nationale. Lui et ses partenaires ont continué à le faire depuis lors.

Le succès de cette campagne, qui s’est manifesté par la chose la plus horrible, l’assassinat d’Yitzhak Rabin, a eu un impact si profond sur le camp de centre-gauche et a dominé le récit et la conversation, convainquant les gens de choses qui n’ont aucun lien avec la réalité : que le peuple est passé à droite, qu’il n’y a pas de gauche, pas d’alternative, que seul Netanyahu peut former un gouvernement, qu’il est un « magicien ». Il est étonnant de penser que même si, en 2009 déjà, il n’avait pas assez de voix pour former un gouvernement sans le centre-gauche, la réalité n’a convaincu personne.

Nous voyons dans les actes d’accusation [de la corruption de Netanyahu], ou simplement en regardant la télévision, en lisant le journal ou en écoutant la radio, combien Netanyahu investit dans les médias afin de contrôler le narratif.

Le président de Kakhol lavan, Benny Gantz (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors du plénum de la Knesset, le 17 mai 2020. (Knesset)

Le résultat a été que la gauche a perdu sa confiance en soi, s’est dispersée et fracturée, et a perdu sa croyance en elle-même.

Mais on peut faire remonter le recul de la gauche dans les sondages à la deuxième Intifada, aux résultats du désengagement de Gaza. Ce n’était pas Netanyahu.

Cela revient à la question de la narration. Le désengagement de Gaza n’a pas été fait par la gauche, mais par Arik Sharon. Il l’a fait quand il était Premier ministre du Likud, avant de devenir membre de Kadima.

J’étais contre le désengagement immédiat parce que je pensais que nous devions sortir de Gaza avec un accord et non pas unilatéralement. Mais même moi, qui étais contre, je ne peux pas ignorer le fait que moins d’Israéliens sont morts depuis le désengagement que lorsque nous étions présents à Gaza.

Mais les faits ne sont pas importants pour le narratif. Ils ont réussi à ancrer le narratif dans l’esprit des gens.

Les gens se demandent maintenant : « Si nous quittons la Cisjordanie, allons-nous avoir une bande de Gaza là-bas ? Comme ils contrôlent le discours, ils ont réussi à attribuer le désengagement à la gauche.

Sur cette photo du 5 juillet 2005, le Premier ministre Ariel Sharon, entouré de ses gardes du corps, inspecte les logements temporaires construits pour les habitants juifs sur le point d’être évacués de la bande de Gaza dans le cadre de son plan de désengagement, sur le site de construction de Nitzanim, dans le sud d’Israël. (AP Photo/David Silverman, Pool, File)

Et la seconde Intifada ?

Sommes-nous en partie responsables de la situation ? Absolument. Quand Ehud Barak, le Premier ministre de gauche, dit qu’il n’y a pas de partenaire [avec l’effondrement des pourparlers de Camp David en 2000], et qu’ensuite il y a une seconde Intifada, c’est un coup dévastateur pour le récit de la gauche.

Comment la gauche s’en occupe-t-elle ? Il faut commencer par s’en occuper.

Pendant trop longtemps, ils ont réussi à effrayer la gauche. Trop de gens à gauche étaient trop occupés à se défendre. Je ne blâme personne parce que c’est seulement humain. On a envie de dire : « Non, ce n’est pas vrai, on n’est pas ce qu’ils disent de nous ».

Ce n’est pas que les gens avaient honte de ce en quoi ils croyaient, mais il y avait cette envie de dire « Non, ce n’est pas vrai ». Il en est ressorti des excuses sans réserve. Nous jouions constamment en défense.

Le président américain Bill Clinton, (au centre), accompagné du Premier ministre Ehud Barak, (à gauche), et du leader palestinien Yasser Arafat, (à droite), se promènent dans le parc de Camp David, dans le Maryland, sur cette photo du 11 juillet 2000. (AP Photo/Ron Edmonds, File)

Comment la gauche a-t-elle renoncé à sa sensibilité face aux revendications de la droite ?

Je sais en quoi je crois. Est-ce que je pense que c’est possible et réalisable [de faire cela] ? J’y crois fermement. Non seulement parce que je sais que contrairement aux légendes qui se sont installées dans les esprits, nous avons une majorité constante depuis 2009.

Dans les sondages d’aujourd’hui aussi, même sans alternative à Netanyahu après l’éclatement de Kakhol lavan, dans les meilleurs sondages d’Amit Segal [sur la Douzième chaîne], le meilleur scénario pour la droite est, quoi, 65, 66 mandats [dans une Knesset de 120 sièges] ?

Le potentiel est là. Vous avez aujourd’hui un million et demi d’Israéliens qui n’ont personne pour qui voter. C’est un point important.

Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, lors d’un rassemblement électoral à Ramat Gan, le 25 février 2020. (Miriam Alster/Flash90)

L’autre point, et c’est pourquoi je continue à me battre pour le Parti travailliste, est que cela doit se faire par le biais de l’infrastructure du Parti. Les racines du Parti travailliste, entrelacées avec les racines de l’État d’Israël, sont quelque chose qu’il ne faut pas prendre à la légère – ses problèmes aussi bien que ses avantages.

Non seulement je ne m’inquiète pas [de la possibilité de] relancer un grand parti qui souffre de problèmes, mais c’est un avantage.

Pourquoi ? Comment allez-vous reconstruire ?

Tout d’abord, nous venons à peine de commencer. Il est prématuré de détailler. Mais je dois vous dire que j’ai tellement de partenaires au sein du parti et en dehors du parti, et à ma grande surprise, même si les médias ont à plusieurs reprises prononcé la mort du Parti travailliste, beaucoup de gens pensent que ce n’est pas le cas.

A LIRE : Sans transition, le Parti travailliste israélien est fini

Je suis ici parce que j’y crois. Je fais de la politique parce que je veux un État d’Israël démocratique et féministe qui lutte pour la paix. Et je crois que ce sont ces choses qui rendront [Israël] fort et durable et un bon endroit pour vivre.

Des Israéliens protestent contre la violence à l’égard des femmes, à Tel Aviv, le 1er juin 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

C’est pourquoi je suis étonnée [que Peretz et Shmuli] puissent même donner ces excuses [sur le fait de tirer le meilleur parti d’une mauvaise situation politique lorsqu’ils ont rejoint le gouvernement], parce que, voyons, l’histoire des dix dernières années est pleine de politiciens de notre bord qui ont essayé cela.

Je ne minimise pas ma capacité à aider quelques personnes ou un secteur spécifique à un moment précis [en rejoignant le gouvernement]. Vous savez, chaque personne que vous pouvez aider et dont vous pouvez être bénéfique et que vous pouvez défendre est importante. Mais sous Netanyahu, la mesure dans laquelle vous pouvez le faire est minuscule et très marginale, alors qu’en même temps vous jetez au panier la possibilité d’une alternative, voire une perspective d’alternative.

Vous pensez que le camp de l’alternative peut se rassembler et gagner ?

Bien sûr. Nous avons des atouts incroyables. Beaucoup de choses bonnes et constructives se passent en Israël, générées par les gens du camp de centre-gauche. Tant de forces étonnantes. Et je les recherche.

La députée Merav Michaeli, du Parti travailliste, vue lors d’une réunion spéciale des factions Travailliste-Gesher et Meretz devant la Cour suprême à Jérusalem, le 20 janvier 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Y a-t-il un espoir d’influencer les questions qui vous importent – le genre, la religion et l’État – dans la coalition actuelle ? Je remarque que vous avez soumis plusieurs projets de loi ces dernières semaines sur l’ouverture des lois sur le mariage et d’autres questions.

Non. Il est évident qu’il y aura un veto des ultra-orthodoxes, comme cela a toujours été le cas. Ce n’est pas comme si Netanyahu allait mettre en péril sa position politique pour quoi que ce soit d’autre.

J’ai une vision pour Israël, et elle est élaborée dans près de 300 projets de loi que j’ai proposés et écrits tout au long de mes années de politique. Ma vision couvre des questions transversales, de l’économie aux questions sociales, en passant par la démocratie, l’égalité, l’armée et la paix.

Si je croyais qu’il y avait une chance de promouvoir l’une de ces choses au sein du gouvernement actuel, je n’aurais pas pensé que c’était une telle erreur de le rejoindre. J’aurais pu être ministre en ce moment et parler d’influencer de l’intérieur.

Mais cela n’est pas possible avec Netanyahu. Il détermine la politique et les limites dans lesquelles vous opérez.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 29 décembre 2019. (Marc Israel Sellem/Pool)

Et il a brouillé les pouvoirs et les capacités des ministères. Différentes unités passent d’une autorité à l’autre. Il faudra des années pour commencer à travailler, c’est un tel gâchis. Ce n’est pas la première fois qu’il fait cela, mais maintenant c’est à une toute autre échelle. Cela garantie que les ministres ne peuvent pas faire grand-chose, et encore moins quelque chose de significatif.

Vous êtes connue pour les questions sociales, les questions liées aux  femmes, les questions économiques. Vous n’êtes pas issue du milieu de la défense. Mais les membres de droite de la commission des Affaires étrangères et de la Défense ont salué votre rôle au sein de cette commission. C’est une chose de ne pas aimer Netanyahu à cause de sa coalition de droite religieuse ou de ses attaques contre la gauche. Mais il a bâti sa réputation auprès des électeurs israéliens sur des questions de sécurité nationale, Iran, Gaza, Syrie. Il est considéré comme prudent mais agressif quand le besoin s’en fait sentir. Quelle est votre position sur les compétences de Netanyahu en matière de sécurité nationale ?

Je n’adhère pas un instant à l’image de Netanyahu en tant que figure responsable sur le front de la sécurité nationale. Pas du tout.

Je pense qu’éviter – faire un gros effort pour ne pas arriver à un accord avec les Palestiniens est quelque chose qui nuit à Israël dans tous les aspects de sa sécurité nationale. Quand je dis tous les aspects, cela inclut la capacité à traiter l’Iran de manière plus efficace. Si nous avions au moins négocié avec les Palestiniens avec une réelle volonté de parvenir à un accord, nous aurions pu renforcer les alliances avec d’autres pays arabes, améliorer nos relations avec nos partenaires de paix, la Jordanie et l’Égypte, et cela nous aurait permis de traiter plus efficacement avec l’Iran.

Mahmoud Abbas, à gauche, président de l’Autorité palestinienne, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu avant des négociations de paix au département d’Etat américain, à Washington, le 2 septembre 2010. (Crédit : Jason Reed/Pool/Getty Images via JTA)

Deuxièmement, le refus de travailler à un accord avec les Palestiniens ronge lentement mais sûrement la légitimité d’Israël dans le monde.

Troisièmement, l’aggravation de l’occupation et la perpétuation du conflit déstabilisent Israël de l’intérieur. Et cela nuit à la capacité et à la liberté de Tsahal de faire face à d’autres menaces.

Il est vrai que Netanyahu ne se précipite pas pour entrer en guerre, mais les dommages qu’il cause en évitant et en empêchant constamment toute avancée vers une solution à deux États sont très profonds et dangereux.

En ce qui concerne l’Iran, je pense que pousser à l’annulation de la participation américaine à l’accord avec l’Iran sans une alternative plus sûre expose Israël à de plus grands dangers. S’il avait pu parvenir à un meilleur accord, il aurait renoncé par tous les moyens à l’annulation unilatérale. Mais l’Iran peut aussi unilatéralement ne pas respecter ses engagements dans l’accord et nous avons moins de coopération de la part d’autres partenaires occidentaux pour travailler contre l’Iran.

Il y a une dernière chose. En donnant trop de pouvoir politique à certaines factions de la société israélienne, aux forces messianiques, à de nombreux rabbins qui ont trop d’accès à l’intérieur de l’armée pour répandre des idées et des exigences messianiques, et pour exiger des normes qui sont tout sauf militaires ou professionnelles, mais qui sont religieuses et réactionnaires – ce sont des processus dangereux qui se déroulent actuellement dans l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...