Sans transition, le Parti travailliste israélien est fini
Rechercher
Opinion

Sans transition, le Parti travailliste israélien est fini

Le parti de Ben Gurion, Eshkol, Meir et Rabin a dirigé Israël pendant des années. Il est tombé si bas, et si discrédité, que même sa disparition fait à peine la une des journaux

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le Premier ministre David Ben Gurion, le commandant du front sud Yigal Allon (à sa droite) et Yitzhak Rabin (entre eux) photographiés sur le front sud pendant la guerre d'indépendance de 1948. (IDF / Wikipedia)
Le Premier ministre David Ben Gurion, le commandant du front sud Yigal Allon (à sa droite) et Yitzhak Rabin (entre eux) photographiés sur le front sud pendant la guerre d'indépendance de 1948. (IDF / Wikipedia)

Le sujet a fait l’objet d’un reportage de près d’une heure sur la Douzième chaîne, entre un sujet spéculatif sur le successeur de Yaakov Litzman au poste de ministre de la Santé et la couverture d’une dispute entre le procureur général et le procureur de l’État en exercice : Le comité central du Parti travailliste avait voté pour soutenir son leader Amir Peretz et rejoindre la coalition que le Premier ministre Benjamin Netanyahu entend mener aux côtés de son rival Kakhol lavan devenu partenaire Benny Gantz.

« Nous ne rejoindrons pas un gouvernement de droite », a déclaré un Peretz ravi – ce qui aura été une nouvelle pour Netanyahu, qui quelques heures plus tôt avait réitéré son intention d’annexer des parties de la Cisjordanie dans quelques mois, comme le prévoit spécifiquement l’accord de coalition.

« Notre coopération stratégique avec Benny Gantz permettra au Parti travailliste de retrouver sa place en tant que mouvement politique de premier plan et influent », a ajouté M. Peretz, qui est sur le point de devenir ministre de l’Economie israélien, de manière encore plus grotesque.

Loin de présager d’un renouveau du Parti travailliste, ce que son comité central a approuvé est tout le contraire : En permettant à Peretz et à son collègue Itzik Shmuli de devenir deux ministres sans importance parmi les 32, voire 36, autour de la table du cabinet de Netanyahu, ils mettent fin à la misère de leur parti moribond.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’entretient avec Amir Peretz, président par intérim de la Knesset, et le président Reuven Rivlin (en arrière-plan) devant le plénum de la Knesset, avant la cérémonie de prestation de serment des 120 députés, le mardi 31 mars 2015. (Crédit photo : Knesset)

Sous un nom ou un autre, le Parti travailliste a présidé à la fondation de l’Israël moderne et l’a conduit à travers ses trois premières décennies turbulentes de statut d’État. Il a en quelque sorte dirigé l’État naissant à travers l’impossible guerre d’indépendance jusqu’au succès stupéfiant de la guerre des Six jours, et a façonné les systèmes d’éducation et de santé de la nation, ses infrastructures et son économie, ses relations étrangères et ses priorités intérieures. Il est ensuite entré dans ce qui doit maintenant être reconnu comme un déclin prolongé mais final avec le choc de la guerre du Yom Kippour.

Et maintenant, il n’existe plus que par le nom. Comme des dindes qui votent à Noël, ses membres confus et épuisés ont consenti dimanche à la demande de Peretz d’être dévorés par la coalition de Netanyahu dirigée par le Likud, pour une dernière séance photos à la table du cabinet.

Des soldats de réserve acclamant le Premier ministre Levi Eshkol et le ministre sans portefeuille Menachem Begin dans le Sinaï, à la fin de la guerre des Six jours, juin 1967. (GPO)

Ce qui est frappant dans la disparition du Parti travailliste, c’est la vitesse de son accélération ultime vers le caveau politique. Ayant d’abord perdu le pouvoir au profit du Likud de Menachem Begin en 1977, il était encore assez fort pour reconquérir la direction nationale sous Yitzhak Rabin en 1992. Discrédité par les attentats suicides orchestrés par Arafat lors de la seconde Intifada et anéanti par l’assassinat de Rabin, il a néanmoins réussi à passer un dernier et bref moment à la tête d’Israël sous Ehud Barak en 1999-2001.

Et pas plus tard qu’aux élections de 2015, sous la direction d’Isaac Herzog, il a remporté 24 sièges (sous la rubrique Union sioniste) contre 30 pour le Likud, forçant Netanyahu à se démener pour réunir une coalition majoritaire. Avec le recul, le très décrié Herzog semble avoir gagné des voix, le Parti travailliste ayant depuis été réduit à six sièges sous Avi Gabbay il y a un an, puis à cinq et enfin à trois sous Peretz lors de nos deux dernières élections.

Le président du parti de l’Union sioniste Isaac Herzog, au centre ; le député Amir Peretz, deuxième à gauche, le député Hilik Bar, à gauche ; le député Eitan Cabel, à droite, et la députée Merav Michaeli, deuxième à droite, lors d’une conférence de presse saluant le retour de Peretz au sein du Parti travailliste, le 8 février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La marginalisation et maintenant la subsomption du Parti travailliste est due, avant tout, à la perte de confiance d’Israéliens dans la possibilité d’un compromis avec les Palestiniens – une conclusion tirée sans surprise de l’attaque stratégique des attentats-suicides il y a vingt ans.

Les derniers représentants brisés du parti pionnier de David Ben Gurion vont maintenant faire partie d’un gouvernement qui s’est engagé à annexer unilatéralement les implantations et la vallée du Jourdain, ce qui accélérera non seulement la disparition du Parti travailliste, mais aussi, très probablement, la solution à deux États que défendait le parti

Si le successeur d’Arafat, Mahmoud Abbas, n’a pas directement orchestré le terrorisme, sa hiérarchie a continué à diaboliser et à inciter contre Israël. Dans ce climat, et alors que le Hamas rappelle par intermittence aux Israéliens les dangers de l’abandon de territoire, le Parti travailliste n’a pas trouvé d’approche alternative crédible, ni de contre-attaque claire à Netanyahu et à son insistance sur le fait qu’Israël n’a pas de partenaire avec qui négocier. Ainsi, les derniers représentants brisés du parti pionnier de David Ben Gurion vont maintenant faire partie d’un gouvernement qui s’est engagé à annexer unilatéralement les implantations et la vallée du Jourdain, accélérant non seulement la disparition du Parti travailliste, mais aussi, très probablement, la solution à deux États que ce parti défendait.

La disparition du Parti travailliste a été accélérée par l’arrivée de Benny Gantz, qui a détourné une grande partie de son électorat pour construire l’alternative la plus puissante à Netanyahu depuis des années, une alliance dominée par d’anciens chefs de Tsahal qui ont contesté les compétences de M. Sécurité du leader du Likud.

Gantz a été excorié par ses partenaires désavoués Yair Lapid et Moshe Yaalon en raison de la volte-face stupéfiante qui l’a vu mettre de côté la promesse fondamentale faite au cours de trois campagnes électorales de ne jamais siéger au gouvernement avec un Premier ministre inculpé qui s’en prend aux instances supérieures de la police israélienne. Mais la volte-face du Parti travailliste, bien que beaucoup moins importante étant donné sa base d’électeurs désormais minuscule, est la plus extrême et la plus pathétique.

Les coprésidents du parti Travailliste-Gesher Amir Peretz (au centre) et Orly Levy-Avekasis (à droite) rencontrent le président du parti Kakhol lavan Benny Gantz lors de discussions en vue de la formation d’un nouveau gouvernement, après que le dirigeant de Kakhol lavan Benny Gantz a reçu le mandat de former un gouvernement, à la Knesset, le 28 octobre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

La position de Gantz sur la place d’Israël dans la région, dans la mesure où elle peut être discernée de manière crédible et comme le montrent les termes de la coalition qu’il a acceptés, n’est peut-être pas très éloignée de celle de Netanyahu. Le Parti travailliste, en revanche, était l’alternative historique au Likud, un parti qui, en cherchant à obtenir la sécurité et la paix, n’était pas idéologiquement engagé à approfondir l’emprise d’Israël sur la Judée et la Samarie, deux régions historiques et religieuses, un parti qui voyait un profond danger pour l’Israël juif et démocratique dans un enchevêtrement permanent au milieu de millions de Palestiniens en Cisjordanie.

Comme il se doit, même la désintégration ultime du Parti travailliste a été un désastre. Un parti qui a changé de dirigeants une dizaine de fois durant l’ère Netanyahu s’est retrouvé sous la direction renouvelée du vétéran Peretz l’année dernière parce qu’aucun de ses deux jeunes espoirs les plus brillants, Itzik Shmuli et Stav Shaffir, ne voulait se retirer dans la course à la direction, divisant ainsi le vote des dirigeants et dégageant la voie pour Peretz. Aujourd’hui, Shaffir a perdu son siège à la Knesset, Shmuli suit Peretz dans la coalition, et un dernier membre du Parti travailliste, Merav Michaeli, se retrouve seule, sans défense, au-delà de l’étreinte de Netanyahu, vaincu dimanche soir par le vote du Comité central.

Le leader du Parti travailliste Amir Peretz est interviewé sur la Douzième chaîne le 25 août 2019. Le texte se lit comme suit : Pourquoi Amir Peretz a-t-il rasé sa moustache ? (Capture d’écran/Douzième chaîne)

« Lisez sur mes lèvres », implorait Peretz en août dernier, montrant à la nation son visage fraîchement rasé, sa moustache caractéristique rasée de fond en comble.

« J’ai décidé d’enlever ma moustache afin que tout Israël comprenne exactement ce que je dis et puisse lire sur mes lèvres : Je ne siègerai pas avec Bibi », avait-il maintes fois promis.

Maintenant que Peretz, privé par son propre rasoir de tout dernier vestige d’intégrité, a décidé de rompre cette promesse solennellement tenue, il ne peut plus y avoir de retour pour le Parti travailliste. Il n’est entré à la Knesset cette fois-ci que dans le cadre d’une alliance avec Meretz et Gesher. Meretz n’y touchera pas pour l’instant, et Gesher l’a précédé sur le territoire de Netanyahu.

Le Premier ministre Yitzhak Rabin, au centre, avec le ministre de la Défense de l’époque Shimon Peres, directement à la droite de Rabin, parlant à des personnes qui seraient les membres de l’équipage d’Air France après l’opération de sauvetage à Entebbe,le 4 juillet 1976 (Autorisation : Archives de l’armée israélienne)

Alors, adieu au Parti travailliste. Adieu au parti de Ben Gurion et Levi Eshkol et Golda Meir, et à ces éternels rivaux que sont Rabin et Shimon Peres. Adieu au parti qui a fondé et façonné l’Israël moderne.

Passons maintenant aux nouvelles qui comptent, comme celle de savoir qui va succéder à Yaakov Litzman au ministère de la Santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...