Rechercher
Oleksandr Feldman, homme d'affaires et homme politique de Kharkiv, dans son bureau de Kiev, le 2 août 2022 (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
Oleksandr Feldman, homme d'affaires et homme politique de Kharkiv, dans son bureau de Kiev, le 2 août 2022 (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)
Rencontre

Un député et bienfaiteur juif ukrainien est hanté par l’attaque de sa ville, Kharkiv

Oleksandr Feldman, l’une des personnes les plus riches du pays qui a déploré qu’Israël ne fasse pas plus pour l’Ukraine, a dit « J’ai une opinion tranchée parce que je suis juif »

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

KIEV – Le 5 avril, 41e jour de l’invasion russe, l’un des hommes les plus riches d’Ukraine s’est présenté devant une caméra. Debout sur un terrain de jeu désormais vide, l’homme, vêtu d’une veste bleue et d’un sweat-shirt gris, a étouffé ses larmes en délivrant son message.

« L’Écoparc Feldman n’est plus », a déclaré le fondateur éponyme du parc paysager régional, Oleksandr Feldman, de Kharkiv.

L’homme d’affaires et parlementaire juif avait fondé ce parc zoologique pour enfants en 2011. L’année suivante, il a commencé à faire venir des créatures plus exotiques telles que des tigres de Sibérie et des chimpanzés. Feldman n’a cessé de développer son zoo, en y intégrant au total plus de 5 000 animaux de 300 espèces différentes.

Le parc paysager régional – qui offrait des spectacles et différentes activités – était entièrement gratuit. Il s’adressait tout particulièrement à la jeunesse, avec des programmes de thérapie animale, un théâtre et des classes éducatives sur la nature.

Puis la guerre a atteint Kharkiv.

Tapirs évacués de l’Écoparc Feldman de Kharkiv à l’arrière d’une camionnette appartenant à des bénévoles, en 2022. (Crédit : Avec l’aimable autorisation)

Le 24 février, premier jour de l’invasion, l’équipe de gestionnaires des réseaux sociaux du zoo a publié des images des dommages causés au parc par cinq obus russes. L’Écoparc Feldman a également déclaré que certains de ses animaux avaient péri sous les bombardements.

Bien que fermé au public, le parc zoologique s’est efforcé de continuer à s’occuper de ses animaux, mais la situation est rapidement devenue ingérable. Les animaux se sont échappés des enclos endommagés par les bombardements. Deux employés ont été tués par des tirs de mortier le 8 mars. La semaine suivante, un autre employé, Sergiy Ivanov, a été tué.

Stephen Colbert a souligné avec humour les efforts des volontaires pour évacuer les animaux, notamment un homme qui a conduit dix kangourous et wallabies en lieu sûr dans sa camionnette.

Mais sous les bombardements répétés, Feldman a dû prendre des mesures drastiques. Les tigres, les lions et les ours auraient pu s’échapper si leurs enclos venaient à être touchés. Feldman a déclaré qu’il ferait tout son possible pour trouver un abri temporaire pour les grands prédateurs.

« À défaut de leur trouver un abri, la dernière option sera d’endormir les prédateurs », poursuit-il dans la vidéo publiée sur Facebook. « C’est incroyablement douloureux de parler de cela, mais dans de telles conditions, la vie des humains est notre priorité ».

Son message a touché d’autres amoureux des animaux en Ukraine et même au-delà. Quelques heures après son annonce, Feldman a publié une mise à jour indiquant qu’il avait trouvé des foyers pour deux lions, un jaguar et une panthère. Cinq autres lions ont été transférés le jour suivant. En fin de compte, sur les quelque 5 000 animaux que comptait le parc zoologique avant la guerre, 150 ont été abattus ou sont morts dans les bombardements.

Un lama de l’Écoparc Feldman de Kharkiv s’éloignant d’un obus russe au début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. (Crédit : Avec l’aimable autorisation)

« Kharkiv est ma maison et elle est en train d’être détruite sous mes yeux », a déclaré Feldman au Times of Israel mardi, dans son bureau du centre de Kiev.

Le bureau du deuxième étage de cet homme de 62 ans a des mezuzot accrochés à chaque montant de porte ; des œuvres d’art juives représentant des hassidim et d’autres scènes de shtetl recouvrent les murs.

« Je suis né ici, j’y ai grandi, j’y ai servi dans l’armée, j’y suis allé à l’université, j’y ai gagné de l’argent, toute ma vie est dans cette ville », a-t-il déclaré.

Située à seulement 30 kilomètres de la frontière russe, la deuxième plus grande ville d’Ukraine était une cible convoitée par Moscou, qui pensait que sa population majoritairement russophone accueillerait ses troupes comme des libérateurs des Ukrainiens nationalistes. Bien que les forces russes aient brièvement atteint le centre de la ville, elles ont été repoussées vers la frontière à la mi-mai.

La ville continue, cependant, d’être bombardée et les destructions sont nombreuses dans les zones civiles.

Oleksandr Feldman, homme d’affaires et homme politique de Kharkiv, annonce la fermeture de l’Écoparc Feldman, le 5 avril 2022. (Crédit : Capture d’écran)

Abriter des gens

Après avoir servi dans l’Armée rouge, Feldman a commencé sa carrière professionnelle en tant que chauffeur. Il a gravi les échelons en occupant divers postes et a fondé Concern AVEC, une société de gestion immobilière, en 1994. Sa société possède notamment l’immense marché Barabashova de Kharkiv, l’un des plus grands au monde.

Feldman, qui porte désormais une kippa en crochet, a grandi si loin de la pratique du judaïsme qu’il n’a été circoncis qu’à l’âge de 42 ans en même temps que son père, âgé de 72 ans à l’époque, et que son fils, âgé de 20 ans. Ce père de deux enfants est actif dans des organisations inter-confessionnelles et dirige le Comité juif ukrainien depuis 2008.

« Oleksandr Feldman est un véritable partenaire de la reconstruction de la communauté juive de Kharkiv et un véritable exemple de juif fier », a fait remarquer le rabbin de Kharkiv Moshe Moskowitz au Times of Israel.

Le rabbin de Kharkiv Moshe Moskowitz dans son bureau, le 29 juillet 2022. (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

Mais Feldman a vu ses projets – en tant que philanthrope et, depuis deux décennies, en tant que parlementaire – anéantis en quelques jours avec le tir de barrage russe.

« Que puis-je dire maintenant que ma maison et mon bureau sont détruits, que mon entreprise est détruite ? » a déclaré Feldman. « Même l’Écoparc, ma plus grande fierté, que j’ai passé 15 ans à construire, est totalement anéanti ».

Barabashova a été frappé par des roquettes Grad le 17 mars, puis à nouveau le 20 mai. Des tirs d’artillerie ont provoqué un immense incendie dans le marché, et fin juin, seuls 20 % des étals avaient rouvert.

Sa maison de Kharkiv a également été touchée. « Si je m’étais endormi dans mon lit, là où j’ai l’habitude de dormir, je ne serais plus là maintenant », a-t-il déclaré. Bien qu’il l’ait échappé belle, Feldman ne pense pas avoir été personnellement visé.

Une employée de l’AJC donne des produits alimentaires à un membre de la communauté juive de Kharkiv, en Ukraine. (Crédit : Avec l’aimable autorisation du JDC)

Feldman a utilisé le parc zoologique et la synagogue Choral de Kharkiv entre autres sites, comme centre pour la distribution de fournitures humanitaires. Il a déclaré que ses initiatives ont permis de fournir plus de 540 000 colis alimentaires et 30 000 repas chauds depuis le début de la guerre.

« Nous avons acheté des produits de base pour les gens, nous leur avons également préparé des repas », a-t-il déclaré.

La synagogue a nourri des milliers de personnes chaque jour au plus fort de l’assaut russe. « Nous ne demandions jamais s’ils étaient juifs », a déclaré Feldman. « Nous ne faisions qu’abriter les gens. »

Pas une seule personne de la synagogue ne s’est enfuie.

Il a également mis à disposition des bus appartenant à la synagogue pour faire évacuer les habitants de Kharkiv hors du pays. La semaine dernière, des navettes quittaient encore la synagogue pour transférer les habitants vers l’Ouest.

La communauté juive a été unique dans sa détermination à servir la ville, a-t-il dit. « Les gardiens de l’Écoparc se sont enfuis en moins de 24 heures. Tout le service de sécurité de mon entreprise s’est enfui en moins de 24 heures. Mais pas une seule personne de la synagogue n’a fui. »

En 2014, Feldman, qui a organisé une série de conférences internationales à Kiev sur la lutte contre l’antisémitisme, a été menacé à Kiev par des hommes en uniforme qui lui ont lancé des insultes antisémites. Pour autant, il ne considère pas l’antisémitisme comme un problème en Ukraine.

« Citez-moi un pays dans lequel il n’y a aucun antisémitisme », a-t-il dit.

Hip-hop star Shyne and Oleksandr Feldman, a member of the Ukrainian Parliament and president of the Ukrainian Jewish Committee in Kiev, Ukraine. (photo credit: Courtesy)
La star du hip-hop Shyne, à droite, et Oleksandr Feldman, membre du Parlement ukrainien et président du Comité juif ukrainien à Kiev, en Ukraine. (Crédit : Avec l’aimable autorisation)

« Au niveau du gouvernement, il n’y a pas d’antisémitisme en Ukraine. Le président est juif, le Premier ministre était juif, de nombreux députés sont juifs. Évidemment, il existe un peu d’antisémitisme ici et là ».

« Je suis le député d’un quartier populaire », poursuit Feldman. « La plupart des gens qui votent pour moi ne sont pas juifs ».

Il a également rappelé la loi datant de 2021 qui interdit l’antisémitisme en Ukraine.

Une aide d’Israël « ridiculement faible »

Feldman, qui était en Israël quelques jours avant le début de la guerre, ne s’est pas réjoui du positionnement du pays face à la guerre en Ukraine.

Israël a tenté d’équilibrer ses relations avec Kiev et Moscou pendant le conflit. Jérusalem ne s’est pas associée aux sanctions occidentales contre la Russie et n’a pas souhaité fournir d’armes, même défensives, à l’Ukraine. Ceci étant dit, Israel a envoyé une aide humanitaire importante ; un hôpital de campagne a notamment été ouvert à proximité de Lviv.

Une livraison d’équipements de protection à destination de l’Ukraine embarquée à bord d’un vol partant d’Israël, le 14 juillet 2022. (Crédit : Ministère de la Défense)

Mais Feldman pense que l’aide est loin d’être suffisante.

« J’ai une opinion tranchée parce que je suis juif », a-t-il déclaré. « J’aimerais que l’on fasse plus pour l’Ukraine, du côté israélien. Je pense que ce qui a été fait est ridiculement peu. J’aimerais qu’Israël fasse beaucoup beaucoup plus. »

En 2014, lorsque la Russie a pris le contrôle de la Crimée et de certaines parties de l’est de l’Ukraine, Feldman s’est rendu en Israël accompagné d’un autre dirigeant juif ukrainien pour obtenir le soutien du pays. Lorsque le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, a refusé de les rencontrer, Feldman a publiquement exprimé sa déception face à l’incapacité d’Israël à se positionner fermement aux côtés de l’Ukraine.

Aucun responsable israélien n’a contacté Feldman pour discuter de la guerre, a-t-il déploré. « C’est très étrange qu’ils n’aient pas été en contact, car je fais tout de même partie du groupe de travail Ukraine-Israël depuis de nombreuses années. »

Bien qu’ils soient tous deux des politiciens juifs de premier plan, Feldman n’est pas proche du président Volodymyr Zelensky.

« Nous n’avions aucune relation avant qu’il ne devienne président », explique Feldman. « C’était un grand artiste et il se rendait fréquemment au siège de notre parti. Mon père et ma mère l’aimaient beaucoup ».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à gauche, assistant à un briefing militaire près de la ligne de front dans la région de Donetsk, en Ukraine, le dimanche 5 juin 2022. (Crédit : Bureau de presse du président ukrainien via AP)

Feldman a rejoint le parti Plateforme d’opposition-Pour la vie en 2019, aujourd’hui interdit en Ukraine pour ses prétendues positions pro-russes. Le parti a lancé une procédure de destitution contre Zelensky en 2021, l’accusant de violer la liberté d’expression dans le pays.

« C’est comme si cela s’était passé il y a 1 000 ans », a-t-il déclaré au Times of Israel. « Cette guerre se déroule dans une nouvelle réalité ».

Feldman a quitté la faction à la mi-mars. « Quel genre de paix peut-il y avoir si la Russie nous a attaqués et bombarde maintenant nos villes ? » a-t-il fait remarquer sur une station de radio ukrainienne. « Elle a détruit Kharkiv ! »

Maintenant, il qualifie Zelensky de « héros ».

« Je suis tout simplement stupéfait de ce qu’il a fait. Il aurait pu s’enfuir, mais il ne l’a pas fait, il est resté, et il a tenu bon. Maintenant, c’est un héros. Mais avant la guerre, il n’a pas eu assez de temps pour se former à un être un réel homme politique à mon avis. Il ne faut pas oublier qu’il n’a, que très récemment été élu et, par conséquent, n’est arrivé que dernièrement sur le devant de la scène politique. »

Feldman poursuit : « Il a assumé la responsabilité de sa population et il est allé de l’avant avec son plan ; c’est pourquoi il a été efficace. »

La plus inhumaine des choses

Bien qu’il soit l’une des personnes les plus puissantes du pays – ce que certains pourraient appeler un oligarque – Feldman conserve un lien émotionnel profond avec sa ville et son pays.

« Que puis-je ressentir, quand chaque jour je vois que les Russes attaquent des civils ; ils attaquent des écoles, ils attaquent des jardins d’enfants, ils attaquent des églises. C’est la chose la plus inhumaine qui puisse arriver », a-t-il dit en m’indiquant l’ascenseur après notre conversation.

Le centre de Kharkiv, le 27 juillet 2022 (Crédit : Lazar Berman/The Times of Israel)

« Ils essaient simplement de détruire ce qu’ils n’ont pas été capables de créer eux-mêmes en 30 ans, et ce depuis l’éclatement de l’Union soviétique ».

Feldman semblait sur le point d’exprimer une autre pensée, mais il a marqué une pause. Le législateur s’est soudainement agrippé à mon avant-bras alors que ses yeux se remplissaient de larmes.

Il a involontairement laissé échapper un sanglot, s’est retourné et s’est précipité dans son bureau.

read more:
comments