Rechercher

Cent tonnes d’aide humanitaire ont quitté Israël pour l’Ukraine

Trois vols affrétés lundi soir et mardi transportaient des fournitures médicales, des systèmes d'approvisionnement en eau potable et du matériel pour l'hiver

Un avion d'El Al contenant de l'aide humanitaire pour l'Ukraine le 1er mars 2022. (Credit : capture d'écran GPO)
Un avion d'El Al contenant de l'aide humanitaire pour l'Ukraine le 1er mars 2022. (Credit : capture d'écran GPO)

Le dernier chargement des cent tonnes d’aide humanitaire d’Israël à l’Ukraine a été ficelé prêt à être expédié mardi matin à l’aéroport Ben Gurion. L’avion d’El Al transportant l’aide – précédé de deux autres vols deux heures plus tôt – a décollé décoller plus tard dans la journée à destination de Varsovie, pour une livraison prévue en Ukraine cette semaine.

« C’est un geste d’amitié envers le peuple ukrainien », a déclaré une représentante de Mashav, branche du ministère des Affaires étrangères qui coordonne l’aide nationale d’Israël, pendant le chargement du troisième avion.

« Cette mission, cent tonnes en un jour pour l’Ukraine, est sans précédent et nous devons en être fiers », a-t-elle ajouté.

L’aide comprend 17 tonnes de matériel médical et de médicaments, des systèmes de purification de l’eau destinés à approvisionner 200 000 personnes, des kits d’urgence d’alimentation en eau pour approvisionner 100 000 personnes, des tentes d’hiver pour loger 3 000 personnes, 15 000 couvertures, 3 000 sacs de couchage et 2 700 manteaux d’hiver.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ont finalisé le contenu de cette aide, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Israël a refusé d’envoyer des équipements militaires ou à double usage à l’Ukraine, afin de maintenir l’équilibre entre ses rapports avec l’Ukraine et la Russie, qui a envahi son voisin, un ancien État soviétique, jeudi dernier.

La Russie maintient une présence militaire en Syrie, voisin septentrional et belliqueux d’Israël. La nécessité d’équilibrer les intérêts de sécurité à l’intérieur du pays et la politique à l’étranger a donné lieu à une réponse relativement modérée du gouvernement israélien, qui a essayé de maintenir de bonnes relations avec Moscou et Kiev.

En partie grâce à la place relativement unique d’Israël parmi les pays démocratiques, qui entretient de bonnes relations avec les deux capitales en guerre, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé vendredi à Bennett d’intercéder auprès de la Russie au nom de l’Ukraine.

Dimanche, Bennett a appelé le président russe Vladimir Poutine pour proposer qu’Israël serve de négociateur. L’envoyé ukrainien en Israël, Yevgen Korniychuk, a déclaré que Poutine a déclaré que Poutine avait refusé cette offre, mais qu’il gardait l’espoir que le président russe puisse reconsidérer sa position si les pourparlers actuels entre la Russie et l’Ukraine sur la frontière biélorusse échouaient

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...