Un rabbin Habad sème la discorde au sein de la communauté juive établie de Dubaï
Rechercher
Une capture d'écran d'une vidéo sur la page Facebook de la "Communauté juive des EAU". (Facebook)
Une capture d'écran d'une vidéo sur la page Facebook de la "Communauté juive des EAU". (Facebook)
Exclusif

Un rabbin Habad sème la discorde au sein de la communauté juive établie de Dubaï

La « communauté juive des Émirats arabes unis » a beaucoup fait parler d’elle, mais à ses dépends, les autorités ont ordonné la fermeture immédiate de ses comptes de réseaux sociaux

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

C’est une histoire aussi vieille que l’histoire juive elle-même. Une communauté s’établit, et se divise inévitablement en deux, celle que vous fréquentez et celle que vous ne fréquentez pas, comme le dit la vieille blague.

Mais cette fois, c’est à Dubaï, où un jeune rabbin du mouvement Habad Loubavitch fait face à un contrecoup et à une réprimande officielle, après qu’une campagne de relations publiques présentant sa nouvelle congrégation ces dernières semaines a constamment négligé de reconnaître l’existence de la communauté juive établie mais peu médiatisée de la capitale.

Cela aurait pu être l’histoire du bonheur de l’été : la petite mais dynamique communauté juive des Émirats arabes unis sortant du bois, ouvrant des comptes sur les réseaux sociaux et donnant des interviews sur la vie juive dans le Golfe.

Mais la semaine dernière, les autorités locales ont ordonné aux personnes responsables de cette communauté – un petit groupe qui s’est séparé de la congrégation existante de la ville – de suspendre « immédiatement » leurs comptes sur les médias sociaux, a appris le Times of Israel.

Mais plutôt que d’obtempérer, le groupe de francs-tireurs, dirigé par l’entreprenant rabbin Habad Levi Duchman et son associé Solly Wolf, homme d’affaires, s’est contenté de changer le nom, la description et les photos de profil de son compte Twitter, ce qui, pendant plusieurs semaines, a donné l’impression qu’ils étaient la communauté juive officiellement reconnue du pays.

Le rabbin Levi Duchman au centre Habad de Dubaï. (Capture d’écran)

Le compte Twitter, initialement appelé « Jewish Community of the UAE », a été rebaptisé « Jewish Community » et ne prétend plus être « officiel » en aucune façon.

Le site web du groupe fonctionne toujours, avec à sa tête un logo « Jewish Community of UAE » en anglais et en hébreu.

Une source bien informée a déclaré au Times of Israel que Duchman, en défiant les instructions qu’il a reçues des autorités de Dubaï, a provoqué la colère des autorités de l’émirat et compromet ainsi ses chances d’obtenir pour sa congrégation l’autorisation officielle requise pour les groupes religieux.

Duchman, qui est originaire des États-Unis mais vit dans le Golfe depuis plusieurs années, a été pendant un certain temps un membre actif de la communauté juive établie à Dubaï, dont l’existence a été signalée pour la première fois par le Times of Israel en décembre 2018.

Mais ces derniers mois, Duchman a ouvert son propre centre communautaire, comprenant une synagogue et un espace pour les cours d’études juives, dans un autre quartier de la ville. Le centre ressemble à de nombreux autres centres Habad dans le monde, mais dans ce cas, une grande photo du défunt dirigeant du mouvement, Menachem Mendel Schneerson, est accrochée sur un mur en face d’une série de portraits de la famille royale de l’émirat.

Certains observateurs considèrent la dissidente « Communauté juive des EAU » comme un effort légitime pour créer un centre Habad aux côtés d’une congrégation établie – appelée Communauté juive des Emirats – mais ils se demandent pourquoi Duchman et ses partenaires ont choisi un nom presque identique.

Une capture d’écran du compte Twitter de la « Communauté juive des EAU » avant qu’il ne soit modifié. (Autorisation)

D’autres y ont vu une tentative de « prise de contrôle hostile » de la part du mouvement hassidique, qui a été critiqué par le passé pour s’être installé dans une région où la présence juive est peu importante et pour avoir tenté de redorer le blason de la communauté. En 2004, par exemple, les accusations selon lesquelles le mouvement Habad « s’insinuait dans la communauté » à Prague et renversait le grand rabbin de la ville ont été portées jusqu’à un tribunal rabbinique à Jérusalem.

Le mois dernier, la communauté dissidente a lancé une campagne de relations publiques agressive, qui a contrarié non seulement la communauté juive établie mais aussi les autorités locales.

Duchman n’a pas répondu à plusieurs demandes de commentaires, pas plus que son associé Wolf.

Une communauté vieille de dix ans à Dubai

La première communauté juive des EAU existe à Dubaï depuis une décennie, d’abord avec le soutien tacite, mais plus récemment avec le soutien manifeste des autorités locales, et est actuellement en train de devenir officiellement une communauté religieuse agréée.

Ross Kriel, le président de la Communauté juive des Emirats, ou JCE – Jewish Community of the Emirates – a refusé de commenter cet article.

Ross Kriel, le président de la communauté juive des Emirats, (à gauche), accueille l’ancien Premier ministre canadien Stephen Harper dans sa synagogue de Dubaï appelée « la villa », avril 2019 (Autorisation)

Fin mai, la « communauté juive des EAU » de Duchman, qui est soutenue par le riche homme d’affaires ukrainien Naum Koen, a ouvert un compte Twitter prétendant représenter le canal « officiel » de la communauté juive du pays. Elle a publié des photos du président de la communauté, Solly Wolf, avec de hauts fonctionnaires émiratis, ainsi qu’une vidéo produite par des professionnels et mettant en scène un chantre chantant une prière juive pour le salut des EAU, de ses dirigeants et de ses forces militaires.

« La bénédiction, chantée en hébreu, est accompagnée d’images des principaux monuments des Émirats Arabes Unis, d’œuvres d’art des dirigeants des Émirats et d’hommes portant le traditionnel châle de prière juif en noir et blanc connu sous le nom de tallit », c’est ainsi que la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya, basée à Dubaï, a décrit le contenu de la vidéo.

Le clip a suscité une attention considérable de la part des médias, de Bloomberg à Kan, le radiodiffuseur d’État israélien, tous s’émerveillant de la présence d’une communauté juive au cœur du Golfe arabe.

« Une belle vidéo de la communauté juive des Émirats arabes unis. Ils ont récemment rejoint Twitter et sont à suivre absolument », a déclaré l’ambassadeur du pays au Royaume-Uni, Mansoor Abulhoul.

Wolf, un vendeur prospère avant de devenir le président de la nouvelle communauté, a donné des interviews aux médias israéliens et internationaux, parlant de sa congrégation comme si c’était la seule communauté établie et acceptée dans le pays et ne mentionnant jamais l’existence d’une autre synagogue, celle qu’il fréquentait depuis des années.

« C’est un très grand honneur », a déclaré Wolf, 71 ans, dans une interview en première page du magazine Ami lorsqu’on lui a demandé ce que cela signifiait pour lui d’être le président de la communauté juive des EAU.

« Je suis sûr qu’il y a d’autres personnes qui pourraient être meilleures que moi dans ce domaine, car je ne suis pas le genre de personne qui fait de longs discours. J’aime travailler tranquillement dans les coulisses. Mais je suis très fier de faire partie de l’histoire, et j’espère qu’un jour il y aura dix shuls dans le Golfe », a-t-il déclaré, utilisant le mot yiddish pour synagogue.

On ne sait pas exactement combien de Juifs vivent actuellement aux Émirats arabes unis. Wolf pense qu’il y a « environ 1 500 Juifs répartis dans les sept émirats qui composent le pays ». D’autres estiment que leur nombre se situe dans les quelques centaines.

Les comptes-rendus des réseaux sociaux de la nouvelle communauté comportent des photos montrant Wolf, qui vit à Dubaï depuis 2002, en compagnie de Mohammed bin Zayed Al Nahyan, prince héritier d’Abou Dhabi et leader de facto du pays, et d’autres hauts fonctionnaires du pays.

Mais plusieurs sources familières avec la communauté juive du Golfe ont déclaré au Times of Israel que beaucoup de ces photos ont été prises il y a des années, et que Wolf n’a jamais rencontré aucun responsable émirati en sa qualité de représentant de la communauté juive.

Le fait que ces photos soient maintenant mises en ligne publiquement en rapport avec son rôle ostensible de président de la communauté juive a provoqué la colère des autorités locales et les a incitées à demander la fermeture du compte de médias sociaux.

Les photos de Wolf et des dirigeants des EAU étaient encore disponibles sur le compte Twitter de la nouvelle communauté au moment où cet article a été publié.

Bien que la page Twitter du groupe ait été modifiée et ne prétende plus représenter l’ensemble de la communauté, son site web, www.jewishuae.com, comporte toujours les mots « Jewish Community of the UAE ».

En outre, une page de Wikipédia présente Wolf comme le seul chef de la communauté juive de Dubaï et affirme à tort que la « première synagogue permanente de l’émirat… est dirigée par le rabbin Levi Duchman depuis 2015 ».

L’historique des modifications de cette page montre que les références à la communauté juive de longue date à Dubaï ont été supprimées par un utilisateur canadien nommé ShemtovCA, un nom souvent lié au mouvement Habad.

De combien de shuls a besoin Dubaï ?

Les membres de la JCE, la communauté de vétérans composée principalement de Juifs américains et européens en voyage d’affaires dans le Golfe, ont commencé à se réunir lors des fêtes juives dans un lieu familièrement appelé « la villa » en 2010. Au cours des cinq dernières années, ils y ont organisé des offices orthodoxes modernes à chaque Shabbat. Au départ, les dirigeants de la communauté ne s’opposaient pas à la congrégation dissidente de Duchman, étant donné que le Habad attire souvent des publics différents.

La synagogue la « villa » à Dubaï. (Autorisation)

Les dirigeants de la communauté, qui ont traditionnellement été discrets et ont évité l’attention des médias, ont vu avec un grand malaise la publicité que la communauté de Duchman recherchait.

« Au début, le rabbin Levi faisait partie de la synagogue de la villa, qui existait avant son arrivée », a déclaré une source familière de la communauté juive de Dubaï au Times of Israel. « Il a essayé de prendre le contrôle, ce qui n’était pas acceptable pour la communauté d’origine, alors il a décidé de partir seul. Je pense que deux shuls aux EAU ne sont pas nécessaires, car la taille de la communauté ne le justifie pas ».

À long terme, j’espère qu’il y aura de nombreuses shuls dans les Émirats arabes unis. Mais cela doit se faire avec coordination

Toutefois, d’autres sources, qui se sont entretenues avec le Times of Israel sous le couvert de l’anonymat, ont déclaré que les activités de M. Duchman, qui consistaient notamment à acheminer de la viande casher à Dubaï, ont bien servi la communauté.

« C’est surtout les jeunes qui gravitent autour de Levi. Son minyan [NdT : le quorum de dix hommes nécessaire à la récitation de certains passages de la prière et à la lecture de la Torah] a vraiment décollé », a déclaré un Juif qui voyage fréquemment dans le Golfe. « Avoir du poulet le jour du Shabbat change la donne, puisque la villa est entièrement végétarienne. »

Dans la vidéo ci-dessous, filmée il y a quelques mois, on voit des associés de Duchman montrant les nouveaux locaux de la communauté
dissidente :

Wolf, dans une interview avec le site israélien Ynet, a souligné que sa communauté gérait un Talmud Torah – école juive – où 45 enfants étudient le judaïsme.

« C’est très émouvant de voir les enfants chanter les chants de Pessah et apprendre la partie hebdomadaire [paracha] de la Torah, » dit-il. « Je souhaite à toutes les communautés juives du monde entier ce que nous avons… Le rabbin est un jeune homme incroyable qui est aimé de tous ».

Un membre de « la villa », la synagogue de la communauté juive des Emirats, tient un rouleau de la Torah, novembre 2018. (Israel Calera)

Le rabbin Yehuda Sarna, le grand rabbin non résident de la communauté juive des Emirats, a tenté de faire preuve de diplomatie mais n’a pas caché ses inquiétudes concernant la nouvelle shul rivale.

« Il est tout à fait naturel qu’à un certain moment, il y ait de multiples expressions de la vie juive à Dubaï », a-t-il déclaré au Times of Israel dans une récente interview.

« Bien que l’avenir soit très prometteur, le présent est encore très délicat. Le plus inquiétant, récemment, a été l’apparition d’un compte Twitter qui utilisait pratiquement le même nom que la communauté juive existante des Emirats. Mais ce n’est pas la même entité », a-t-il déclaré.

« A long terme, j’espère qu’il y aura de nombreuses shuls dans les EAU. Mais cela doit se faire avec coordination. J’espère que nous pourrons éclaircir ce point afin de pouvoir aller de l’avant », a-t-il déclaré.

Sarna, rabbin bien connu basé à New York et activiste interconfessionnel, a été reconnu comme le grand rabbin de la communauté par plusieurs hauts dirigeants juifs du monde entier, notamment le grand rabbin de Jérusalem Shlomo Amar, l’ancien grand rabbin britannique Jonathan Sacks, et les dirigeants du Conseil rabbinique d’Amérique, de la Conférence des rabbins européens et de l’International Rabbinic Fellowship.

L’épisode actuel concernant la synagogue Habad n’est pas le premier où Duchman provoque un malaise chez les autorités du Golfe. En 2016, il a fait venir à Bahreïn un groupe d’hommes d’affaires juifs, qui ont été filmés en train de chanter des chansons sur la reconstruction du temple juif dans le bâtiment historique de Bab al-Bahreïn à Manama. L’épisode a fait quelques vagues dans la presse locale, au grand dam des hôtes bahreïnis.

« Conduire le groupe de juifs orthodoxes dans la région sous prétexte qu’ils sont des hommes d’affaires et ensuite danser et chanter au milieu de la capitale de Bahreïn était totalement inacceptable », a déclaré une source familière de la communauté juive du Golfe au Times of Israel.

« Il est très autoritaire, naïf et ne comprend pas les complexités des communautés juives vivant dans le monde arabe. »

Bientôt, une troisième synagogue aux EAU

Les EAU ont récemment fait de grands progrès en se présentant comme un pays ouvert qui respecte toutes les religions. Le président Khalifa bin Zayed Al Nahyan a déclaré 2019 « Année de la tolérance » aux Émirats arabes unis. Dans ce contexte, le pays a annoncé la construction d’un vaste complexe interconfessionnel à Abu Dhabi qui comprendra également une synagogue.

La maison dite de la famille Abrahamic devrait ouvrir en 2022, et on ne sait pas encore qui sera invité à emménager dans le bâtiment.

L’Abrahamic Family House, qui doit être construite à Abou Dhabi, Émirats arabes unis. (Autorisation du Haut Comité pour la fraternité)

Elli Kriel, l’épouse du président du JCE, a récemment ouvert une entreprise de restauration appelée « Elli’s Kosher Kitchen », qui a également attiré beaucoup d’attention, notamment de la part de la ministre de la Culture des EAU, Noura al-Kaabi, qui l’a saluée comme un nouveau chapitre de « l’histoire culinaire du Golfe ».

« Le mois dernier, un nouveau traiteur casher a été lancé à Dubaï pour servir la communauté juive croissante, la première nouvelle communauté dans le monde arabe depuis plus d’un siècle », a écrit l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef al-Otaiba, dans un article d’opinion sans précédent paru le 12 juin dans le quotidien israélien Yedioth Ahronoth.

Les liens secrets entre Israël et les Émirats se poursuivent depuis des années, mais ces derniers mois, Abou Dhabi s’est montré de plus en plus ouvert à ce sujet. L’éditorial d’Al-Otaiba – le tout premier rédigé par un diplomate des EAU pour un journal israélien – mettait en garde Jérusalem contre son projet d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie, mais affirmait en même temps que son pays était prêt à coopérer avec Israël dans un large éventail de domaines.

read more:
comments