Autriche : Un ancien officier de Tsahal accusé d’une escroquerie à 200 M €
Rechercher
Illustration : Une courtière travaille dans la salle des marchés d'une banque portugaise à Lisbonne, le mercredi 3 juillet 2013. (AP/Francisco Seco)
Illustration : Une courtière travaille dans la salle des marchés d'une banque portugaise à Lisbonne, le mercredi 3 juillet 2013. (AP/Francisco Seco)

Autriche : Un ancien officier de Tsahal accusé d’une escroquerie à 200 M €

Aucune accusation, mais selon les enquêteurs, Ilan Tzorya et Tradologic ont fourni un logiciel pour aider les escrocs à arnaquer les consommateurs ; Tzorya nie tout méfait

Un Israélien qui a fondé une plateforme de négociation d’options binaires a été désigné par les autorités autrichiennes comme étant l’un des cerveaux d’un vaste système de fraude « paneuropéen ».

Le ministère autrichien de l’Intérieur, qui supervise la police et la sécurité publique, a cité le citoyen israélien Ilan Tzorya, fondateur de la plateforme d’options binaires Tradologic, comme étant l’un des cerveaux d’une fraude qui aurait rapporté plus de 200 millions d’euros.

Le numéro de janvier/février 2021 du magazine du ministère Öffentliche Sicherheit (Sécurité publique), contenait un article décrivant comment la police fédérale a, depuis 2017, enquêté sur un réseau multinational de centres d’appels apparemment frauduleux gérés par des Israéliens et qui exploitent des sites web financiers. L’enquête a jusqu’à présent conduit à la mise en détention de onze suspects ainsi qu’à la condamnation de Gal Barak, ancien associé de Tzorya.

Tzorya, qui épelle également son nom de famille Tzroya, a nié tout méfait, déclarant au Times of Israel qu’il pense que la plainte provient d’un de ses rivaux qui veut lui nuire.

Selon les enquêteurs, le réseau a dupé les clients pour qu’ils investissent dans des options binaires et des contrats de différence (CFD) – des formes de jeu sur des mouvements de stock supposés – et sur des cryptodevises, mais il a utilisé un logiciel qui pouvait manipuler les prix pour s’assurer que les fraudeurs étaient en tête.

Jusqu’à récemment, les reportages des médias sur ce projet tournaient autour de Barak, 33 ans, qui serait propriétaire de centres d’appels à Belgrade, Sofia, Sarajevo, Pristina, Tbilissi et Kiev. Le Times of Israel a déjà fait état de l’arrestation de Barak et des charges qui pèsent sur lui.

Les médias bulgares, allemands et britanniques ont qualifié Barak de « Loup de Sofia » et l’ont décrit comme le chef de file de l’escroquerie massive sur laquelle enquêtent les polices autrichienne et allemande. En septembre 2020, le tribunal pénal régional de Vienne a condamné Barak à quatre ans de prison.

Gal Barak en 2014. (Crédit : Capture d’écran Facebook)

Mais l’article de janvier/février affirmait pour la première fois que Tzorya, qui jusqu’à présent s’est tenu à l’écart des feux de la rampe, était également un « cerveau » du système faisant l’objet de l’enquête et qu’il avait en fait fondé la société, Tradologic, qui aurait rendu la fraude possible, selon la police autrichienne.

« Le citoyen israélien accusé, Ilan T. [Tzorya], est considéré comme l’un des cerveaux qui se cachent derrière les sites web Option888 et OptionStars », peut-on lire dans l’article.

« Il a été confronté à ces faits par les enquêteurs de l’Office fédéral de la police criminelle à Vienne », est-il ajouté.

En réponse à ces affirmations, Tzorya a confirmé au Times of Israel qu’il avait été interrogé par la police autrichienne il y a plusieurs semaines, mais a déclaré qu’il s’était rendu en Autriche en avion et avait répondu aux questions volontairement et qu’il n’avait pas été arrêté.

Il a déclaré que si la police autrichienne avait pensé qu’il était un cerveau de la fraude, elle aurait pu l’arrêter sur le champ.

« S’ils l’avaient pensé, ils auraient pu facilement, et auraient dû m’arrêter il y a quelques semaines quand j’étais en Autriche. Il est évident que je ne suis pas le cerveau de ces sites », a-t-il déclaré.

L’article du ministère autrichien de l’Intérieur a également souligné le parcours de Tzorya en tant qu’officier de renseignement dans l’armée israélienne.

« Plus qu’une simple escroquerie sur Internet »

Selon l’article, la pléthore de sites de commerce en ligne frauduleux est devenue un « phénomène de fraude paneuropéen », le seul réseau de centres d’appel autour de Barak ayant infligé environ 200 millions d’euros de pertes aux victimes dans le monde entier.

« Les actes habiles de tromperie sur Internet causent des dommages financiers et des souffrances humaines dévastateurs », a déclaré un haut responsable des forces de l’ordre qui supervise les enquêtes financières et le recouvrement des avoirs pour la police fédérale autrichienne.

Selon la police autrichienne, Barak gérait des sites web comprenant XtraderFX, Option-Stars et Goldenmarkets, qui attiraient tous les investisseurs avec des promesses de profits rapides ainsi que des affirmations selon lesquelles des célébrités allemandes et autrichiennes avaient gagné de l’argent grâce au commerce en ligne. Les investisseurs commencent par déposer quelques centaines d’euros, mais ils sont ensuite cajolés et incités par des employés de centres d’appel qualifiés utilisant de fausses identités à « investir » de plus en plus de leur argent.

Ilan Tzorya en mai 2018. (Capture d’écran Facebook)

Après que le client a transféré l’argent, les « courtiers » simulent de supposés échanges d’instruments financiers », indique un communiqué de presse accompagnant l’article du ministère autrichien de l’Intérieur.

« Alors que les clients supposent qu’ils négocient maintenant les instruments financiers annoncés, il n’y a pas de véritable négociation sur le marché. En fait, les graphiques [financiers] présentés peuvent être mis à jour à l’aide d’un logiciel spécialement développé qui peut être manipulé arbitrairement par les auteurs », affirme le communiqué de presse.

Selon la police autrichienne, les investisseurs n’ont jamais gagné d’argent en faisant du commerce sur ces sites.

« L’argent circule dans le réseau de blanchiment d’argent et la victime n’a aucune chance de recevoir un paiement », a déclaré un enquêteur sur la criminalité en col blanc du bureau de police criminelle de Basse-Autriche.

Selon l’enquêteur, les investigations ont commencé en septembre 2017 lorsque le commissariat de Wiener Neudorf en Basse-Autriche a reçu une plainte d’une victime qui avait perdu plus de 100 000 euros sur le site web Option888 et un autre.

Lorsque la police autrichienne a commencé à enquêter, de nombreuses victimes à travers l’Autriche ont présenté des récits similaires de fraude présumée dans le commerce en ligne.

« J’ai immédiatement compris qu’il s’agissait de bien plus qu’une simple escroquerie sur Internet », a-t-il déclaré.

Les criminologues et les responsables de l’application des lois en Europe et ailleurs affirment que la fraude en ligne sur les consommateurs a atteint des proportions épidémiques. Une récente enquête de la Commission européenne a révélé que 56 % des personnes interrogées en Europe ont déclaré avoir été victimes d’une escroquerie ou d’une fraude au cours des deux dernières années.

Contrairement aux criminels traditionnels, les fraudeurs en ligne s’appuient sur le blanchiment de réputation, se cachant à la vue de tous derrière un vernis de légitimité fourni par une presse soporifique, utilisant leurs gains mal acquis pour atteindre des rôles de direction publique et utilisant un réseau opaque de transactions d’entreprise pour masquer leur véritable implication dans des activités criminelles.

L’enquêteur de la police autrichienne a déclaré avoir remarqué que de nombreux sites web apparemment frauduleux utilisaient des logiciels produits par une société basée à Sofia et fondée en Israël, connue sous le nom de Tradologic.

Le crime en tant que service

En janvier 2019, selon l’article du ministère de l’Intérieur, la police autrichienne a fait une descente dans les bureaux bulgares de Tradologic à Sofia et a saisi de grandes quantités de matériel numérique. En utilisant ce matériel, les procureurs ont pu prouver que les victimes avaient été escroquées, prouver que le logiciel pouvait manipuler les transactions des investisseurs, et ont eu un aperçu de l’ampleur de la fraude, a déclaré un enquêteur autrichien. Il a noté que Tradologic avait traité un total de plus de 710 millions de dollars de l’argent des victimes, un montant supérieur aux 200 millions d’euros de fraude alléguée dans cette enquête particulière.

« Le logiciel [Tradologic] a été programmé de telle manière que les fraudeurs étaient toujours en mesure de manipuler les transactions. Par exemple, les prix étaient modifiés à court terme à un moment donné afin de dépasser une valeur limite, ce qui permettait de fermer automatiquement la transaction et d’obtenir le résultat souhaité. Ces possibilités existaient également par l’attribution de niveaux de risque. Plus le niveau de risque de la victime était élevé, plus la probabilité que les transactions de la victime génèrent des pertes par manipulation automatisée était grande », a déclaré l’enquêteur de la police autrichienne.

L’enquêteur a allégué que Tradologic ne fournissait pas seulement des logiciels, mais aussi une suite complète de services pour les escrocs potentiels qui souhaitaient mettre en place un site web et un centre d’appel frauduleux.

« En plus du logiciel, Tradologic offrait d’autres services, comme des sociétés fictives avec des hommes de paille, des comptes bancaires ou des fournisseurs de services de paiement », a-t-il déclaré.

Lors de l’interrogatoire, la police autrichienne a déclaré que le fraudeur Gal Barak, récemment condamné, avait allégué que Tradologic constituait tout un « écosystème » de fraude dont le modèle commercial était le « crime en tant que service ».

Le chemin que prend l’internet

Tradologic a été fondée en 2009 par Tzorya, alors âgé de 29 ans, officier de renseignement de carrière pour les Brigades Golani, selon une déclaration sous serment de 2014 qu’il a soumise à un tribunal israélien. Le père de Tzorya a également travaillé dans le renseignement, pour le Mossad, tandis que sa sœur a travaillé comme procureure à Jérusalem.

Tzorya a indiqué dans la déclaration sous serment que Tsahal avait financé une formation dans le cadre de sa transition vers la vie civile. Il a choisi d’étudier les produits dérivés financiers et les marchés des capitaux.

« Pendant mes études, l’idée m’est venue de développer une plateforme internet qui permettrait aux investisseurs de négocier des ‘options exotiques' », a-t-il expliqué dans la déclaration sous serment. « L’idée était assez nouvelle à l’époque, mais il était clair pour moi que c’était la direction que prenait l’internet ».

Depuis sa création, les marques présentes sur la plateforme Tradologic comprennent Optionbit, CedarFinance, Zoomtrader, OptionStars, Option888, Xmarkets, Blue Bit Banc et Binex.

Une liste des marques d’options binaires telles qu’elles apparaissaient sur le site Tradologic.com en juillet 2015. (Capture d’écran)

Selon la police autrichienne, Ilan Tzorya « a fondé l’entreprise de logiciels Tradologic en 2009 et a développé ses propres marques et centres d’appel à partir de 2012. Il a créé un vaste écosystème numérique. Ce système comprenait tous les éléments, à commencer par les sites web et les logiciels de commerce, en passant par les centres d’appel, jusqu’aux prestataires de services de paiement et à un réseau de blanchiment d’argent. Depuis le début de sa commercialisation, plus de 240 marques au total utilisent le logiciel Tradologic ».

L’une de ces marques était Blue Bit Banc, dont le propriétaire, Blake Kantor, a été condamné en juillet 2019 par un tribunal fédéral américain à 86 mois de prison pour avoir fraudé les investisseurs entre 2014 et 2017.

Un grand jury américain a allégué dans son acte d’accusation d’avril 2018 contre Kantor que le logiciel informatique utilisé par sa marque « a permis à la Blue Bit Banc de manipuler [frauduleusement] les données associées aux options binaires des investisseurs de sorte que la probabilité que les investisseurs réalisent un bénéfice favorise la Blue Bit Banc ».

Tradologic a transféré ses activités en Bulgarie en 2011. Alors que de nombreux sites web utilisant le logiciel fonctionnaient à partir de centres d’appels à Sofia, les sociétés ont souvent recruté des Israéliens pour les gérer. Selon un article paru dans Finance Magnates, une publication commerciale pour l’industrie du commerce en ligne en Israël, fin 2017, Tzorya a acheté la « propriété intellectuelle » de Tradologic tout en vendant la « marque, le nom de marque et les droits » à un Israélien nommé Gal Barak et à un Allemand nommé Uwe Lenhoff.

En février 2019, Barak et Lenhoff ont été arrêtés en Bulgarie et en Allemagne pour avoir dirigé au moins 11 sites web soupçonnés d’être des escroqueries. Au moins neuf de ces sites étaient gérés par Tradologic.

Barak a été jugé et condamné au mois de septembre 2020 mais Lenhoff, 55 ans, est mort soudainement suite à un « empoisonnement médicamenteux » alors qu’il se trouvait en détention au mois de mai 2020, selon le site d’information Balkan Insight.

Le site a aussi fait savoir qu’Alexander Ignjatovic, employé d’un centre d’appel serbo-allemand qui avait lancé l’alerte au sujet de la cellule de fraude auprès de la police allemands, avait été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel, à Sofia, au mois de février. Les autorités bulgares ont fait savoir qu’il aurait succombé à une insuffisance cardiaque.

Tzorya a reconnu par téléphone, lors d’un entretien avec le Times of Israel, qu’il avait effectivement été « l’un des fondateurs » de Tradologic, mais il a insisté sur le fait que son implication au sein de l’entreprise avait déjà beaucoup diminué bien avant que la firme ne fasse l’objet d’une enquête de la part de la police autrichienne.

« Depuis 2010, je suis actionnaire minoritaire. En 2015, j’ai quitté toutes mes fonctions à responsabilité dans la compagnie et j’ai même quitté le pays. Cette enquête couvre, pour sa part, les années 2016-2018 », a-t-il écrit dans un courriel.

« Les firmes [Option888, OptionStars et Speartrader] ont utilisé une plateforme différente en-dehors de Tradologic depuis 2018, et elles sont encore accusées de fraude depuis. Comment pouvez-vous expliquer
cela ?! », a ajouté Tzorya.

Si j’étais un homme riche

En 2017, Tzorya est devenu entrepreneur en crypto-devises, et il a fondé une entreprise de capital-risque appelée Krypton Capital, dont les bureaux se trouvent à Kiev et à Malte et dont les investissements se sont largement concentrés sur des projets relatifs aux chaînes de blocs. Parmi ces projets, cryptovest.com, site d’information sur les crypto-devises.

Il a aussi investi dans des initiatives philanthropiques, et notamment dans le village de réfugiés ‘Habad d’Anatevka, aux abords de Kiev, qui a été fondé par le rabbin ‘Habad auto-proclamé Moshe Azman, un village dont l’avocat de l’ex-président américain Rudy Giuliani est maire honoraire. Un associé de Giuliani qui vient d’être mis en examen, Igor Fruman, est l’un de ses bienfaiteurs majeurs. Le site internet d’Anatevka avait été enregistré en 2017 par Tzorya et par la branche de Tradologic à Hong-Kong.

Un porte-parole ‘Habad a nié tout lien entre le mouvement et Azman ou Anatevka.

Dans cette capture d’écran tirée d’une vidéo promotionnelle de juin 2018 pour Anatevka, on peut voir (à droite) l’associé de Giuliani inculpé Igor Fruman lors d’un mariage dans le hameau ukrainien d’Anatevka. On peut voir le rabbin Moshe Azman en arrière-plan portant un toast (Capture d’écran YouTube)

Tradologic n’est pas une seule et unique compagnie – mais elle est une toile d’araignée qui est formée d’entités enregistrées en Israël, à Chypre, en Bulgarie, à Singapour, à Hong-Kong et ailleurs. Les actions de certaines de ces multiples firmes sont détenues par des trusts. Les noms des compagnies précises relevant de « Tradologic » ont fait l’objet de plusieurs plaintes en Israël de la part d’une femme qui avait prétendu être actionnaire de Tradologic mais dont les actions dans la firme avaient été saisies, selon elle, sans explication. Des affirmations qui avaient été vigoureusement rejetées par les accusés.

Toutefois, les registres publics et les documents judiciaires, ainsi que des sources proches de la firme, ont révélé les identités de personnes supplémentaires liées à Tradologic.

L’une d’entre elles est Mati Gross qui, selon Tzorya, a fourni des services de marketing et de référencement à Tradologic en 2009. Gross avait aussi acheté une compagnie chypriote, Pretoniria Consulting Ltd., qui devait finalement devenir la firme d’opinions binaires OptionBit.

Au cours de la même période, Gross avait travaillé pour un homme, Ran Sheleg, propriétaire d’une firme d’options binaires, BinaryAffiliates.com. Sheleg est le frère et le partenaire commercial d’Udi Sheleg, un donateur majeur qui est dorénavant devenu trésorier du parti conservateur au pouvoir au Royaume-Uni.

Gross a déclaré au Times of Israel que son travail pour Tradologic et que son travail pour Ran Sheleg n’avaient absolument rien à voir l’un avec l’autre. Il a également affirmé qu’il avait acheté Pretoniria Consulting Ltd. comme société dormante – une firme enregistrée sans aucune activité – et qu’il l’avait cédée avant de faire quoi que ce soit avec.

« Pretoniria était une société dormante que j’ai achetée aux côtés de partenaires (il y a environ dix ans ou plus) et elle a été vendue à AS IS peu de temps après que nous l’ayons achetée et avant qu’elle ne devienne opérationnelle. Je dis ça de mémoire, je ne connais pas bien ses activités », a-t-il dit.

Gross n’a été accusé d’aucun acte répréhensible. Pour sa part, Sheleg n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Autre investisseur présumé dans l’entreprise Tradologic, Shalom Meckenzie, magnat israélien du jeu et actionnaire majoritaire de DraftKings — l’un des sites de pari sportif les plus importants aux Etats-Unis, qui a établi des partenariats avec la Major League Baseball et la National Hockey League. En 2019, il était devenu milliardaire, du jour au lendemain, lorsque la compagnie était devenue publique par le biais d’une fusion inversée.

Meckenzie n’a pas répondu à une demande de réaction du Times of Israel. Il n’est, pour sa part, accusé d’aucune malversation.

E&G Finances à Sofia, en Bulgarie, l’un des multiples call-centers frauduleux israéliens dirigés par l’Israélien Gal Barak (Capture d’écran : YouTube)

Tradologic a été l’une parmi plusieurs plateformes ayant fourni des logiciels, des systèmes CRM ainsi que des services de traitement de paiement et de marketing à l’importante industrie en ligne du trading en Israël, et notamment à l’industrie des options binaires. Ces fournisseurs de plateforme prenaient habituellement un pourcentage sur chaque revenu continu. Tradologic n’a pas figuré parmi les importantes plateformes de ce type.

Les options binaires ont été probablement la fraude la plus importante et la plus lucrative sur internet à prospérer en Israël, ces dernières années. L’industrie des options binaires a prospéré en Israël pendant une décennie avant d’être interdite par la Knesset en octobre 2017, en grande partie grâce à un travail d’investigation du Times of Israel qui a commencé avec un article de mars 2016 intitulé « Les loups de Tel Aviv ». À leur paroxysme, des centaines d’entreprises en Israël employaient des milliers d’Israéliens qui auraient volé des milliards de dollars à des victimes du monde entier.

Les sociétés frauduleuses faisaient croire aux victimes qu’elles investissaient et gagnaient de l’argent, les encourageant à déposer de plus en plus de capitaux sur leurs comptes, jusqu’à ce que la société finisse par couper le contact avec les investisseurs et disparaisse avec tout leur argent ou presque.

La vaste majorité des auteurs présumés de ces escroqueries ont depuis lors transféré leurs opérations à l’étranger ou se sont tournés vers d’autres arnaques tout en continuant leurs activités en Israël. Les procureurs israéliens n’ont, de leur côté, inculpé aucun cadre de l’industrie des options binaires jusqu’à aujourd’hui et il semblent réticents à l’idée de le faire, malgré les pressions significatives exercées par les autres pays.

Le vrai cerveau ?

En 2018, Tzorya avait déclaré à un associé que l’individu à l’origine de la fraude de Barak était Gery Shalom, qui avait été accusé d’avoir pris part à d’autres opérations cybercriminelles à grande échelle.

« J’ai dit que selon moi, c’est Shalon qui est le vrai cerveau de Gal Barak, », a confié Tzorya au ToI. « Shalon a été à l’origine d’une escroquerie bien plus importante et cela me paraît donc logique… Gal a toujours affirmé qu’il avait été le partenaire de Gery dans l’aventure de ces sites internet ».

Il a ajouté que si cela avait déjà été son impression à l’époque, il n’avait pas la certitude absolue que Shalon était, en fait, le cerveau derrière Barak.

Tzorya avait fait cette remarque à Werner Boehm, propriétaire d’un site d’information connu sous le nom de Fintelegram.com, dont Tzorya avait apparemment été le propriétaire pendant environ une semaine au mois de juillet 2018 par le biais d’une firme enregistré aux îles Marshall appelée Krypton Publisher, dont il semblait avoir le contrôle.

Le site fournit des informations élargies et détaillées sur les méfaits de Barak et de Lenhoff, et il utilise même le terme de « loup de Sofia » pour qualifier Barak. Mais le site est largement resté silencieux, toutefois, sur les activités de Tzorya lui-même.

Boehm a déclaré au Times of Israel que Tzorya avait brièvement cherché à investir dans Fintelegram mais que l’accord avait été annulé quand Boehm et ses collègues avaient appris que Tzorya était un suspect dans l’enquête menée par la police autrichienne.

« Quand nous avons appris que Tzorya était un suspect dans le dossier Tradologic, nous avons déclaré que nous ne pouvions pas permettre lui permettre d’investir dans Krypton Publishing. Il a alors annulé tout le contrat », a expliqué Boehm.

Boehm a précisé que son site s’était abstenu d’écrire au sujet de Tzorya parce que « la police nous avait demandé de faire preuve d’un peu de prudence s’agissant d’évoquer un dossier criminel encore en cours. Je pense que c’est compréhensible, n’est-ce pas ? Alors nous avons finalement réduit nos reportages sur le dossier principal et nous nous sommes concentrés sur ce qui est déjà public », a-t-il expliqué.

Malgré l’accord annulé, Boehm est resté en contact avec Tzorya et il a commencé à donner aux enquêteurs des informations fournies par Tzorya lui-même, pour le compte de la police autrichienne, a dit Boehm.

La police autrichienne n’a pas réagi à ces affirmations.

« Nous avons rencontré Tzorya à plusieurs reprises, même en Israël, à Tel Aviv », a indiqué Boehm.

« Ilan Tzorya savait que je partageais les informations qu’il me fournissait avec les forces de l’ordre. Et il avait accepté parce qu’il m’avait dit que Gery Shalon, son ancien partenaire, était le coupable, qu’il avait été arrêté en Israël et extradé aux Etats-Unis », a-t-il continué.

Shalon, le fils israélo-géorgien du politicien Shota Shalelashvili, avait été mis en examen par un grand jury américain, en 2015, dans un dossier qualifié à l’époque de « l’un des plus importants cyber-crimes de toute l’Histoire ».

Lui et ses complices, selon l’acte d’inculpation, avaient piraté des banques – notamment la JPMorgan Chase & Co. – et ils avaient volé des données clients, les utilisant ultérieurement dans le cadre d’une arnaque spéculative. Ils avaient également exploité des sites de jeu illégaux en ligne, un service de traitement de paiement mis à disposition des criminels et une bourse d’échange de Bitcoin sans autorisation préalable, avaient noté les documents judiciaires.

Gery Shalon, soupçonné d’être impliqué dans plusieurs fraudes liées à la Bourse de New York et dans un piratage de données massif chez JPMorgan Chase & Co., à la cour des magistrats de Jérusalem, le 22 juillet 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Deux complices présumés de Shalon, le hacker russe Andrei Tyurin et le comptable de Shalon, Ziv Orenstein, ont été reconnus coupables et condamnés. Shalon lui-même coopérerait avec les autorités fédérales américaines, peut-être en donnant un aperçu du « blanchiment d’argent mondial », selon Bloomberg News, tandis que Tyurin, son complice présumé, pourrait avoir été persuadé « d’éclairer les liens entre les cybercriminels russes et les agences d’espionnage ».

Le Wall Street Journal a fait savoir que Shalon et certains de ses complices présumés avaient dirigé une entreprise à Tel Aviv connue sous le nom de Webologic Ltd. Avant les arrestations de Shalon et d’Orenstein, au mois de juillet 2015, Webologic avait passé de multiples annonces de recrutement, se présentant comme un site « de jeu en ligne » et comme une entreprise « d’options binaires ». Parmi les marques de ses firmes spécialisées dans les options binaires, Brokeragecapital.com, un site qui avait été lancé en 2013 en utilisant la plateforme Tradologic. Le Times of Israel n’est pas en mesure aujourd’hui de citer les noms des autres sites de vente d’options binaires exploités par Webologic et n’a pas connaissance d’informations indépendantes qui prouveraient que Sharon ait été en lien avec les sites de Barak, dont un grand nombre opéraient depuis la Bulgarie.

L’avocat de Shalon n’a pas répondu à un courriel du Times of Israel, un courriel qui demandait des clarifications et des commentaires sur le dossier.

La police autrichienne a refusé de donner des détails sur l’identité des personnes soupçonnées ou non-soupçonnées dans le dossier de Barak, renvoyant à ses communiqués de presse et autres publications rendues publiques dans l’affaire.

Pendant ce temps, la police autrichienne a retrouvé 1 330 victimes, dans le pays seulement, de l’escroquerie mise au point par le « Loup de Sofia ». Elle a saisi 2,5 millions d’euros sur les comptes de Gal Barak, une somme qui sera utilisée pour indemniser les victimes. Onze autres suspects se trouvent actuellement encore en détention, et notamment plusieurs ressortissants israéliens dont l’identité n’a pas été communiquée.

read more:
comments