Le plus taciturne des ex-chefs du Mossad se confie longuement au Times of Israël
Rechercher
Shabtai Shavit, ancien chef du Mossad. (Autorisation)
Shabtai Shavit, ancien chef du Mossad. (Autorisation)
Interview

Le plus taciturne des ex-chefs du Mossad se confie longuement au Times of Israël

Shabtai Shavit, expert de l’Iran qui a dirigé l’agence en 1989-96, suggère des évaluations et des recommandations parfois choquantes pour assurer la sécurité et la survie d’Israël

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Les chefs du Mossad n’ont pas pour habitude de donner des interviews. Certainement pas lorsqu’ils sont en poste et, dans de nombreux cas, presque jamais même après leur départ à la retraite. Shabtai Shavit, le septième des douze directeurs du Mossad à ce jour – dont le mandat s’est étendu de sa nomination par Yitzhak Shamir en 1989, en passant par le second mandat de Premier ministre d’Yitzhak Rabin, jusqu’à la brève fonction de Premier ministre de Shimon Peres après son assassinat – en est un exemple. Peu importe le silence des médias, Shavit n’a même pas été identifié publiquement comme le chef du Mossad avant qu’il ne quitte ses fonctions en 1996.

Quelques années plus tard, j’ai réussi à parler brièvement à Shavit d’une de mes obsessions particulières : la question de savoir qui a orchestré en 1989 le bombardement du vol 103 de la Pan Am en plein vol au-dessus de Lockerbie, en Écosse, avec la perte de 270 vies. Désormais directeur du fonds de santé de Maccabi, il a poliment mais brièvement ignoré mes questions, me les a retournées et m’a demandé gentiment : « N’était-ce pas les Libyens ? » pour le monde entier, comme si le pire acte de terrorisme jamais perpétré en Grande-Bretagne, qui s’est produit quelques mois à peine avant qu’il ne prenne le contrôle du Mossad, ne l’avait pas trop intéressé.

Mais depuis, Shavit a sorti un livre. Publié en hébreu en 2018, son Head of the Mossad, [Chef du Mossad], sortira en anglais en septembre, et ce plus taciturne des anciens chefs de la sécurité israélienne se prête enfin à une conversation plus longue.

Shabtai Shavit photographié hors des frontières d’Israël à la fin des années 1960. (Autorisation)

Cependant, ni dans son livre ni en personne, Shavit n’a abandonné la discipline de toute une vie. Son ouvrage aurait été soumis à plusieurs séries de contrôles pour s’assurer qu’il ne contient aucune information sensible.

Mais Shavit, 80 ans, qui, entre autres rôles, a passé deux ans et demi en Iran, n’a pas écrit ses mémoires d’opérations.

Evitant tout récit d’espionnage révélateur, il se concentre plutôt sur la doctrine et l’évaluation, comme le sous-titre du livre l’indique, “In pursuit of a Safe and Secure Israel”, [A la poursuite d’un Israël sûr et sécurisé].

Dans le rang du haut : Les anciens chefs du Mossad, avec de gauche à droite Danny Yatom, Tamir Pardo, Zvi Zamir, Shabtai Shavit, Nahum Admoni et Efraim Halevy. Rang du bas : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et le président Reuven Rivlin accueillent une cérémonie d’allumage des bougies pour la fête juive de Hanoukka à la résidence du Président à Jérusalem, le 18 décembre 2014. (Crédit : Haim Zach / GPO)

Assis près de moi, à la distance requise, à son domicile, en pleine crise de la COVID-19, Shavit est néanmoins un interlocuteur engagé et franc. Il est tout sauf modéré dans ses appréciations sur le Premier ministre israélien en exercice depuis le plus longtemps, et choquant, du moins à ces oreilles, dans l’approche qu’il suggère à l’égard de l’Iran quasiment nucléaire. Il affirme qu’Israël ne peut pratiquement pas empêcher l’Iran de rejoindre le club des armes nucléaires – une évaluation que, selon des rapports étrangers, l’un de ses successeurs, le chef sortant du Mossad, Yossi Cohen, semble actuellement faire tout son possible pour contredire – mais qu’Israël peut dissuader l’Iran d’utiliser la bombe.

Shabtai Shavit et Leah Rabin dévoilent un monument à la mémoire du Premier ministre Yitzhak Rabin au siège du Mossad. (Autorisation)

Dans son récit, en outre, l’assassinat d’Yitzhak Rabin a tué à la fois le processus de paix palestinien, dont il est convaincu que Rabin aurait poursuivi malgré son aversion pour le cadre d’Oslo et sa détestation de Yasser Arafat, et l’effort pour conclure un accord avec la Syrie du président Hafez el-Assad.

Mais sûrement, ai-je avancé, si Israël avait conclu un accord avec Assad senior, et renoncé au plateau stratégique du Golan, cette concession serait revenue nous hanter au milieu du chaos et de la boucherie perpétrés par Bashar, le fils de Hafez ? Shavit, de manière caractéristique, était poliment dédaigneux. Toute l’histoire ultérieure de la Syrie aurait changé, et par conséquent ma question n’était « pas pertinente ».

Ce qui suit est une transcription remaniée de notre interview, qui a été réalisée en hébreu le 2 juin.

Times of Israel : Il est évident, d’après le livre, que vous avez beaucoup admiré Yitzhak Rabin.

Shabtai Shavit : J’avais aussi de bonnes relations avec Shamir. Deux personnes aux antipodes du spectre politique. Ce qu’elles avaient en commun, c’était leur sens de l’Etat.

J’ai toujours eu le sentiment que Shamir était terrifié à l’idée de faire quoi que ce soit qui puisse nuire à Israël.

Rabin était également très méfiant. Parmi les trois Premiers ministres avec lesquels j’ai travaillé, celui avec lequel j’ai travaillé le plus brièvement, Peres, [pendant quelques mois] après l’assassinat de Rabin, était le seul à être prêt à prendre des risques sans réfléchir jusqu’au bout – même si, bien sûr, cela venait toujours d’un bon sentiment, et non d’un désir de causer des dégâts. Il rêvait de quelque chose, courait jusqu’au bout, et ne réfléchissait pas toujours… Les deux autres étaient extrêmement méfiants.

Si Rabin n’avait pas été assassiné, le processus avec les Palestiniens se serait-il terminé différemment ? Vous écrivez qu’il détestait Arafat.

C’est une question théorique. Je ne peux pas donner une réponse empirique. Je peux estimer que si Rabin avait vécu, le processus aurait continué. Cette estimation est basée sur le fait que lors de son second mandat, à partir de 1992, il avait compris que la seule façon de changer fondamentalement la situation, et de ne pas continuer à vivre par l’épée, était un processus diplomatique : Étant donné qu’Israël est si fort – militairement, économiquement, internationalement – il peut se permettre de prendre des risques. Je cite presque littéralement les paroles que j’ai entendues de lui. Nous devions donc faire tout ce que nous pouvions, y compris être prêts à faire des concessions, pour parvenir à la paix, parce que la paix serait un changement stratégique.

Le président américain Bill Clinton (au centre) regarde le roi Hussein de Jordanie, (à gauche), et le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, (à droite), signer une déclaration sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, le 25 juillet 1994, mettant fin à 46 ans d’hostilités entre les deux pays. (AP Photo/Marcy Nighswander)

Très peu de gens s’en souviennent, mais en 1993, un an après son élection, il menait trois processus diplomatiques simultanés – avec les Palestiniens, les Jordaniens et la Syrie.

S’il n’avait pas été assassiné, le processus d’Oslo aurait continué – bien que peut-être à un rythme plus lent. Il a été traîné à Oslo. Il n’a pas piloté cela. Il a été trompé ; on lui a caché des choses ; cela ne lui a pas été rapporté honnêtement par Peres et son groupe. Il n’a pas vraiment aimé le processus. Mais il l’aurait laissé continuer.

Avec la Jordanie, il a conclu un accord [et vous écrivez que c’est le processus pour lequel il aurait dû recevoir le prix Nobel de la paix]…

Et avec la Syrie, il ne l’a pas fait – parce qu’Assad n’était pas prêt à faire des compromis et à accepter une formule viable.

Vous estimez qu’Arafat aurait pu être un partenaire. Pourtant, jusqu’à [et après] l’assassinat de Rabin, le terrorisme a continué ; le soutien du public pour le processus s’est effondré ; Rabin ne pouvait pas être satisfait de ce qui se passait…

Il n’a pas aimé le processus – c’est une information interne dont j’ai été témoin. Je travaillais en étroite collaboration avec lui.

Le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin (à droite) avec le leader palestinien Yasser Arafat avant une conférence de presse, le 25 septembre 1996, au point de passage d’Erez dans la bande de Gaza. (AP Photo/Jerome Delay)

Mais j’ai l’impression – je ne peux pas dire que c’est la vérité ultime – qu’il aurait laissé le processus se poursuivre. Il a accordé une plus grande importance au processus palestinien, si je devais les classer, qu’à la Syrie.

S’il avait vécu, les trois processus auraient continué. Avoir le gouvernement américain comme partenaire dans un processus avec la Syrie n’arrive pas tous les jours. Il ne l’aurait pas laissé mourir.

Il me disait : « Je ne manquerai pas une seule occasion pour faire avancer les choses pour obtenir des résultats positifs ».

Un accord avec la Syrie aurait pu être très dangereux, non ? Nous aurions quitté le Golan, et qui sait ce qui se serait passé [étant donné les horreurs qui s’y sont déroulées sous le règne de Bashar, le fils d’Assad].

C’était en 1993 ; nous sommes en 2020. Tout cela est hypothétique. Dire que nous aurions été perdants dans cet accord n’est pas pertinent. Si vous ne prenez pas de risques, vous n’arriverez à rien. Rabin était prêt à prendre des risques, mais pas pour le plaisir.

Le président américain de l’époque, Bill Clinton, (à gauche) rit avec le Premier ministre Yitzhak Rabin à son arrivée à l’aéroport Ben Gurion, le 27 octobre 1994. Clinton est arrivé en Israël après un voyage en Syrie où il a rencontré le président Hafez Assad pour tenter de faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient. Plus tard, s’adressant à la Knesset, Clinton a déclaré à propos de la Syrie : « Ses dirigeants comprennent qu’il est temps de faire la paix ». (AP/David Brauchli)

Donc si le processus avec la Syrie avait continué, toute l’histoire de la Syrie aurait été différente ? Pas seulement Israël-Syrie, mais la Syrie elle-même ?

Absolument.

J’ai eu un rôle petit mais crucial dans le processus syrien. Après la rencontre Assad-Clinton à Genève [en janvier 1994], Rabin m’a appelé et m’a dit, je ne peux pas faire une évaluation définitive, noir sur blanc, des concessions qu’Assad serait prêt à faire en échange d’un retrait du plateau du Golan. Je reçois toutes sortes d’informations de nombreuses sources ; cela ne me donne pas une image solide.

Et puis il m’a envoyé voir le roi Hassan II du Maroc pour lui demander de vérifier auprès d’Assad ce qu’il était prêt à concéder. On a demandé au roi de cacher le fait que c’était nous qui demandions, et de trouver une autre raison de poser la question. Il avait une raison plausible : il était parmi les « gardiens des lieux saints de Jérusalem ». Il était impliqué dans les processus du Moyen-Orient. Il a envoyé mon homologue marocain auprès d’Assad.

Le directeur sortant du Mossad, Shabtai Shavit (à gauche), passe la main à son successeur, Danny Yatom, lors d’une cérémonie organisée en 1996 au bureau du Premier ministre. (GPO)

Avant de faire son rapport au roi, [ce chef des services secrets marocains] est venu ici. Je l’ai emmené voir Rabin et il lui a fait un rapport verbal long et détaillé. Ce qui a convaincu Rabin qu’Assad n’était pas prêt, c’est que le fonctionnaire marocain est revenu avec la fameuse phrase d’Assad : « Je veux tremper mes pieds dans la mer de Galilée ». Le Marocain a dit qu’il avait entendu cette phrase directement d’Assad. Et cela a convaincu Rabin qu’Assad n’était pas prêt, qu’il n’était pas encore prêt.

Mais cela ne signifie pas que Rabin aurait abandonné l’effort. Il ne l’aurait pas fait.

Revenons aux Palestiniens. Pas de discussions pendant des années. Une proposition américaine. Et maintenant, le gouvernement israélien parle d’une annexion unilatérale [des 30 % de la Cisjordanie, y compris toutes les implantations et la vallée du Jourdain, alloués à Israël dans le plan du président américain Trump].

Il n’y aura pas d’annexion.

Ce que je dis est terrible. Je dis que notre Premier ministre n’est pas un homme d’État. Je suis désolé.

Les décisions prises par Netanyahu, surtout maintenant qu’il a un pied dans la salle d’audience [où il est jugé pour corruption présumée], sont des décisions tactiques qui ont trait à son procès.

Même les décisions qu’il a prises au cours de la crise du coronavirus. Je dis quelque chose de terrible. Je dis que notre Premier ministre n’est pas un homme d’État. Il ne prend pas de décisions en tant qu’homme d’État. Mais je suis désolé. Je le pense vraiment.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des écoliers dans l’implantation d’Elkana en Cisjordanie, le 1er septembre 2019, le jour de la rentrée scolaire. (Autorisation)

Me demander de le prouver ? Je ne peux pas vous donner de preuves algorithmiques, de résultats de tests en laboratoire. Mais je connais ce personnage depuis Dieu sait quand.

Après sa première élection [en 1996], j’avais terminé mon mandat. Il m’avait demandé de venir travailler pour lui. Il voulait que je m’occupe de toute la question iranienne. J’ai accepté de le faire à temps partiel. Je dirigeais le fonds de santé de Maccabi. Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait ? Ça c’est Bibi.

Je lui ai dit : « Je sais comment fonctionne la hiérarchie de la Défense. Le système actuel, en 1996 – des renseignements militaires, du Mossad, du Shin Bet, du ministère de la Défense, du Commissariat à l’énergie atomique, etc… – est un mélange [de hiérarchies] qui exige que ma lettre de nomination – que j’avais préparée – soit signée à la fois par vous, le Premier ministre, et par le ministre de la Défense, Itzik Mordechai. Sans la signature du ministre de la Défense, je ne serais pas reconnu par le ministère de la Défense, par Tsahal… C’est comme ça.

Il n’a pas voulu que Mordechai signe la lettre de nomination. Cela aurait diminué son importance. Donc, il n’y a pas eu d’accord. Nous étions en 1996…

Aujourd’hui, à chaque question qu’il traite, il crée la panique, pour amplifier les perceptions du danger, afin de pouvoir dire ensuite : « Qui vous a sorti de là ? Moi. Sans partager [le mérite] avec qui que ce soit d’autre.

Et en ce qui concerne l’annexion ?

Je ne veux pas négliger la question de son héritage, la place de Netanyahu dans l’histoire, en guise de considération pour lui. Tout le monde veut qu’on se souvienne de lui. Mais ce n’est pas sa première priorité. Dans son ordre de priorité, la première est de savoir comment il peut repousser, arrêter le procès.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Après que Trump a présenté l’accord du siècle, il l’a vu comme un outil de travail – pour Bibi, pas pour l’État d’Israël. Jusqu’à ce jour, il n’a pas partagé [ses plans d’annexion spécifiques] avec [le ministre de la Défense] Gantz et [le ministre des Affaires étrangères] Ashkenazi. Il ne leur a même pas montré les cartes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le ministre de la Défense Benny Gantz dirigent une réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 7 juin 2020. (Marc Israel Sellem)

Bibi a eu des entretiens individuels [la semaine dernière] avec [l’envoyé spécial Avi] Berkowitz. Et Gantz et Ashkenazi ont eu des entretiens séparés avec lui. Un représentant américain, avec un seul ordre du jour, et ils lui parlent séparément !

Il a été le déclencheur de toute cette [idée d’annexion]. A l’époque, il s’est dit : « Ça va bien marcher pour moi. Mais depuis qu’il l’a soulevée, le temps a passé, toutes sortes de choses se sont produites, y compris le coronavirus.

On peut dire beaucoup de choses sur Bibi, mais il n’est pas idiot. Il peut évaluer les situations mieux que d’autres. La situation politique est fragile, le gouvernement peut tomber n’importe quand. L’économie est dans la pire crise dont je me souvienne. Le virus n’est pas fini, nous sommes dans une nouvelle vague. Notre position internationale – à l’exception des États-Unis – est parmi les pires depuis des décennies. En novembre, il y aura des élections aux États-Unis, et si nous regardons les sondages, [Joe] Biden sera le prochain président. Et Biden a déjà dit, Bibi, avec moi, il n’y aura pas d’annexion.

Bibi sait tout cela. À mon avis, il cherche à sortir par le haut. Il cherche quelqu’un à blâmer.

Facile à trouver.

C’est ce qu’il veut faire.

Accuser Gantz ?

Il trouvera un moyen.

Parlons un peu de l’Iran. Vous écrivez comme s’il était trop tard – c’est un fait accompli qu’ils atteindront le stade où ils déclareront qu’ils sont une puissance nucléaire.

Permettez-moi tout d’abord de dire que je m’exprime sur ces questions non pas en tant qu’homme politique et non pas en tant que personnalité publique, mais en tant qu’agent de renseignement. Un officier du renseignement qui fournit aux décideurs, fournit à son patron, non seulement des renseignements, mais aussi des évaluations et même des recommandations. Je ne suis pas autorisé à rechercher les meilleurs scénarios, les scénarios positifs. Je n’ai pas le choix. Je dois aller vers les pires scénarios. Si les choses se passent mieux, tout le monde en profite.

Le pire scénario est donc que les Iraniens ne renoncent pas à leur décision, à leur détermination, d’atteindre une capacité d’armement nucléaire indépendante.

L’Organisation de l’énergie atomique d’Iran montre un bâtiment endommagé par un incendie à l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, à 322 kilomètres au sud de Téhéran, le 2 juillet 2020. (Organisation de l’Energie atomique d’Iran via l’AP)

Leur raisonnement n’est pas nécessairement : « Je veux avoir une bombe pour la larguer sur Tel Aviv ». Leur principal argument est le suivant : « Nous devons obtenir l’immunité, et dès que nous aurons des armes nucléaires, nous aurons l’immunité. Personne ne nous embêtera.

Regardez le cas de la Corée du Nord. Clinton a essayé. Sous l’ère Bush, ils n’ont jamais cessé d’en parler… Et pourtant, la Corée du Nord a non seulement conservé ses capacités dans les domaines du nucléaire et des missiles, mais elle travaille en permanence sur de nouvelles technologies dans ces domaines.

Sur cette capture d’écran de l’IRIB (Islamic Republic Iran Broadcasting), la télévision d’Etat, trois versions de centrifuges fabriquées dans le pays dans un programme diffusé en direct depuis Natanz, une structure d’enrichissement d’uranium en Iran, le 6 juin 2018 (Crédit : IRIB via AP)

Les Iraniens sont déterminés à se créer une immunité, et quand ils parlent d’immunité, ce n’est pas seulement contre Israël. C’est aussi contre les États-Unis et [le président de la Turquie] Erdogan. Mais plus que tout, c’est contre l’Irak. Ils n’ont pas émergé avec brio de la guerre [Iran-Irak] qui a duré huit ans [dans les années 1980]. Les résultats de la guerre ont été le déclencheur de la décision stratégique des Iraniens d’opter pour toute la gamme des armes non conventionnelles – et pas seulement pour le nucléaire. Nucléaire, missiles balistiques, armes chimiques, biologiques, cyber… Le cyber aussi, dans la terminologie professionnelle, fait partie de l’arsenal non conventionnel.

Si l’Iran obtient la bombe, il bat aussi la Turquie. Leurs dirigeants se rencontrent. Ils se rendent visite. C’est très beau. Mais en gros, ces deux puissances sont en compétition pour l’hégémonie au Moyen-Orient.

Et puis il y a Israël. Encore une fois, je ne suis pas de ceux qui disent que dès qu’ils auront une bombe, ils menaceront physiquement l’existence d’Israël. Non. Mais un État avec une bombe peut l’utiliser pour créer toutes sortes d’axes d’influence pour faire avancer ses intérêts.

Imaginez-vous une situation où le premier [pays] à utiliser une arme nucléaire depuis Hiroshima serait la grande puissance qu’est l’État d’Israël ? C’est difficile à imaginer. La solution de repli est donc de créer une véritable dissuasion

Quand le Pakistan a développé sa bombe, il n’avait pas l’argent nécessaire. C’était un État très pauvre. Ils sont allés chez les Saoudiens. Et les Saoudiens leur ont donné l’argent pour financer leur projet nucléaire. Et en retour, ils ont une dette envers les Saoudiens.

Lorsque vous avez la bombe, vous pouvez l’utiliser pour créer de nouveaux réseaux de relations, pour élargir votre influence.

Donc, même si je ne partage pas l’opinion selon laquelle, dès que les Iraniens auront la bombe, ils l’utiliseront physiquement, cela leur donnera de l’ascendant – en termes d’influence et de statut. Cela les aidera à développer leurs capacités stratégiques, dans la région et au-delà.

Où cela nous mène-t-il, et quand devrions-nous faire quoi ?

L’accord d’Obama [le JCPOA de 2015, destiné à freiner l’activité nucléaire de l’Iran] nous a permis de gagner 15 ans, pendant lesquels toutes sortes de choses pouvaient se produire. Maintenant que Trump s’est retiré de l’accord, les Iraniens ont assez d’uranium enrichi pour au moins une bombe, et dans quelques mois…

Ils peuvent y arriver ?

Oui, ils peuvent y arriver. Organiser une conférence de presse et dire au monde : « Nous l’avons. Et personne ne va dire, je veux vérifier, pour être convaincu.

Nous devons, dans cette situation, créer une véritable dissuasion contre l’Iran.

Un F-35 I israélien participe à l’exercice multinational de défense aérienne « Blue Flag » sur la base aérienne d’Ovda, au nord de la ville israélienne d’Eilat, le 11 novembre 2019. (Jack Guez/AFP)

On ne sera pas le gamin fou du quartier. Nous n’avons pas besoin d’annoncer aux Iraniens, au monde entier, Écoutez, nous ne laisserons pas les Iraniens avoir la bombe. Qu’est-ce que cela signifie ? Que nous allons nous lancer dans une opération militaire pour détruire ce qu’ils ont. Je ne pense pas que ce soit la bonne politique, car quand on menace, il faut pouvoir agir. Imaginez-vous une situation où le premier [pays] à utiliser une arme nucléaire depuis Hiroshima serait la grande puissance qu’est l’État d’Israël ? C’est difficile à imaginer. La solution de repli est donc de créer une véritable dissuasion.

Cela signifie que nous devons nous assurer que nous avons les capacités nécessaires pour que si vous [les Iraniens] perdez la tête un jour et voulez utiliser [la bombe] contre nous, vous preniez en compte le fait que l’Iran cessera d’exister. Le prix que vous aurez à payer si vous voulez utiliser cette capacité contre nous sera prohibitif.

Vous utilisez les termes de la guerre froide.

Oui.

Et vous acceptez qu’ils puissent obtenir la bombe ?

Oui. Je regarde le monde, et les principaux acteurs du monde. Après la fin de la guerre froide, le monde a évolué vers la mondialisation, vers de grands blocs, vers des accords visant à créer un réseau mondial stable. Aujourd’hui, le monde va précisément dans la direction opposée, avec le démantèlement de tout ce qui a été réalisé dans ces accords…

Les Chinois vont dans leur direction. Et les Russes vont dans leur direction. Et les Américains ne vont nulle part, surtout sous Trump… S’il est réélu, ce sera une catastrophe pour les États-Unis et le monde libre.

Dans cette situation, ai-je la possibilité de créer une situation dans laquelle la communauté internationale me soutiendra dans une action militaire contre l’Iran ?

Dans votre livre, vous êtes très critique à l’égard d’Obama, mais encore plus à l’égard de Trump. C’est un tableau sombre.

Encore une fois, cela découle de ma position d’officier de renseignement. Je dois être pragmatique. Je peux être un idéaliste, mais les idéaux ne doivent pas avoir leur place dans mes évaluations.

D’ailleurs, la même [stratégie de dissuasion] s’applique au Hezbollah. Avec le Hezbollah, nous n’avons pas besoin de prendre l’initiative, mais nous devons nous assurer de la capacité de sorte que si, Dieu nous en préserve, il commence à lancer des dizaines de missiles sur Israël, nous irons au Liban, en particulier au Sud-Liban, et le raserons.

Cela doit être notre stratégie : Premièrement, la dissuasion. Et si la dissuasion ne fonctionne pas, alors agir sans pitié.

Une affiche du site web du Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, en mai 2020, appelant à la destruction d’Israël, qui utilise le terme de « solution finale », qui fait généralement référence à la politique nazie de génocide contre les Juifs pendant la Shoah. (Via english.khamenei.ir)

Alors, dans ce monde très problématique, avec ces pauvres dirigeants, où cela nous mène-t-il ? Comment pouvons-nous survivre ?

Sur ce point, j’ajoute un nouvel élément à la discussion : ma foi personnelle. Ma foi personnelle dit que nous allons survivre. Je ne vois pas aujourd’hui de force qui puisse nous chasser ou nous envahir ou nous dicter notre reddition.

Le livre de Shabtai Shavit : « Head of the Mossad ». (Autorisation)

Laissez-moi me faire l’avocat du diable : Nous allons bien même si l’annexion nous prive de plus en plus d’alliés, avec un président américain isolationniste ? Et/ou même si le leader de l’Iran, dont vous dites que nous devrions dissuader avec les principes de la guerre froide [sur la destruction mutuelle assurée], est cité dans votre livre comme ayant dit : « Ma mission sur terre est de provoquer la destruction de l’État d’Israël… » ?

Entre avoir raison et être intelligent, je préfère la deuxième option. Je prends les décisions intelligentes pour survivre. Compte tenu de tout ce que j’ai dit, toutes choses étant égales par ailleurs, nous survivrons. Y a-t-il un élément de foi dans tout cela ? Oui, il y a un élément de foi.

Il y a plusieurs années, je vous ai posé des questions sur Lockerbie [l’explosion d’un vol Pan Am en route de Londres à New York]. Cela s’est passé en décembre 1998, peu avant que vous ne preniez la tête du Mossad. Et vous m’avez dit que c’était les Libyens. Et pourtant, toutes les preuves semblaient indiquer que les Iraniens [vengeant le crash d’un vol civil d’Iran Air en juillet dernier], utilisaient les services du FPLP-GC [Front Populaire de Libération de la Palestine – Commandement Général, d’Ahmed Jibril]. Je vous le redemande donc.

C’est un secret de polichinelle que c’était les Libyens – les agences de sécurité de Kadhafi.

La police et les enquêteurs examinent ce qui reste du poste de pilotage de la Pan Am 103 dans un champ à Lockerbie, en Écosse, le 22 décembre 1988. (Crédit photo : AP)

Le terrorisme est mondial. Les frontières internationales ne sont pas importantes. Lorsqu’un service de renseignement veut agir dans un territoire inconnu, il cherche ceux qui peuvent l’aider. Lorsque le Hezbollah a voulu répondre, se venger, de l’action de Tsahal qui a tué [son co-fondateur Abbas] Musawi, il est allé voir les Iraniens, qui lui ont donné l’usage de leur ambassade à Buenos Aires [et ils ont fait sauter l’ambassade israélienne en 1992, tuant 29 civils – 25 Argentins et 4 Israéliens]. Plus tard, il nous est apparu clairement que le point de départ de ceux qui ont fait sauter l’ambassade était au Paraguay…

Pourquoi est-ce que je dis tout cela ? Sur Lockerbie, je ne dis pas que j’ai toutes les pièces du puzzle. Je ne dis pas que les Libyens n’ont pas utilisé un agent de Jibril, ou quelqu’un d’une autre organisation, à Londres. Ce genre de coopération existe bel et bien dans le domaine du terrorisme international. Mais qui était derrière tout cela ? Kadhafi.

Restons en Argentine. (Deux ans après l’attentat contre l’ambassade, un kamikaze du Hezbollah, dans un attentat commandité par l’Iran, a fait sauter les principaux bureaux de la communauté juive, l’AMIA). Je connaissais un peu Alberto Nisman [le procureur argentin qui a dénoncé les responsables, et qui a été retrouvé mort d’une balle dans la tête chez lui en 2015]. De toute évidence, il a été assassiné. L’affirmation dans un récent documentaire de la télévision israélienne « Uvda » que le Mossad a aidé Nisman dans son enquête – en remontant jusqu’en Iran… ?

Si [Israël a aidé], ce n’est pas par l’intermédiaire du Mossad. Si c’était le cas, cela aurait été par le biais du ministère des Affaires étrangères. Mais je ne sais pas…

Une veillée à Buenos Aires pour le premier anniversaire de la mort du procureur Alberto Nisman, le 18 janvier 2016. (Crédit : Omer Musa Targal / Agence Anadolu / Getty Images)

La « star » de l’émission de télévision [un consultant israélien en sécurité qui aurait donné à Nisman des informations incriminantes sur l’ancienne présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner, et sur ses efforts supposés illicites pour blanchir l’Iran] n’était pas du tout un homme du Mossad. Il s’est rendu en Argentine en tant qu’agent de sécurité à l’ambassade…

Finalement, envisagez-vous un jour un retour à des relations normales avec l’Iran ? Vous avez vécu là-bas [pendant deux ans et demi, au début de votre carrière au Mossad], bien que cela fasse longtemps.

Je vais dire quelques mots. Premièrement, le peuple iranien n’est pas une nation homogène. [Avec une majorité de Perses], il y a environ 35 groupes ethniques. Les Lurs, les Ouzbeks, les Azerbaïdjanais, les Arabes – vous l’avez dit. Ce qui les unit, c’est l’islam chiite.

Le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, rencontre la famille du général des Gardiens de la révolution iraniens Qassem Soleimani, tué lors d’un raid aérien américain en Irak, lors d’une visite à son domicile à Téhéran, en Iran, le 3 janvier 2020. (Bureau du Guide suprême iranien via AP, File)

Khamenei est un Azeri. Il n’est pas persan. Pourtant, il est le chef spirituel. Cela en dit long sur la capacité à contrôler un pays qui est plus grand que l’Europe occidentale et qui a une population [de plus de 80 millions d’habitants].

Il n’y a pas que lui. Ils ont mis en place un système de gouvernement où le chef spirituel est au sommet, avec des hiérarchies contrôlées par les chefs religieux. Et ils contrôlent l’argent du pays. Sous eux se trouvent deux corps militaires – ce que j’appellerai la vieille armée iranienne et les Gardiens de la Révolution. Les Gardiens de la Révolution sont une armée à tous égards. Plus que cela, ce sont les Gardiens de la Révolution, et non l’armée, qui contrôlent tous les systèmes non conventionnels – chimiques et biologiques, nucléaires et les missiles.

Sur cette photo du 22 septembre 2018, des membres du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) d’Iran défilent lors du défilé militaire annuel marquant l’anniversaire du déclenchement de la guerre dévastatrice de 1980-1988 avec l’Irak de Saddam Hussein, dans la capitale Téhéran. (Stringer/AFP)

Au cours des 20 dernières années, je constate un certain changement de direction – qui s’éloigne de la soumission aveugle des Gardiens de la Révolution et de leur obéissance aux chefs religieux et spirituels. Je vois quelques failles dans cette discipline automatique. Les Gardiens de la Révolution ont centralisé tellement de pouvoir aujourd’hui qu’ils sont devenus la plus grande puissance de l’État. Ils contrôlent l’économie. Ils contrôlent le tourisme. Ils contrôlent les entreprises de construction. Et ici et là, ils n’acceptent pas automatiquement ce qu’ils entendent de la part des dirigeants spirituels et religieux.

Lorsque j’examine les tendances à long-terme, je n’écarte pas deux possibilités.

D’une part, un changement de régime qui vient d’en bas – des civils, de l’opposition, né du mécontentement de la population : Le peuple se soulève et change de dirigeant. Je pense que cette probabilité est plus faible. Je donne une plus grande probabilité à la possibilité que, plus tard, les Gardiens de la Révolution changent l’équilibre des pouvoirs. Aujourd’hui, les clercs contrôlent les Gardiens de la Révolution. Je n’exclus pas la possibilité que l’inverse se produise, à savoir que les Gardiens de la Révolution contrôlent les religieux. Cela peut sembler [improbable] mais je n’exclus pas cette possibilité.

Et quelles en seraient les conséquences ?

La bonne nouvelle, c’est que vous auriez affaire à des pragmatiques, à des gens rationnels.

La mauvaise nouvelle, c’est que le pouvoir pourrait leur monter à la tête et les amener à prendre des décisions désagréables.

read more:
comments