Le chef de ZAKA analyse l’attitude du monde ultra-orthodoxe face au coronavirus
Rechercher
Yehuda Meshi-Zahav. (Autorisation Zaka)
Yehuda Meshi-Zahav. (Autorisation Zaka)
Interview

Le chef de ZAKA analyse l’attitude du monde ultra-orthodoxe face au coronavirus

Pour Yehuda Meshi-Zahav, de nombreux orthodoxes luttent contre le virus, mais beaucoup ne le font pas, malgré l’augmentation du nombre de morts et de la haine contre la communauté

L’interview a été réalisée le 11 octobre dernier

Un précurseur ultra-orthodoxe de la santé a fait part de son intense frustration concernant la désobéissance face aux mesures anti-coronavirus, déclarant notamment que cela attirait la haine sur sa communauté et attisait les flammes de l’antisémitisme.

Yehuda Meshi-Zahav transporte des sacs mortuaires des victimes du COVID-19, mais même les avertissements qu’il adresse après avoir effectué ce travail macabre tombent dans l’oreille d’un sourd, déplore-t-il.

Son organisation ZAKA, une association d’aide médicale et de sauvetage à but non lucratif, a aidé quelque 1 800 juifs de la Diaspora craignant Dieu et tués par le coronavirus à réaliser leur dernière volonté, en les transférant par avion pour le repos éternel sur le sol sacré d’Israël, a-t-il dit. Il récupère aussi personnellement les corps des morts israéliens.

Mais il est stupéfait que rien de ce qu’il peut dire ou faire – qu’il s’agisse de parler des housses mortuaires, des annonces étourdissantes faites en yiddish des statistiques israéliennes sur le coronavirus ou des histoires personnelles de ceux qui sont morts – ne puisse convaincre la tranche de la communauté Haredi, qui ne coopère pas avec insistance dans la lutte contre le coronavirus, de changer ses habitudes.

Un travailleur de la « Hevra Kadisha », la société funéraire juive officielle d’Israël, prépare un corps pour les funérailles, dans une morgue spéciale pour les victimes du COVID-19 à Holon, le 23 septembre 2020. (AP Photo / Oded Balilty)

Meshi-Zahav s’est adressé au Times of Israel dimanche, à la fin de la période des fêtes juives, au milieu de nombreuses informations selon lesquelles des rassemblements de masse avaient eu lieu parmi les Haredim israéliens au mépris des règles relatives au coronavirus.

Il s’agissait notamment des célébrations de la fête de Simha Torah de samedi, qui se sont tenues malgré les statistiques indiquant que les Israéliens ultra-orthodoxes, environ 12 % de la population, attrapent le virus de façon disproportionnée par rapport aux autres. Les hôpitaux sont très largement occupés par des Haredim, tandis que certains membres de la communauté sont traités par un programme de soutien respiratoire à domicile, sans que les autorités n’en soient informées.

Des hommes juifs ultra-orthodoxes prient dans la soucca de la synagogue Hurva à Hoshana Raba, le dernier jour de la fête juive de Souccot, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 9 octobre 2020. (Yaakov Lederman/Flash90)

« J’explique aux gens que d’autres les regardent et leur disent que nous sommes dans cette situation à cause des Haredim, que les 12 % infectent les 80 % et plus et que ‘vous’ volez les appareils respiratoires », a déclaré Meshi-Zahav. « Et je dis que cette haine est terrible, mais ce que les gens voient, c’est la poursuite des chants, des danses, des prières publiques et des simchas [festivités] – ainsi que la poursuite des protestations ».

Il a déclaré que certaines personnes de la communauté ultra-orthodoxe minimisent le danger du virus, malgré ses conséquences dévastatrices pour les communautés juives en Israël et dans le monde entier, souligne-t-il. « Voir les corps arriver et les compter, parfois 15, 16, 17 en un jour, vous comprenez l’impact que ce virus a sur les communautés juives », a-t-il déclaré.

« Mais même cela n’aide pas à changer les mentalités ».

Un bénévole de ZAKA réceptionne une palette avec des dépouilles de juifs de la diaspora morts du coronavirus, pour les enterrer en Israël. (Autorisation de ZAKA)

La désobéissance résultant d’un mauvais leadership

C’est une erreur de penser que le refus des Haredim de suivre les règles relatives au virus est motivé par un manque de respect envers les autres, a-t-il dit, en faisant valoir qu’il découle d’un désir malavisé de conserver à tout prix la routine religieuse.

Selon lui, une direction forte et déterminée pourrait régler ce problème en insistant sur le fait que l’impératif religieux de sauver la vie passe avant tout, mais il n’y a pas une telle direction à l’horizon.

Le président de ZAKA, l’organisation bénévole d’intervention d’urgence d’Israël, Yehuda Meshi Zahav. (Autorisation de ZAKA)

Il a déclaré qu’il y a une grande partie de la communauté Haredi où les règles concernant le coronavirus sont suivies avec soin, et il y a des rabbins qui encouragent cela. Et il a souligné que les taux de virus disproportionnés parmi les Haredim ne reflètent pas seulement la désobéissance, mais aussi, dans une large mesure, les circonstances, comme les familles nombreuses et les conditions d’exiguïté.

Pourtant, il s’inquiète qu’une minorité notable enfreigne les règles, ce qui entraîne la propagation de l’infection, et se lamente : « Les gens ne comprennent pas que nous sommes tous dans le même bateau. C’est comme l’histoire de la personne qui perce un trou sous son siège dans le bateau, en disant que cela ne va affecter qu’elle, mais bien sûr, cela affecte tout le monde ».

Meshi-Zahav est particulièrement préoccupé par le fait que la désobéissance des Haredim a un élément international. Dans la communauté Haredi de New York, où les taux de virus ont été élevés, il y a eu quelques expressions très visibles de dédain pour les restrictions, y compris des protestations de colère contre les bouclages causés par le coronavirus.

Des groupes de manifestants se rassemblent dans le quartier de Brooklyn à Borough Park pour dénoncer le bouclage de leur quartier en raison d’un pic dans les cas de COVID-19, le 7 octobre 2020 à New York. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Alimenter l’antisémitisme

Et il pense que la situation en Israël et à New York fait le jeu des antisémites. « Si les Juifs disent les choses que j’ai mentionnées les uns sur les autres, bien sûr que d’autres les diront », a-t-il dit. « Ils prendront le symbole d’un homme en costume juif, et le relieront au coronavirus. »

La situation actuelle peut jeter de l’huile sur le feu de l’antisémitisme, car les gens auront l’impression qu’être juif signifie que vous propagez le virus

« La situation actuelle peut jeter de l’huile sur le feu de l’antisémitisme, car les gens auront l’impression qu’être juif signifie que vous propagez le virus. Si nous le disons, pourquoi ne le diraient-ils pas ? » Il craint que la réponse évidente aux antisémites – à savoir qu’il s’agit d’une crise mondiale et que le peuple juif, dont la majorité suit toutes les restrictions, n’en est qu’une infime partie – ne les arrête pas.

Meshi-Zahav est habituellement plein de suggestions pour guérir les failles en Israël et dans le monde juif. Mais en ce moment, il est pratiquement à court d’idées.

Cet ancien extrémiste, qui a été arrêté des dizaines de fois lors de manifestations anti-sionistes dans sa jeunesse, a créé ZAKA et s’est engagé dans une voie plus modérée après s’être rendu d’urgence sur les lieux d’un attentat terroriste en 1989 pour aider aux efforts de sauvetage et avoir décidé que les Israéliens devaient s’unir face à l’adversité. Il est devenu un défenseur de la cohésion sociale et de la coexistence. En 2003, il a été choisi pour allumer l’un des flambeaux du Yom HaAtsmaout (jour de l’indépendance d’Israël) en reconnaissance de son travail.

Mais lorsqu’il s’agit du phénomène de désobéissance Haredi au COVID-19, « il n’y a pas de réponse », a-t-il déclaré. Nous avons besoin d’un leader qui peut frapper sur la table et dire : « Assez, que faites-vous ? Suivez les instructions ! Nous sommes dans le même bateau. »

A LIRE : Le coronavirus, la société ultra-orthodoxe – et les deux Chaïm

Là où la désobéissance est la plus forte

Il a déclaré que le respect des règles est relativement fort chez les Sépharades Haredim et dans de nombreuses parties de la communauté ultra-orthodoxe non hassidique, mais que la désobéissance est forte dans les communautés hassidiques, dirigées par des rabbins autoritaires, parfois appelés admours, dont la parole sur tous les aspects de la vie est considérée comme sacrée.

Meshi-Zahav pense que cette structure d’autorité signifie que toute représentation de la gravité de la maladie ou des dangers de ne pas suivre les directives tombe dans l’oreille d’un sourd. « Cela ne vous intéresse pas, car dès que l’admour a dit quelque chose, vous n’avez pas à réfléchir », a-t-il dit.

Les funérailles du rabbin Mordechai Leifer, décédé de la Covid et enterré à Ashdod, le 5 octobre 2020. (Capture écran/Twitter)

Il a ajouté : « Il y a des groupes, principalement hassidiques, qui disent que ‘notre obligation est de maintenir la vie de la Torah’ et qui disent que si cela ne peut pas continuer [sans infection], ils sont prêts à payer le prix des personnes infectées pour le faire.

« Dans les communautés hassidiques, le rebbe est un personnage imposant, et ce qu’il dit a plus de poids que ce que dit un médecin. Les gens vont voir le rebbe avant de se faire opérer, et la décision [concernant la nécessité ou non de l’opération] est suivie. Donc quand ils parlent du virus, les gens suivent ce qu’ils disent ».

Un désir malavisé de conserver à tout prix la routine religieuse

Il a déclaré que la désobéissance est également forte parmi les extrémistes non hassidiques, notamment les Neturei Karta dans laquelle il a été élevé, où le coronavirus a été écarté par des affiches comme « une maladie sioniste ». Meshi-Zahav a déclaré que dans l’état d’esprit avec lequel il a grandi, les règles relatives au virus, si elles exigent la fermeture des shtibelach ou des petites synagogues, sont considérées comme un affront à tout ce qui est très saint.

Il a dit : « Ils nous ont appris qu’Israël est au centre du monde, Jérusalem est au centre d’Israël, [la forteresse Haredi de Mea Shearim] est au centre de Jérusalem, ses shtibelach sont au centre de tout cela, et là, la prière doit continuer à tout prix. »

Des policiers s’affrontent avec des hommes ultra-orthodoxes lors d’une manifestation contre l’application des restrictions dues au coronavirus dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 4 octobre 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Bien qu’il n’accorde aucun crédit à de telles opinions pendant une pandémie, il pense que le gouvernement israélien aurait dû être plus intelligent en approchant les Haredim, en comprenant leur mentalité et en prévenant la désobéissance.

Profanation du nom de Dieu

M. Meshi-Zahav a déclaré que la tâche de l’État était d’être « intelligent, pas juste » et de mieux comprendre un point de vue qui pose inévitablement un défi à l’application des règles. « Les gens ont traversé la Shoah et d’autres expériences difficiles et ont gardé leur foi, et il y a quelque chose dans l’âme qui fait que les gens veulent continuer à faire fonctionner la vie religieuse quels que soient les défis.

« Ce que cela provoque est la pire sorte de hillul Hashem [profanation du nom de Dieu], alors que d’un autre côté, les gens ont besoin de comprendre les valeurs de la communauté, et que ce n’est pas agir par manque de respect envers les autres ».

Il a déclaré que le gouvernement aurait dû mieux communiquer avec la communauté Haredi tout au long du processus, notant que pendant la première vague, ZAKA a envoyé des voitures et des ambulances équipées de haut-parleurs, conduites par des volontaires, pour annoncer les dangers du virus, parfois en hébreu et parfois en yiddish (vidéo ci-dessous), car le gouvernement ne parvenait pas à faire passer le message.

Meshi-Zahav pense également que l’Etat aurait pu travailler à influencer les rabbins et les rebbe au début de la pandémie, avant que leurs opinions ne soient gravées dans le marbre, et envisager des solutions créatives, comme des enclaves fermées pour les admours qui insistaient pour être entourés de leurs fidèles.

« Le gouvernement aurait dû les rencontrer et leur parler, et si l’admour avait insisté sur le fait qu’ils voulaient [viser] l’immunité collective [de leurs fidèles], ils auraient dû dire, ‘Ok, trouvons une solution pour que cela se fasse sans nuire aux autres' ».

Il exprime un point de vue similaire concernant le pèlerinage traditionnel de Rosh HaShana à Ouman, en Ukraine, que le gouvernement a tenté d’arrêter, suscitant une grande colère. Plusieurs milliers de personnes ont essayé de s’y rendre malgré tout, les personnes infectées retournant apparemment en Israël à bord de plusieurs avions.

Des pèlerins juifs hassidiques se rassemblent devant les gardes-frontières ukrainiens au point de contrôle de Novaya Guta, près de Novaya Guta, en Biélorussie, le 18 septembre 2020. (AP Photo)

« Il y a des gens qui croient que s’ils ne vont pas à Ouman, leur année entière est brisée », a déclaré Meshi-Zahav. « Il y avait des solutions. Ils auraient pu ne pas ramener les gens avant que tout le monde soit testé négatif, mais ils n’y ont pas pensé ».

Un appel à la compréhension

Il a dit que le chemin avait été long entre son passé extrémiste et son rôle actuel, qui le voit plaider pour la compréhension entre les communautés, mais il pense que son histoire a quelque chose à dire aujourd’hui.

« Je viens d’un endroit où tout était noir et blanc, et où tout ce qui était négatif était sioniste et c’étaient les sionistes qui empêchaient le messie de venir », a-t-il dit. Mais il a rejeté cette éducation et est arrivé à l’opinion que la tradition religieuse orthodoxe, qu’il observe toujours scrupuleusement, prône l’unité et la compréhension entre les juifs.

« Aujourd’hui, je m’inquiète de la haine dans notre société », a-t-il déclaré. « Le coronavirus va passer. Nous devons prier pour savoir comment dépasser les divisions, car sans unité, nous ne pouvons pas nous débrouiller dans notre société ».

read more:
comments