Brooklyn : Un journaliste juif agressé à une manif d’Orthodoxes anti-masques
Rechercher

Brooklyn : Un journaliste juif agressé à une manif d’Orthodoxes anti-masques

Des Orthodoxes ont protesté pour la deuxième nuit consécutive contre les fermetures dues au coronavirus à New York, qui visent en grande partie les quartiers juifs orthodoxes

Des groupes de manifestants se rassemblent dans le quartier de Brooklyn à Borough Park pour dénoncer le bouclage de leur quartier en raison d'un pic dans les cas de COVID-19, le 7 octobre 2020 à New York. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Des groupes de manifestants se rassemblent dans le quartier de Brooklyn à Borough Park pour dénoncer le bouclage de leur quartier en raison d'un pic dans les cas de COVID-19, le 7 octobre 2020 à New York. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Un célèbre journaliste Haredi a été agressé mercredi alors qu’il couvrait les manifestations de sa communauté contre les fermetures liées au coronavirus à New York, qui visent en grande partie les quartiers juifs orthodoxes de la ville.

Jacob Kornbluh, journaliste politique pour Jewish Insider et membre de la communauté ultra-orthodoxe, a été poursuivi et frappé à plusieurs reprises par de nombreux manifestants qui lui reprochaient apparemment d’avoir mis en évidence les infractions de la communauté aux restrictions sur le coronavirus.

Les vidéos postées sur les médias sociaux à partir de la deuxième nuit des manifestations ont montré une foule nombreuse, d’abord autour de Korbluh, et scandant « moser » ou « délateur ». Puis, alors qu’il essayait de partir, ils l’ont poussé, bousculé, frappé et insulté.

L’incident a apparemment été provoqué par Harold « Heshy » Tischler, un activiste juif orthodoxe et candidat au conseil municipal de Brooklyn, qui a pris la tête des manifestations.

« J’ai été brutalement agressé, frappé à la tête et frappé à coups de pied par une foule en colère de centaines de membres de la communauté qui manifestaient à Boro Park – tout en me criant « Nazi » et « Hitler » – après que Heshy Tischler m’a reconnu et a ordonné à la foule de me poursuivre dans la rue », a tweeté Kornbluh, ajoutant qu’il portait plainte contre Tischler.

Le membre du Congrès de New York Jerry Nadler a condamné l’incident : « Même s’il s’agit d’une petite minorité au sein d’une petite communauté, c’est révoltant et les responsables doivent rendre compte de cette violence ».

Des groupes de manifestants se rassemblent dans le quartier de Borough Park à Brooklyn pour dénoncer le bouclage de leur quartier en raison d’une recrudescence des cas de COVID-19, le 7 octobre 2020 à New York. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Le chef de l’Anti-Defamation League (ADL), Jonathan Greenblatt, a également condamné cette agression.

« La violence et l’incitation sont inexcusables », a-t-il déclaré. « Les divergences doivent être réglées par des échanges d’idées. La communauté juive doit s’efforcer de faire preuve de civilité et de dialogue ».

Kornbluh est le deuxième journaliste juif à avoir été agressé alors qu’il couvrait les manifestations.

Mardi soir, des foules de jeunes hommes ont organisé une protestation bruyante dans le quartier majoritairement orthodoxe de Borough Park, brûlant des masques et bloquant un bus de la ville. Un membre de la communauté qui filmait la manifestation a été roué de coups et emmené inconscient à l’hôpital.

Ce n’est pas la première fois que Kornbluh soulève la colère de la communauté pour avoir mis en évidence des infractions au coronavirus, après avoir fait un reportage en avril sur une synagogue qui était en activité malgré le confinement.

Jacob Kornbluh, journaliste du « Jewish Insider ». (Twitter)

Kornbluh et deux autres membres de la communauté ont été pris pour cible dans des tracts affichés dans le quartier les déclarant « mosrim », des délateurs qui dénoncent leurs compatriotes juifs aux autorités laïques. Certains de ceux qui ont partagé le tract sur Twitter ont même cité le philosophe juif médiéval Maïmonide, qui a écrit qu’il est permis de tuer un moser.

La communauté ultra-orthodoxe locale tente fréquemment d’intimider les Juifs ultra-orthodoxes qui parlent de problèmes internes.

Le mesirah – littéralement « livreur », « dénonciateur » en hébreu – est considéré comme une infraction grave dans les communautés ultra-orthodoxes, qui préfèrent généralement traiter les questions sensibles en interne. [Une personne qui se rend coupable de mesirah est un moser]. Les dénonciateurs qui ont cherché à attirer l’attention sur le problème des abus sexuels dans la communauté ultra-orthodoxe, ou sur le manque d’éducation laïque de base, ont été qualifiés de mosrim – une qualification qui peut conduire à toutes sortes de bannissements sociaux.

Des officiers de police montent la garde alors que des groupes de manifestants se rassemblent dans le quartier de Borough Park à Brooklyn pour dénoncer le bouclage de leur quartier en raison d’un pic dans les cas de COVID-19, le 7 octobre 2020 à New York. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Les manifestations de mercredi soir ont été la deuxième nuit de protestation au milieu de la colère et du ressentiment dans les quartiers de New York confrontés à de nouvelles fermetures dues au coronavirus, certains résidents affirmant que l’État cible injustement les communautés juives orthodoxes alors qu’il tente d’éradiquer les points chauds avant qu’ils ne se propagent.

Des protestations ont éclaté dans le quartier de Borough Park à Brooklyn mardi soir après l’annonce par le gouverneur Andrew Cuomo de nouvelles restrictions sur les écoles, les commerces et les lieux de culte dans certaines parties de la ville et de l’État. La colère et les griefs ont continué à couver le lendemain et jusqu’à mercredi soir.

« Je comprends qu’il faille porter un masque. Je comprends la nécessité d’une distanciation sociale. Ce qui me dérange : Vous vous en prenez aux honnêtes gens », a déclaré Meir Nimni, un habitant de Brooklyn.

Il a fait valoir que les rassemblements juifs orthodoxes faisaient l’objet d’une répression particulière, notant que des foules énormes se sont rassemblées ce printemps pour des manifestations contre l’injustice raciale où des destructions et des violences ont parfois éclaté.

« Tout le monde ici veut vivre, et tout le monde se soucie » de stopper le virus, a déclaré Nimni. Mais il y a deux poids, deux mesures, ce qui est « tout simplement injuste ».

Des membres de la communauté juive orthodoxe parlent avec des officiers de la police de New York à un coin de rue, le mercredi 7 octobre 2020, dans le quartier de Borough Park de l’arrondissement de Brooklyn à New York. Le gouverneur Andrew Cuomo a décidé de rétablir les restrictions sur les commerces, les lieux de culte et les écoles dans et près des zones où les cas de coronavirus augmentent. De nombreux quartiers qui risquent d’être touchés abritent de grandes enclaves de juifs orthodoxes. (AP Photo/John Minchillo)

Le rabbin David Zwiebel, vice-président exécutif d’une organisation faîtière juive orthodoxe appelée Agudath Israel of America, a déclaré que son organisation envisageait de se battre devant les tribunaux si l’État n’était pas disposé à modifier la nouvelle limite de 10 personnes pour les lieux de culte dans les zones où les nouveaux cas de coronavirus sont les plus concentrés.

Cette restriction intervient au moment de la fête juive de Souccot. De nombreux grands événements de cette saison ont déjà été annulés ou réorganisés, a déclaré M. Zwiebel, mais la limite de 10 personnes « anéantirait fondamentalement l’esprit de la fête ».

« Nous sommes actuellement, vous savez, confrontés à un énorme sentiment de désespoir », a déclaré M. Zwiebel.

M. Cuomo insiste sur le fait que les nouvelles restrictions sont uniquement basées sur la médecine et sur des foyers de coronavirus dans des zones qui, selon lui, ont bafoué les règles de sécurité existantes de l’État en matière de virus.

Après être devenu le point chaud le plus meurtrier du pays pour le coronavirus ce printemps, New York a lutté pour réduire son épidémie à un niveau constant et relativement bas pendant l’été.

Mais les contaminations ont augmenté ces dernières semaines, et les hospitalisations commencent à suivre. Il y a eu en moyenne 659 patients atteints de COVID-19 dans les hôpitaux de l’État au cours de la semaine dernière, contre 426 pour la semaine se terminant le 6 septembre, a déclaré M. Cuomo. Lors d’un pic au début du mois d’avril, près de 19 000 patients atteints de coronavirus ont été hospitalisés dans tout l’État.

Il a déclaré que quelques secteurs sont à l’origine de ces tendances inquiétantes, avec plus de 5 % des tests de coronavirus positifs dans 20 codes postaux de points chauds, contre environ 1,3 % à l’échelle de l’État.

Dans un code postal de Brooklyn, 18 % des personnes qui ont subi un test de dépistage du coronavirus depuis le 1er octobre se sont révélées positives, contre un taux d’environ 3,9 % pour l’ensemble de la ville, selon les données de la ville.

Le gouverneur démocrate a déclaré qu’une plus grande « propagation est inévitable » si les clusters ne sont pas sous contrôle.

Des membres de la communauté orthodoxe s’entretiennent avec des officiers de la police de New York, le mercredi 7 octobre 2020, dans le quartier de Borough Park de l’arrondissement de Brooklyn. Le gouverneur Andrew Cuomo a décidé de rétablir les restrictions sur les commerces, les lieux de culte et les écoles dans et près des zones où les cas de coronavirus augmentent. De nombreux quartiers qui risquent d’être touchés abritent de grandes enclaves de juifs orthodoxes. (AP Photo/John Minchillo)

« Il y a toujours de l’opposition. Et nous avançons quand même. Et nous continuerons à le faire », a-t-il déclaré lors d’une conférence téléphonique avec les journalistes.

Les nouvelles règles, qui doivent entrer en vigueur vendredi, concernent des parties de Brooklyn et du Queens à New York, des sections des comtés d’Orange et de Rockland dans la vallée de l’Hudson et une zone de Binghamton, près de la frontière de la Pennsylvanie. De nombreuses zones abritent de grandes enclaves de juifs orthodoxes.

Le plan établit des zones concentriques à code couleur où l’ampleur des mesures varie. Au cœur des points chauds, les écoles ne pourront pas dispenser de cours en face à face et tous les commerces non essentiels seront fermés, entre autres mesures. Les zones environnantes sont soumises à des restrictions moins strictes, telles que la limitation des rassemblements et du nombre de personnes dans les restaurants.

Les critiques se sont intensifiées dans les manifestations de rue mardi soir, lorsque des vidéos postées sur les médias sociaux ont montré des centaines d’hommes juifs orthodoxes rassemblés dans les rues de Borough Park, allumant dans certains cas des feux de joie en brûlant des masques.

Une vidéo diffusée sur les médias sociaux montrait une foule se pressant et renversant un homme tenant une caméra. Une autre vidéo montrait des manifestants se précipitant sur un autre homme qui avait filmé les troubles, et le frappant. Un parent a déclaré à l’Associated Press qu’il avait été emmené à l’hôpital inconscient mais qu’il allait « beaucoup mieux » mercredi et qu’il devait être autorisé à sortir. Le parent s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat par crainte de représailles.

La police a déclaré qu’il n’y avait pas eu d’arrestations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...