Le manque de vision économique d’Israël peut tuer le rêve sioniste – expert
Rechercher
Un brouillard matinal recouvre la ville israélienne de Tel Aviv, au bord de la Méditerranée, le 4 janvier 2021. (MENAHEM KAHANA / AFP)
Un brouillard matinal recouvre la ville israélienne de Tel Aviv, au bord de la Méditerranée, le 4 janvier 2021. (MENAHEM KAHANA / AFP)
Interview

Le manque de vision économique d’Israël peut tuer le rêve sioniste – expert

Zvi Eckstein, ancien haut fonctionnaire de la Banque centrale, avertit que sans budget et sans investissement à long terme, la classe moyenne va fuir le pays

Pour le professeur Zvi Eckstein, l’économie d’Israël ressemble à celle d’un homme qui, dans une blague, tombe du haut d’un immeuble de 50 étages. En chute libre à travers une série de cycles électoraux à cadence accélérée, avec un budget gouvernemental bloqué, la pandémie de coronavirus et plus encore, l’homme passe le 20e étage et sourit : « Jusqu’ici, tout va bien. »

Contrairement à l’optimisme fatal de la plaisanterie, Eckstein, ancien vice-gouverneur de la Banque d’Israël, voit le sol se rapprocher rapidement. Et il est inquiet.

« Nous avons un taux de pauvreté de 18 % et un PIB par habitant qui, en termes de prix réels, est inférieur de 40 % à celui des États-Unis et de 30 % à celui des principaux petits pays du nord de l’Europe. Et nous ne réduisons pas cet écart », a-t-il récemment déclaré dans une interview au Times of Israël.

Le gouvernement israélien, comme beaucoup d’autres dans le monde, s’efforce de trouver des réponses aux problèmes économiques immédiats causés par la pandémie de coronavirus, a déclaré M. Eckstein. Mais les dirigeants du pays, sans gouvernail et sans budget, ne parviennent pas à définir les stratégies et les réformes qui permettront au pays de sortir de la pandémie et de remettre son économie sur les rails et au même rythme que les autres nations développées du monde. Il pourrait en résulter une grave détérioration de la qualité de vie, qui pourrait déclencher une fuite des familles de classe moyenne très instruites vers des rivages étrangers, a-t-il averti.

« Cette élection n’est qu’un symptôme du fait que nous n’avons pas de gouvernement pleinement opérationnel et qu’il n’y a pas de stratégie économique pour le moyen et le long terme », a déclaré M. Eckstein, qui est également professeur émérite d’économie à l’université de Tel Aviv.

Eckstein, 71 ans, est actuellement doyen de la Tiomkin School of Economics et directeur de l’Aaron Economic Policy Institute à l’IDC, un collège privé de Herzliya. Au fil des ans, Eckstein a remporté des prix universitaires et professionnels, publié dans les principales revues économiques et présidé plusieurs commissions gouvernementales professionnelles qui ont conçu des politiques économiques. Il a été conseiller auprès du gouvernement pendant de nombreuses années.

Professeur Zvi Eckstein. (Yossi Zamir/Flash90)

Pour Eckstein, le manque de planification à long-terme constitue la principale cause des dysfonctionnements du gouvernement israélien depuis deux ans. Le pays a dû faire face à trois élections peu concluantes et se dirige vers une quatrième, en mars, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu a retardé l’adoption des budgets 2020 et 2021 pour des raisons politiques et est jugé pour corruption.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

L’absence de budget national, a expliqué M. Eckstein, signifie que les ministères, les agences gouvernementales, les organisations à but non lucratif et les sous-traitants, qui ont tous besoin de ces fonds, fonctionnent à l’aveuglette. Ils ne savent pas combien ils peuvent dépenser, ou essaient de fonctionner avec des budgets réduits qui n’ont pas été ajustés pour tenir compte de la croissance démographique et d’autres changements.

Lorsque la planification du mois suivant est un défi, il est impossible de planifier de nouveaux projets nécessaires censés durer une décennie ou plus. Et ce manque se fera sentir bien plus tard.

Les objectifs qu’Israël n’est pas en mesure de poursuivre vont de la gratuité des soins aux enfants en bas âge aux réformes du budget des hôpitaux, en passant par de grandes infrastructures telles que de nouvelles lignes ferroviaires ou des autoroutes.

Construction de la gare de Jérusalem pour la future ligne ferroviaire à grande vitesse vers Tel-Aviv, le 15 mai 2012. (Miriam Alster/ FLASH90/ File)

L’absence de progrès dans les changements nécessaires entraînera une baisse des taux de croissance économique, une hausse du chômage et des inégalités, et une augmentation de la pauvreté à moyen et long terme, a déclaré M. Eckstein, qui est titulaire d’une licence de l’université de Tel Aviv et d’un doctorat de l’université du Minnesota, tous deux en économie.

Tout cela « fera que les gens qui se portent extrêmement bien ici resteront, que les gens qui ne peuvent pas bouger resteront, et que la classe moyenne partira – et c’est terrible ».

« Tous en danger »

Avant que la pandémie ne frappe, Israël se félicitait d’une économie robuste, avec une croissance du PIB réel bien supérieure à 3 % depuis 2016, selon un rapport de S&P de novembre 2020. Le chômage était à son niveau le plus bas (3,8 %) en 2019, et le secteur des technologies mobilisait des sommes record et attirait des multinationales, ce qui a valu au pays le surnom de Startup Nation.

Israël, a déclaré Eckstein, a été un « énorme succès ». Cent ans de sionisme ont généré un endroit où « les gens se sentent chez eux, en sécurité, et ont la possibilité de réaliser leurs rêves ». Si beaucoup sont venus en Israël grâce à l’idéologie sioniste ou pour fuir l’antisémitisme, la réussite économique du pays au fil des ans a également été la clé pour attirer les Juifs du monde entier et les retenir ici, a déclaré M. Eckstein.

Mais une baisse significative de la qualité de vie dans un pays qui a été si bien construit et avec tant de sacrifices « pourrait mettre tout cela en danger », a déclaré M. Eckstein.

Arrivée de Juifs français qui ont fait leur alyah, à l’aéroport international Ben Gurion, le 10 juillet 2017. (Nati Shohat/Flash90)

« Si les choses commencent à se détériorer de plus en plus, sous de nombreux aspects, et que les opportunités n’existent plus comme avant, alors il y a un problème. Parce que nous sommes flexibles, nous sommes intelligents et nous cherchons toujours le meilleur pour nous », a-t-il déclaré.

« Je m’inquiète de la pente négative – et la pente négative est que nous ne maintiendrons pas notre qualité de vie ici contrairement aux pays concurrents, aux principaux pays européens et aux États-Unis ».

En 2019, le PIB par habitant en Israël était de 43 600 dollars, bien en dessous des 65 000 dollars des États-Unis. Pour 2020, le Fonds monétaire international prévoit que le PIB par habitant d’Israël s’élèvera à 41 560 dollars, ce qui est supérieur à la moyenne de l’Union européenne (33 560 dollars), mais bien inférieur à celui de plusieurs pays européens de premier plan, comme la Suède, avec 50 340 dollars, l’Irlande, avec 79 670 dollars, et les Pays-Bas, avec 51 290 dollars. En 2020, les États-Unis prévoient un PIB par habitant de 63 050 dollars.

Les prévisions jusqu’en 2025 montrent que l’écart avec les principaux pays européens et les États-Unis se creuse ou se maintient au même niveau. Une étude économique de l’OCDE sur Israël 2020 montre que les écarts de PIB par habitant avec la moitié supérieure des pays de l’OCDE restent élevés en l’absence de planification stratégique et de réformes dans divers domaines, mais le pays a le potentiel de se rapprocher de ces économies une fois les réformes en place, dans une projection jusqu’en 2050.

Dans le même temps, le taux de pauvreté en Israël augmente, selon un récent rapport du Centre Taub pour la politique sociale. Les principales victimes de la crise sont les familles de travailleurs qui ont vu leur emploi disparaître ou leur salaire réduit, les familles monoparentales et les jeunes familles.

Un adolescent fouille les poubelles dans un conteneur à ordures au centre de Jérusalem, le 2 septembre 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Si Israël ne rattrape pas les États-Unis et les pays européens, les jeunes qui peuvent « choisir où vivre » risquent de partir, a averti M. Eckstein.

Mais il se garde bien d’être un prophète de malheur. Les problèmes qu’il a décrits ne signifieront pas la fin du rêve sioniste, a-t-il dit, mais seulement l’incapacité d’Israël à réaliser son plein potentiel.

Vue de l’avenue Alrov Mamilla à Jérusalem, fermée le 30 décembre 2020, lors d’un troisième confinement national, dans le but de prévenir la propagation du Coronavirus. (Yonatan Sindel/Flash90)

« La question est de savoir si le succès économique du rêve sioniste se poursuivra au même rythme qu’au cours des 70 dernières années », a-t-il déclaré. « Je pense que c’est possible, mais je pense que nous pourrions en fait faire beaucoup mieux ».

« Je ne dis pas que nous allons nous écraser parce que nous sommes au 20e étage », a-t-il ajouté, faisant référence à la blague de l’homme qui tombe. « Nous allons atterrir. Mais ce ne serait pas le mieux qu’Israël puisse obtenir. Et c’est le principal problème ».

Pour l’instant, Israël est toujours un endroit où il fait bon vivre. Sa population augmente de 2 % par an, tant par la croissance organique que par l’immigration.

Selon l’Agence juive, plus de 20 000 nouveaux immigrants juifs de 70 pays, dont des pays de l’ex-Union soviétique, d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, ont déménagé en Israël en 2020. Ce nombre est inférieur de 40 % aux 33 247 nouveaux immigrants arrivés en 2019, selon les chiffres du Bureau central des statistiques, probablement en raison de la pandémie.

« Si nous investissons dans les secteurs qui sont actuellement sous-financés, comme l’éducation, la santé et les transports publics, nous pourrions attirer encore plus de personnes et nous pourrions avoir un bien meilleur succès ici à l’avenir », a déclaré M. Eckstein.

Des embouteillages à Tel Aviv alors que la police a mis en place des barrages routiers temporaires dans le cadre du nouveau confinement national, le 21 septembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le taux de productivité d’Israël a presque stagné au cours des deux dernières décennies, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui a mesuré le PIB par heure travaillée. En 2019, Israël se situait à peine au-dessus de la moyenne de l’OCDE, et ce uniquement parce que la productivité dans le secteur des hautes technologies est très élevée. Dans l’économie traditionnelle, qui emploie la majorité de la main-d’œuvre, la productivité est encore très faible.

M. Eckstein a déclaré que les initiatives et le soutien du gouvernement seraient nécessaires pour amener la productivité à des niveaux de premier plan. Cela signifierait investir dans les écoles pour former les étudiants à un marché du travail en mutation, faire face à des infrastructures vieillissantes, mettre les vitesses de l’internet et autres efforts de numérisation au niveau des normes mondiales, encourager les investissements publics et privés et supprimer les obstacles bureaucratiques aux activités commerciales.

Il en faut plus pour arrêter le puissant shekel

Le manque d’investissement dans l’industrie et les infrastructures locales se manifeste également dans l’appréciation du shekel par rapport au dollar. Le shekel a augmenté d’environ 7,5 % par rapport au dollar au cours de l’année 2020, et a gagné environ 40 % au cours des 13 dernières années.

« Personne n’investit en Israël, ni le gouvernement, ni le secteur privé. Et donc les importations n’augmentent pas » – ce qui aurait équilibré les fonds entrants avec les fonds sortants, a déclaré M. Eckstein.

Dans le même temps, les industries technologiques et traditionnelles gagnent moins sur les exportations, qui sont payées en dollars, créant ainsi ce qu’Eckstein a décrit comme un cercle vicieux.

Alors que les entreprises technologiques sont assez fortes pour survivre, d’autres, comme les usines textiles, les fabricants de portes et même les producteurs d’armes, réduisent leurs activités, investissent moins dans les machines ou ferment des activités locales et transfèrent la fabrication à l’étranger.

Des employés travaillent dans l’usine SodaStream construite au plus profond du désert du Néguev, près de la ville de Rahat, en Israël, le 2 septembre 2015. (AP/Dan Balilty)

Les usines ferment, a déclaré M. Eckstein, en raison des faibles marges bénéficiaires, de l’environnement bureaucratique et réglementaire difficile et de la faible productivité des travailleurs.

« Les salariés d’ici ne produisent pas autant que ceux qui vivent en Allemagne, par exemple, parce qu’ils ne sont pas aussi bien formés », a-t-il déclaré.

L’investissement en capital privé par heure travaillée en Israël, une indication du niveau d’investissement dans le secteur privé, est de 40 % inférieur à celui des pays européens, a déclaré M. Eckstein.

Les exportations par rapport au PIB sont passées de 40 % en 2007 à 27 % aujourd’hui, « parce que toutes les exportations traditionnelles sont en train de disparaître, seul le secteur des hautes technologies continue d’exporter ». Les importations par rapport au PIB ont chuté de 40 % en 2007 à 25 % au cours de cette période, a-t-il déclaré.

En outre, le coronavirus a empêché les Israéliens de voyager à l’étranger, ce qui signifie qu’ils n’échangent pas de shekels contre des dollars, créant un déséquilibre qui affaiblit encore plus le dollar par rapport au shekel.

La salle de départ du Terminal 3 de l’aéroport Ben Gurion restée déserte, le 17 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

La Banque d’Israël, dont Eckstein a été le gouverneur adjoint entre 2006 et 2011 sous Stanley Fischer, a essayé d’endiguer la hausse du dollar par l’acquisition de devises étrangères.

Stanley Fischer (photo credit: Miriam Alster/Flash90)
Stanley Fischer. (Crédit photo : Miriam Alster/Flash90)

Lundi, le gouverneur Amir Yaron a déclaré que la banque centrale continuerait d’intervenir autant que nécessaire sur le marché pour contenir la hausse du shekel. La Banque d’Israël a acheté pour quelque 20 milliards de dollars de devises étrangères en 2020 pour endiguer l’appréciation du shekel, a déclaré Yaron.

« La Banque d’Israël ne peut pas faire grand-chose » pour stopper la hausse du shekel, a déclaré M. Eckstein, qui en 2008 faisait partie de l’équipe de décision de la banque centrale qui est intervenue sur le marché des devises pour stopper la hausse du shekel pendant la crise financière mondiale.

« La Banque d’Israël peut ralentir dans une certaine mesure la force du shekel », a-t-il déclaré. Mais tant qu’il n’y aura pas d’investissements locaux et que les importations resteront faibles, « le shekel se renforcera, et nous verrons encore plus d’exportateurs à faible rentabilité fermer leurs portes ».

« A moins que le gouvernement et le secteur privé n’investissent davantage et n’importent beaucoup de machines et d’autres choses, nous ne verrons pas de renversement du shekel », a-t-il ajouté.

Des travailleurs de la société Teva protestent contre le projet de la société de licencier des centaines d’employés, devant le bâtiment de TEVA Pharmaceutical Industries à Jérusalem, le 17 décembre 2017. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

En plus de la faiblesse du dollar, de la crise COVID-19 et de l’impasse politique conduisant à un sous-investissement dans la structure économique, M. Eckstein a déclaré que les efforts du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour saper le système judiciaire et les profondes fractures sociales alimentées par l’instabilité politique réduisaient encore les espoirs pour l’avenir économique du pays.

Lorsque vous « générez plus de désaccord entre les différents peuples que l’unification… où chaque groupe essaie d’obtenir le plus possible pour lui-même, cela peut générer un processus qui sera à l’opposé de ce qu’Israël a fait au cours des 70 dernières années », a-t-il dit. « En tant qu’Israélien, cela m’inquiète. Je ne veux pas que cela se produise ».

read more:
comments