Israël en guerre - Jour 196

Rechercher
La Gouverneure de la Banque d'Israël, Karnit Flug, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 28 mars 2018. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
La Gouverneure de la Banque d'Israël, Karnit Flug, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 28 mars 2018. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
TOI Podcast

Ce qui compte pour l’ex-gouverneure de la Banque d’Israël, Karnit Flug: le consensus

Une économiste de renom présente des données concrètes sur les effets actuels de la refonte controversée du système judiciaire et prévoit d’autres répercussions

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Il s’agit de l’épisode diffusé le 4 août dernier.

Bienvenue à « What Matters Now » [Ce qui compte maintenant], un podcast hebdomadaire qui examine un sujet déterminant pour Israël et le monde juif aujourd’hui.

Il y a plus de 30 ans, le consultant politique américain James Carville lançait une boutade lors de la campagne présidentielle victorieuse de l’ancien président américain Bill Clinton en 1992 : « C’est l’économie qui compte, idiot. »

Aujourd’hui, un nombre croissant d’économistes israéliens se font l’écho de cette phrase tout en essayant de mettre en pause le processus législatif entamé par le gouvernement pour réformer le système judiciaire dans l’espoir de maintenir la croissance florissante d’Israël jusqu’à présent.

« Nous sommes maintenant à la croisée des chemins et je suis extrêmement inquiète. Mais quand je regarde en arrière, je pense que nous avons fait énormément de choses et c’est donc pourquoi je pense que nous avons tant à perdre », a déclaré cette semaine la professeure Karnit Flug, ancienne gouverneure de la Banque centrale d’Israël, au Times of Israel.

Aujourd’hui, Flug est vice-présidente de la recherche et chercheuse principale de William Davidson pour la politique économique à l’Institut israélien de la démocratie (IDI), et professeure au département d’économie de l’Université hébraïque.

Flug n’est pas la seule à s’inquiéter. Cette semaine, la Banque d’Israël a publié son rapport sur la stabilité financière pour le premier semestre 2023. Elle a averti que l’incertitude croissante et prolongée concernant les implications de la législation controversée constitue une menace pour le système financier et l’économie du pays.

Dans notre entretien, Flug donne des exemples concrets de ce qu’elle, et d’autres analystes, observent en ce moment même.

Notre entretien a été édité et condensé dans un souci de clarté et de concision.

Times of Israel : Karnit, merci beaucoup de m’avoir rejoint aujourd’hui dans les studios Nomi à Jérusalem.

Pr. Karnit Flug : Merci de m’avoir invitée.

C’est un plaisir de vous rencontrer. En cette semaine de publication d’une série de rapports financiers quelque peu, je dirais, désastreux, je me demande, et je vous le demande Karnit, qu’est-ce qui compte aujourd’hui ?

Ce qui importe vraiment, à mon avis, c’est d’annoncer qu’aucune loi affectant le pouvoir judiciaire ne sera plus proposée sans un large consensus. Je pense qu’il est important d’entamer le processus de rétablissement de la confiance et d’apaisement des profondes divisions au sein de la société israélienne.

Nous allons nous plonger dans tout cela, en particulier dans les questions de confiance et de psychologie financière. Mais tout d’abord, pourriez-vous me dire en quoi consiste l’économie israélienne, d’une manière très large ?

L’économie israélienne est une économie avancée. Nous avons toujours dit qu’il s’agissait d’une petite économie ouverte. Elle est toujours ouverte, mais elle n’est plus si petite que ça, en réalité. Si l’on examine la composition de l’économie, on constate qu’elle est assez semblable, en termes généraux, à celle de la plupart des économies avancées : plus de la moitié du produit intérieur brut (PIB) du secteur des entreprises est constituée par le commerce et les services, environ 18 % par les communications et les transports, environ 18 % par l’industrie et 7 % par le secteur de la construction. Je pense donc que ce n’est pas atypique.

Illustration : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu recevant une copie du rapport annuel de la Banque centrale d’Israël pour 2015 de la part de la gouverneur de la banque, Karnit Flug, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 3 avril 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Mais ce qui distingue en quelque sorte l’économie israélienne, c’est l’importance du secteur de la high-tech, qui comprend à la fois des services et aussi de l’industrie, mais surtout des services. Ce secteur représente environ 18 % du PIB (chiffre pour 2022), ce qui est vraiment très élevé. C’est le taux le plus élevé de toutes les économies avancées. C’est donc une caractéristique très importante qui décrit l’économie israélienne. Ce n’est pas seulement la part du PIB, c’est aussi le secteur le plus dynamique. C’est un secteur qui a été responsable d’environ 40 % de notre croissance au cours des cinq dernières années. Il représente environ 56 % de nos exportations et 25 % de nos impôts directs. C’est donc un secteur extrêmement important.

Nous avons un secteur touristique relativement petit. Je pense que c’est d’ailleurs assez surprenant parce qu’Israël a tellement à offrir en termes de…

C’est la Terre sainte !

Oui, en termes d’histoire, de culture et de religion. Mais le tourisme représente moins de 3 % du PIB. Et si l’on compare avec des pays comme l’Espagne, l’Italie ou la Grèce, il représente moins d’un tiers du poids de ces pays. En effet, tous ces pays qui sont très dépendants du tourisme et qui en tirent une grande partie de leur production et de leur emploi ont subi un coup terrible pendant le COVID, et Israël, en raison des deux secteurs – en réalité, en raison de l’importance du secteur de la high-tech, qui a continué à prospérer pendant le COVID – et du très petit secteur du tourisme qui a été touché. Mais il s’agit d’un tout petit secteur. Dans les faits, nous avons traversé la crise COVID avec un effet relativement léger et de très courte durée.

Des touristes marchant près de la Tour de David, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 23 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Cela replace dans leur contexte les commentaires explosifs et le mouvement de protestation émanant du secteur de la high-tech car, comme vous l’avez dit, ils ont un poids très important en termes de stabilité financière et d’économie. J’aimerais maintenant parler un peu de la Banque centrale d’Israël, de ce qu’elle est et de ce qu’elle fait.

La Banque d’Israël est tout d’abord la banque responsable de la politique monétaire, de la fixation des taux d’intérêt et du maintien de nos réserves de change. Elle joue également un rôle de régulateur des banques, ce qui n’est pas le cas de toutes les banques centrales, où la supervision bancaire est assurée par la Banque centrale. Elle est responsable de tous les systèmes de paiement, ce qui est également une tâche typique d’une Banque centrale.

Mais le gouverneur de la Banque centrale joue également un rôle relativement unique en tant que conseiller économique du gouvernement, ce qui est atypique, et ces rôles sont normalement séparés. Mais dans le cas d’Israël, depuis la création de la Banque d’Israël, le gouverneur est le conseiller économique du gouvernement. Par conséquent, il est non seulement directement responsable de la politique monétaire, mais il présente également l’analyse des processus économiques, il apporte ses recommandations et on attend de lui qu’il ait une vision et une voix très claires sur ce qui affecte l’économie et sur la direction qu’elle prend.

S’agit-il d’une opinion indépendante ou d’une nomination influencée par des considérations politiques ?

Non, cela a toujours été une institution indépendante. La loi qui a été modifiée, une nouvelle loi, la loi sur la Banque d’Israël, qui a été promulguée en 2010, établit formellement son indépendance.

Dans la pratique, les gouverneurs ont toujours été des professionnels, non-affiliés politiquement, et ils étaient tous des experts très réputés dans le domaine de l’économie. Je pense que leurs opinions politiques n’ont jamais été un facteur, ni connues. Et je dois dire que j’espère vraiment que cela va continuer, car je pense que le fait d’être une institution très réputée et indépendante est très important pour la stabilité et la prospérité économiques d’Israël. Les commentaires des agences de notation, par exemple, mentionnent toujours les atouts de la banque, ses atouts professionnels, comme un élément important du fonctionnement de l’économie.

Jacob Frenkel, ancien gouverneur de la Banque centrale d’Israël, s’exprimant lors d’une manifestation contre la refonte judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 29 juillet 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Certains disent que le processus actuel de la refonte judiciaire pourrait affecter l’indépendance de la Banque d’Israël. Pensez-vous que cela puisse se produire ?

Eh bien, cela ne fait pas partie de ce qui a été annoncé comme faisant partie de la refonte du système judiciaire. Cependant, en parallèle, et c’est peut-être lié ou pas, on entend beaucoup de commentaires concernant la Banque d’Israël qui, je dirais, sont une source d’inquiétude.

Je pense, par exemple, à certains membres du Parlement, de la coalition ou du gouvernement qui commentent le simple fait que le gouverneur exprime son point de vue sur les conséquences économiques de la refonte judiciaire. Le type de commentaires que nous avons entendus est certainement une source d’inquiétude car il semble qu’ils ne comprennent pas vraiment l’importance et le rôle du gouverneur en tant que conseiller économique. Il ne remplirait pas son devoir de conseiller économique s’il n’exprimait pas son point de vue, ses préoccupations et son analyse des conséquences de cette refonte.

Pendant la majeure partie de votre carrière, vous avez travaillé au sein de la Banque d’Israël. Il s’agit en quelque sorte d’un travail de service public, n’est-ce pas ?

Oui, c’est vrai. Je me considérais – et en réalité, c’est toujours le cas – mais je me suis toujours considérée comme une fonctionnaire. Et je pense que c’est ainsi que les employés de la Banque, du plus jeune au plus haut placé, se considèrent. Comme des fonctionnaires, c’est certain.

Et je pense que les personnes qui se soucient d’Israël et de l’économie israélienne ont le devoir d’exprimer leur point de vue sur la base de leur analyse la plus approfondie et de leur jugement professionnel. Et je pense que c’est ce que l’on attend de tout fonctionnaire.

Parlons de la manière dont on peut analyser ce qui pourrait arriver. Je veux parler de la refonte du système judiciaire. Une étape de la législation a été adoptée jusqu’à présent, ce qui a évidemment provoqué des vagues, pas seulement des ondulations, mais des vagues, dans toute notre économie ou du moins le sentiment qu’elle pourrait affecter notre économie. Mais parlons des mesures vraiment difficiles dont nous disposons, pour analyser cela à l’aide de données, de la science.

Je pense donc qu’il faut peut-être faire une distinction entre les effets à court-terme que nous avons déjà observés et les projections de ce qui pourrait se produire sur la base d’une sorte de scénario qui examine ce qui se passe si ce type de processus se poursuit, sur la base de l’expérience d’autres pays et des recherches qui ont réellement examiné ce type d’effets. Il est important de faire la distinction, car certains effets sont relativement immédiats ou se manifestent déjà à court-terme.

Un employé remplissant un rayon de produits laitiers au supermarché Shufersal Deal, à Katsrin, sur le plateau du Golan, le 1er juillet 2022. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Que voyez-vous ?

Peut-être un autre commentaire avant de parler des indicateurs exacts. Je pense que ce qui a changé entre la semaine dernière et aujourd’hui, lorsque la première mesure de la législation a été adoptée, c’est la différence entre une législation qui était considérée comme un scénario qui pourrait se concrétiser et donc, s’il se concrétise, c’est un risque dont nous pouvons parler, et la situation actuelle où ce scénario a déjà commencé à se concrétiser. Nous ne savons pas encore exactement comment, mais il a déjà commencé à se concrétiser. Et je pense que c’est en partie pour cela que le niveau d’inquiétude a augmenté et que nous le voyons sur le marché.

Parce que ce n’est plus théorique, n’est-ce pas ?

Parce que cela commence à se concrétiser et que l’on se rend compte qu’il y a la volonté et le pouvoir de faire passer cette législation sans un large accord.

Qu’avons-nous donc vu ? Je pense que l’on peut examiner ce qui s’est passé avec les principaux indicateurs au cours des six derniers mois environ, depuis l’annonce de l’intention de légiférer sur cette refonte très radicale et controversée du système judiciaire.

Ce que nous avons vu, c’est l’affaiblissement du shekel par rapport à toutes les monnaies. Il est en fait possible de mesurer l’affaiblissement excessif du shekel parce qu’il y a toutes sortes de choses qui affectent le dollar et qui affectent le shekel au-delà ou indépendamment de l’évolution de la situation politique. Il existe d’ailleurs des modèles qui prédisent assez bien l’évolution à court-terme du shekel. Ainsi, lorsque vous utilisez ces modèles, vous pouvez voir ce qui n’est pas expliqué et vous constatez qu’il y a une divergence vers l’affaiblissement du shekel par rapport à ce modèle. La Banque d’Israël a effectué ce travail, qui a été publié, et a montré qu’environ 10 % de la dépréciation du shekel par rapport à un panier de devises est liée à la législation.

Une dépréciation de 10 % signifie également entre 1 et 2 % d’inflation supplémentaire. Nous avons donc parlé d’une hausse de l’inflation, et dans certains pays, nous avons déjà constaté une baisse de l’inflation. On peut donc attribuer à la législation environ 1,5 % de l’inflation actuelle, qui s’élève à environ 4,5 %. Cela signifie également qu’une partie des hausses de taux d’intérêt supplémentaires que la Banque d’Israël a dû appliquer en raison de l’augmentation de l’inflation peut être attribuée à la législation, ce qui signifie des taux d’intérêt plus élevés sur nos prêts immobiliers et tous nos crédits. C’est donc le genre de choses que nous avons déjà vues.

Un autre élément est la divergence entre les cours de la Bourse en Israël et, par exemple, le S&P 500. Si vous regardez le graphique, vous pouvez voir que pendant longtemps, jusqu’au début de l’année, les tendances se suivaient, puis tout d’un coup, vous voyez cette divergence. Il y a un écart de 20 à 25 % entre le niveau des indices qui représentent le S&P 500 et les indices de Tel Aviv 125 ou Tel Aviv 35. Il s’agit donc d’une perte substantielle en termes de valeur de nos actifs, qui affecte les pensions et la valeur de tous nos actifs financiers. Il s’agit donc d’un autre exemple que l’on peut réellement quantifier.

La bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)

Et le troisième élément que vous pouvez voir très clairement est la baisse des investissements dans notre secteur de la high-tech. Maintenant, il y a eu une baisse partout, et les gens le disent et c’est vrai, mais quand vous voyez l’ampleur ou le pourcentage de la baisse, vous pouvez voir qu’elle a été beaucoup plus forte ici. Et si l’on commence à observer une reprise des investissements dans le secteur de la high-tech dans d’autres endroits, ce n’est pas le cas ici. Il s’agit donc à nouveau d’un élément crucial, car notre secteur de la high-tech – et j’ai expliqué au début combien il est important pour l’économie, pour l’emploi, pour la prospérité, pour les impôts – si ce secteur subit un coup sévère, cela signifie un coup sévère pour l’économie dans son ensemble.

Un autre indicateur de l’effet de la législation et de la crainte de la direction que nous prenons est le fait que les start-ups israéliennes s’inscrivent désormais aux États-Unis et non plus ici. Si, avant que tout cela ne commence, environ 80 % des entreprises israéliennes étaient cotées en Israël et 20 % aux États-Unis, c’est désormais l’inverse.

C’est beaucoup plus difficile à quantifier, mais cela affecte clairement le secteur qui a été le moteur de la croissance au cours des cinq dernières années et qui a été très important pour notre résilience. Nous avons subi des chocs mondiaux très violents et l’économie israélienne s’est plutôt bien comportée. Les effets n’ont pas été si graves que cela. Et c’est en partie grâce à ce secteur. Je pense que c’est aussi grâce aux institutions qui ont été capables de faire face à ces chocs. Je pense donc que nous nous affaiblissons à bien des égards.

Tout ce que vous avez décrit s’est produit dans un laps de temps relativement court. Est-ce que cela signifie que c’est comme une tache fraîche, que c’est quelque chose que nous pouvons facilement effacer de cette robe blanche et que nous pourrons remettre notre économie sur pied ?

J’aimerais pouvoir répondre par l’affirmative, mais je n’en suis pas sûre. Je pense que même si nous le faisons, ou si le gouvernement le fait, et si le Premier ministre fait ce que je pense devoir être fait, c’est-à-dire l’annonce que j’ai faite précédemment, et prend d’autres mesures, je pense que le fossé dans la société, les divisions dans la société seront beaucoup plus difficiles à guérir.

Je pense que la confiance a été perdue, et c’est vrai entre le gouvernement et une grande partie de la population, mais aussi entre le gouvernement et certaines agences de notation, par exemple, ou d’autres organismes extérieurs.

« Je ne mets pas les choses sur le même plan, mais je pense que la question de la confiance est si difficile à construire et si facile à détruire. »

Je ne mets pas les choses sur le même plan, mais je pense que la question de la confiance est si difficile à construire et si facile à détruire.

Parlons donc un peu de la psychologie de l’économie. Personne ne peut oublier les scènes de « Mary Poppins », par exemple, lorsque le petit garçon demande qu’on lui rende son argent et que la banque s’effondre, ou encore celles de « La vie est belle », où la même chose se produit. Dans quelle mesure la psychologie du public, sa perception de la stabilité de son pays, affecte-t-elle l’économie ?

Je pense que certains secteurs de l’économie sont, et je reviens à la partie la plus dynamique, très mobiles et peuvent choisir, et ils sont beaucoup plus réactifs à ce type de développements. Si vous êtes un investisseur et que vous n’êtes pas sûr de la stabilité des règles du jeu, vous ne serez pas sûr que vous aurez la possibilité d’aller en justice si une décision du gouvernement ou d’un organe gouvernemental vous semble arbitraire, illogique. Normalement, vous bénéficiez de la protection des tribunaux. Si vous n’avez pas cette protection, vous réfléchirez à deux fois avant d’investir votre argent, vos capacités, dans un endroit comme celui-ci.

Je pense que certains secteurs de l’économie et de la société sont moins mobiles et qu’il y en aura toujours. Mais je pense que ce sont les secteurs qui dépendent fortement des investissements étrangers et des décisions d’entrepreneurs très brillants et de personnes travaillant dans le domaine de la technologie, etc. Ils peuvent choisir. Et j’espère vraiment que nous leur redonnerons d’une certaine manière la confiance et la volonté de mettre toutes leurs capacités ici, et pas ailleurs.

Une entreprise du secteur de la high-tech qui emploie des femmes ultra-orthodoxes, à Modiin Elit, le 17 août 2009. (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)

L’une des mesures que vous avez instituées en tant que gouverneure est le comité de Stabilité financière. Quel est son rôle et pourrait-il nous sauver ?

Le comité de Stabilité financière a été créé pour assurer la coordination entre les régulateurs financiers et pour examiner tous les éléments du système financier de manière plus globale. Je ne suis pas certaine qu’il puisse nous sauver des problèmes que nous avons évoqués précédemment.

C’est très important. En réalité, ce type de comité a été mis en place dans de nombreux endroits à la suite de la crise financière mondiale de 2008, lorsque l’on s’est rendu compte que les risques pouvaient se déplacer d’une partie du système financier à l’autre. Si l’on ne considère pas l’ensemble du système comme un tout et que l’on n’échange pas d’informations, par exemple, entre les différents régulateurs, on risque d’avoir des angles morts. Je pense que le comité de Stabilité financière est important à cet égard. Je ne suis pas sûre qu’il puisse nous sauver de nous-mêmes.

Parlons maintenant d’une vision à plus long-terme : Israël est, bien sûr, la start-up nation, ce qui joue sur l’état d’esprit des jeunes Israéliens de 75 ans en général, et sur le « yihiyeh besseder », l’état d’esprit du fameux « tout ira bien ». Mais la réflexion à long-terme – il apparaît à quiconque étudie la démographie du pays qu’une grande partie de notre population, dans 20 à 30 ans, n’aura pas d’emploi. Comment cela s’intègre-t-il dans les prévisions financières que des gens comme vous font ?

Je pense que la démographie ou la part croissante de la population haredi est certainement quelque chose que nous devons analyser. Il m’est difficile de prévoir ou de croire que l’économie continuera à prospérer si la communauté ultra-orthodoxe ne s’engage pas d’une manière ou d’une autre dans l’activité économique en Israël.

Ce qui m’inquiète beaucoup, c’est que les récentes décisions du gouvernement et l’accord de coalition fournissent en fait toutes les mauvaises incitations aux membres de la communauté haredi pour acquérir les bonnes compétences, acquérir les compétences de base qui leur permettront d’entrer sur le marché du travail et d’en tirer un revenu décent.

Le fait que nous élargissions les budgets de ces institutions qui n’enseignent aucune compétence de base, et le fait que nous fournissions des incitations supplémentaires pour qu’ils restent en dehors du marché du travail, est très inquiétant.

Je ne vois pas comment Israël pourra continuer à fonctionner dans 30 ou 40 ans, lorsque cette partie de la population aura augmenté d’environ un tiers par rapport aux 13 % actuels, sans changement, sans changement sérieux dans la manière dont elle s’engage dans l’activité économique.

Tout ce que vous avez dit est extrêmement déprimant, je dois le dire. Mais j’ai l’impression qu’il y a une lueur d’espoir que je peux tirer de vous quelque part. Peut-être dans cette direction. Vos recherches portaient sur le travail, les marchés du travail. Avez-vous constaté des améliorations sur les marchés du travail au cours des dernières décennies ?

Oh, oui, j’ai vu beaucoup d’améliorations, et à bien des égards en réalité. Je dois dire que nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins et que je suis extrêmement inquiète. Mais quand je regarde en arrière, je pense que nous avons fait énormément de choses. C’est pourquoi je pense que nous avons tant à perdre. Si vous regardez la participation au marché du travail, il y a eu un énorme bond en avant. Et malgré le fait qu’une partie de la société ne participe que très modestement au marché du travail si l’on considère la moyenne, nous sommes plus élevés en termes de participation à la population active ou d’emploi que la plupart des économies avancées.

L’inégalité des revenus s’est considérablement réduite en raison de l’augmentation du nombre de personnes sur le marché du travail. L’économie israélienne a obtenu de nombreux résultats en termes de croissance et de résilience face aux deux dernières crises mondiales, et ce, de manière très impressionnante, grâce aux éléments que nous avons évoqués. Je pense donc qu’il y a de quoi être très impressionné, et je pense que c’est la raison pour laquelle nous avons tant à perdre, et c’est pourquoi j’essaie par tous les moyens d’expliquer pourquoi nous devrions arrêter cette folie et revenir à une voie plus constructive.

Un billet de 20 shekels portant la signature de l’ancienne gouverneure de la Banque centrale d’Israël, la professeure Karnit Flug. (Crédit : Times of Israel)

Ma dernière question est de nature plus personnelle. Qu’avez-vous ressenti la première fois que vous avez vu votre signature sur les billets en shekel ?

C’est une question que l’on ne m’avait jamais posée auparavant. En réalité, je dois dire que cela m’a apporté une certaine fierté. Lorsque je paie avec des billets portant ma signature, je glousse et je me dis : « Eh bien, j’ai fait quelque chose de bien. »

C’est incontestable. Merci beaucoup d’avoir accepté notre invitation.

Merci à vous.

Les podcasts de What Matters Now peuvent être téléchargés sur iTunes, TuneIn, Pocket Casts, Stitcher, PlayerFM ou ailleurs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.