Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

L’économie menacée par l’incertitude liée à la refonte judiciaire – Banque d’Israël

Dans un rapport sur la stabilité financière nationale, la banque déclare que le système financier israélien "reste stable" mais augmente le niveau de risque

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Les bureaux principaux de la Banque d'Israël, à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les bureaux principaux de la Banque d'Israël, à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Banque d’Israël a averti mercredi que l’incertitude croissante et prolongée autour des implications induites par les efforts du gouvernement pour faire avancer sa refonte controversée du système judiciaire constitue une menace pour le système financier et l’économie du pays.

Dans son rapport sur la stabilité financière pour le premier semestre de l’année 2023, la Banque d’Israël a présenté les défis auxquels est confronté le système financier du pays et a relevé son évaluation du niveau de risque pour l’environnement macroéconomique d’Israël de « moyen-faible » à « moyen-élevé », citant des préoccupations de changements juridiques et institutionnels conduisant à un ralentissement dans le secteur technologique et à un affaiblissement du taux de change du shekel.

La Banque centrale a expliqué que l’augmentation du niveau de risque découle également d’autres facteurs, notamment la poursuite des hausses de taux d’intérêt en raison de l’augmentation de l’inflation et des prévisions d’un ralentissement de la croissance économique locale et mondiale.

Bien que la Banque d’Israël ait déclaré que le système financier local « reste stable », grâce à la résilience du système bancaire et des compagnies d’assurance, elle a averti que si l’incertitude concernant les conséquences économiques des changements législatifs s’accroît, cela pourrait « remettre en question le système financier à moyen terme ».

Le rapport semestriel de la Banque d’Israël sur la stabilité financière évalue les changements et les risques dans le système financier en fonction de trois paramètres principaux : l’environnement macro-économique, les marchés financiers, y compris les actions et les obligations, et le crédit aux ménages et au secteur des entreprises.

Il fournit un indicateur des différentes expositions de l’économie aux chocs provenant d’Israël et du reste du monde. Le rapport vise à sensibiliser les décideurs politiques aux risques susceptibles d’affecter le système financier à court et à moyen terme, a déclaré la Banque centrale.

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, parle devant le public de la conférence de l’institut Aaron de politique économique à l’université Reichman, le 13 juin 2023. (Crédit : Oren Shalev)

Pour l’instant, la Banque d’Israël prévoit une croissance économique de 3 % pour chacune des années 2023 et 2024. Comme principal risque pour les prévisions, la Banque centrale a cité un scénario dans lequel l’avancement des changements juridiques et institutionnels conduit à une hausse de la prime de risque d’Israël, à une dévaluation continue du shekel, à des dommages aux exportations et à une baisse des investissements locaux et de la demande pour la consommation privée. Si ce risque se matérialise, la Banque centrale estime que le PIB d’Israël subira un préjudice compris entre 0,8 % et 2,8 % pour chacune des trois années à venir.

Dans son examen de la stabilité du système financier pour le premier semestre de l’année, la Banque d’Israël a déclaré que l’avancement de la législation proposée avait déjà un impact sur l’économie.

« L’incertitude entourant les changements législatifs a augmenté la prime de risque de l’économie et s’est accompagnée d’une dépréciation du shekel qui a contribué à l’augmentation de l’inflation, à une baisse des prix des actions et à une volatilité accrue sur le marché des changes et sur les marchés financiers », selon le rapport de la Banque centrale.

Les mesures prises ces derniers mois par le gouvernement ont créé un « sentiment négatif » sur les marchés financiers qui n’a fait que s’intensifier avec l’avancement de la législation proposée, a-t-on ajouté. La Banque d’Israël a souligné qu’en particulier au cours des mois de février et mars, alors que des progrès ont été réalisés dans l’avancement des changements juridiques, la prime de risque de l’économie a augmenté tandis que le shekel s’est considérablement affaibli et que le marché boursier local a sous-performé par rapport à ses homologues mondiaux.

Globalement, au cours des six premiers mois de l’année, l’indice de référence TA-125 de la bourse de Tel Aviv a chuté de 2,1 %, alors que les principaux indices boursiers mondiaux ont progressé au cours de la même période. Parallèlement, le shekel s’est déprécié de 2,7 % par rapport au dollar américain, le billet vert s’étant affaibli par rapport à d’autres monnaies, selon la banque centrale.

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, a averti le mois dernier que la faiblesse de la monnaie locale due à l’incertitude entourant la réforme judiciaire a conduit à une inflation « excédentaire » d’au moins 1 % à 1,5 %, tout en indiquant que si la tendance se poursuivait, la Banque centrale devrait augmenter les coûts d’emprunt pour freiner la croissance des prix.

Sur la pancarte bleue : « Pas de démocratie, pas de high-tech » ; et sur la pancarte jaune : « Non au coup d’État », à Tel Aviv, le 24 janvier 2023. (Crédit : AP/ Maya Alleruzzo)

La Banque d’Israël a régulièrement augmenté ses taux d’intérêt à dix reprises consécutives, passant d’un plancher record de 0,1 % en avril 2022 à 4,75 % à la fin du mois de mai. Les augmentations agressives des taux d’intérêt ont rapidement augmenté les coûts des détenteurs d’hypothèques et de prêts, qui ont du mal à faire face aux paiements mensuels.

La Banque d’Israël a souligné que les ménages et les entreprises disposent encore de « tampons de sécurité » constitués en partie grâce aux incitations fiscales et à l’assouplissement monétaire au cours de la période COVID-19.

« La capacité de remboursement des ménages et des entreprises reste forte », selon le rapport. « Toutefois, en ce qui concerne le crédit au secteur des entreprises, les sociétés du secteur de l’immobilier et de la construction – une industrie majeure en termes d’exposition du système financier – ont présenté un risque accru.

Depuis le début de l’année, les dirigeants d’entreprises, les fondateurs de startups et les employés ont été au premier plan des manifestations de masse contre les modifications du système judiciaire israélien proposées par le gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. La préoccupation est que le plan de refonte judiciaire sape le système d’équilibre des pouvoirs et le caractère démocratique d’Israël, ce qui à son tour, craint-on, menace la position de l’écosystème en tant que plaque tournante stable pour les investissements.

L’écosystème technologique israélien est un moteur de croissance essentiel pour l’économie locale, puisqu’il génère environ 16 % du PIB et plus de 50 % des exportations, et contribue à plus de 25 % de l’impôt sur le revenu total perçu par le gouvernement.

Commentant les conséquences à moyen et long terme des changements juridiques structurels proposés, perçus comme affaiblissant l’indépendance des institutions judiciaires du pays, la Banque d’Israël a cité le risque de la capacité des entreprises locales à attirer des investissements étrangers, en particulier des fonds de capital-risque, la crédibilité des décideurs politiques et la sur-réglementation.

Des données récentes de la société de capital-risque Viola ont montré que la collecte de fonds par les entreprises technologiques israéliennes au cours du premier semestre de l’année a chuté de 73 % à 3,2 milliards de dollars contre 12 milliards de dollars au cours du premier semestre de 2022, et a marqué le chiffre le plus bas depuis au moins 2018. Les investissements dans la technologie ont continué à chuter au niveau mondial, bien qu’à un rythme plus lent. Au cours des six premiers mois de l’année, l’activité de financement mondiale a chuté de 50 % pour atteindre 168 milliards de dollars, contre 333 milliards de dollars levés au cours de la même période en 2022.

Suite à l’adoption le mois dernier du premier projet de loi d’une série de changements juridiques proposés par le gouvernement, les agences mondiales de notation Moody’s Investors Service et Standard & Poor’s ont émis des avertissements selon lesquels l’agitation politique continue autour de la révision judiciaire largement contestée pose des risques pour la croissance économique et la stabilité sociale en Israël.

Moody’s s’inquiète de l’effondrement des investissements en capital-risque dans les entreprises technologiques locales au cours du premier semestre de l’année, depuis la présentation du plan judiciaire, et cite des données montrant que 80 % des nouvelles entreprises israéliennes ont choisi de s’enregistrer à l’étranger au cours de la même période. En outre, une enquête menée par Start-Up Nation Central, qui suit l’écosystème technologique local, a révélé que près de 70 % des startups israéliennes prennent des mesures actives pour retirer de l’argent et transférer des parties de leurs activités en dehors du pays en raison de l’incertitude créée par le projet de réforme judiciaire.

En réponse au rapport de la Banque d’Israël, le groupe de protestation issu du secteur de la high-tech a déclaré que les résultats et les risques présentés « montrent une fois de plus » comment le gouvernement Netanyahu « détruit » l’économie tout en ignorant les avertissements des experts.

Le gouvernement poursuit sa réforme judiciaire « au lieu de faire face à la réalité du coût élevé de la vie, à la fuite des entrepreneurs et des investisseurs, et à l’effondrement des systèmes d’éducation, de santé et de protection sociale », a déclaré le groupe. « Netanyahu et [le ministre des finances Bezalel] Smotrich peuvent continuer à mentir sur une économie solide qui sera révélée lorsque la poussière sera retombée, mais la vérité est qu’il ne s’agit pas de poussière, mais d’un désert économique dans lequel ils nous conduisent. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.