Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Les promesses de Netanyahu de limiter la refonte n’apaisent pas les investisseurs

Les investisseurs suivent de près les développements et doutent que les paroles du Premier ministre apaisent les manifestants ; le shekel et les obligations étrangères stagnent

Des manifestants contre la refonte du système judiciaire protestent contre la présence du ministre de l'Économie Nir Barkat, lors d'une conférence à la Bourse de Tel Aviv, le 10 juillet 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des manifestants contre la refonte du système judiciaire protestent contre la présence du ministre de l'Économie Nir Barkat, lors d'une conférence à la Bourse de Tel Aviv, le 10 juillet 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

À ce jour, le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas réussi à restaurer la confiance des investisseurs, malgré sa promesse de limiter la portée des projets controversés de son gouvernement en matière de refonte du système judiciaire, selon l’agence de presse financière Bloomberg, mardi.

Dans une interview accordée à Bloomberg dimanche, Netanyahu a indiqué qu’il tenterait de faire adopter l’un des aspects les plus controversés de son projet – un projet de loi visant à donner au gouvernement un contrôle quasi absolu sur la nomination des nouveaux juges – d’ici novembre, et qu’il mettrait ensuite les autres propositions du paquet législatif en veilleuse. Le Premier ministre a déclaré qu’il chercherait à parvenir à un compromis avec l’opposition sur le projet de loi.

Mais selon une analyse de Bloomberg parue mardi, les promesses de Netanyahu de suspendre une grande partie de la réforme n’ont pas dissipé les craintes, notant qu’un jour après l’interview, le shekel israélien et les obligations étrangères n’avaient pas enregistré de gains malgré un marché boursier en hausse.

Hasnain Malik, chercheur à la société de courtage financier Tellimer, a déclaré à Bloomberg que les investisseurs restaient sur leurs gardes en raison des « manifestants, qui continuent de craindre une atteinte permanente à la démocratie en Israël ».

« Cette situation est défavorable aux prix des actifs israéliens », a-t-il déclaré.

Win Thin, responsable mondial de la stratégie de change au sein de la société de conseil financier Brown Brothers Harriman & Co, a indiqué que les investisseurs attendaient de voir si les propos de Netanyahu parviendraient à calmer l’opposition et à mettre fin aux manifestations.

« J’ai le sentiment que ce ne sera pas le cas », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adressant à Bloomberg le 7 août 2023. (Crédit : Capture d’écran)

Lors de son interview dimanche, Netanyahu a rejeté les avertissements concernant les retombées économiques de la refonte, exhortant les investisseurs étrangers à continuer à placer leurs fonds dans l’État juif.

« Il y a beaucoup de bruit sur les marchés à court terme. Les marchés à long terme sont plus clairs », a affirmé Netanyahu, ajoutant qu’Israël était un investissement « sous-évalué ». « Vous devriez investir en Israël », a-t-il déclaré. « L’argent intelligent vient maintenant en Israël. »

Tout en évitant les médias israéliens, Netanyahu mène un blitz médiatique international ces dernières semaines, s’entretenant avec NBC News, Fox News, CNN, ABC News, NPR et d’autres, pour une offensive de charme mondiale visiblement destinée à réfuter les critiques virulentes sur les plans de refonte judiciaire de son gouvernement.

Au lendemain de l’adoption par le gouvernement, fin juillet, d’une loi empêchant les juges d’examiner les nominations et les décisions du gouvernement sur la base du critère de « raisonnabilité », les actions israéliennes ont plongé et le shekel a perdu de sa valeur.

Les entrepreneurs, les fondateurs de start-up et leurs employés sont en première ligne des manifestations de masse contre le projet de refonte du système judiciaire proposé par le gouvernement. Ils craignent que ce projet ne compromette le système d’équilibre des pouvoirs et le caractère démocratique d’Israël, ce qui menacerait la position du pays en tant que pôle d’investissement stable.

Dimanche, Modi Shafrir, stratège en chef de la Banque Hapoalim, a déclaré que les fonds spéculatifs et les gestionnaires d’actifs s’inquiétaient de l’effet de la réforme sur la prime de risque d’Israël et sur les cotes de crédit du pays.

Un panneau de l’agence de crédit Moody’s, à New York, le 13 août 2010. (Crédit : Mark Lennihan/AP)

Jeudi, Citibank a revu à la baisse ses prévisions pour l’économie israélienne en 2023 et 2024, invoquant la chute des investissements et les inquiétudes liées à l’impact de la refonte judiciaire du gouvernement et d’autres décisions politiques. La banque américaine a réduit sa projection de croissance pour Israël en 2023 de 3,3 % à 3,1 %, tandis que les prévisions pour 2024 sont passées de 3,3 % à 2,8 %.

Après l’adoption de la loi sur le « caractère raisonnable », la banque d’investissement américaine Morgan Stanley a abaissé le crédit souverain d’Israël à une « note d’aversion », citant « l’incertitude persistante sur les perspectives économiques dans les mois à venir ». Les agences de notation internationales Moody’s Investors Service et Standard & Poor’s ont émis des avertissements selon lesquels l’agitation politique actuelle liée à la refonte judiciaire présente des risques pour la croissance économique et la stabilité sociale en Israël. Les agences n’ont toutefois pas encore, jusqu’à présent, modifié la notation d’Israël depuis l’adoption de la dernière loi.

Moody’s a exprimé ses inquiétudes face à l’effondrement des investissements en capital-risque dans les entreprises technologiques locales au cours du premier semestre de l’année, suite à la présentation du projet judiciaire, et a cité des données montrant que 80 % des nouvelles start-ups israéliennes ont choisi de s’enregistrer à l’étranger au cours de la même période. En avril, l’agence de notation a abaissé la perspective de crédit d’Israël de « positive » à « stable », citant une « détérioration de la gouvernance d’Israël » et les bouleversements provoqués par la tentative du gouvernement de refondre le système judiciaire de manière radicale

Sharon Wrobel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.