Israël en guerre - Jour 229

Rechercher
Vue du Mont Dov, également connu sous le nom de "Fermes de Chebaa", depuis le village de Ghajar à la frontière du Liban, le 2 août 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
Vue du Mont Dov, également connu sous le nom de "Fermes de Chebaa", depuis le village de Ghajar à la frontière du Liban, le 2 août 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
Reportage

Les provocations du Hezbollah deviennent de plus en plus nombreuses

Bien que les habitants de Ghajar affirment que les choses sont calmes, certains craignent une guerre avec le groupe terroriste soutenu par l’Iran

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

GHAJAR – Pour les habitants de ce petit village alaouite situé à cheval sur la frontière israélienne avec le Liban, où les tensions récentes avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah se sont concentrées, il y a eu un sentiment dominant de calme au cours des derniers mois, malgré les provocations grandissantes du groupe terroriste soutenu par l’Iran, qui n’ont suscité que peu de réactions.

Toutefois, les militaires et les habitants des villes à majorité juive situées à portée des roquettes du Hezbollah se préparent au pire.

L’atmosphère paisible de la seule implantation à majorité alaouite du pays a été brisée pendant un bref instant le mois dernier lorsque le Hezbollah a lancé un missile guidé anti-char sur le village, percutant une falaise et une clôture dans la partie sud de Ghajar, dans un message apparent à l’intention d’Israël.

Tsahal a réagi en lançant un certain nombre d’obus d’artillerie sur la zone d’où le missile avait été lancé, sans faire de dégâts ni de blessés au Liban.

Ghajar a été placé sous les feux de la rampe ces derniers mois, le Hezbollah exigeant qu’Israël se retire du village, dont la moitié nord se trouve en territoire libanais, bien qu’elle ne soit pas administrée par les autorités libanaises.

À environ 4 kilomètres de l’endroit où le Hezbollah a installé deux tentes à l’intérieur du territoire israélien souverain, Jaber Khatib, qui travaille dans une pâtisserie familiale à Ghajar, a qualifié les tensions entre le Liban et Israël de « politique interne ».

À l’origine, Ghajar faisait partie du plateau du Golan, qu’Israël a repris à la Syrie en 1967 et annexé en 1981. En 2000, lorsqu’Israël s’est retiré du Sud-Liban après 15 ans d’occupation militaire et que les Nations unies ont délimité la « Ligne bleue », Ghajar a été divisé en deux, la moitié nord passant sous contrôle libanais.

Israël a repris le contrôle de l’ensemble du village pendant la Seconde Guerre du Liban en 2006, après que le Hezbollah a utilisé la région de Ghajar pour organiser des attaques. La ville est restée une zone militaire fermée pendant plus de vingt ans, les non-résidents devant obtenir une autorisation spéciale pour entrer ou sortir par un checkpoint de l’armée.

En septembre 2022, avec la construction d’une clôture autour de la partie nord du village pour bloquer l’entrée depuis le Liban, l’armée a levé les restrictions d’accès. La clôture entourant la partie nord de Ghajar a été construite à l’initiative du conseil local et non de l’armée. Depuis 2010, Tsahal ne maintient plus de présence militaire permanente dans la partie nord du village – qui se trouve techniquement en territoire libanais – jusqu’à ce que la question soit résolue par l’ONU.

Vue d’une clôture entourant la partie nord du village de Ghajar, à cheval sur la frontière avec le Liban, le 2 août 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Les tensions à la frontière entre Israël et le Liban se sont récemment accrues. Israël et le Liban n’ont pas de frontière officielle en raison de différends territoriaux, mais ils respectent en grande partie la Ligne bleue reconnue par les Nations unies. La Ligne bleue est marquée par des barils bleus le long de la frontière et se trouve à plusieurs mètres de la clôture israélienne dans certaines zones, qui est entièrement construite sur le territoire israélien.

Des mois de tensions croissantes

Bien que les forces israéliennes n’opèrent généralement pas du côté nord du village et que la clôture ait été établie par le conseil local plusieurs mois auparavant, le Hezbollah a cherché à établir une équivalence. En avril, l’organisation chiite a franchi la Ligne bleue sur le mont Dov voisin, également connu sous le nom de « Fermes de Chebaa » – une zone revendiquée par le Liban – pour installer deux tentes tenues par des agents du Hezbollah.

Israël a transmis à l’ONU des demandes de retrait des tentes, le Hezbollah exigeant en réponse un retrait complet d’Israël de Ghajar. Les habitants de Ghajar, quant à eux, se sont opposés à plusieurs reprises à une éventuelle division de leur village et à l’annexion de sa moitié nord au Liban.

L’une des tentes a été enlevée après qu’Israël a envoyé un message au Hezbollah, le menaçant d’une confrontation armée s’il ne démantelait pas rapidement l’avant-poste. La seconde tente est toujours sur place depuis des mois, sans que l’armée israélienne n’intervienne.

Outre les tentes, le Hezbollah mène depuis des mois d’autres actions de provocation le long de la frontière.

À la mi-juillet, les troupes de Tsahal ont filmé des membres du Hezbollah en tenue de camouflage marchant le long de la frontière près de la ville de Dovev, dans le nord d’Israël. Les troupes n’ont pas poursuivi la patrouille.

La patrouille a violé la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a mis fin à une guerre d’un mois en 2006 et interdit aux groupes armés autres que l’armée libanaise officielle et la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) d’opérer au sud du fleuve Litani, qui est un fleuve de maintien de la paix.

Des membres du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah marchant le long de la frontière libanaise, en juillet 2023. (Autorisation)

Le 15 juillet, un groupe de Libanais, dont un député, a franchi la frontière pour pénétrer dans le territoire souverain d’Israël, avant d’être repoussé au Liban par les troupes de Tsahal qui ont procédé à des coups de semonce. Un jour plus tôt, le 14 juillet, l’armée avait déclaré que les troupes avaient tiré des coups de semonce et utilisé des moyens de dispersion des émeutes après que plusieurs suspects libanais eurent lancé des pierres en direction de la frontière.

Le 12 juillet, Tsahal a fait exploser une charge explosive non létale après que des membres du Hezbollah eurent tenté d’endommager la clôture frontalière d’Israël. Dans une autre zone, des militants du Hezbollah ont escaladé une tour militaire israélienne à la frontière et ont volé du matériel de surveillance. Lors d’un troisième incident ce jour-là, les troupes de Tsahal ont tiré des coups de semonce sur un groupe de militants du Hezbollah qui avaient lancé des pétards et allumé des incendies près de Metula, lors d’une manifestation organisée pour marquer les 17 ans de la Seconde Guerre du Liban de 2006.

En juin, le Hezbollah a déclaré avoir abattu un drone israélien qui survolait un village dans le sud du Liban.

En avril, des salves de dizaines de roquettes ont été tirées du Liban sur Israël, blessant trois personnes et endommageant des bâtiments. Bien qu’Israël ait imputé ces tirs de roquettes au groupe terroriste palestinien Hamas, ils ont été considérés comme ayant été effectués avec l’approbation tacite du Hezbollah.

Par ailleurs, en mars, l’armée israélienne a accusé le Hezbollah d’avoir envoyé un terroriste infiltrer Israël depuis le Liban et poser une bombe à un carrefour dans le nord d’Israël. L’explosion a grièvement blessé un Israélien. L’armée n’a jamais annoncé publiquement de réponse.

Un moment propice à l’escalade

Lors d’une visite de la frontière organisée mercredi par le groupe Media Central, le colonel (réserviste) Kobi Marom, un habitant de la région et ancien commandant de la brigade Hermon basée dans le Golan, a déclaré qu’il était « inacceptable » que le Hezbollah intensifie la situation sans qu’Israël ne réagisse vraiment.

« Il est inacceptable qu’une organisation terroriste qui contrôle le Liban, le pays voisin, décourage Israël, qui est l’un des pays les plus forts du Moyen-Orient. Mais c’est la réalité, et je pense que cela s’est produit à cause de la stratégie et de la politique israéliennes de ces dix dernières années, qui ont été une énorme erreur », a déclaré Marom.

Vue de la barrière de sécurité militaire israélienne à la frontière avec le Liban, près de la ville septentrionale de Metulla, avec la ville libanaise de Kfarkela en arrière-plan, le 2 août 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Marom a déclaré que l’Iran avait donné au Hezbollah « le feu vert » pour intensifier la situation au cours des derniers mois, en raison d’un niveau de confiance élevé.

Le Hezbollah est plus confiant en raison des réponses perçues comme limitées d’Israël à ses actions et l’Iran est plus confiant en raison de relations plus étroites avec la Russie, de liens renouvelés avec l’Arabie saoudite dans le cadre d’un accord négocié par la Chine, ainsi que de négociations indirectes avec les États-Unis par l’intermédiaire d’Oman sur les questions nucléaires, a-t-il déclaré.

« Ils ont décidé que c’était le moment idéal pour intensifier la situation et pour que le Hezbollah crée une sorte de guerre d’usure le long des 112 km de la frontière libanaise », a déclaré Marom, ajoutant que l’Iran et son mandataire libanais « comprennent la faiblesse de la politique israélienne ».

« Le fait qu’Israël n’ait pas réagi après l’attentat terroriste de Meggido [jonction], que le gouvernement israélien n’ait pas réagi après le lancement de 40 roquettes sur la Galilée occidentale, qu’Israël n’ait pas réagi au missile anti-char lancé à Ghajar il y a tout juste trois semaines, et qu’ils violent la souveraineté israélienne et construisent une tente avec dix terroristes du Hezbollah en Israël, tout cela est inacceptable », a-t-il déclaré.

Le colonel (réserviste) Kobi Marom s’adressant aux journalistes près de la ville de Metulla, à la frontière avec le Liban, le 2 août 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Les responsables de la Défense israélienne ont quant à eux averti les députés que les tensions internes liées au projet controversé du gouvernement de remanier radicalement le système judiciaire ont enhardi les ennemis d’Israël, qui « considèrent la situation comme une occasion d’attaquer« .

Lors de la visite du Times of Israel à la frontière, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, et le président Isaac Herzog ont également visité la zone et publié des photos, dans le but de transmettre un message de fermeté face à un groupe terroriste confiant.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a quant à lui approuvé plusieurs mesures recommandées par Tsahal en ce qui concerne la poursuite des actions du Hezbollah, notamment la question de la tente en territoire israélien.

L’armée a estimé que les risques d’escalade avec le Hezbollah n’ont jamais été aussi élevés depuis la guerre de 2006, et prévoient que le prochain conflit éclatera également sur plusieurs fronts.

Le groupe terroriste du Hezbollah est depuis longtemps l’adversaire le plus important de Tsahal aux frontières d’Israël, avec un arsenal estimé à près de 150 000 roquettes et missiles pouvant atteindre n’importe quel endroit en Israël.

Nous devons nous préparer à prendre soin de nous-mêmes

La menace des roquettes du Hezbollah inquiète les habitants du nord, de nombreuses villes n’ayant pas suffisamment d’abris anti-bombes.

Gidi Harari, colonel à la retraite et chef adjoint de l’équipe des premiers intervenants dans le moshav de Shear Yashuv, au nord d’Israël, à environ 5 kilomètres au sud de la frontière, a déclaré qu’en cas de guerre, la ville devrait très probablement être évacuée.

Un abri anti-bombe public dans la ville de Shear Yashuv, le 2 août 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

« L’armée ne pourra pas s’occuper de nous parce que la première semaine, c’est la période où les combats sont les plus intenses à la frontière. Nous devons donc nous préparer à prendre soin de nous-mêmes », a déclaré Harari, notant que la ville dispose de réserves d’eau et de nourriture pour tous les habitants pour plusieurs jours – qui sont nécessaires jusqu’à ce qu’elle soit en mesure d’évacuer les résidents.

« Nous n’avons pas assez d’abris pour toute la population du moshav », a-t-il ajouté. « Seules 50 % des maisons disposent d’une sorte d’abri… et nous avons quelques abris publics. »

« C’est un problème. Ce n’est pas facile », a ajouté Harari.

De retour à Ghajar, Khatib a déclaré qu’en dehors de l’attaque au missile guidé anti-char, l’atmosphère dans le village avait été calme.

« Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, mais j’espère qu’il y aura la paix », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.