Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Netanyahu rencontre les chefs de la sécurité sur fond de provocations du Hezbollah

Le Premier ministre a accepté les recommandations des responsables de la défense ; des Libanais se sont approchés de la frontière en brandissant des drapeaux du Hezbollah

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens gardent la frontière avec le Liban, le 16 mai 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Des soldats israéliens gardent la frontière avec le Liban, le 16 mai 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tenu une réunion d’évaluation de la sécurité dimanche avec les hauts responsables de la défense israélienne afin de discuter des plans d’action proposés par l’armée, a déclaré son bureau, alors que les tensions avec le Hezbollah augmentent à la frontière d’Israël avec le Liban.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, les chefs de l’armée, du Mossad et du Shin Bet, ainsi que de nombreux autres hauts responsables de la sécurité, ont participé à cette réunion.

« Le Premier ministre a accepté les recommandations et les plans d’action proposés par l’armée israélienne et l’establishment de la défense », a déclaré le bureau du Premier ministre, sans donner plus de détails sur ce qui a été discuté lors de la réunion.

La Douzième chaîne a indiqué que les médias avaient rapporté que les responsables de la défense avaient présenté à Netanyahu une vue d’ensemble des renseignements et des évaluations de la situation. La chaîne a souligné que le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, chercherait probablement à provoquer des événements le long de la frontière, sentant qu’Israël, confronté à une crise interne, éviterait une réponse sévère.

Les fonctionnaires auraient dit au Premier ministre qu’une « évaluation erronée de Nasrallah pourrait déclencher un conflit sur l’ensemble du front ».

La Douzième chaîne a également rapporté, sans citer de source, que le Hezbollah avait reçu le feu vert de l’Iran pour mener des actions d’usure contre Israël.

L’armée israélienne a renforcé ses effectifs dans le nord en réponse aux tensions, après l’installation par le Hezbollah de tentes au nord de la barrière frontalière, mais à l’intérieur du territoire israélien.

Lors du dernier incident sur le front nord, un certain nombre de citoyens libanais ont brandi des drapeaux du Hezbollah à la frontière israélienne, comme l’ont montré des images dimanche.

Dans des vidéos et des photos partagées par un journaliste affilié au Hezbollah, plusieurs jeunes Libanais ont franchi une barrière qui aurait été installée par une force de maintien de la paix des Nations unies près du village contesté de Ghajar, qui chevauche la frontière israélo-libanaise.

Les suspects n’ont pas franchi la barrière frontalière d’Israël et n’ont pas pénétré sur le territoire israélien souverain.

Selon Ali Shoeib, le correspondant lié au Hezbollah, la barrière de l’ONU empêchait les résidents libanais d’accéder à une route près de Ghajar depuis 2006, lorsqu’Israël a pris le contrôle de l’ensemble du village à la suite d’une guerre d’un mois avec le Hezbollah.

Lors de la réunion hebdomadaire du cabinet dimanche, Netanyahu a répondu aux menaces proférées par Nasrallah dans un discours prononcé à l’occasion de la fête chiite de l’Achoura samedi, dans lequel il a averti que le groupe répondrait à tout « acte stupide » de la part d’Israël.

« En ce qui concerne les menaces émanant du bunker de Nasrallah, elles ne nous impressionnent pas. Le jour où nous l’aurons décidé, il nous trouvera debout, épaule contre épaule. Nasrallah sait également que lui et le Liban ne doivent pas nous mettre à l’épreuve », a déclaré Netanyahu.

Nasrallah a déclaré samedi qu' »Israël continue d’occuper des parties du territoire libanais et parle effrontément de provocations ».

« Je dis aux sionistes : ‘Méfiez-vous de toute mesure ou décision stupide d’une sorte ou d’une autre, la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes] ne prend pas à la légère sa responsabilité de répondre et de libérer des terres. Nous sommes prêts à toutes les options et nous ne resterons pas silencieux face à tout acte stupide' », a déclaré Nasrallah.

Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah, s’exprim/מא via une liaison vidéo lors d’activités marquant le jour saint musulman chiite de l’Achoura dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 29 juillet 2023. (Crédit : Hassan Ammar/AP Photo)

Depuis le début du mois de juin, Israël cherche à retirer les deux tentes installées par le Hezbollah dans la région contestée du mont Dov, également connue sous le nom de « Fermes de Shebaa ». L’une des tentes a été enlevée après qu’Israël eut envoyé un message au Hezbollah le menaçant d’une confrontation armée s’il ne la démantelait pas.

Cependant, au début du mois, Nasrallah a déclaré que l’autre tente resterait en place et a menacé d’attaquer Israël s’il tentait de l’enlever.

En outre, la semaine dernière, les troupes de Tsahal ont filmé des membres du Hezbollah camouflés marchant le long de la frontière près de la ville de Dovev, dans le nord d’Israël. Les troupes n’ont pas engagé la patrouille du groupe terroriste. Lors d’autres incidents survenus au cours des derniers mois, des soldats libanais ont pénétré en territoire israélien – sans franchir la barrière frontalière – et un missile antichar a été tiré depuis le Liban sur Israël, sans faire de dégâts ni de blessés. En avril, des dizaines de roquettes ont été tirées du Liban sur Israël, blessant trois personnes et endommageant des bâtiments. Bien qu’Israël ait imputé ces tirs de roquettes au groupe terroriste palestinien Hamas, ils ont été considérés comme ayant été effectués avec l’approbation tacite du Hezbollah.

Israël et le Liban n’ont pas de frontière officielle en raison de différends territoriaux, mais ils respectent la Ligne bleue entre les deux pays, reconnue par les Nations unies. La Ligne bleue est marquée par des barils bleus le long de la frontière et se trouve, à certains endroits, à plusieurs mètres de la clôture israélienne, qui est entièrement construite sur le territoire israélien.

Le ministre de la Défense, Gallant, a récemment approuvé un certain nombre d’actions possibles pour le chef du commandement nord de Tsahal, le général de division Ori Gordin, en vue de l’enlèvement de la deuxième tente, y compris une réponse militaire si la situation se détériore et débouche sur un conflit ouvert, a rapporté samedi le site d’information Walla. Le général Gallant a également ordonné une préparation accrue à différents scénarios le long de la frontière.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, s’entretenant avec le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d’un vote sur le projet de loi du « caractère raisonnable » à la Knesset, le 24 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une source sécuritaire de haut rang a déclaré à Walla que « Nasrallah envisageait depuis un certain temps de prendre des risques à la frontière parce qu’il estimait de manière erronée le degré de préparation opérationnelle de l’armée israélienne ».

La source a déclaré que les manifestations nationales soutenues contre la refonte judiciaire font désormais partie de l’évaluation générale par le Hezbollah de la situation avec Israël et qu’il s’est donc coordonné récemment avec le Hamas, le groupe terroriste palestinien qui dirige la bande de Gaza.

« C’est pourquoi nous menons une surveillance conjointe et des évaluations de la situation pour l’armée, le Shin Bet et le Mossad », a déclaré la source, qui a averti que ce serait une « erreur » pour les deux groupes terroristes d’essayer d’initier une quelconque action.

Selon le reportage, Gordin a récemment effectué un exercice pour voir à quelle vitesse le bataillon Shimshon peut être mobilisé depuis le nord de la Cisjordanie pour contrer une éventuelle pénétration des forces du Hezbollah en territoire israélien, qui pourrait inclure la prise de communautés frontalières ou de positions militaires israéliennes ou l’enlèvement de soldats gardant la frontière. Les soldats de l’infanterie de Shimshon constitueraient une première réponse jusqu’au déploiement d’autres forces terrestres et aériennes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.