Rechercher
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présidant une réunion du cabinet, à Jérusalem, le 27 août 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présidant une réunion du cabinet, à Jérusalem, le 27 août 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Opinion

Un Premier ministre qui prend le peuple pour des imbéciles

Ceux qui pourraient contribuer à sortir Israël de la crise potentiellement existentielle dans laquelle Netanyahu nous plonge savent qu’on ne peut tout simplement pas lui faire confiance

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le 2 avril 2018, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné une conférence de presse, diffusée en prime-time, au cours de laquelle il a annoncé qu’Israël avait conclu un accord avec l’ONU en vertu duquel quelque 16 250 migrants africains en Israël, dont beaucoup d’Érythréens et la plupart d’entre eux célibataires, seraient réinstallés dans des pays occidentaux développés. Un nombre similaire de migrants, dont des femmes et des enfants, seront autorisés à rester pour le moment et seront déplacés de leur emplacement principal actuel – dans le sud de Tel Aviv – vers de nombreux endroits dans le pays.

Netanyahu avait alors salué cet accord complexe et soigneusement négocié comme étant « la meilleure solution possible » à la question des migrants, couronnant ainsi ses efforts pour protéger Israël de ce qu’il a qualifié d’afflux potentiel d’un million de migrants, qui aurait mis en péril la « nature juive et démocratique » d’Israël, et qu’il avait déjà largement bloqué en clôturant la frontière poreuse avec l’Égypte.

Le soir même, cependant, Netanyahu a gelé l’accord qu’il venait d’annoncer, face à des critiques de plus en plus vives, notamment de la part d’activistes anti-migrants du sud de Tel Aviv qui s’opposaient non pas à la réinstallation de la moitié des migrants dans des pays tels que le Canada, l’Allemagne et l’Italie, mais à l’octroi d’un permis de séjour temporaire à l’autre moitié des migrants.

Un jour plus tard, il annulait l’accord. « Chaque année, je prends des milliers de décisions qui profitent à l’État d’Israël et aux citoyens israéliens », avait-il déclaré lors d’une réunion avec les militants anti-migrants. « Il arrive qu’une décision soit prise et qu’elle doive être reconsidérée. »

Ce dimanche, un jour après que des groupes rivaux de migrants érythréens se sont violemment affrontés à Tel Aviv, faisant des dizaines de blessés, dont de nombreux policiers, et des dizaines d’arrestations, Netanyahu a mis en place une commission ministérielle spécialement convoquée pour discuter de la manière de faire face, à nouveau, à la « menace réelle pour le caractère et l’avenir d’Israël en tant qu’État juif et démocratique » posée par les migrants. Il a promis de demander « l’expulsion immédiate de ceux qui ont pris part » aux émeutes et de « faire sortir d’Israël tous les autres infiltrés illégaux », utilisant un terme commun au gouvernement et à l’armée pour désigner les personnes qui entrent illégalement en Israël.

Des migrants érythréens se battant dans le sud de Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Omer Fichman/Flash90)

Annonçant la commission ministérielle dans des remarques télévisées lors d’une réunion du cabinet, et la développant dans d’autres commentaires plus tard dans la journée, il a tenté de réécrire les faits de ce qui s’était passé en 2018, se félicitant de ne pas avoir présenté un plan qu’il avait en réalité longuement négocié et annoncé avec enthousiasme, et décrivant l’arrangement même qu’il avait élaboré et présenté à l’époque comme une catastrophe potentielle qu’il avait rejetée.

« Une chose que nous n’avons pas suggérée, et c’est bien que nous ne l’ayons pas fait, c’est le plan de l’ONU », a déclaré Netanyahu. « Le plan de l’ONU aurait donné la citoyenneté à 16 000 infiltrés illégaux et aurait incité des centaines de milliers, voire des millions d’Africains, à entrer à nouveau en Israël, c’était donc une mauvaise solution. »

S’exprimant à l’aéroport alors qu’il partait pour Chypre, il a ajouté qu’Israël avait eu recours, ces dernières années, à diverses « mesures incitatives pour expulser 12 000 personnes ». « Nous n’avons pas fait ce qui, à mon avis, aurait été un désastre pour nous si nous l’avions accepté, à savoir le plan de l’ONU aurait donné la citoyenneté à 16 000 infiltrés illégaux et aurait incité des centaines de milliers, voire des millions d’Africains, à entrer à nouveau en Israël, c’était donc une mauvaise solution. »

Que penser d’un Premier ministre qui veut que la population israélienne d’aujourd’hui oublie ce qu’il lui a été dit cinq ans plus tôt ? Un Premier ministre qui s’attend apparemment à ce qu’ils croient qu’il n’a pas réellement dit ce qu’ils l’ont entendu dire à l’époque ?

On peut supposer qu’il les prend pour des imbéciles, qu’il ne se préoccupe pas trop de la vérité et/ou qu’il ne se soucie pas particulièrement de sa propre crédibilité – estimant qu’une partie suffisante de l’électorat finira par lui pardonner cette manipulation et d’autres encore, et continuera à le maintenir au pouvoir.

Perdre Gantz, encore une fois

Le problème de cette approche – en réalité, tout le problème d’Israël – est que Netanyahu est revenu au pouvoir après les élections législatives de novembre dernier uniquement en rassemblant la coalition la plus radicale de l’histoire d’Israël, qu’il a donné des rôles centraux dans cette coalition aux suprémacistes juifs, aux racistes anti-arabes et aux homophobes, qu’il a nommé un ministre de la Justice déterminé à neutraliser le système judiciaire israélien, et que les extrémistes qu’il a habilités sont en train de déchirer le pays. Et même s’il est profondément troublé par tout cela – et il n’a montré aucun signe d’être aussi profondément troublé qu’il devrait l’être – les politiciens de l’opposition qui pourraient peut-être les aider à sortir, lui et Israël, de la crise potentiellement existentielle dans laquelle il nous a plongés savent qu’ils ne peuvent tout simplement pas lui faire confiance pour honorer les promesses qu’il pourrait leur faire, pour respecter les accords, pour dire la vérité.

Parmi tous ces hommes politiques, le chef de parti le plus enclin à mettre de côté ses craintes fondées concernant l’intégrité de Netanyahu, à effacer le souvenir de la manière dont ce dernier s’est dérobé à leur accord de partenariat de coalition pour 2020, laborieusement formulé, est le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, dont le parti obtient de meilleurs résultats dans les sondages que le Likud de Netanyahu en prétendant se concentrer sur les intérêts nationaux d’Israël avant tout et faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher le désastre en cours et restaurer la cohésion nationale.

Ainsi, lorsque, ces derniers jours, le président Isaac Herzog a transmis en privé à Gantz une autre proposition de sortie de crise, une proposition de refonte judiciaire consensuelle, avec l’assurance que ses éléments avaient été coordonnés avec Netanyahu, Gantz a convoqué ses collègues de confiance du parti et, comme il l’a déclaré dans un discours mardi soir, a soigneusement analysé le document. Ils ont ensuite formulé une voie potentielle pour le faire avancer – en exigeant que la coalition Netanyahu légifère d’abord une version édulcorée et amendée de la loi du « caractère raisonnable » qui a été adoptée en juillet, et légifère une deuxième loi pour geler toute autre mesure de son paquet de réformes radicales visant à remanier le système judiciaire pendant environ 15 mois.

Benny Gantz prononçant un discours en réponse à l’appel du Premier ministre Benjamin Netanyahu en faveur de pourparlers sur la refonte judiciaire, le 5 septembre 2023. (Autorisation)

Mais avant qu’un tel progrès puisse être réalisé, la nouvelle de la proposition a été divulguée, et les collègues de la ligne radicale de Netanyahu ont commencé à la rejeter de manière unanime – et personne plus que le ministre de la Justice Yariv Levin (Likud), qui l’a sans surprise rejetée, la qualifiant « d’impossible » puisqu’elle ne prévoit pas la politisation du processus par lequel Israël choisit ses juges, ce sur quoi il insiste, et qui a affirmé que Netanyahu continue à soutenir le projet de loi actuel, qui donnerait à la coalition un contrôle quasi-absolu sur les nominations judiciaires.

Implorant les modérés du Likud de faire entendre leur voix, et promettant que sa main serait « tendue » en partenariat s’ils le faisaient, Gantz a été forcé de conclure, comme il l’a dit mardi soir, que « la réalité a prouvé qu’il n’y a personne à qui parler en ce moment », parce qu' »il n’y a pas de Premier ministre efficace en Israël » et que les partenaires de Netanyahu se sont une fois de plus révélés être « des brûleurs de grange qui n’ont pas déposé leurs torches ».

Les « modérés » silencieux du Likud

Le fait arithmétique est que même si Gantz avait accepté publiquement la nouvelle proposition, ou même s’il avait accepté le bref plaidoyer-vidéo pour des pourparlers que Netanyahu a diffusé quelques minutes avant le discours de Gantz mardi soir, son parti, HaMahane HaMamlahti, n’a pas assez de voix à lui seul pour l’emporter sur les destructeurs judiciaires de la coalition, et le parti Yesh Atid de Yaïr Lapid ne volera en aucun cas au secours de Netanyahu. HaMahane HaMamlahti est évidemment dans les vingt premiers dans les sondages, mais il ne détient actuellement que 12 sièges à la Knesset. HaTzionout HaDatit et Otzma Yehudit en ont 14, et il existe une autre composante non-négligeable de députés du Likud dont les positions ne se distinguent guère de celles des deux partis d’extrême-droite.

Netanyahu souhaite une rencontre chaleureuse avec le président américain Joe Biden. Il souhaite faire avancer la normalisation avec l’Arabie saoudite. Il sait parfaitement que le processus qu’il a initié et rendu possible pour changer la manière dont Israël est gouverné et donner une autorité presque sans entrave à la majorité politique est en train de fracturer la société israélienne, d’anéantir l’économie et de causer des dommages de plus en plus importants à notre niveau de préparation militaire essentielle. Mais – comme c’est le cas non seulement depuis le début du mandat de ce gouvernement, mais aussi depuis les choix pré-électoraux qu’il a faits pour aider et intégrer des personnalités comme Bezalel Smotrich (HaTzionout HaDatit) et Itamar Ben Gvir (Otzma Yehudit) – il sait également que seule sa constellation actuelle d’alliés peut lui permettre de rester au pouvoir.

Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Gitaï Palti)

Lors de la formation de sa coalition, Netanyahu a capitulé devant des exigences scandaleuses et impensables, en accordant des rôles centraux et puissants à l’extrême-droite, en renforçant le pouvoir de Levin et en signant des accords de coalition qui prévoient une législation totalement contraire à l’éthique démocratique et tolérante du judaïsme israélien. Depuis, il a donné encore plus de pouvoir à Smotrich, s’apprête à faire avancer l’exemption générale de tout service militaire pour les haredim, tolère les députés de la coalition qui portent atteinte à Tsahal et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, et a accédé au refus de Levin de convoquer l’actuelle commission de sélection des juges. Et Levin n’est pas près de se laisser dissuader.

Gantz a lancé un appel pertinent mardi soir aux « modérés » du Likud pour qu’ils fassent entendre leur voix. Certains de ces « modérés » ont laissé entendre qu’ils pourraient ne pas accepter facilement le remaniement du panel de sélection des juges, et que, si la Haute cour invalide la loi du « caractère raisonnable », sa décision devra être respectée – ce que Netanyahu a refusé à maintes reprises de garantir.

À LIRE – Israël implose : Quelqu’un, au Likud, aura-t-il le cran de défier Netanyahu ?

Pourtant, ils ont tous voté en faveur de la loi du « caractère raisonnable » en juillet, assurant son adoption par 64 voix contre 0 (l’ensemble de l’opposition ayant boycotté le vote). Yoav Gallant, Avi Dichter, Nir Barkat, Yuli Edelstein, Gila Gamliel, David Bitan, Eli Dellal, Ofir Akunis et Danny Danon n’ont pas encore formé de front uni pour défier directement Levin et l’extrême-droite. Si quatre députés du Likud déclaraient clairement qu’ils voteraient contre tout nouveau projet de loi dans le cadre de la refonte, ou huit déclaraient qu’ils s’abstiendraient, l’arithmétique de la Knesset changerait. Mais pas autrement.

Le dilemme des juges

Ainsi, la dernière tentative de Herzog pour sortir Israël de l’abîme semble être morte-née. La bataille pour la démocratie israélienne se déplace maintenant vers la Haute Cour, avec les audiences des recours déposés contre la loi de « récusation » de Netanyahu, contre le refus de Levin de convoquer l’actuelle commission de sélection des juges, et contre la loi du »caractère raisonnable ».

D’aucuns estiment que les juges agiraient sagement s’ils n’annulaient pas cette loi qui limite leur propre autorité, et qu’ils permettraient ainsi à l’extrême-droite de Netanyahu-Levin de remporter une victoire sur la refonte, dans l’idée spéculative que les partisans de la ligne radicale seraient rassasiés, que la Cour serait perçue comme ayant été intimidée et que Netanyahu aurait l’élan nécessaire pour geler le reste de la refonte et faire en sorte que sa coalition se concentre sur la sécurité, la diplomatie, l’amélioration de l’économie et l’apaisement du pays.

La présidente de la Cour suprême, Esther Hayut, et le ministre de la Justice, Yariv Levin, assistant à l’inauguration d’un nouveau palais de justice à Katzrin, le 1er juin 2023. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

C’est toutefois sous-estimer l’implacabilité de Levin et les programmes déterminés de l’extrême-droite sur le front de l’expansion de la présence juive, de l’annexion de la Cisjordanie, et des ultra-orthodoxes sur l’exemption de l’enrôlement dans Tsahal. C’est aussi ignorer l’intention publiquement déclarée de Netanyahu de remanier le panel de sélection des juges – l’élément central de la révolution de sa coalition dans la gouvernance d’Israël – d’ici novembre, avec ou sans le soutien de l’opposition.

Bien sûr, ce n’est qu’une chose de plus que Netanyahu a dite. Mais il serait prudent de le prendre au sérieux… jusqu’à ce qu’il fasse quelque chose pour se contredire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.