L’Autorité de l’innovation d’Israël, chargée des politiques d’innovation du pays génère des politiques qui, l’espère t-elle, doubleront le nombre d’employés travaillant dans des entreprises axées sur la technologie au cours de la prochaine décennie.

L’objectif a été fixé car l’autorité a publié lundi son rapport annuel 2017, dans lequel elle décrit les réalisations de l’industrie, expose ses défis et prépare un plan directeur.

« L’idée principale de ce rapport est de déterminer comment augmenter le nombre de personnes qui bénéficient actuellement des technologies de pointe de 270 000 employés à 500 000 employés en 10 ans », a déclaré Aharon Aharon, le président de l’autorité, dans l’une de ses premières interviews à la presse anglophone puisqu’il a été nommé au poste en décembre 2016.

Tel que stipulé dans le rapport, l’industrie de technologie de pointe israélienne connaît un « succès sans précédent », mais sans « une augmentation spectaculaire du nombre d’employés de haute technologie, » l’économie israélienne tombera dans une impasse ».

Et relevant que, dans un monde où l’innovation change rapidement et de façon déstabilisante, il est indiqué dans le rapport que cela, pourrait coûter à Israël la position de leader qu’elle a connue au cours des décennies précédentes.

Immeubles de bureaux à Herzliya Pituach, le 12 décembre 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Immeubles de bureaux à Herzliya Pituach, le 12 décembre 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Israël se vante d’avoir la première place au monde dans les investissements en recherche et développement (R&D) et en pourcentage du produit intérieur brut (PIB), et voit environ 600 nouvelles start-ups être créées chaque année. Il existe 307 centres de recherche et de développement de sociétés multinationales telles que Intel Corp., Google, IBM et Apple, opérant en Israël et la Start-up Nation est classée deuxième au monde par l’indice d’innovation du Forum économique mondial.

Ces réalisations, cependant, ne concernent pas d’autres secteurs de l’économie, et le secteur de la technologie reste « largement isolé », avec des bénéfices qui touchent juste une petite partie de la population, selon le rapport.

Seulement 8,3 % des employés travaillent dans le secteur de la haute technologie, un chiffre qui est resté stagnant ces dix dernières années. Les salaires des travailleurs de haute technologie s’élèvent à plus du double de ceux des autres employés de l’économie : le salaire moyen dans l’industrie de la haute technologie est de 21 000 shekels par rapport au salaire moyen dans le reste de l’économie qui est de 9 800 shekels NIS.

Les industries traditionnelles ont du mal à rivaliser avec les bas salaires de l’Asie de l’Est, et, si rien n’est fait, le « fossé entre l’économie technologique et l’économie traditionnelle va croître », a ajouté M. Aharon, ajoutant que l’objectif de l’autorité est d’étendre les avantages de l’industrie de la technologie aux autres secteurs de l’économie aussi.

En outre, le secteur de la technologie est également confronté à une pénurie importante d’ingénieurs et de programmeurs qui perturbe la croissance et entraîne une hausse des salaires : selon le rapport.entre 2005 et 2015, le salaire moyen en haute technologie a augmenté de 38 %,

Une société high-tech emploie des femmes ultra-orthodoxes à Modiin Illit, 2009 (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Une société high-tech emploie des femmes ultra-orthodoxes à Modiin Illit, 2009 (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Le modèle de l’industrie de l’innovation en Israël est également largement basé sur les technologies et les start-ups qui sont achetées par de grandes entreprises sans jamais devenir des entreprises à part entière. Avec un tel scénario, les entreprises et Israël perdent la majeure partie du potentiel de valeur qui peut être généré par leur technologie.

Une grande partie de l’activité R & D d’Israël est « la base pour la création d’une haute valeur technologique en Israël, mais la valeur économique est réellement générée à l’étranger », a déclaré Aharon Aharon.

Le rapport énonce un certain nombre d’étapes qui devraient être suivies pour atteindre les objectifs énoncés :

– développer les sphères d’influence des entreprises multinationales, tant en ce qui concerne les domaines d’activité qu’elles offrent que les domaines technologiques dans lesquels elles opèrent

– permettre aux start-ups de devenir des entreprises à part entière, offrant une variété de services et pas seulement la recherche et le développement

– employer plus de femmes, d’Arabes et de Juifs ultra-orthodoxes, qui restent à l’écart, dans le secteur de la technologie

– développer d’autres secteurs, comme les sciences de la vie, plutôt que de se concentrer principalement sur les logiciels et les technologies de la communication de l’information (TIC)

– stimuler l’innovation dans les industries manufacturières traditionnelles grâce à la formation et aux subventions

Aharon Aharon, directeur de l'autorité de l'innovation d'Israël à la conférence de Tel Aviv, en juin 2017. (Crédit :  autorisation Ofer Vaknin)

Aharon Aharon, directeur de l’autorité de l’innovation d’Israël à la conférence de Tel Aviv, en juin 2017. (Crédit : autorisation Ofer Vaknin)

De plus, l’Autorité de l’innovation souhaite augmenter le nombre de travailleurs dans le secteur de la haute technologie en mettant en place des programmes de formation supplémentaires – comme des programmes de codage – qui reformeront les employés qualifiés pour les adapter aux besoins toujours changeants de leur fonction, conserver les travailleurs de plus de 45 ans dans l’industrie.

Le plus important, cependant, a déclaré Aharon dans l’interview, Israël doit conserver une avance sur la concurrence en restant tout le temps vigilant.

« Lorsqu’il s’agit de la technologie de pointe, les changements sur le marché sont très rapides » et cela crée une demande pour une évolution rapide des compétences.

« Vous devez toujours rester en contact et être inquiet », a-t-il déclaré. « Rien de ce qui a été réalisé n’est garanti pour l’avenir. » Il faut toujours rester vigilant sur « la surveillance du marché et (savoir) en changer (le cours) immédiatement lorsque les changements sont nécessaires. Le rapport que nous fournissons aujourd’hui est un bon guide. »

Tirer parti des multinationales opérant en Israël

Il existe environ 307 centres de recherche et de développement mis en place par des multinationales en Israël, plusieurs d’entre eux après que ces sociétés ont acquis une start-up israélienne. Ces centres représentent environ 50 % de tous les investissements de R & D en Israël et génèrent une valeur de savoir-faire technologique et un effet d’entraînement lorsque les employés passent d’un poste à l’autre. Environ 70 % des personnes employées par ces centres sont en R & D, principalement des programmeurs et des ingénieurs.

Le rapport indique qu’Israël devrait prendre des mesures pour encourager ces multinationales à étendre leurs activités localement grâce à des incitations et des politiques fiscales. Leurs opérations devraient être développées au-delà de la R & D pour inclure la chaîne de valeur totale d’une société mondiale : la mise en place d’opérations de production, de marketing, de conception et de systèmes de support.

Le centre R & D  d'Apple, à Herzliya (Crédit : autorisation)

Le centre R & D d’Apple, à Herzliya (Crédit : autorisation)

L’idéal serait que la part de R & D de ces entreprises multinationales soit d’environ 25 %, avec 75 % des activités des sociétés multinationales en Israël axées sur les autres professions, a expliqué Aharon.

Et bien que ces multinationales se concentrent aujourd’hui sur l’informatisation, les communications et les logiciels, elles devraient être encouragées à élargir la variété de leurs activités, y compris la biotechnologie et la médecine, recommande le rapport.

Aider les start-ups à se développer dans des entreprises complètes

Parallèlement à la R & D, une société complète comprend la fabrication de composants avancés, le soutien technologique mondial, l’ingénierie et la fabrication des produits, la conception, l’exploitation mondiale, la comptabilité, la finance, la logistique et autres.

En aidant les entreprises à démarrer, la portée de leur activités augmentera leur influence sur leur économie, tout en générant une valeur technologique vers aussi une valeur économique, principalement en raison de leur capacité à employer un grand nombre de travailleurs hautement rémunérés dans différentes professions. La promotion de ces travailleurs est l’un des principaux objectifs stratégiques de l’Autorité de l’innovation, a déclaré le rapport.

Les start-ups israéliennes n’ont pas les fonds nécessaires pour se développer en Israël, a déclaré l’autorité, et il travaille actuellement avec les banques locales afin de fournir des garanties pour augmenter les niveaux de crédit aux start-ups, selon le rapport.

Garder les travailleurs âgés à la pointe

Un sondage sur le marché du travail de l’Autorité de l’innovation a révélé que les cadres supérieurs, définis comme ceux âgés de 45 ans et plus, ont de la difficulté à maintenir leur position sur le marché du travail de haute technologie. Et à la lumière de la pénurie de travailleurs qualifiés, il est important de pouvoir conserver ces travailleurs

Le sondage de 1 200 personnes interrogées dans le secteur de la haute technologie a montré qu’il y a une baisse du taux d’emploi à mesure que l’âge augmente. En outre, l’écrasante majorité de ces travailleurs âgés, 85 %, ont été renvoyés, plutôt que de partir selon leur bon vouloir.

Un développeur israélien. Illustration. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

Un développeur israélien. Illustration. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

C’est parce qu’au fur et à mesure que la technologie se déplace très rapidement, souvent, les travailleurs plus âgés ne sont pas suffisamment formés pour suivre le rythme. D’autres, qui recherchent une piste de direction, sont souvent licenciés, car il n’y a qu’un nombre limité de postes de direction à pourvoir, a déclaré Aharon.

« Nous suggérons de prendre les gens qui possèdent encore des connaissances techniques et leur donner une formation, semblable aux camps d’entraînement que nous offrons aux jeunes, pour fournir des cours de recyclage », a déclaré Aharon.

Le ministère israélien des Affaires sociales a récemment mis en place une formation de perfectionnement technologique pour les ingénieurs logiciels plus âgés, avec l’Institut Technologie Technion – Israël et d’autres partenaires, dans le but de mettre à jour leurs compétences.

Mais plus peut-être nécessaire, a déclaré Aharon. « Nous étudions toujours le phénomène, et nous aimerions en comprendre les données et conseiller une sorte de voie à suivre », a déclaré M. Aharon.