ASTANA, Kazakhstan — Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi qu’il avait demandé au président du Kazakhstan de soutenir la candidature d’Israël à un fauteuil non-permanent au Conseil de Sécurité des Nations Uunies en 2019-2020.

Au cours de sa visite, la toute première qui soit réalisée par un Premier ministre israélien en exercice dans un pays d’Asie Centrale, Netanyahu a également salué le Kazakhstan pour avoir été « le premier pays musulman à soutenir Israël », ajoutant qu’il espérait que les voisins arabes de l’état juif suivraient son exemple.

“Mon espoir est – et je le dis à tous nos amis – que le grand partenariat que nous sommes en train de construire ici se reflètera également dans des forums internationaux comme les Nations unies. Cela commence à arriver. Le mouvement ne se fera pas en deux semaines et nous le comprenons, c’est un mouvement qui demande beaucoup d’ampleur. Mais cela va changer et cela change déjà”, a expliqué Netanyahu au Président Nursultan Nazarbayev dans le palais présidentiel d’Akorda, à Astana, durant une conférence de presse conjointe.

C’est dans ce contexte qu’il a demandé à Azarbayev de soutenir la candidature d’Israël à occuper un fauteuil au Conseil de Sécurité, a dit Netanyahu, ajoutant que Jérusalem avait appuyé la candidature – qui a été acceptée – du Kazakhstan au Conseil de Sécurité.

L’ancienne république soviétique y siègera en tant que membre non permanent le 1er janvier 2017.

Le Kazakhstan — qui, en termes de territoire, est le neuvième pays le plus grand du monde – suit traditionnellement les directives édictées par son plus grand allié, la Russie, lorsqu’il s’agit de soutenir des résolutions pro-palestiniennes, une position que Netanyahu souhaiterait infléchir.

“Maintenant, si vous voulez un réel changement dans le monde, imaginez l’Etat d’Israël au Conseil de Sécurité des Nations unies – c’est un changement”, s’est exclamé Netanyahu. « Je pense que c’est possible et qu’avec votre aide, cela se réalisera ».

Les élections pour les sièges 2019-2020 auront lieu au cours de l’été 2018.

Cela fait longtemps qu’Israël s’intéresse publiquement à un fauteuil au sein de l’importante institution mondiale, au moins depuis 2013. Jérusalem prévoit de déposer sa candidature pour l’un des deux sièges alloués au Groupe Europe de l’Ouest-Autre (WEOG), auquel le pays a déjà été admis en l’an 2000.

Le Premier ministre Netanyahu et le président du Kazakhstan Nursultan Nazarbayev à Astana, le 14 décembre 2016 (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le Premier ministre Netanyahu et le président du Kazakhstan Nursultan Nazarbayev à Astana, le 14 décembre 2016 (Crédit : Haim Zach/GPO)

Dans la matinée de mercredi, au cours de sa rencontre avec Nazarbayev, Netanyahu a également voulu marquer le 25e anniversaire de l’établissement des liens diplomatiques entre les deux états.

“Vous aviez dit que vous étiez le premier – et à de nombreuses manières, vous avez été le premier – pays musulman à appuyer Israël et à avoir des relations pleinement normales avec Israël », a constaté Netanyahu.

« C’est quelque chose de très précieux non seulement pour nos relations mutuelles mais pour le monde. Le fait que les Juifs et les Musulmans travaillent ensemble pour l’amélioration de nos sociétés respectives et de nos populations est quelque chose qui est important pour nous, mais je pense qu’aujourd’hui c’est aussi important pour le monde, pour notre région ».

La coopération israélo–kazhak est un “grand exemple” de ce que de nombreux autres pays semblent sur le point d’amorcer, y-compris dans le monde arabe, a déclaré Netanyahu.

“De grands changements surviennent en ce moment et je veux simplement exprimer mon appréciation du fait que le Kazakhstan a été le premier. Et maintenant, d’autres se joignent à nous… C’est un grand signe d’espoir pour l’avenir. »

Les relations arabo-israéliennes “changent dramatiquement”, a ajouté Netanyahu, même si tous les progrès ne sont pas publics. « Je considère ma relation avec le Kazakhstan comme faisant partie de ce grand changement qu’attend le monde. On ne veut plus voir les forces de l’intolérance, les forces de la tyrannie, les forces du terrorisme – on veut voir les forces du progrès, et de l’amabilité, et de l’amitié. Et c’est ce que représente cette rencontre ».

Environ 70 % des 18 millions d’habitants du Kazakhstan sont Musulmans.

“Ce que vous voyez aujourd’hui, c’est le chef d’un pays musulman et le chef d’un pays juif qui se serrent la main, oeuvrent afin de coopérer à la création d’un meilleur avenir pour les citoyens de nos pays”, a poursuivi Netanyahu. « Mais je pense que cet exemple de coopération entre les Juifs et les Musulman est quelque chose qui va se propager à travers le monde ».

Le Premier ministre Netanyahu et le président du  Kazakhstan Nursultan Nazarbayev à Astana, le 14 décembre 2016 (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le Premier ministre Netanyahu et le président du Kazakhstan Nursultan Nazarbayev à Astana, le 14 décembre 2016 (Crédit : Haim Zach/GPO)

Après avoir quitté le palais présidentiel, Netanyahu a été rejoint à son hôtel par le Chef du gouvernement du Kazakhstan, Bakytzhan Sagintayev, pour un forum consacré aux relations commerciales bilatérales.

Plus de 70 hauts-responsables représentant des entreprises israéliennes des secteurs de la sécurité nationale, des énergies renouvelables, de l’agriculture, des ressources hydrauliques, de la santé, de la médecine et des finances ont participé à cette réunion aux côtés de leurs homologues Kazakhs.

Le Kazakhstan s’intéresse au savoir-faire israélien en termes de lutte anti-terroriste et au secteur de la haute-technologie afin de diversifier son économie, qui est actuellement dominée par les exportation d’hydrocarbure.

Les prix bas du pétrole et une demande en déclin autour des hydrocarbures préoccupent Astana, qui pourrait utiliser l’expertise et les technologies israéliennes pour stimuler la croissance économique du pays, venant également soutenir l’effort livré par Nazarbayev de diversification de l’économie.

De plus, le Kazakhstan a récemment été la cible d’attaques terroristes qui ont suscité l’intérêt croissant porté par le gouvernement pour l’expertise d’Israël en matière de lutte contre le terrorisme.

En fin de journée, mercredi, Netanyahu devrait rencontrer le président du Sénat du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokayev et des représentants de la communauté juive du pays à la Grande Synagogue d’Astana.

On estime entre 12 000 et 13 000 le nombre de Juifs vivant dans le pays. La majorité d’entre eux vivent dans son ancienne capitale, Almaty.