Liberman dit aux élus arabes qu’ils « retourneront bientôt à Gaza avec le Hamas »
Rechercher

Liberman dit aux élus arabes qu’ils « retourneront bientôt à Gaza avec le Hamas »

Le ministre de la Défense accuse les députés arabes de profiter des libertés d’Israël "pour nous détruire de l’intérieur"

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un ministre israélien a qualifié lundi des députés arabes de « criminels de guerre » un jour après avoir appelé au boycott économique d’une région du nord, où de nombreux Arabes israéliens avaient protesté contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman s’exprimait lors d’un débat parlementaire télévisé sur une motion de censure déposée par la Liste arabe unie, une coalition de formations arabes qui représente le troisième groupe au Parlement israélien.

En présentant cette motion, la députée controversée de cette liste, Hanin Zoabi, a estimé que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu « devrait être jugé devant la Cour pénale internationale [CPI] à La Haye, parce que c’est un criminel de guerre ».

« L’occupation est toujours (…) violente, illégitime et basée sur des crimes de guerre », a-t-elle ajouté.

« Vous tous, à la Liste [arabe] unie, vous êtes des criminels de guerre », a rétorqué M. Liberman, s’adressant aux membres de cette alliance qui compte douze membres arabes et un juif, Dov Khenin.

« Vous exploitez les faiblesses et les avantages d’un Etat démocratique pour nous détruire de l’intérieur », a-t-il ajouté.

« Vous êtes ici par erreur et le temps viendra où vous ne serez plus là », a-t-il encore lancé.

Liberman avait appelé dimanche au boycott économique de la région de Wadi Ara (nord) où, selon la police, des dizaines d’Arabes israéliens avaient notamment lancé des pierres sur des véhicules et brûlé des pneus pour protester contre la décision de Donald Trump.

« Ceux qui manifestent en Israël, arborant des drapeaux du Hezbollah [groupe terroriste chiite libanais], du Hamas [groupe terroriste sunnite palestinien] et de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ne font pas partie de l’Etat d’Israël », avait-il affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...