Un débat TV égyptien accuse Israël et les juifs du massacre de la mosquée du Sinaï
Rechercher

Un débat TV égyptien accuse Israël et les juifs du massacre de la mosquée du Sinaï

Les participants affirment que l'attaque, dans laquelle 305 fidèles ont été tués, fait partie d'un complot du Mossad pour vider la péninsule de ses habitants et les remplacer par des Palestiniens

La mosquée Rawda, à 40 kilomètres à l'ouest d'El-Arish,  la capitale du nord-Sinaï, après un attentat à la bombe suivi d'une fusillade le 25 novembre 2017 (Crédit :  AFP)
La mosquée Rawda, à 40 kilomètres à l'ouest d'El-Arish, la capitale du nord-Sinaï, après un attentat à la bombe suivi d'une fusillade le 25 novembre 2017 (Crédit : AFP)

Des participants à un débat à la télévision égyptienne ont affirmé qu’Israël et « les Juifs » étaient derrière l’attentat terroriste du 24 novembre perpétré dans une mosquée du Sinaï qui a coûté la vie à plus de 300 personnes, lors d’un complot visant à chasser la population locale.

Dans un extrait de l’émission télévisée diffusée le 26 novembre, Cheikh Aref Abu Akr, un chef de tribu du Sinaï, a imputé le massacre au Mossad, l’agence du renseignement israélien.

« Le Mossad israélien était derrière tout ça. Pourquoi avons-nous si peur que nous en arrivons à enfouir notre tête dans le sable ? Ce sont les Juifs qui sont derrière cela », a-t-il dit, selon une traduction du Middle East Media Research Institute (MEMRI).

« Ils veulent vider le Sinaï et chasser la population, afin qu’ils puissent s’y installer facilement. Au nom de nos morts ! Nous ne les laisserons pas entrer dans le Sinaï », a-t-il ajouté.

Israël a fermement condamné l’attaque dans le nord du Sinaï qui a fait plus de 300 morts, la qualifiant de « terrible et méprisable ».

De hauts responsables israéliens ont également exprimé leur solidarité avec les Egyptiens et ont déclaré que Jérusalem se tenait « épaule contre épaule » avec Le Caire.

Un autre invité, Abdelmun’im Rifai, a affirmé que l’attaque faisait partie d’un plan exposé dans une thèse de doctorat de l’Université de Tel Aviv qu’il a lue, pour faire du Sinaï « un état de remplacement pour les Palestiniens.
« Le fait que le Mossad fasse intrusion dans le Sinaï est incontestable », a-t-il affirmé.

« La thèse de doctorat indiquée – et cela a été accepté par le Mossad israélien – la thèse disait que tout développement dans le Sinaï devait être arrêté, pour le bien du plan sioniste d’un autre Etat [palestinien] », a-t-il dit.

Il a ensuite affirmé que l’auteur du doctorat avait décrit deux façons pour qu’Israël puisse atteindre cet objectif. « L’une est la voie diplomatique, qui est inutile, et l’autre est de provoquer l’instabilité là-bas, jusqu’à ce que l’Etat égyptien cède finalement, et accepte de transformer l’Egypte en un Etat alternatif pour les Palestiniens », a-t-il dit.

L’animateur de l’émission a convenu avec ses invités que « les objectifs des groupes terroristes et du sionisme ont sans aucun doute fusionné ».

L’attaque aurait été menée par l’État islamique djihadiste ou ses groupes affiliés, qui ont mené une série d’attaques terroristes dans le Sinaï, en partie parce que la mosquée est associée à des adeptes de la branche mystique soufie de l’islam sunnite, et l’Etat islamique cible tous ceux qui ne suivent pas sa version de l’islam.

Au cours du débat télévisé, Abu Akr a affirmé que le Mossad ne travaillait pas seulement avec des groupes terroristes tels que l’Etat islamique mais était responsable de leur création.

Des Egyptiens marchent autour des cadavres suite à un attentat à l’arme à feu et à la bombe commis dans la mosquée de Rawda, à à peu-près 40 kilomètres à l’ouest de la capitale d’el-Arish, dans le nord du Sinaï, le 24 novembre 2017 (Crédit : AFP PHOTO / STRINGER)

« C’est le Mossad qui a créé ces groupes. Comme en Irak et en Syrie, où l’Amérique a choyé ces terroristes, et maintenant ils les ont déplacés en Libye. Nous devons maintenant les combattre aussi de l’autre côté », a-t-il dit.

La notion qu’Israël est responsable de la plupart des malheurs du Moyen-Orient, et même du monde, est fréquente au sein des pays arabes et fréquemment colportée par des experts parmi les médias régionaux.

Suite à l’attaque terroriste, un chroniqueur du journal officiel de l’Autorité palestinienne a affirmé qu’Israël était derrière la bombe et l’attaque de la mosquée Rawdah dans la ville de Bir al-Abd, à environ 40 kilomètres à l’ouest de la capitale du nord du Sinaï el-Arish.

Dimanche, en écrivant à Al-Hayat Al-Jadida, Omar Hilmi Al-Ghoul a blâmé « les Etats-Unis, Israël et leurs pions » pour le massacre. L’article a été traduit lundi par Palestinian Media Watch, un groupe qui fait de la veille des médias palestiniens.

« Ils ne veulent pas que l’Egypte – le symbole du monde arabe – se hisse, se rétablisse et retrouve son premier rôle panarabe. Les Etats-Unis, Israël et leurs pions savent bien que la résurrection de l’Egypte signifie la résurrection de tous les peuples de la nation arabe, et donc le besoin colonial dicte de maintenir l’Egypte dans un état d’épuisement politique, sécuritaire, économique et social, » a écrit Al-Ghoul.

Le quotidien Al-Hayat Al-Jadida a souvent publié des accusations affirmant qu’Israël serait responsable des attaques terroristes dans la région, a noté Palestinian Media Watch. A la suite d’une attaque dans le Sinaï le mois dernier au cours de laquelle six soldats égyptiens ont été tués, le quotidien avait cité un responsable de l’OLP qui a déclaré que « l’ennemi sioniste » était responsable.

Muhammad Al-Soudi, membre du bureau politique du Front de libération de la Palestine, a déclaré que le crime commis contre les soldats héroïques de l’armée égyptienne dans le nord du Sinaï n’est pas étranger au phénomène terroriste de la région, et en premier lieu l’ennemi sioniste, qui se concentre sur le démantèlement de la nation arabe, de ses Etats et de ses capacités, et le maintient occupé par des désaccords qui le détournent de la lutte contre [l’ennemi sioniste] et ses aspirations en Palestine et l’ensemble de la région arabe », écrit le journal, selon le groupe de surveillance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...