Doutant de la Shoah à la télévision, un professeur néerlandais qualifie les Juifs de ‘parasites’
Rechercher

Doutant de la Shoah à la télévision, un professeur néerlandais qualifie les Juifs de ‘parasites’

Le fils d'un collaborateur nazi dit que les Juifs "ne sont pas agréables, je ne ressens aucune chaleur envers eux"

Jan Tollenaere au cours de son entretien avec Canvas sur les enfants des collaborateurs nazis (Autorisation/Canvas VRT)
Jan Tollenaere au cours de son entretien avec Canvas sur les enfants des collaborateurs nazis (Autorisation/Canvas VRT)

AMSTERDAM (JTA) — Un professeur émérite d’une université reconnue des Pays-Bas dont le père était nazi a qualifié les Juifs de « parasites » dans un entretien télévisé.

Jan Tollenaere, maître de conférences en chimie médicale retraité de l’université d’Utrecht, a également mis en doute le récit historique de la Shoah lors d’une interview diffusée jeudi par la chaîne Canvas en Belgique lors d’une émission qui s’intéressait aux enfants de collaborateurs nazis.

Tollenaere, dont le père, Raymond, était en charge de la propagande pour le gouvernement collaborationniste belge pro-nazi de Flanders dans la Belgique occupée de la Seconde Guerre mondiale, a indiqué que les Juifs « ne sont pas agréables, je ne ressens aucune chaleur envers eux. Ils sont, a-t-il ajouté, « des parasites, des spéculateurs, des gens vulgaires ».

Durant l’interview, Tollenaere s’est qualifié d’antisémite.

Concernant l’Holocauste, Tollenaere a dit : « Cela a-t-il été vraiment une réalité ? Je pense qu’il y a eu de la propagande en jeu pour souligner l’Holocauste, pour l’exagérer et l’utiliser de manière cynique, en le soulevant pour extorquer de l’argent ».

Une porte-parole de l’université d’Utrecht a indiqué que son institution « prend clairement et pleinement ses distances » face à Tollenaere, qu’elle a décrit comme « un ancien employé et rien de plus ». Mais la page de Tollenaere sur le site internet de l’université n’établit pas clairement s’il est encore actif au sein de la faculté ou s’il a pris sa retraite.

Le titre de professeur émérite « n’est pas un titre honoraire et il ne peut pas être retiré, il signifie simplement qu’il a pris sa retraite », a ajouté la porte-parole.

Au vu de son héritage, l’université s’est-elle intéressée au profil politique de Tollenaere avant son embauche ? A cette question, la porte-parole a répondu que « nous ne jugeons pas les gens en fonction de leurs parents – cela serait injuste. Nous examinons leurs facultés potentielles par le biais de leurs actions ».

Le centre d’information et de documentation sur Israël, le plus important observatoire de l’antisémitisme aux Pays-Bas, a condamné le discours de Tollenaere, le qualifiant de « dégoûtant ».

« Un tel antisémite ne devrait pas être autorisé à s’associer à un institut d’enseignement quel qu’il soit aux Pays-Bas », a fait savoir le groupe dans un communiqué.

Le Forum des organisations juives de la région flamande en Belgique et le mensuel juif Joods Actueel à Anvers ont également dénoncé Tollenaere. Mais le forum a aussi critiqué Canvas, la chaîne, qui a « offert un podium aux points de vue du père de Tollenaere ».

David Irving (Crédit : domaine public/Wikipedia)

De plus, le parti pour la Liberté néerlandais, un parti populiste anti-islam, s’est séparé d’un politicien local de Rotterdam qui avait souhaité bon anniversaire sur Facebook à David Irving, un négationniste de l’Holocauste originaire du Royaume-Uni, au mois de mars.

« Je vous souhaite encore de nombreuses autres années productives, je vous respecte véritablement », avait écrit Géza Hegedüs, à la tête des opérations du parti à Rotterdam.

Geert Wilders, chef de la formation qui, au mois de mars, est devenue la deuxième force la plus importante du pays, a indiqué dans un communiqué que Hegedus « n’aurait jamais hérité de ce poste » si le parti avait eu connaissance de ses points de vue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...