Le président de la région autonome du Kurdistan irakien, allié crucial des Etats-Unis dans leur lutte contre le groupe Etat islamique (EI), sera reçu la semaine prochaine par Barack Obama à la Maison Blanche, a annoncé une responsable américaine jeudi.

La visite à Washington de Massoud Barzani, qui doit arriver dimanche, comprendra des entretiens avec Obama, le vice-président Joe Biden, et le secrétaire d’Etat adjoint Antony Blinken centrés sur la campagne militaire destinée à « affaiblir et, in fine, détruire » le groupe jihadiste Etat islamique, a expliqué la porte-parole du département d’Etat, Marie Harf.

La coalition emmenée par les Etats-Unis a procédé à plus de 3 000 frappes aériennes en Irak et en Syrie depuis le mois d’août contre les jihadistes qui se sont emparé de larges pans de territoires dans ces deux pays.

Les forces kurdes des peshmergas sont une pièce-maîtresse du dispositif au sol de la coalition contre le groupe EI. Ils ont reçu des armes du Royaume-Uni, de la France et des Etats-Unis.

En octobre dernier, quelque 150 peshmergas avaient rejoint Kobané, en Syrie, via la Turquie pour prêter main forte aux miliciens kurdes syriens qui résistaient au siège des jihadistes. Soutenus par les frappes aériennes de la coalition internationale, les Kurdes ont repoussé les forces de l’organisation EI en janvier.

Entre 4 000 et 6 000 Irakiens, dont de nombreux ont fui Mossoul après sa capture par l’EI l’an dernier, sont formés à l’heure actuelle au Kurdistan irakien en vue de la prochaine offensive pour reprendre la deuxième ville d’Irak, située à environ 90 km à l’ouest d’Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien.