L’hôpital de campagne israélien au Népal a traité plus de 200 patients depuis l’ouverture de ses portes mercredi matin. Le personnel médical a effectué plusieurs interventions chirurgicales compliquées sur les blessés pendant le tremblement de terre d’une magnitude de 7,8 de samedi.

Selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, 246 personnes ont été reçues à l’hôpital de campagne de Tsahal où les médecins ont effectué quelque 15 interventions chirurgicales destinées à sauver des vies. Le personnel médical israéliens a également apporté de l’aide aux hôpitaux népalais, principalement dans les services de chirurgie, a indiqué le ministère.

Plus de 250 médecins et du personnel de secours faisaient partie d’une délégation de Tsahal qui est arrivée mardi dans la capitale népalaise, Katmandou, à la suite du séisme de samedi qui a dévasté de vastes régions du pays montagneux.

La délégation israélienne – la deuxième plus grande en termes de main-d’œuvre de toutes les équipes d’aide internationales après l’Inde – a mis en place un hôpital de campagne de 60 lits, y compris un service d’obstétrique, et opère en coordination avec l’hôpital de l’armée locale.

En Israël, ce vendredi, 150 étudiants en agriculture népalais de l’université de Kinneret sur la mer de Galilée ont participé à une cérémonie pour commémorer leurs compatriotes qui sont morts pendant le tremblement de terre, a indiqué Israel Radio.

L’ambassadeur du Népal en Israël et le personnel de l’université ont aussi participé à cette cérémonie. Plusieurs étudiants n’ont pas encore été en mesure de contacter leurs familles au Népal depuis que la catastrophe naturelle a touché le pays, toujours selon Israel Radio.

Pendant ce temps, les recherches ont repris vendredi matin pour retrouver Or Asraf, le dernier Israélien avec qui le contact n’a pas encore pu être établi. La dernière fois où on a eu de ses nouvelles étaient avant le tremblement de terre de samedi.

Deux hélicoptères ont décollé vendredi pour la région du Langtang où Asraf était quand le séisme a frappé. Les équipes de secours étaient à bord des deux hélicoptères.

Le père d’Asraf a rejoint l’équipe de recherche jeudi matin – cinq jours après que le randonneur a été porté disparu à la suite du tremblement de terre – mais le mauvais temps les a forcés à mettre fin à la recherche jeudi après-midi, a annoncé Israel Radio.

Asraf a promis de retrouver son fils et de le ramener chez lui.

« Je vais revenir en Israël avec Or. Je vais rester ici jusqu’à ce que je le trouve », a déclaré Patrick Asraf à NRG. Il a exprimé la crainte que son fils puisse être blessé et qu’il ne restait pas beaucoup de temps pour le retrouver.

Or Asraf dans l'Himalaya (Crédit : Capture d'écran Deuxième chaîne via Facebook)

Or Asraf dans l’Himalaya (Crédit : Capture d’écran Deuxième chaîne via Facebook)

Bien qu’il y ait eu des signalements des Israéliens au Népal qui auraient vu Asraf environ une heure après le séisme dans la région du Langtang, le vétéran de Tsahal qui a combattu pendant l’opération Bordure protectrice n’a pas été vu et n’a pas donné signe de vie depuis. Selon Israel Radio, Asraf a opté de partir avant le groupe avec qu’il était, non accompagné, environ une heure avant le tremblement de terre qui a frappé samedi dernier.

Hilik Magnus, le dirigeant de Magnus international Search and Rescue, a déclaré que l’un de ses chefs d’équipe au Népal, Amit Rubin, dirige une opération pour retrouver Asraf.

L’équipe estime, sur la base de l’itinéraire d’Asraf et en se fondant sur l’heure du tremblement de terre, qu’il serait dans un rayon de quatre kilomètres de Bamboo, un village dans la vallée du Langtang à environ 2 000 mètres d’altitude.

Le problème avec cette région, explique Magnus, est que le tremblement de terre a déclenché des glissements de terrain massifs, oblitérant les chemins. Ce qui a rendu particulièrement difficile de se diriger à travers les pentes abruptes.

Asraf avait sur lui un dispositif de SOS satellite capable d’émettre un signal traçable mais qui n’était pas allumé, précise Magnus.

Ses amis de l’unité Egoz de l’armée dans laquelle il a servi ont atterri au Népal pour aider l’équipe de recherche et de sauvetage. Les services de secours dans la région, cependant, ne voient pas cette aide comme étant nécessairement utile.

Les membres de la délégation de Tsahal au Népal et l’organisation Magnus sont spécialement formés aux techniques de recherche et de secours, techniques que l’ancienne unité d’Asraf – bien qu’elle soit une unité d’élite – ne maîtrise pas aussi bien.

Magnus considère leur participation comme « une arme à double tranchant », car leur dévouement envers leur ami est réconfortant, mais parfois ce personnel supplémentaire est aussi un fardeau pour les professionnels de sauvetage.

Les équipes de secours israéliennes ont également été prévus l’extraction des randonneurs restants bloqués dans les zones difficiles à atteindre vendredi matin. Des dizaines de randonneurs israéliens ont déjà été récupéré de la région montagneuse reculée juste au nord de Katmandou.

Jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a parlé avec son homologue indien, Narendra Modi, pour le remercier de « l’aide apporté avec les hélicoptères indiens dans le sauvetage des Israéliens et pour avoir autorisé l’atterrissage de l’aviation israélienne dans le territoire indien ».

Netanyahu a indiqué à Modi que des efforts importants étaient actuellement déployés pour localiser Asraf et l’a remercié « pour sa volonté de contribuer à l’effort de recherche ». Le dirigeant israélien a également exprimé ses condoléances au peuple indien pour les pertes subies lors du récent séisme. Modi a remercié Netanyahu dans un message largement partagé sur Twitter.

Un avion de transport Hercules a atterri à Mumbai jeudi soir, rempli d’approvisionnement pour Katmandou, selon le ministère des Affaires étrangères.

Après avoir livré ce matériel, l’avion est retourné en Inde avec des membres du commandement de la Défense passive de l’armée israélienne au Népal. S’il y a assez de place, a indiqué le ministère, certains des quelque 60 citoyens israéliens encore à Katmandou pourraient prendre ce vol.

Le Centre des opérations d’urgence national a déclaré vendredi que le nombre des morts s’élevait maintenant à 6 259. Près de 13 932 personnes ont été blessées lors du séisme de samedi, a ajouté le centre. Plus de 100 personnes en Inde et en Chine sont également morts dans le séisme, ont indiqué des responsables.

Le gouvernement du Népal a annoncé vendredi qu’il donnera à 100 000 roupies (soit 1 000 dollars) aux familles de chacune des personnes tuées dans le séisme de samedi, avec un supplément de 40 000 roupies (400 dollars) pour les frais d’obsèques.