Herzog met en garde contre la tendance fasciste des politiques israéliennes
Rechercher

Herzog met en garde contre la tendance fasciste des politiques israéliennes

Le chef de l’opposition prévient que le gouvernement tente de museler la liberté d’expression, les artistes et les universitaires

Le chef de l'opposition Isaac Herzog pendant la conférence pro-implantation B'Sheva de Jérusalem, le 12 février 2017. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de l'opposition Isaac Herzog pendant la conférence pro-implantation B'Sheva de Jérusalem, le 12 février 2017. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Isaac Herzog, chef de l’opposition, a mis en garde samedi contre ce qu’il a appelé la « fascisation » de la politique israélienne.

Pendant un évènement culturel, Herzog a déclaré qu’il existait des tendances fascistes de plus en plus importantes dans l’actuel gouvernement. « Un mot grave, mais vrai », a-t-il dit.

« Les compositeurs, les artistes, les acteurs et les dramaturges sont menacés, les journalistes sont renvoyés et menacés, les personnalités des médias et les médias sont menacés de fermeture au bon plaisir du gouvernement, et maintenant les universitaires sont menacés et ne peuvent rien dire », a déclaré Herzog.

« Quiconque s’inquiète du destin du pays a le soutien d’un large bloc politique modéré », a déclaré Herzog, qui est en pleine campagne pour garder son poste de dirigeant du Parti travailliste, la principale composante de l’Union sioniste.

Ses propos ont été prononcés alors que le ministre de l’Education, Naftali Bennett, a déclaré que le pays avait besoin d’un code d’éthique pour ses universitaires, qui les empêcherait de parler de politique.

Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, à la Knesset, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, à la Knesset, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De plus, le célèbre éditorialiste Nahum Barnea a été renvoyé du quotidien Israël Hayom de Sheldon Adelson, apparemment pour avoir critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, a également été régulièrement critiquée pour avoir menacé de supprimer les financements publics aux artistes qui décrivent Israël d’une manière qui lui semble négative.

Meir Cohen, député de Yesh Atid, a lui aussi critiqué Netanyahu pour ses actions contre la liberté d’expression.

« Quand le dirigeant s’assure que ceux qui ne sont pas d’accord avec lui soient traités de traîtres, il se dirige vers l’extrémisme dans la nation », a-t-il dit.

« Quiconque est en désaccord avec Netanyahu est décrit comme un traitre et un détestateur d’Israël. Dans une démocratie, il doit y avoir une discussion sur les sujets importants, et il est acceptable de penser différemment du gouvernement et de ne pas être considéré comme un traître », a-t-il dit.

Netanyahu mène une campagne contre les associations de défense des droits de l’Homme de gauche, qui critiquent le gouvernement et l’armée, en cherchant à empêcher leurs financements par des gouvernements étrangers.

La semaine dernière, Herzog s’en était déjà pris à Netanyahu, affirmant qu’il était incapable de conclure un accord de paix avec les Palestiniens, et qu’il finirait par décevoir le président américain Donald Trump, qui veut parvenir à cet accord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...