Pénurie d’ingénieurs en Israël ?
Rechercher

Pénurie d’ingénieurs en Israël ?

Le gouvernement et les entreprises multiplient les initiatives pour pallier à cette carence

les femmes ultra-orthodoxes travaillant dans une société israélienne spécialisée en haute technologie (Crédit : Abir Sultan / Flash90)
les femmes ultra-orthodoxes travaillant dans une société israélienne spécialisée en haute technologie (Crédit : Abir Sultan / Flash90)

La nation start-up ferait face à une pénurie d’ingénieurs « high tech », rapporte Courrier International.

Si les investissements augmentent de manière régulière dans le secteur des nouvelles technologies en Israël, tel n’est pas le cas de la main d’oeuvre qualifiée pour occuper ces postes.

Avi Hasson, responsable scientifique auprès du ministère de l’économie confesse que même si le nombre d’ingénieurs doublait en Israël, ces derniers trouveraient toujours du travail dans l’état hébreu.

Pour pallier à ce manque d’effectif, les entreprises et le gouvernement multiplient les initiatives pour éduquer les minorités, en général, exclues du marché du travail. Les ultra-orthodoxes, les femmes issues des minorités orthodoxe et arabe mais aussi la communauté arabe israélienne s’insèrent lentement sur le marché du travail.

Par exemple, Google a ouvert, début avril, un programme de formation destiné aux femmes ultra-orthodoxes sur le campus de Tel Aviv.

Ce programme a été initié par Kama Tech, une organisation à but non lucratif qui travaille pour inclure la communauté haredie sur le marché de la high tech israélien. Cette formation Google, spécialisée dans le développement d’applications, doit donner aux participantes le bagage nécessaire pour être compétentes.

Enfin, pour pallier à cette carence, Israël est prêt à faire appel à une main d’oeuvre étrangère qualifiée. Ainsi Benjamin Netanyahu aurait donné son feu vert pour accorder, plus facilement, des visas de travail. Jusqu’à présent, obtenir un visa de travail pour des personnes non juives étaient un processus extrêmement complexe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...