Mobileye : 2 Israéliens accusés de délit d’initiés
Rechercher

Mobileye : 2 Israéliens accusés de délit d’initiés

La SEC américaine affirme qu'Amir Waldman et Ariel Darvasi s'étaient constitué un stock d'actions de 5 M $ avant de les revendre 15 milliards avant l'annonce de l'achat d'Intel

Une voiture passe devant les bureaux de l'entreprise automobile israélienne  Mobileye à Jérusalem le 13 mars 2017 (Crédit : Thomas Coex/ AFP)
Une voiture passe devant les bureaux de l'entreprise automobile israélienne Mobileye à Jérusalem le 13 mars 2017 (Crédit : Thomas Coex/ AFP)

La SEC (Securities and Exchange Commission) américaine a accusé deux Israéliens de délit d’initiés à l’occasion de la récente acquisition d’un montant de 15 milliards de dollars de Mobileye par Intel, ce qui leur aura conjointement amené un profit soudain élevé à presque cinq millions de dollars.

Selon Reuters, qui reprend la plainte déposée par la SEC, Ariel Darvasi et Amir Waldman ont acheté des actions Mobileye peu avant l’annonce de l’achat de l’entreprise par le géant de la Silicon Valley, le 13 mars.

Darvasi a tiré 427 000 dollars et Waldman 4,5 millions de dollars des transactions, a fait savoir la SEC.

Selon une plainte déposée jeudi par la SEC devant un tribunal de district de Manhattan, Darvasi et Waldman ont agi peu avant l’annonce de l’accord sur Mobileye d’une manière qui a attisé la suspicion.

L’action de Mobileye a augmenté de plus de 28 % en un seul jour après l’annonce de la transaction.

Darvasi et Waldman entretenaient des liens avec des individus de la compagnie, à travers leurs connexions au sein de l’Université hébraïque de Jérusalem où s’était développée de prime abord la technologie, selon la SEC.

Darvasi, de Mevasseret Zion, en Israël, est professeur de génétique à l’Université tandis que Waldman de Yarqona, en Israël, est ingénieur à son propre compte, aurait fait savoir la SEC, selon Reuters.

Au moins 11 directeurs et membres du bureau directeur de Mobileye, qui a développé une technologie de sécurité routière basée sur la caméra, sortent de l’Université hébraïque.

Aucun des deux Israéliens n’a été joignable pour commenter les événements et on ignore à l’heure actuelle s’ils ont fait appel à des avocats. Ni Intel ni Mobileye n’ont commenté ces accusations. Les entreprises ne sont pour leur part accusées d’aucune malversation.

Le juge du tribunal de district américain Richard Berman à Manhattan a gelé temporairement les actifs des accusés sur deux comptes hébergés à la Interactive Brokers LLC, trouvant là une « base pour déduire » qu’ils ont violé les lois portant sur le délit d’initié, ont révélé des compte-rendus d’audience obtenus par Reuters.

Waldman, a expliqué la SEC, a conduit la majorité de ses transactions dès le jour de la signature d’un accord de non divulgation entre Mobileye et Intel. Il a généré un retour de 1 883 % sur ses actions.

Darvasi a commencé pour sa part à acheter des actions Mobileye moins de deux semaines avant l’annonce de la fusion, après avoir vendu 40 000 actions Teva, les seules qu’il avait dans son portefeuille, a indiqué la SEC.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...