Netanyahu fustige le New York Times pour l’édito de Barghouthi
Rechercher

Netanyahu fustige le New York Times pour l’édito de Barghouthi

Pour le Premier ministre, décrire le terroriste emprisonné comme un “leader et parlementaire” est comme dire qu’“Assad est pédiatre”

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, le 2 avril 2017. (Crédit : Dan Balilty/Pool/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans ses bureaux, le 2 avril 2017. (Crédit : Dan Balilty/Pool/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fustigé mardi le New York Times, qui a publié un éditorial écrit par Marwan Barghouthi, cadre du Fatah emprisonné, sans avoir pris la peine de préciser qu’il était condamné à perpétuité pour avoir tué des Israéliens.

Le Premier ministre a déclaré que se référer à Barghouthi que comme un politicien, comme l’a fait le Times, était comparable à qualifier le président syrien Bashar el-Assad de « pédiatre ».

« J’ai lu, dimanche, l’article du New York Times qui présente le terroriste Marwan Barghouthi comme un ‘leader et un parlementaire’ », a déclaré Netanyahu pendant une visite à Dimona, dans le sud du pays. « Appeler Barghouthi un leader et un parlementaire est comme appeler Assad un pédiatre. »

Netanyahu a été corrigé par l’une des personnes présentes, qui a souligné qu’Assad était en fait ophtalmologue. La guerre civile en Syrie a fait depuis six ans plus de 320 000 morts et des millions de déplacés.

Barghouthi a écrit son article, publié dimanche, pour défendre la grève massive de la faim des prisonniers sécuritaires palestiniens qu’il a lancée lundi.

Un homme avec une photo du terroriste palestinien condamné Marwan Barghouthi pour demander sa libération pendant une manifestation de soutien aux détenus en grève de la faim à Hébron, en Cisjordanie, le 17 avril 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Un homme avec une photo du terroriste palestinien condamné Marwan Barghouthi pour demander sa libération pendant une manifestation de soutien aux détenus en grève de la faim à Hébron, en Cisjordanie, le 17 avril 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Lundi, le Times a publié une clarification, expliquant que « cet article expliquait la peine de prison de l’auteur mais a omis de fournir un contexte suffisant en citant les crimes pour lesquels il a été condamné. Il s’agit de cinq chefs d’accusation de meurtre et de l’appartenance à une organisation terroriste, a écrit le journal. M. Barghouthi a refusé de se défendre pendant son procès, et refusé de reconnaitre la juridiction et la légitimité de la cour israélienne. »

Le Premier ministre a dit que « le journal s’est rétracté parce que nous leur avons indiqué » l’erreur.

Netanyahu a ajouté que « les [terroristes emprisonnés] sont des assassins et des terroristes. Nous ne perdrons jamais notre sens de la clarté parce que nous sommes du côté de la justice et qu’ils sont du côté qui n’est ni juste, ni moral. »

« Cette clarté morale, la volonté de défendre notre pays, la volonté de combattre ceux qui veulent nous détruire, est l’une de nos plus grandes forces, avec l’amour d’Israël.

Lundi, Ayman Odeh, tête de la Liste arabe unie, a choisi de rendre visite à l’épouse de Barghouthi et à son avocat, pour montrer sa solidarité avec les grévistes de la faim.

עברית ↡لقاء مع الأخت فدوى زوجة المناضل مروان برغوثي ومع محاميه الأخ الياس صباغ وطاقم النضال من أجل الأسرى، وذلك حتى ساع…

Posted by ‎Ayman Odeh – أيمن عودة‎ on Monday, 17 April 2017

« Je rencontre Fadwa Barghouthi, la femme de Marwan Barghouthi, son avocat Elias Sabag et l’équipe qui lutte pour les prisonniers », a-t-il écrit sur Facebook.

Faisant apparemment référence à Barghouthi, Odeh a terminé son poste en demandant la « liberté pour les prisonniers politiques » et la « fin de l’occupation ».

D’autres politiciens israéliens avaient critiqué le New York Times pour ne pas avoir précisé pourquoi Barghouthi était incarcéré.

Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, lors d'une conférence de presse, le 7 mars 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, lors d’une conférence de presse, le 7 mars 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Yair Lapid, le président de Yesh Atid, a publié lundi un éditorial sur la plateforme anglophone du Times of Israël, dans lequel il a dénoncé la « tromperie intentionnelle » du New York Times.

« Quiconque lit l’article sans connaissance préalable des faits parviendra à la conclusion que Barghouthi est un combattant de la liberté emprisonné pour ses opinions. Rien n’est plus éloigné de la vérité. Le morceau qui manque à l’article est que Marwan Barghouthi est un meurtrier », a-t-il écrit.

Lapid a écrit que le Times avait été exploité par Barghouthi. « La tentative du New York Times ‘d’être équilibré’ amuse Barghouthi. Il comprend que cette tentative sacrée de l’équilibre égalise l’assassin et l’assassiné, le terroriste et la victime, le mensonge et la vérité », a ajouté Lapid.

Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, a déclaré que l’éditorial était « une attaque terroriste journalistique », et a demandé qu’Israël prenne des mesures contre le New York Times. « Nous devons nous défendre », a-t-il déclaré à la radio militaire.

Oren, qui est député de Koulanou et vice-ministre du gouvernement, a souligné que l’éditorial avait été publié pendant une fête juive, ce qui signifie que le gouvernement israélien ne pouvait pas répondre à cet article « empli de mensonges ».

Le Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), qui gère les relations quotidiennes entre l’armée israélienne et la population palestinienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, a lui aussi attaqué le journal pour avoir omis l’histoire de Barghouthi.

On Sunday, April 16th, The New York Times published an Op-Ed article written by Marwan Barghouti. The American newspaper…

Posted by COGAT – Coordination of Government Activities in the Territories on Monday, 17 April 2017

Sur sa page Facebook, le COGAT a écrit qu’ « en ne se référant à lui que comme à une figure politique, le Times n’a pas noté qu’après un procès juste en 2004, Barghouthi a été jugé coupable de meurtre et d’avoir mené des actes terroristes, et a par conséquent été condamné à cinq peines de prison à vie et à 40 ans de prison supplémentaires. »

« Barghouthi est un assassin de civils israéliens », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...