Les responsables israéliens ont fustigé le président turc Recep Tayyip Erdogan, après sa menace de rompre les relations diplomatiques avec Israël si le président américain Donald Trump venait à reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Les chefs de la diplomatie ont déclaré dans un communiqué que Jérusalem est « la capitale du peuple juif depuis 3 000 ans, et la capitale d’Israël depuis 70 ans, quoi qu’en pense Erdogan ».

Ils se sont exprimés sous réserve d’anonymat, parce que le gouvernement ne s’est pas encore officiellement exprimé.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti mardi matin que le statut de Jérusalem était « une ligne rouge » pour les musulmans, évoquant une possible rupture diplomatique avec Israël si Washington devait reconnaître la ville sainte comme capitale.

« Monsieur Trump, Jérusalem est une ligne rouge pour les musulmans », a lancé M. Erdogan à l’adresse de son homologue américain.

Naftali Bennett, président du parti HaBayit HaYehudi, pendant la réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 24 juillet 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi a critiqué Erdogan pour ses propos.

« Malheureusement, Erdogan ne manque pas une occasion d’attaquer Israël », a-t-il dit dans un communiqué. « Israël doit progresser dans ses objectifs, notamment dans la reconnaissance de Jérusalem unifiée comme capitale de l’État d’Israël. Il y en aura toujours pour critiquer, mais en fin de compte, nous préférons une Jérusalem unifiée à la sympathie d’Erdogan. »

Yisrael Katz, ministre des Transports et du Renseignement, et membre du Likud a, pour sa part, indiqué qu’Israël n’avait pas d’ordres à recevoir de la Turquie.

« Israël est un État souverain et Jérusalem est sa capitale », a écrit Katz sur Twitter. « Il n’y a pas de mesure qui soit plus juste sur le plan historique que de reconnaitre Jérusalem, qui a été la capitale du peuple juif ces trois derniers millénaires, et la capitale d’Israël. L’ère du sultan et de l’Empire Ottoman est révolue. »

Le ministre du Logement Yoav Galant (Koulanou) a surenchéri en disant que la Turquie avait assez de problèmes sur lesquels se pencher.

« Le règne des Turcs a pris fin il y a 100 ans », a-t-il écrit sur Twitter. « Erdogan, vous avez assez des problèmes en Turquie, occupez-vous de vos affaires et ne nous menacez pas. »

Yair Lapid, député de Yesh Atid, à la Knesset lors d’une session extraordinaire le 18 septembre 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député Yair Lapid, à la tête du parti Yesh Atid, a déclaré qu’Israël ne doit pas plier face à la menace turque.

« Le président turc, celui qui insulte nos soldats, menace une fois de plus de rupture diplomatique », a tweeté Lapid. « Le gouvernement israélien doit envoyer un message clair à Erdogan : ne nous menacez pas. Jérusalem est notre capitale, et il est temps que le monde le reconnaisse. L’ambassade américaine et les ambassades des autres pays du monde doivent être à Jérusalem. »