« Une reconnaissance internationale prématurée envoie aux dirigeants palestiniens le message alarmant qu’ils peuvent se soustraire aux choix difficiles que les deux parties ont à faire, et sape les chances d’atteindre une paix véritable », dit un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères.

Les parlementaires britanniques ont adopté lundi soir par 274 voix contre 12 une motion appelant le gouvernement britannique à « reconnaître un Etat palestinien aux côtés de l’Etat d’Israël ».

L’Autorité palestinienne a salué ce vote comme « un pas important en direction de la justice et de la paix ».

« Notre droit à l’autodétermination n’est pas un objet de négociations », a dit dans un communiqué au nom de l’Autorité palestinienne Hanan Ashrawi, rejetant ainsi l’objection israélienne selon laquelle une telle reconnaissance doit passer par des négociations avec Israël.

« La reconnaissance de la Palestine ne dépend pas de l’issue de négociations avec Israël et ne fera l’objet d’aucune transaction de notre part ; une telle prétention n’est pas seulement injuste, elle est immorale », a dit Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’OLP, qui chapeaute l’Autorité palestinienne.