Selon les médias palestiniens, un groupe palestinien inconnu auparavant a revendiqué mercredi la responsabilité du kidnapping des trois adolescents israéliens.

Un message du groupe qui se fait appeler « Brigades du Hezbollah » déclare que l’enlèvement est une vengeance pour l’assassinat en 2008 du membre éminent du Hezbollah et du djihad islamique Imad Mughniyeh.

La revendication, publiée sur le site web Amad Press gazaouite, est la dernière en date d’une série de déclaration revendiquant la responsabilité de l’enlèvement de Nafatali Fraenkel, Eyal Yifrach et Gil-ad Shaar du point d’auto-stop en Cisjordanie. Aucune revendication ne semble crédible pour le moment.

Israël tient le Hamas pour responsable de l’enlèvement mais le groupe islamiste nie toute implication.

Le porte-parole du Hezbollah al-Manar n’a pas fait de commentaire au sujet de cette nouvelle affirmation, ce qui soulève des doutes sur un lien possible du groupe avec l’organisation chiite libanaise.

Mughniyeh était un commandant militaire clé des paramilitaires et du renseignement du Hezbollah. On pense que les auteurs de son élimination sont des agents israéliens et le Hezbollah a juré de se venger.

En février 2012, au quatrième anniversaire de la mort du commandant du Hezbollah, les missions diplomatiques israéliennes en Inde et en Géorgie ont été attaquées, et les analystes ont relié ces attaques au Hezbollah.

En mai de la même année, cinq Israéliens ont été tués dans un attentat dans un bus à Burgas, en Bulgarie. Une enquête bulgare a trouvé une implication du Hezbollah.

Depuis l’enlèvement, des milliers de troupes israéliennes ont cherché dans des centaines de locations en Cisjordanie et arrêté près de 400 Palestiniens, dont beaucoup sont des membres du Hamas, y compris certains qui ont été libérés dans le cadre de l’échange de prisonniers en 2011 contre la libération du soldat israélien Gilad Shalit.

Les responsables israéliens ont déclaré publiquement que les objectifs de l’opération est de sauver les adolescents, affaiblir le Hamas et rompre l’unité du gouvernement palestinien.