Des milliers d’athlètes juifs, leurs familles et les spectateurs ont rempli le Teddy Stadium de Jérusalem jeudi soir pour l’ouverture des 20èmes Jeux Maccabiah, mais aussi pour fêter le mariage surprise d’un joueur de hockey canadien avec sa petite amie.

Ce fut une nuit de fête, avec 10 000 athlètes de 80 pays différents, qui sont entrés dans le centre du stade en délégations, avec en arrière-fond des dizaines d’images ondulantes de chacun de leurs drapeaux.

Le nom de chaque nation a été annoncé avec des pays comme l’Albanie et ses trois athlètes, la Jamaïque avec deux et le Maroc avec un, la Chine et Puerto Rico, participant pour la première fois, ou les Etats-Unis et Israël, présentant les délégations les plus importantes, avec respectivement de 1 061 et 2 400 athlètes.

En plus des chants et des danses pour fêter les jeux et la diversité d’Israël, la cérémonie d’ouverture a vu le Canadien Avi Steinberg faire sa demande en mariage, sur scène, à sa petite amie, Rachel, qui a récemment achevé son processus de conversion au judaïsme.

Après qu’elle a accepté, les hôtes de la cérémonie ont apporté une robe de mariée et une houpa, et le rabbin du couple, Avi Poupko, qui les connaissait du Canada, a officié la cérémonie devant des athlètes et des specateurs fous de joie.

Le président Reuven Rivlin, en présence du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de la ministre de la Culture et du Sport Miri Regev, ont accueilli les participants à Jérusalem et en Israël, se félicitant que les 20ème Maccabiah constituent la plus grande édition dans les 85 ans de l’histoire de l’événement.

« A l’époque, en 1932, le ciel sur l’Europe avait déjà commencé à s’assombrir. Et aujourd’hui, aujourd’hui, nous ne tenons ici, pourtant marquer les 20èmes Jeux Maccabiades dont le thème est le 50ème anniversaire de la libération de Jérusalem », a-t-il déclaré, en accueillant les athlètes dans « la capitale d’Israël éternelle, reconstruite et libérée ».

« Jérusalem est le bastion du Beitar (et du Hapoel), a déclaré Rivlin en référence aux équipes locales de football. Une fois tous les quatre ans, Jérusalem est le foyer des Maccabiades ».

Le président israélien Reuven Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara, et la ministre de la Culture et du Sport Miri Regev assistent à la cérémonie d'ouverture des 20èmes Jeux Maccabiah à Jérusalem, le 06 juillet 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le président israélien Reuven Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara, et la ministre de la Culture et du Sport Miri Regev assistent à la cérémonie d’ouverture des 20èmes Jeux Maccabiah à Jérusalem, le 06 juillet 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le président a également rendu hommage aux athlètes australiens juifs qui ont été tués au cours des 15èmes Jeux Maccabiades en 1997 avec l’effondrement tragique d’un pont, et aux athlètes israéliens qui ont été assassinés en 1982 par des Palestiniens aux Jeux Olympiques de Munich, dont certains, a noté le président, étaient des champions des Maccabiades. « Nos cœurs sont avec leurs familles », a-t-il déclaré.

Les jeunes israéliens de Maccabi Youth ont été les porteurs du drapeau lors de la cérémonie d'ouverture de la Maccabiah (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Les jeunes israéliens de Maccabi Youth ont été les porteurs du drapeau lors de la cérémonie d’ouverture de la Maccabiah (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Netanyahu s’est aussi exprimé, se moquant de lui-même pour ses exploits sportifs, passés et présents, dans lesquels il s’est cassé quelques membres.

« J’étais plutôt sportif quand j’étais jeune, et j’ai essayé d’entrer dans l’équipe de lutte. Je me suis cassé le bras à 14 ans. Plus récemment, je me suis dit que je pourrais tenter le coup au football. J’ai joué une partie avec les jeunes juifs et arabes d’Israël. Je me suis cassé la jambe », a-t-il raconté.

« Alors je ne peux pas vous dire, chers athlètes, cassez vous une jambe (l’expression en anglais signifie ‘bonne chance’ ndlr). Je veux vous dire : réussissez, soyez excellents pour remporter la victoire. Vous êtes tous des gagnants, vous êtes tous des champions », a-t-il déclaré

Le Premier ministre a évoqué les anciens Maccabées, en l’honneur desquels les jeux sont appelés, en référence aux cinq frères qui « ont libéré notre terre contre toute logique ».

« Le peuple d’Israël est fort, et l’état est fort », a-t-il déclaré devant les acclamations de la foule. Nous sommes tous des descendants des Maccabées ».

Les membres de la délégation de la Grande-Bretagne ont organisé un jeu improvisé avant la cérémonie d'ouverture des Jeux de Maccabiah le jeudi 6 juillet 2017 (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Les membres de la délégation de la Grande-Bretagne ont organisé un jeu improvisé avant la cérémonie d’ouverture des Jeux de Maccabiah le jeudi 6 juillet 2017 (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Anthony Ervin, un nageur américain qui a remporté une médaille d’or aux Jeux Olympiques de 2000 et de 2016, a allumé la flamme des Maccabées pour la compétition qui a lieu tous les quatre ans et qui a été surnommée les « Jeux Olympiques Juifs ».

Il a été rejoint, en train de porter la torche, par Yarden Gerbi, une judoka israélienne qui a remporté une médaille de bronze aux Jeux Olympique 2016 de Rio ; Omri Casspi, le premier Israélien à jouer en NBA et maintenant membre de l’équipe des Golden State Warriors ; Fabien Gilot, nageur français et trois fois médaillé ; Neta Rivkin, la première gymnaste rythmique israélienne à remporter une médaille à la fois aux championnats du monde et européens ; Moran Samuel, un rameur israélien qui a remporté un médaille aux Jeux paralympiques en 2016, et Ori Sasson, le judoka israélien qui a également temporté une médaille de bronze à Rio.

Les 20èmes Jeux Maccabiades auront des compétitions dans 40 sports, y compris deux nouveaux, la crosse et le bridge. La plus grosse compétition est le football, avec 1 401 athlètes de 20 pays. La natation est le deuxième plus important, avec 712 participants de 34 pays, suivie par le tennis et le basketball.

Marty Hnatok, Candace Swick Hnatok et leur fils, Dylan Hnatok, en Israël pour voir leurs filles participer à l'épreuve de natation aux Jeux Maccabiah 2017 (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Marty Hnatok, Candace Swick Hnatok et leur fils, Dylan Hnatok, en Israël pour voir leurs filles participer à l’épreuve de natation aux Jeux Maccabiah 2017 (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Il y a la compétition Maccabi Man, qui comprend un semi-marathon, une épreuve de cyclisme et de la nage en eau libre, avec 140 athlètes de 19 pays qui y participent. Il y a aussi des événements paralympiques, avec des compétitions de basketball, de tennis de table et de natation.

Tout au long de l’événement qui durera deux semaines, les participants auront la chance d’assister aux services du vendredi soir à Jérusalem, de participer à certaines des fêtes de rue de la capitale ainsi qu’à Haifa et à Tel Aviv, participer à une course de nuit à Jérusalem, célébrer un bar ou une bat Mitzvah au mur Occidental et inaugurer la salle professionnelle de hockey sur glace de Jérusalem au Pais Arena, où se déroulent certaines compétitions.

Pour beaucoup de familles, les Maccabiades sont l’occasion de visiter Israël, et pour beaucoup, c’est leur première fois en Israël.

Dana et Jan Rivera aux Maccabiades 2017 pour voir les trois fils de Dana Rivera jouer avec l'équipe américaine de hockey sur glace (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Dana et Jan Rivera aux Maccabiades 2017 pour voir les trois fils de Dana Rivera jouer avec l’équipe américaine de hockey sur glace (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

Les Rivera, de Pacific Palisades, en Californie, sont présents au Maccabiades en force. Les trois fils de Dana Rivera, Jake, Luke et Nicky, sont tous des membres de l’équipe de hockey sur glace des États-Unis, et ont amené toute leur famille avec eux pour les jeux .

« Ils ont été recrutés », a déclaré Rivera, qui est en Israël avec ses parents, sa belle-mère, Jan Rivera, son mari, Rick Rivera, et sa fille et son petit ami. « Ils sont à un moment de leur vie où ils voulaient venir et voulaient pouvoir jouer ensemble. Nous sommes tous venus avec eux ».

C’est une histoire similaire pour Lynn et Alan Crown, de Sydney, en Australie, qui étaient dans les tribunes avec leurs petits-enfants, Mia et Aden Goodrich, en attendant que les trois membres de leur famille défilent avec la délégation australienne. La fille et la petite-fille des Crown sont toutes les deux des nageuses, et leur gendre est l’entraîneur de l’équipe des juniors.

Ce n’est pas leur premier voyage, ni leurs premiers Maccabiades, mais ils appréciaient le fait d’avoir la chance de partager l’événement avec leurs petits-enfants.

La délégation des États-Unis était la deuxième plus grande délégation des Maccabiades de 2017, avec plus de 1 000 athlètes (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

La délégation des États-Unis était la deuxième plus grande délégation des Maccabiades de 2017, avec plus de 1 000 athlètes (Crédit : Jessica Steinberg / Times of Israel)

La fille de Candace Swick Hnatok est également une nageuse junior, et Hnatok, originaire de Winnipeg, au Canada, a déclaré que les Maccabiades était probablement la seule chance pour leur « famille inter-religieuse » de venir en Israël.

« C’est ça », a-t-elle expliqué. « C’est notre unique et seule opportunité ».

JTA a contribué à cet article.