La police enquêterait sur un transfert de terrains supervisé par le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri qui pourrait bénéficier à deux personnages publics, et permettre l’extension d’une communauté ultra-orthodoxe de la banlieue de Jérusalem.

En mai, le ministre de l’Intérieur a approuvé un changement de périmètre, permettant qu’un terrain valant des dizaines de millions de shekels passe de la juridiction de la ville de Neve Ilan, à l’ouest de Jérusalem, à celle du Conseil régional voisin de Kiryat Yearim, a annoncé dimanche la radio publique israélienne.

Le terrain appartient à l’homme d’affaires Yoram Globus, et accueille des studios de télévision et de cinéma, notamment ceux des informations de la Deuxième chaîne.

Il sera utilisé par Kiryat Yearim pour le développement des zones résidentielles et commerciales de la ville ultra-orthodoxe de Telz-Stone.

Constructions dans la ville ultra-orthodoxe de Telz-Stone, dans la banlieue de Jérusalem, le 21 mars 2016. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Constructions dans la ville ultra-orthodoxe de Telz-Stone, dans la banlieue de Jérusalem, le 21 mars 2016. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le représentant de Globus est Moshe Lion, comptable et conseiller municipal de Jérusalem qui a été soutenu par le Shas quand il s’est présenté à l’élection municipale de la capitale en 2013. Lion est un ancien conseiller économique et ancien directeur de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ces derniers mois, la police a interrogé les fonctionnaires en charge de ce changement de juridiction du terrain, a indiqué la radio.

Deri, le dirigeant du parti du Shas, qui a purgé une peine de prison pour des faits de corruption commis lorsqu’il était ministre de l’Intérieur dans les années 1990, a été interrogé plusieurs fois ces derniers mois dans le cadre d’une enquête où il est soupçonné de blanchiment d’argent, de fraude, d’abus de confiance, de vol par une personne dépositaire de l’autorité, de fausse déclaration et d’infractions fiscales, selon la police.

Cette année, Lion a lui aussi été interrogé par la police en relation avec ces suspicions, même si, selon son porte-parole, il a « donné toutes les informations qu’il avait en sa possession et ne s’est vu imposé aucune restriction à la fin de son interrogatoire. »

Un porte-parole de Deri a jugé que les informations sur les irrégularités concernant le passage du terrain sous la juridiction de Kiryat Yearim étaient « graves ».

Des fonctionnaires travaillant sous la direction de Mordechai Cohen, le directeur général du ministère de l’Intérieur, ont recommandé cette modification au ministre, a précisé le porte-parole, afin de permettre à Kiryat Yearim d’étendre ses projets de développement résidentiel et commercial.

Moshe Lion en octobre 2013. (Crédit: Raphael Ahren/Times of Israël)

Moshe Lion en octobre 2013. (Crédit: Raphael Ahren/Times of Israël)

Deri a accepté cette recommandation, mais il n’a encore signé ni décret, ni carte, a indiqué le porte-parole.

Un porte-parole de Lion a déclaré que lui et son bureau représentaient Globus depuis 15 ans, et que cette affaire n’était qu’une procédure immobilière banale.

Il a ajouté que ni Lion, ni aucun de ces associés, n’avaient jamais parlé avec le ministre de l’Intérieur, des fonctionnaires ou des individus siégeant aux différentes commissions concernées.

Globus n’a pas répondu aux demandes de commentaires, tout comme la police, qui a déclaré qu’elle ne donnait « pas de précision sur les enquêtes en cours. »