La famille d’un homme Juif qui a été assassiné dans la ville arabe israélienne de Kafr Qassem mercredi soir a indiqué qu’elle n’avait « aucun doute » sur le fait que ce meurtre était un acte de terrorisme.

« Pour la famille endeuillée, il n’y a aucun doute sur le fait que ce meurtre méprisable a été commis pour des raisons nationalistes », a fait savoir un communiqué émanant de la famille de Reuven Schmerling, mort à l’âge de 69 ans.

Schmerling devrait être enterré dans sa ville natale, l’implantation d’Elkana en Cisjordanie, vendredi soir, alors que la police et le Shin Bet continuent leur enquête qui a été soumise par la justice a une ordonnance de non-publication.

Schmerling, a fait savoir la famille, « était adoré par tous ceux qui le connaissaient. C’était un homme plein de bonté envers tous les nécessiteux sans distinction ».

« Il nous a été enlevé pour son 70ème anniversaire alors que toute la famille s’est réunie comme elle le fait chaque année pour célébrer la fête de Souccot. Sa fête d’anniversaire s’est malheureusement transformée en jour de deuil », a-t-elle ajouté.

Dans un post sur Facebook jeudi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a présenté ses condoléances aux proches de Schmerling, dont le corps a été retrouvé sans vie dans la zone industrielle de la municipalité mercredi après-midi, quelques heures avant le commencement de la fête juive de Souccot.

« Je voudrais envoyer mes condoléances à la famille Schmerling et à la communauté d’Elkana à l’occasion du meurtre de Reuven Schmerling. Nous ferons tout pour traduire devant la justice les auteurs de cet assassinat choquant. Puisse sa mémoire être bénie », a écrit Netanyahu.

Schmerling a été retrouvé mort mercredi après-midi dans la zone industrielle de Kafr Qassem et son corps présentait des « signes de violence », a fait savoir la police. Des informations initiales ont indiqué qu’il avait été frappé à l’arme blanche à plusieurs reprises. Schmerling devait fêter jeudi son 70ème anniversaire.

Ce père de quatre enfants était à la tête d’une entreprise de charbon à Kafr Qassem, une ville située à une demi-heure en voiture d’Elkana. Son corps a été retrouvé dans l’un des entrepôts de sa société par son fils, qui a alerté la police et les services d’urgence.

Le mobile de ce meurtre présumé est encore examiné par le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, qui a rejoint l’enquête. Les forces de sécurité explorent toutes les pistes possibles, dont une éventuelle querelle entre Schmerling et ses employés.

Le Shin Bet a également indiqué qu’il vérifiait si le meurtre présumé a été commis pour des raisons nationalistes.

La famille va commencer la période traditionnelle de deuil juive, connue sous le nom de Shiva, dès la fin des fêtes de Souccot jeudi prochain dans la soirée.

La famille – notamment ses quatre enfants et ses 19 petits-enfants – devait se retrouver mercredi pour fêter le 70ème anniversaire de Schmerling. Des tee-shirts avaient été créés spécialement pour l’occasion qui arboraient la phrase en hébreu « Un signe que tu es jeune ».

S’adressant au Times of Israel jeudi soir, l’un des voisins de Schmerling, Aryeh Katzir, a décrit Schmerling comme un « homme joyeux et accueillant ».

« Il a été l’un des tout premiers membres de la communauté et il était toujours là pour aider les autres. Lorsque mon neveu âgé de 17 ans est décédé tragiquement il y a deux ans et qu’aucun d’entre nous ne parvenait plus à agir, c’est Reuven qui s’est occupé de l’organisation des funérailles et de la shiva. Il a été un roc pour mon frère », a-t-il expliqué.

S’exprimant devant les journalistes peu après la découverte du corps de Schmerling mercredi, le maire d’Elkana, Asaf Mizner, avait fait savoir que l’implantation « était totalement sous le choc et unie au chagrin de la famille suite au meurtre terrible de Reuven ».

« Il est impossible de comprendre une situation où un Juif de 70 ans peut se rendre à Kfar Qassem et où sa dépouille est retrouvée plus tard criblée de coups de couteau », a-t-il ajouté.

Mizner avait déclaré préalablement à la Dixième chaîne : « Un homme de 70 ans est retrouvé assassiné… à Kafr Qassem, il n’y a rien d’autre à conclure qu’un attentat dont le mobile ne peut être que nationaliste ».

Le chef de la sécurité de Kaft Qassem, Khaled Issa, avait dit pour sa part à la Dixième chaîne que Schmerling « était une personnalité connue de la ville » et que « c’est un triste incident qui nous a laissé tous en état de choc ».

Issa a ajouté que Kfar Qassem est connu comme étant un « lieu de partenariat entre Juifs et Arabes », où tous « travaillent dans l’harmonie ».